Zabou the terrible

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi, janvier 30 2017

Comme une pauvre tache...

http://www.toutpratique.com/imgs/articles/illus/tache%20noire.jpg

Ce moment de pause qu'est la messe du soir, après une journée bien chargée. 
Communion, ce moment où je regarde mes mains : ouille, pleines d'encre. 
C'est sûr que recevoir le Seigneur dans ces conditions, c'est pas top... Et pourtant...
Pourtant, cette encre, c'est celle de mon stylo qui fuyait tout au long de cette journée où j'ai fait passer des oraux ; 
Pourtant, cette encre, c'était juste le signe humble de mon travail, rien d'autre. 
Alors présenter ce travail au Seigneur pour Le recevoir ? 
Ce n'était pas "sale" cette tache de ma tâche, c'était comme un signe très concret qu'Il vient nous rejoindre dans ce que nous faisons, dans ce que nous sommes : 
Pour qu'Il soit, au-delà des marques disgracieuses, la seule véritable encre de mon existence, afin qu'elle s'écrive selon Lui. 

lundi, janvier 23 2017

De la prière coup de pied aux fesses

 

A l'occasion de ma consécration, j'ai notamment reçu en cadeau une très belle "vraie" icône de saint Jean-Baptiste (mon saint préféré !) qui est posée un peu rapidement dans mon coin prière en attente de sa très prochaine bénédiction. 

Hier soir, soudain, lors de mon temps d'oraison, j'ai pris conscience d'un truc en regardant mieux ce mini-oratoire encore habité d'une crèche pour quelques jours... 

Il faut que Lui grandisse.... 

"Il faut que Lui grandisse et que moi je diminue"

Ouch... Y a tout particulièrement du boulot chez moi ! :-) 

 

samedi, janvier 14 2017

Un larsen en plein sermon ou une délicieuse lecture

 

https://ec56229aec51f1baff1d-185c3068e22352c56024573e929788ff.ssl.cf1.rackcdn.com/attachments/large/5/4/3/004472543.jpg

 

             Comme animateurs de l’équipe des grands de l’école de prière jeunes – alias la « Swag team du Seigneur » cette année-là, formidable équipe ayant fait un remake de Bambino sur l'histoire de st François d'Assise en guise de jingle d’équipe (!!!) – nous étions trois, tous petits rigolos en notre style.

 

            De nous trois, Victor, l’auteur du volume ci-dessus c’est le seul qui n’a trop pas mal tourné – dans les deux autres, il y a un diacre en vue du sacerdoce et une consacrée… autant dire qu’ils sont restés des « petits rigolos » – et, lui, il est plutôt devenu un grand rigolo. J’ai aimé l’applaudir il y a quelques années dans un sympathique one-man-show où mes zygomatiques n’en pouvaient plus de travailler !

 

            C’est dire que j’ai aussi aimé découvrir ce savoureux livre intitulé Un larsen en plein sermon et autres moments délicieusement catholiques tant il ne peut que parler au vaste peuple catholique qui reconnaîtra dans les diverses chroniques les innombrables moments (cath-)incongrus auxquels il a déjà participé : du larsen invincible en plein sermon à l’interrogation de la quête, en passant par la pluie des Rameaux ou la file de communion. Que ferme l’ouvrage celui qui ne s’y reconnaîtra pas !

 

            L’observation est fine, le trait juste – parfois avec un peu de mordant – et les mots délicatement choisis. C’est que Victor est un amoureux des bons mots et sait se servir avec un amusement virtuose de la sapidité de la langue française. Si j'admets ne pas consonner avec quelques rares passages de son ouvrage, tel le chapitre consacré à la litanie des saints, ce que j’aime partout, outre les sourires provoqués et la constante bienveillance, c’est ce qui transparaît : bien souvent, au gré d’une phrase ou de la chute, c’est un autre Amour qui apparaît en filigrane car, dans le fond, c’est toujours de Lui qu’il est question. Il est clairement là, à habiter en nos sourires…

 

Bref, c’est aux éditions Mame et cela se déguste au fil des pages avec la finesse d’une discussion entre gens de bonne compagnie ;-)

 

dimanche, janvier 8 2017

Laisser se faire la lumière pour découvrir, pour aimer

 

Celui-là est mon élève depuis l’année dernière : fieffé garnement, à la lisière du conseil de discipline bien souvent, trop souvent…

Et, à côté de cela, des histoires familiales bien trop lourdes à porter pour un tout jeune collégien, qui serrent le cœur quand on les apprend.

Puis, en même temps, de vrais efforts et progrès depuis la rentrée, appréciables et appréciés.

 

Pourtant, il n’en demeure pas moins que, cet élève-là, il m’agace bien souvent tant il sait ce qu’il faut faire pour titiller… A moins qu’il ne le cherche même pas, c’est possible aussi.

Avec lui, j’apprends bien plus qu’avec d’autres la patience tant j’ai parfois envie de lui crier dans les oreilles !

 

Cet élève, comment va-t-il grandir ? Réussira-t-on à l’aider ?

Ce matin, à la messe, j’ai pensé à lui : quelle est l’étoile à laquelle il accrochera sa vie ?

Alors, j’ai prié pour lui.

 

Ca m’a fait penser à une scène récente.

Il faut préciser que, souvent, on me demande ce qu’il y a de changé dans ma vie maintenant que je suis consacrée : comme le lendemain, j’aurais du mal à répondre autre chose que « tout et rien ».

Mais au quotidien, dans mon travail de prof, il y a une chose qui change, foncièrement, et j’en ai pris conscience grâce à lui :

Alors que je reprenais cet élève pour la 3ème ou 4ème fois du cours, qu’il n’avait pas écouté les consignes que je venais de donner, que je commençais à sentir monter en moi un début d’énervement et que je priais quelque peu en ces termes : « Esprit Saint, viens à mon aide pour que ce ne soit pas la moutarde qui commence à me monter au nez qui réponde », j’ai été prise soudain d’une grande vague de compassion :

« Si tu pouvais savoir à quel point Dieu t’aime, toi aussi… » 

Intérieurement, je me suis mise à sourire et je crois qu’il l’a perçu :

« Et ma vie, elle est donnée pour toi, aussi » ai-je continué à penser, « peut-être même encore plus spécialement »

Je l’ai pensé, je l’ai prié : ça a redonné, à tout, la juste tonalité.

Et si la sequela Christi – la suite du Christ – à laquelle je me suis engagée, elle passait spécialement par là pour l’enseignante que je suis ? 

Don caché de soi aux élèves ; 

Apprentissage patient de l’amour, dans le cœur du Christ.

 

http://s2.e-monsite.com/2009/12/07/07/huile-1-m-x-1-m--8000-.jpg

Lumière, Kim En Joong

 

vendredi, janvier 6 2017

Et toi, tu intercèdes ?

 

Toujours ces moments où les intentions arrivent en pagaille, par différents biais mais toujours jusqu’au cœur ;

Toujours ces moments où tu te sens si démunie…

 

Tu portes ceux-ci par la prière des heures, avec l’Église ;

Tu portes ceux-là par ta pauvre prière de demande, toujours maladroitement.

D’ailleurs, dans le fond, parfois, tu ne sais même pas trop humainement quoi demander pour eux :

Alors, prenant tes mains, ton cœur et ton temps, tu te poses devant Lui et les déposes humblement un peu plus dans la lumière et dans le cœur de Dieu où ils se trouvent déjà.

 

Tu ne sais pas ce qu’il adviendra : mais tu sais que tu seras entendue.

Tu tenteras donc d’accorder ton âme au diapason de Sa miséricorde pour apprendre non à râler mais à intercéder : pli d’âme à prendre.

Intercéder : pour les porter, toujours plus, en Son amour.

 

« Intercéder, demander en faveur d’un autre, est, depuis Abraham, le propre d’un cœur accordé à la miséricorde de Dieu. Dans le temps de l’Église, l’intercession chrétienne participe à celle du Christ : elle est l’expression de la communion des saints. Dans l’intercession, celui qui prie « ne recherche pas ses propres intérêts, mais songe plutôt à ceux des autres » (Ph 2, 4), jusqu’à prier pour ceux qui lui font du mal » (CEC §2635)

 

 http://img11.hostingpics.net/pics/862991IMG2292.jpg

  

mardi, janvier 3 2017

Geneviève comme une ant(i)enne

Dans le diocèse de Nanterre, c'est fête le jour de la sainte Geneviève ! Elle est notre sainte patronne ! 

http://www.lemondedesreligions.fr/images/2013/11/21/3527_cathedrale-genevieve.jpg

Il y a même un propre pour les offices... Alors je me suis dit que vous partager les antiennes de ceux-ci (moins les premières vêpres) était une bonne idée car elles reflètent bien la vie de sainte Geneviève : 

 

Dès l'aube, Geneviève faisait monter sa prière vers le Seigneur. 

Saints et humbles de coeur, bénissez le Seigneur. 

Le Seigneur aime son peuple. Par Geneviève, il l'a secouru dans la détresse. 

Tenant en mains sa lampe allumée, Geneviève cheminait joyeuse à la rencontre du Seigneur. 

Fidèle servante du Seigneur, Geneviève marcha courageusement dans la voie qu'il lui avait tracée. 

Elle priait le Seigneur Dieu de la conduire à la délivrance de son peuple. 

Voici venir les noces de l'Agneau : son Epouse pour lui s'est faite belle.  

 

Et, comme un feu d'artifice résumant tout, les antiennes des cantiques évangéliques : 

 

Antienne du Benedictus : Le Seigneur a fait de Geneviève une messagère d'espérance pour tous ceux qui l'invoquent.  

Antienne du Magnificat : Etrangère au monde, aimée du peuple, consacrée tout entière au Christ, telle vécut Geneviève. Aussi le Seigneur l'a-t-il reçue au festin de son royaume.  

 

Ce qui est assez beau, c'est qu'on peut (on doit ?) se sentir concerné car, malgré sa vie qui se déroula au Vème s., Geneviève est un exemple pour notre temps troublé : femme de prière et femme d'action, elle montre que c'est tout un. Que l'une ne va pas sans l'autre. 

Alors, certes, je suis heureuse qu'elle soit désormais, par similitude de vocation, tout spécialement un exemple pour moi parce que je crois que c'était une sacrée bonne femme mais il me semble que cela marche pour chacun : le don de soi dans sa vocation propre, la prière, la foi en la puissance de celle-ci, l'attention suffisamment grande à l'autre pour percevoir les besoins et l'action, bref, la charité en actes. 

Re-bref, il s'agit de devenir, pour chacun de nous, des messagers d'Espérance de la part du Seigneur... Un voeu tout spécial pour 2017 ? :-) 

 

N.B. : Pour ceux qui ne sont pas familiers de la prière des Heures, les antiennes sont les courtes phrases qui se prient avant et après chaque psaume. 

 

mercredi, décembre 28 2016

Et je m'entête à louer ta création

http://img15.hostingpics.net/pics/652738IMG2455.jpg

Comme une pensée d'Etty Hillesum pour temps troublés, ou pour les Saints Innocents... bref, qui semble consonner tout à fait aujourd'hui : 

 

"On a parfois le plus grand mal à concevoir et à admettre, mon Dieu, tout ce que tes créatures terrestres s'infligent les unes aux autres en ces temps déchaînés. Mais je ne m'enferme pas pour autant dans ma chambre, mon Dieu, je continue à tout regarder en face, je ne me sauve devant rien, je cherche à comprendre et à disséquer les pires exactions, j'essaie toujours de retrouver la trace de l'homme dans sa nudité, sa fragilité, de cet homme bien souvent introubable. Enseveli parmi les ruines monstrueuses de ses actes absurdes.

Je ne reste pas ici, dans une chambre paisible et fleurie, à me gaver de poètes et de penseurs à louer Dieu, je n'y aurais pas grand mérite, et je ne crois pas non plus être aussi étrangère au monde que mes bons amis se plaisent à le répéter d'un air attendri. Tout être humain a sa réalité propre, je le sais, mais je ne suis ni une illuminée, ni une rêveuse, mon Dieu, ni une "belle âme" attardée dans une interminable puberté. Je regarde ton monde au fond des yeux, mon Dieu, je ne fuis pas la réalité pour me réfugier dans de beaux rêves - je veux dire qu'il y a place pour de beaux rêves à côté de la plus cruelle réalité - et je m'entête à louer ta création, mon Dieu, en dépit de tout !" 

Etty Hillesum, Une vie bouleversée (extrait de son journal du 26 mai 1942) 

mardi, décembre 27 2016

Rapide son Verbe la parcourt

https://scontent.xx.fbcdn.net/v/t1.0-0/p296x100/15401187_10154878546491133_5756327058748022270_n.jpg?oh=c52d4e6fcdc270e76762071f179d326a&oe=58F6BF53

"Et le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu’il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité." (Jn 1, 14).

... Le Verbe s'est fait tellement chair que vous noterez sur l'image qu'un micro semble placé devant le crucifix pour mieux L'entendre... 

 

Le Verbe s'est fait chair,
Et plus rien ne pourra le faire taire :
ni la mort, ni toutes les persécutions. 

Le Verbe s'est fait chair :
événement historique infinitisémial ;
événement humain à portée incroyable ;
avènement divin qui se livre entièrement en nos mains. 

Le Verbe s'est fait chair : 
L'Amour se livre, s'écrit et se dit en actes,
L'Amour vit pour nous faire vivre.   
Chaque Noël n'est pas qu'un simple anniversaire où "Il est né le divin enfant" tient lieu de "joyeux anniversaire Jésus !" ;
Chaque Noël nous repose, sérieusement et profondément, la question de L'accueillir pour de vrai, pour de bon, dans la crèche de notre coeur :
"Veux-tu m'accueillir et vivre chaque jour plus avec moi ?"

 

Belle fête de Noël - certes, en son octave - à tous ! :) 

 

samedi, décembre 24 2016

"Il demande seulement de l'accueillir"

http://img11.hostingpics.net/pics/567296IMG2557.jpg

Une affichette, discrètement posée à plusieurs endroits ; une affichette si simple et si essentielle. 

Ces derniers mois, j'ai probablement vécu certains des mois les plus denses de mon existence : j'y ai connu une immense joie, qui me travaille au coeur, qui a transformé et transforme ma vie, en Dieu, mais j'y ai connu également de profondes douleurs et angoisses. Bien sûr, c'est le lot de chaque existence mais la densité y a été assez importante. 

Je ne serai pas à cette messe de Noël célébrée dans une tout petit oratoire d'hôpital dans lequel, plusieurs fois ces derniers mois, j'ai prié un office ou ai pris simplement quelques instants de silence. Ce soir et demain matin, je serai avec ma communauté paroissiale. Mais, dès que ce sera fini, je viendrai dans cet hôpital. Ce ne sera pas la première fois d'ailleurs que cela m'arrivera de passer un 25 décembre à l'hôpital, bien que la personne à accompagner ait changé. 

Dans ce lieu où la pauvreté s'appelle dépendance et souffrance, l'amour a une saveur toute particulière : dans ce lieu, l'amour humain devient gratuit bien au-delà des devoirs des soignants, l'amour est la signature d'une qualité d'être. Dans ce lieu où Dieu se cache, l'amour humain reflète tout spécialement Son amour. 

Et les malades sont peut-être plus aptes que nous, les bien-portants, à accueillir cela, la gratuité de l'amour. Ils n'ont rien à offrir en échange, sinon eux-mêmes. 

Il est difficile de dire "joyeux Noël" dans une chambre d'hôpital sans être trop dissonant mais il est possible de le vivre et de célébrer, avec les moyens du bord, l'amour et la vie. 

Où quand des lèvres trempées dans le champagne servi dans un gobelet plastique moche deviennent festin ;
Où quand des sourires et des rires, malgré tout, pour effacer les angoisses cachées deviennent espérance et promesse de vie ;
Où quand l'espace aseptisé d'un hôpital devient quelque peu une crèche qui accueille la vie dans la pauvreté. 

Noël s'y vit, Noël s'y célèbre, sans pompes ni discours. 

Ce sont encore ces plus pauvres qui auront le coeur ouvert et qui nous montreront le chemin pour accueillir le formidable Amour de Dieu pour l'humanité, qui nous désigneront l'essentiel... pour apprendre à accueillir à notre tour. 

Je crois que demain, je rencontrerai spécialement le Christ là-bas, par "la mystérieuse sagesse que Dieu veut nous communiquer à travers eux" (Evangelii Gaudium, §198) : je crois que, demain, je poursuivrai vraiment la célébration de Noël dans cet endroit sordide qui resplendira, dans le même temps, de l'éclat de la plus belle des crèches. 

 

vendredi, décembre 23 2016

En mission d'Eglise

https://lh6.ggpht.com/EiCsqgd_UbBrZ9pvaTAVmZ8JVCGMEaIm3mrO8_m_cimo6KQ6sRF68hijUxPiX2QyqQ=w300

Et puis il y a eu aussi ce gros livre-là que j'ai reçu le 10 décembre dernier... Cela fait déjà plusieurs années qu'il était en ma possession et que j'en usais (bon, pour en abuser on repassera !). 

Prière des heures : manière d'ancrer la journée dans la prière, manière d'infuser et de diffuser la prière dans toute la journée. Manière de sanctifier le temps, manière de chercher à donner à Dieu la première place en chaque jour. 

Prière si marquée par les psaumes, prière si incarnée, prière qui permet de prier avec toute son humanité : prière que j'aime, profondément... même s'il faut bien avouer que, certains jours, ouvrir le bréviaire est peu exaltant ou que, d'autres jours, c'est une lutte pour trouver le temps de prier ce qu'il contient posément. 

 

Et maintenant ? Maintenant, c'est la mission qui m'est confiée. Y a-t-il une différence ? Oh, certainement, sur un long terme, il y a une réelle différence pour maintenir une fidélité vivante à cette prière : pas tant en termes d'obligations qu'en termes d'amour.

Mais il y a surtout eu une différence que j'ai perçue dès le lendemain de ma consécration : cette prière, ce n'était plus "ma" prière.

C'était devenu la mission confiée par l'Eglise de porter sa prière et de la faire mienne : devenir une priante parmi les priants ; devenir voix, mains, coeur et être de et à l'Eglise pour porter chaque jour plus sa prière pour le monde, pour porter chaque jour plus avec elle et en elle sa prière pour mes frères et mes soeurs qui en ont tant besoin. 

Et cela, c'est tout de même drôlement grand. 

 

jeudi, décembre 22 2016

Du texte et de l'image

http://musees-nationaux-alpesmaritimes.fr/chagall/sites/musees-nationaux-alpesmaritimes.fr/files/styles/object_slider/public/img_6.jpeg?itok=5E0hGCtb

En lien avec les deux précédents post, pour ceux qui ont demandé en commentaire ou en privé : 

- Le lien vers l'homélie de mon évêque à l'occasion de ma consécration (l'Evangile était celui des Béatitudes). 

- L'album photos mis sur Facebook par le diocèse

 

Mais l'essentiel est surtout la profonde joie que donne le Seigneur ! :-D 

 

lundi, décembre 12 2016

Histoire d'alliance

 

http://img11.hostingpics.net/pics/250038IMG2489.jpg

 

Depuis hier, je porte un petit anneau métallique au doigt.

Une alliance, comme signe d’Alliance qu’un Autre a conclue avec moi et dans laquelle j’ai accepté et j’ai choisi librement d’entrer, d’une manière toute spécifique.

 

Je ne réalise pas bien encore tout ce qu’elle signifie… mais je sais que c’est le plus grand et le plus beau choix de ma vie.

 

A la fois, je souris en la regardant cette petite alliance – je trouve ça fou tout ce qu’elle signifie ! Je ne m’y fais pas ! – et, en même temps, pour ne rien vous cacher, très concrètement elle me gêne un peu. Pas de manière terrible, certes, mais pour qui n’a jamais vraiment porté de bague, cela fait désormais environ 36h que j’en porte une non-stop - et c’est loin d’être fini : imaginez l’effet !

 

Je n’envisage pas de l’enlever… alors je la sens un peu tout le temps. Pour la moindre petite action et même au réveil ce matin après avoir dormi dessus. J’entends aussi désormais un son métallique quand je tape de la main droite ou encore j’ai eu bien mal tout à l’heure au moment de la paix du Christ à cause des gens qui serraient trop fort ! Et pourtant, je fais tout comme d’habitude !

 

Rien n’a changé et pourtant tout a changé.

C’est la même chose dans ma vie, très concrètement : rien n’a changé, demain je retrouverai mes élèves sans rien leur dire… et pourtant tout aura changé : tout de ma vie sera donné au Seigneur et aux autres ! Et c’est complètement fou ! (Oui, je sais je l’ai déjà dit mais c’est ma pensée répétitive du moment).

 

Je me demande si cette alliance qui dérange, ce n’est pas un peu comme un appel à accueillir mieux la grâce en moi, et peut-être encore plus spécifiquement, la grâce propre à la vie consacrée.

Cette grâce qui dérange toujours, qui gêne aux entournures, qui creuse un peu – comme la peau jusqu’à ce qu’elle forme un cal.

 

Pourtant, même physiquement habituée, il s’agira justement de ne jamais s’y habituer complètement… Et d’oser la regarder cette petite alliance, toujours plus, afin que la grâce travaille : car elle nous modèle bien plus efficacement qu’un simple frottement !

 

vendredi, décembre 9 2016

Une simple invitation

 

Comme une simple invitation à tous mes lecteurs...

... à prier... :-) 

Merci à chacun ! :-) 

http://www.nanterre.fr/uploads/Image/94/IMF_ACCROCHE/GAB_NANTERRE/7626_386_Cathedrale-St-Genevieveok.jpg

 

mercredi, novembre 30 2016

Et si d'Avent(ure) priant(e)

Avent. 

Silence d’attente

Qui affute et apaise le cœur encombré,

Pour qu’il soit vif, aux aguets, tourné vers Toi.

 

Chaleur réconfortante,

De ce temps juste avec Toi :

A prendre pour moi

Comme à prendre pour tous ceux qui, dans le froid, ne le peuvent pas. 

Oraison et intercession. 

 

Silence d’écoute de Ta parole,

Silence qui s’allonge de la lectio,

Pour aimer et pour agir,

Un peu, ou moins mal,

Ici et dehors.

 

Silence de la prière,

A écouter ce silence intérieur et ce qui s’y murmure,

Silence de préparation,

Silence pour être agi(s) par Toi,

Silence de veille : 

Prière simple de l’Avent.

 

Et si les frimas n'étaient qu'une invitation à aller au plus intime de nous-mêmes ? 

Et si le froit de l'hiver s'installant n'était nullement une invitation à un repli mais plutôt à retrouver , après avoir servi nos frères, l'interior intimo meo, bref, Celui qui est plus intime à moi-même que moi-même ? 

Et si l'Avent était bien un moment privilégié où Tu nous glissais au coeur ces "je t'aime, tu sais" dont Tu as le secret ? 

 

mardi, novembre 29 2016

Marie l'attente les braises au coeur

En rentrant ce soir, j'ai installé rapidement les premiers santons de ma crèche : il s'agissait de poser en quelque sorte mon cadre de prière pour l'Avent. 

En attendant Jésus, j'aime bien mettre une petit bougie à Sa place : elle sera remplacée par le santon de Celui qui est Lumière et Vie. 

Petite veilleuse comme une flammèche de joie d'Avent, cette joie toute spéciale, cette joie un peu cachée, qui s'emmitoufle mais qui brûle fort au coeur et qui n'attend que notre disponibilité pour prendre feu ! 

 

Il y a déjà là Marie aussi, comme toute paisible en attendant l'Avènement.

J'aime la regarder, prier par son intercession ces jours-ci : elle est comme une invitation à préparer nos coeurs à accueillir, à prendre feu, à porter le feu hors de ce cadre, pour devenir lumière du monde... 

 

http://www.stephan-leitenberger.fr/Images/PAGES__SITE/94-Creches-de-Noel/118N.jpg

(Non, ce n'est pas ma crèche !)

samedi, novembre 26 2016

Entrée en Avent 2016

 

http://www.stephan-leitenberger.fr/Images/PAGES__SITE/02_Bougies_et_Bougeoirs/avent-rouge.jpg

 

On entend souvent que l’Avent, ce temps de préparation à Noël, est le temps de l’Espérance par excellence. On a envie d’y croire, de se rappeler encore et toujours de la petite fille Espérance de Péguy ou de cette bougie d’Espérance capable de rallumer toutes les autres… Surtout en ces jours où les nuits augmentent tant qu'elles semblent triompher sur le jour.  

 

Quand la nuit pèse encore sur la ville et qu’il est temps de partir travailler, j’ose, justement, espérer la lumière diurne que je vois poindre à l'horizon, comme un encouragement ! 

A toi que je ne connais qu'à peine et que j’ai croisée si triste hier, j’espère ta joie ;

A toi qui trembles de douleur dans ton lit d’hôpital, alité depuis des mois, j’espère ta santé, j’espère ta joie ;  

A toi qui multiplies les c****ries à l’école de plus en plus et qui refuses de les admettre, j’espère la révélation de ce « meilleur » en toi ;

A toi qui trembles devant la participation à un événement que tu ne veux pas voir, j’espère ta venue, j’espère ta joie ;

A toi qui sembles recevoir si durement les coups bas de la vie en ce moment, j'espère des jours meilleurs, j'espère ta joie ; 

A toi qui viens de perdre un proche, j’espère pour lui, j’espère pour toi... 

 

Quand nos nuits et toutes les nuits humaines de la souffrance, malheureusement si innombrables que cette litanie ne saurait les contenir, semblent si présentes, je T’espère Seigneur ! 

J’espère Ta venue comme une audace non triomphale mais fragile,

J’espère..

J'espère comme une simple prière, tendue vers Toi.

 

Dans quelques jours aussi, je m’engagerai pour toujours à la suite du Seigneur et, évidemment, cela marque mon Avent d’une tonalité spécifique.

Est-ce que j’espère ? Qu’est-ce que j’espère ?

Finalement, je ne le sais pas : ou plutôt si, je pressens un bonheur promis, dans l’audace libre d’un « oui » obtenu à l’aune d’un « je t’aime » susurré en mon cœur. Ce bonheur, je le désire, je l’espère !

Je ne sais pas non plus si ma vocation, si méconnue chez la plupart des chrétiens, est réellement « espérée », en dehors de mes amis et connaissances. Mais elle est le fruit, par la prière très certainement, de l’inattendu de Dieu qui, j’ose le croire, espérait mon oui, l’espère et l’attend. Il espère ma joie, mais surtout Il m’espère !  

 

C’est le plus beau tout ceci : non pas notre espérance humaine, mais celle de Dieu.

Dieu qui nous espère toujours, même dans et même après nos pires merdouilles, même dans nos pires nuits ;

Dieu qui nous espère toujours comme Il nous voit, comme Il nous aime.

Peut-être que l’Avent, c’est autant le temps d’apprentissage de l’Espérance que le temps d’apprentissage à être espéré :

Parce que, sous ce regard d’espérance, on a envie de grandir,

On a envie d’accueillir le Christ comme notre sauveur ! 

 

Fais paraître Ton jour et le temps de Ta grâce !

 

 

mardi, novembre 22 2016

Cette carte du ciel en nous - A. Gesché

https://s-media-cache-ak0.pinimg.com/236x/4a/a6/1b/4aa61bf01e4690375ebd28c662f03539.jpg

"En nous se trouve donc une dimension cachée, que j'aimerais appeler une "carte du ciel" comme on dit qu'en ont les oiseaux migrateurs en quête de leur route. L'homme a besoin d'un ciel, il lui faut "la voûte d'une longue phrase au-dessus de l'existence".

Sans doute alors est-il important que nous réapprenions à déchffrer cette carte ou cette phrase, comme notre secret peut-être le plus précieux. Et qui, à notre insu sans doute, nous fait vivre, déposée en nous, telle la tremblante mais indubitable lampe du sanctuaire. Lampe vacillante, mais dont le tramblement dit peut-être justement l'importance ; lampe soumise à tous les risques, mais que nous devons entourer et protéger de nos mains, car elle a été déposée en nous par celui qui a fait de nous une merveille presque insoupçonnable à nos yeux, mais que nous avons le droit de croire et le devoir d'aimer." 

Adolphe Gesché, La Destinée (Dieu pour penser, t.V, chap. I "Topiques de la question du Salut") 

lundi, novembre 21 2016

Femmes croyantes, femmes engagées...

La semaine dernière, j'ai eu l'occasion d'intervenir à côté (géographiquement : dans la paroisse d'à côté ; internetement... sur un blog presque d'à côté aussi !) pour une petite introduction à un chouette temps d'échange et de débat intitulé : 

Femmes croyantes, femmes engagées... une place dans l'Eglise ? 

Ca commence par ici et ça se suit sur plusieurs billets >>

 https://i31.servimg.com/u/f31/11/61/74/35/icone210.jpg

dimanche, novembre 13 2016

Lumières de vie

http://www.lesbonsplansdavignon.com/wp-content/uploads/2011/12/Capture-d’écran-2011-12-05-à-17.26.58.png

Où j’étais ce soir là ? Je crois que, comme chacun, je m’en souviens. Tout comme ce fut le cas pour le 11 septembre 2001.

Il est des événements si brisants qu’ils restent indélébilement marqués dans notre mémoire, dans notre être.

 

Une soirée jeux entre amis (oui, l’auteur de ce blogue est très branchée jeux de société), avec l’anniversaire de l’un d’entre eux après minuit.

Et peu à peu les premiers messages entraperçus sur les réseaux sociaux : l’heure est grave, nous nous sentons désœuvrés, ne sachant que faire en attendant les nouvelles. Finir un jeu, ne pas réussir à en recommencer un. Sonnés par l’horreur absolue qui se dessine peu à peu… Choc.

 

Après minuit, dire des « joyeux anniversaire quand même », sans que le cœur y soit vraiment. Comment saurions-nous laisser une année joyeuse dans ces circonstances ? C’était dur.

 

Je me souviens de la peur au ventre qui était la mienne en parcourant les deux rues qui me séparaient de chez moi. Et si tout s’enflammait suite à cet attentat ?

 

Je me souviens de mes jambes et de mon esprit flageolants chez moi… Sous le choc. Envie de vomir devant tant d’inhumanité : c’était ma propre humanité qui était remise en cause.

 

Je me souviens de ma prière plus balbutiante que jamais… Vers Dieu, pour les victimes, les familles, les terroristes. Les mots qui ne venaient pas, l’impuissance, la bougie allumée comme petit rempart de rien contre l’obscurité qui nous envahissait plus que jamais.

 

Un an a passé. Le terrorisme a encore grandi.

L’humanité s’est comme endurcie par manque de confiance, par peur…

L’humanité est souvent prise à vouloir bâtir des murs pour se protéger…

Et pourtant ce soir, à voir les bougies allumées à certaines fenêtres ou celles virtuelles de Facebook, un peu de lumière et de chaleur semble s’élever.

Il y a la force du souvenir mais il y a aussi celle si forte de l’envie, du désir de vivre. Posture idéaliste ? Sans doute mais posture vivifiante…

 

Au soir du 13 novembre, égrenons les victimes, leurs familles et les terroristes dans notre prière. Mais portons aussi tout le désir de vie de notre monde dans ses flammèches peu solides, incertaines mais toutefois allumées résolument. Car, notre foi nous le dit, la Vie restera mystérieusement victorieuse sur la mort.

 

vendredi, novembre 11 2016

Tandis que le monde tourne ou ne tourne pas rond, elle demeure

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/2/28/Carthusian_coat_of_arms-2006_11_30_murraybuckley.svg/langfr-280px-Carthusian_coat_of_arms-2006_11_30_murraybuckley.svg.png

 

Stat crux dum volvitur orbis

La croix demeure tandis que le monde tourne

C’est la devise des Chartreux.

 

Parfois, le monde semble devenir fou,

Contrôlé ou suivi, on ne sait, par des médias qui ne savent plus bien où ils vont…

Et nous d’ailleurs ? Croit-on vraiment à nos phrases assassines ou à nos traits d’esprit ?

Mais la croix demeure.

 

Là, des proches souffrent, vraiment,

Ici, des situations de misère à peine dicibles,

Et que faire ?

Mes mains ne le savent…

Mais la croix demeure.

 

Quand mes mains ne peuvent que se joindre en un geste de prière,

Quand mes mains ne peuvent que se tendre en un geste d’offrande,

Quand elles se sentent, comme si souvent, si impuissantes,

Il reste cette croix. Toujours.

 

Le monde tourne, bouge et change,

Le monde parfois semble ne plus tourner rond,

Ou rien n’avoir de sens.

Et pourtant cette croix plantée a dessiné, a ancré un centre de gravité

 

Au cœur des détresses, la croix demeure,

Plantée là, silencieuse et éloquente.

Elle est la clé pour encrer d’amour ce qui ne semble plus aller très rondement,

Elle donne la porte d’entrée d’une prière brute,

Pour le monde, pour chacun,

Où chacun est porté par Celui qui y étendit les bras.

  

- page 2 de 86 -