Zabou the terrible

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

The social catholic-wor(k)ship

 

           Comme tant de personnes, je suis allée voir le film The social network narrant les débuts de cette pieuvre tentaculaire du web qu’est Facebook. Je ne raconterai pas le film : d’autres le font bien mieux que moi et on peut même lire une très intéressante analyse du plan juridique du film chez Nicolas Mathey. Je dois dire que le film est prenant et qu’à sa sortie, on se sent un peu le cœur nauséeux quand on est soi-même utilisateur de Facebook. Il est toutefois un point sur lequel j’aimerais revenir, c’est ce souhait de « connecter les gens entre eux »

 

        Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, est le prototype du nerd, de celui qui ne vit plus que par et pour les nouvelles technologies. L’ancêtre de Facebook, il l’aurait créé à l’origine suite à une rupture avec sa copine : vengeance d’un soir d’un amour déçu. Pourtant, au gré des opportunités, il va créer quelque chose de mieux, un fantastique site il faut bien le dire, permettant d’avoir une multitude « d’amis » rassemblés en un même emplacement : là réside tout le hiatus du film et par là même celui de ce site. Quid du lien entre vie « virtuelle » et vie « réelle » ?

 

          Question banale pour un internaute et encore plus pour un participant à ce « réseau social » qu’est Facebook. A la fin du film, Mark se retrouve seul devant son écran, malgré la multitude « d’amis » qu’il a contribué à faire se rencontrer. Heureux, vraiment heureux de coder bien que passionné ? Ce n’est pas gagné… En réalité, c’est toujours la même question qui se pose pour chaque utilisateur d’internet fréquentant les réseaux sociaux, les fora ou… tenant son blogue : quelle place dans ma vie réelle ? Ma vraie vie, celle que je n’ai qu’en un exemplaire, totalement unique, et sans pseudonyme ? Elle se pose encore plus pour un catholique : puis-je être ici sur le web si je laisse mon voisin souffrant ? Mon témoignage a-t-il un sens si je passe ma vie à créer des liens qui ne se tissent que dans un approximatif virtuel ?

 

          Souvent et sans vous en faire part, depuis cinq ans, je me suis posée la question de la poursuite ou non de ce blogue, pour tout vous avouer - d’autant plus que je ne lui ai jamais assigné une quelconque ligne directrice, préférant le laisser aller son chemin au gré des méandres de ma propre vie : guère sérieux. A chaque fois que la question se posait à moi, j’ai reçu un message inattendu me poussant à continuer : alors, j’ai continué, recevant et interprétant cela comme un encouragement. C’est que cette question de « virtualité », associée à celle d’engagement, me tracassait alors dans les profondeurs. Jusqu’au jour où j’ai découvert qu’un catholique, il avait mieux et plus fort qu’un réseau social : il avait un réseau spirituel. En langage technique, on l’appelle « communion des saints » : ça fonctionne mieux qu’un quelconque bout de « code » parce qu’avec le Saint Esprit, c’est tout de suite bien plus puissant !

 

Ce qui donne et fait sens à la présence chrétienne sur le net, même dans ses aspects les plus futiles, c’est bien la prière. 


C’est la prière qui rend concrète nos rencontres virtuelles ; c’est la prière qui crée un lien entre nous, qui fait qu’un contact par internet n’est pas seulement un « numéro de plus » dans les amis Facebook mais bien une personne à part entière, à apprendre à connaître, à apprendre à aimer. Et l'action, le concret, ne saurait à ce moment-là passer à la trappe puisque son absence invaliderait la prière ! 

 

Doux rêve d’une vie où réalité et virtualité se trouveraient alors, par ce moyen, parfaitement unifiées. 

Dites, on dit que je prie pour vous... et vice et versa ? 


Commentaires

1. Le dimanche, novembre 7 2010, 07:07 par Nitt

Ouaiiis !
Unies en Christ ! (Oui, j'ai été traumatisée de l'UDP par un certain Edmond...)

2. Le dimanche, novembre 7 2010, 13:32 par Xénia

Bonjour Zabou
Le film the social network m'a aussi beaucoup intéressée. Ton analyse est très intéressante. Cependant, je ne ferais pas de façon si simple le raccourci entre la communion des saints et le monde virtuel de Facebook. Chrétienne moi aussi, j'ai conscience que la prière crée de façon originale un lien fort entre les individus (lien que l'on reconnaît dans la foi). mais je connais aussi des priants qui sont seuls dans leur tête, seuls avec leur dieu, comme un internaute peut se trouver seul devant son écran. Pour moi, dans ce cas, c'est la même réalité de solitude. A nous, dans nos relations physiques, informatiques, priantes, de faire vivre l'Esprit qui les anime ! Je pense que si le danger de Facebook est évident, il y a aussi ce côté "ouverture aux autres, au monde", bien réel; FACEBOOK peut permettre d'entrer en communication et, plus loin, en relation. Pour la prière, elle ne remplace pas une autre relation, elle la transcende. Voilà mon avis. Bravo pour ton blog ! Continue !Bien amicalement, Xénia

3. Le dimanche, novembre 7 2010, 15:21 par Marie-Anne

J'adhère complètement à ce que tu écris... Ces liens tissés, ces blogs découverts, ces "amis" FB connectés, si tout ça reste virtuel, chacun derrière son écran, il n'y a pas grand intérêt. Si par contre, on prie les uns pour les autres, le lien devient réel et unique, même si on ne se connaît pas (encore) dans la vraie vie !
Mais un blog chrétien comme le tien et bien d'autres a aussi son utilité propre... partager, interpeler, faire réfléchir !
Alors merci pour tout ça, pour tout ce que tu apportes et m'apportes en particulier...
ok pour le vice-versa ;o)

4. Le dimanche, novembre 7 2010, 16:50 par thierryl

Ce qui existe avec Facebook existait déja bien avant (1979 ou 30 ans si on fait remonter ce côté communauté en ligne par Unsenet) car le chat les forums et les listes de courriers, les jeux vidéos, permettaient déjà de se rencontrer, de se rejoindre dans la vie réelle, il y a toujours eu cette balance entre vie OnLine et IRL (In Real Life). Allers et retours...
Ce qui est curieux c'est d'affilier cela à une seule marque qui s'appelle Facebook, qui n'est qu'une marque comme une autre, on peut décider d'y passer une part de son temps ou pas.
J'imagine que c'est uniquement à titre d'exemple ?

5. Le dimanche, novembre 7 2010, 18:38 par Anne-Claire

Et combien ces amitiés nées des blogues peuvent être belles et riches, combien ces rencontres aussi inattendues que vivantes...
Pour tout ça et pour le reste, merci Zabou ;-)

6. Le lundi, novembre 8 2010, 08:41 par Tigreek

Facebook est certes à prendre avec prudence... plus pour les informations qu'on y met (qui sont publiques, comme beaucoup de choses sur Internet) que pour la facilité à y trouver des contacts. Mais comme le dit thierryl, le net existait avant, et les nerds aussi...

Ce que je vois dans tous les outils Internet, c'est surtout la possibilité de se faire des amis, qui deviennent un jour des amis IRL ! ;)

Et à fond pour le chrétiennetwork ;)

7. Le lundi, novembre 8 2010, 12:11 par Isabelle

Anne-Claire, +1
;-)

8. Le lundi, novembre 8 2010, 15:46 par Geneviève

Il s'appelle Joris, il l'appelle Faith book. Elle s'appelle Lydie, Depuis 7 ans nous partageons journalièrement par cam interposée des "Petits Pains de Vie". Elle s'appelle Anne-Marie, plusieurs années de partage croire.com, puis mails perso, puis courrier, puis msn, je la reçois pour la première fois à la fin du mois! Elle s'appelle Zabou sans l'avoir jamais vue je la rencontre souvent, au gré de nos engagements communs auprès des servants d'autel, au gré de ce petit quelque chose qui me la rend chère et me ramène régulièrement ici. Alors si je prend chacun de ces liens très forts qui se sont tissés ici sur la toile, je m'aperçois que cette attirance qui nous a interpelée, qui a donné vie au virtuel est bien la même qui nous pousse vers ceux qui nous entourent, qui nous sont proches. Nous faisons Eglise partout aussitôt que nous sommes en présence. Prier les uns pour les autres est naturel et arrivera encore si un autre réseau se créait. Nous sommes "Aimant-és"...
Je te garde dans ma prière chère Isabelle.

9. Le lundi, novembre 8 2010, 18:13 par AnnePriscille

On dit comme ça ! =D

10. Le lundi, novembre 8 2010, 21:52 par Lionel

Je ne sais si tout cela a un rapport avec la prière, sans doute incidemment en incise à la fin, mais ce n'est pas ce qui a motivé les réponses, à juste titre, ni ce qui motivera la mienne, à un juste titre aussi, et même injuste titre.
On est surpris à plus d'un titre par le succès de ce sujet, mesuré à l'aune de ses commentaires, surtout comparé à la royale désertitude d'autres sujets non moins intéressants, on se contentera de la formule consacrée "je ne réagis pas mais je n'en pense pas moins", et même encore moins, c'est à dire pas grand chose, sinon rien, moi aussi.
D'ailleurs je ne pense rien du sujet abordé, mais je n'en pense pas moins. Pour autant.
Je pense qu'un blog intéresse par la personnalité de son auteur, peut-être aussi éventuellement de ce qu'il a à dire, mais surtout par la façon dont il le dit. C'est ainsi.
Ici il y a une sincérité qui frappe, et même qui terrasse, on reçoit parfois un coup qui vous fait mettre un genou à terre.
Quant à prier, le mieux est encore de mettre les deux, après avoir fermé la porte de sa chambre, comme je l'ai lu quelque part...

11. Le mercredi, novembre 10 2010, 20:08 par Zabou

@ Nitt : vouip, je ne suis pas non plus une grande adepte de l'"UDP" pour l'"UDP" non plus et préfère, sauf exception, utiliser d'autres formules ;-) 

@ Xénia : tout d'abord, bienvenue ici :-) Oui, la brièveté de la forme d'écriture sur "blogue" me contraint à quelques raccourcis et je suis d'accord avec ton analyse. Toutefois, quand je parle de prière, je parle de la "vraie de vraie", de celle qui s'exprime AUSSI en actes... et qui pousse forcément à rendre la relation avec l'autre profonde, vraie et exigeante. 

@ Marie-Anne : et merci itou, et ouip vice et versa (mieux que la chanson des inconnus ;-))

@ thierryl : bienvenue d'abord à vous aussi ! Si je parle de Facebook, c'est tout simplement que le "prétexte" de mon billet est le film The Social Network narrant les débuts du dit site ! 

@ Anne-Claire et Isabelle : et merci à toutes les deux, ô mes gardiennes du sommeil (entre autres ;-)) 

@ Tigreek : je dirais même plus : à donf ! (Désolée, il paraît que je suis dans une période "je parle n'importe comment", ça arrive chez les djeunes à c'qu'y paraît)

@ Geneviève : ... que te répondre, sinon un grand sourire ? :-) Et j'aime particulièrement cette phrase, tellement vraie : "Nous faisons Eglise partout aussitôt que nous sommes en présence". Bien sûr, en communion

@ Anne-Priscille : yeah :)

@ Lionel : et toi, tes messages toujours si singuliers, parfois provoc', me font sourire tant je devine combien ils sont portés par une Foi immense (et ne me réponds pas que c'est faux car tu n'es pas encore capable de déplacer une montagne !). Merci... 

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.zabou-the-terrible.fr/trackback/1036

Fil des commentaires de ce billet