Zabou the terrible

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Je lève les yeux vers les hauteurs

 

Quand un prépare un concours, on a tendance à avoir la tête dans le guidon : littérature française, grammaire, littérature comparée, latin, stylistique, allemand, ancien français… autant de mots qui deviennent la litanie scandant nos journées, dans un rythme rugueux, harassant, étouffant.

 

On a beau avoir choisi ce parcours, on a beau être passionnée par sa matière, on a beau savoir qu’après les difficultés devrait venir  un avenir peut-être plus serein, il est parfois dur de rayonner, de retrouver ses perspectives ou, pire, son désir, sa motivation initiale qui traîne, enfouie sous quelques kilogrammes de bouquins abscons.

 

C’est qu’à force de regarder le guidon, on oublie parfois qu’il convient de regarder un poil plus haut, à quelques dizaines de centimètres au-dessus : la hauteur fait un peu peur, prend un peu plus de temps pour l’accommoder mais elle rouvre nos yeux à la beauté. Elle redonne sa luminosité au paysage tout en évitant la chute, probable, de celui qui ne saurait regarder au-delà.

 

C’était il y a deux semaines, je traînais en réunion pour un futur grand événement catholique. Une réunion vraiment utile pour une fois, l’une de celles où l’on sort content d’avoir avancé, mais la tête en surchauffe après avoir épluché et réglé dix mille détails pratiques. Fin de journée. Une proposition, un acquiescement commun sans se consulter. Dix personnes se lèvent : un simple « Je vous salue Marie » doucement prononcé par ces voix d’hommes et de femmes qui se mêlent… Rien d’autre qu’une perspective regagnée, dans les échos imprévisibles de ma vie.  


Commentaires

1. Le mercredi, décembre 8 2010, 08:32 par Tigreek

"Tournez les yeux vers le Seigneur, et rayonnez de joie !
Chantez son nom de tout votre coeur, il est votre sauveur..."
( http://www.deezer.com/listen-767741... )

Merci ! :)

2. Le mercredi, décembre 8 2010, 10:56 par NM

Il ne faut pas perdre ce souci de hauteur car après le concours (peu importe lequel) il y a encore mille guidons pour nous faire baisser la tête.

Je ne sais pas pourquoi les prières de fin de réunions efficaces sont souvent le plus émouvantes : est-ce dû à la satisfaction d'avoir fait du bon bouleau ou bien plutôt avons nous été plus efficaces grâce à l'Esprit saint qui donne également vie à notre prière ?

3. Le vendredi, décembre 10 2010, 17:52 par Zabou

@ Tigreek : "j'ai cherché le Seigneur et il m'a écouté" ;-) (euuh, c'est quoi cette version ???)

@ NM : eh oui, mais pas toujours facile... Pour le reste, j'ai vraiment cette sensation d'orientation profonde retrouvée qui donne sens au reste lors d'une prière de fin de réunion, que celle-ci fut productive ou... beaucoup moins ! 

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.zabou-the-terrible.fr/trackback/1045

Fil des commentaires de ce billet