Zabou the terrible

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Aux poètes du theatrum mundi

« Ce qui permet de voir comment l’auteur ne se dit pas au théâtre, mais écrit pour qu’un autre parle à sa place. » (Anne Ubersfeld, Lire le théâtre I)

 

Douceur du livre théorique qui confine au spirituel, qui sonne comme une invitation à un apprentissage :

 

Non seulement à laisser notre plume, nos écrits, s’emplir du Verbe mais bien plus encore à le laisser illuminer notre vie ;

 

Invitation à l’écrire, cette vie, à la jouer, à la donner pleinement pour qu’elle s’inscrive comme un poème, particulier, unique ; pour qu’elle devienne comme une œuvre d’art que nul autre ne saurait jouer dans ses infimes nuances : tout simplement pour qu'elle soit une  vie qui résonne la Sienne dans l’immense theatrum mundi.

 

Commentaires

1. Le samedi, décembre 11 2010, 10:59 par Baroque

"l’auteur ne se dit pas au théâtre, mais écrit pour qu’un autre parle à sa place"

En effet, belle manière de comprendre la façon dont Dieu se rend présent dans le monde !

2. Le samedi, décembre 11 2010, 11:21 par Corine

Invitation à mettre en scène sa Parole, à nourrir notre coeur d'un dialogue constant avec Lui, à jouer notre rôle enfin, à donner "à voir" et "à regarder".J'aime beaucoup ta métaphore Zabou.

3. Le dimanche, décembre 12 2010, 06:00 par Nitt

C'est profond et très juste... Merci Zabou !

4. Le vendredi, décembre 17 2010, 01:10 par Zabou

... comme quoi la théorie littéraire, ça mène à tout ;-)

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.zabou-the-terrible.fr/trackback/1046

Fil des commentaires de ce billet