Zabou the terrible

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Espace de liberté + espace de fragilité = espace christifié

 

Les espaces de liberté se font rares lorsque les mois filent et approchent de l’échéance : il est du devoir de l’agrégatif de les recréer pour parvenir à respirer. L’un des miens est d’aller – oh, quand je le peux, certains jours – à ces messes de semaine : courtes, petites, sans gloriole ni trompette mais que j’apprécie tellement parce qu’elles m’aident à réinscrire sans cesse l’Essentiel dans ma vie.

 

Le 22 février, c’est une date un peu particulière pour moi et la messe y fait toujours partie de mon agenda, aussi chargé soit-il. Hier en fin de matinée, une panne d’oreiller, un concours de circonstances me fit aller non dans une de mes « paroisses de semaine » mais dans la mienne : ce concours de circonstances était finalement heureux ou, comme l’a dit mon vicaire conceptuel d’un sourire en me voyant arriver, avec une formule lapidaire dont il a le secret : « t’as bien fait ».

 

On fait toujours bien d’aller à la messe, je le sais bien, pas la peine de me le redire, padre enfin !

 

Ma présence rajeunissait de quelques décennies l’assemblée du jour, qui se comptait hélas sur les doigts des deux mains, dans une paroisse désertifiée (ah, les vacances scolaires !). Là, je sentis combien c’était bien ainsi, que j’avais eu vraiment raison de venir ici prier avec eux, les fidèles parmi les fidèles. Prendre exemple sur leur fidélité et leur apporter par ma petite présence l’inattendu de la jeunesse.

 

Sourires mutuels, salutations à chacun : petite communauté aux liens solides, tissés dans la fidélité et dans l’amitié.

 

Et puis, surtout, elle, là assise, sans force pour se lever.

Elle qui avait la tête baissée, les mains empêtrées dans son chapelet.

Elle dont les cheveux à moitié en bataille recouvraient le regard, visiblement perdu, un peu égaré.

Elle, qui allait recevoir le sacrement des malades, ce jour, maintenant, à cette messe.

 

« Zabou, viens m’aider »

Tenir le rituel pendant l’imposition des mains.

Tenir l’huile pendant que son front et ses mains étaient oints.

Regarder, admirer de toutes ses forces ce qui se jouait là.

Et prier, surtout, pour que le Christ soit sa Force,

Prier de toutes ses pauvres forces.

 

Être émue, profondément émue

De la confiance tranquille de celle qui recevait ce sacrement.

De la douceur de celui qui le lui donnait…

Quelque chose de tellement grand et de tellement simple se passait à côté de moi et j’avais la chance d’en être témoin.

 

Et puis surtout voir ce regard  fuyant se transformer soudain en regard rayonnant,

Un sourire aux lèvres revenu, des yeux emplis de gratitude.

Fantastique simplicité du geste où  le Christ advient :

Que le Christ soit sa force, toujours !

 

J’avais bien fait de venir, ici et non ailleurs, ce matin-là, oui.

 

Commentaires

1. Le mercredi, février 23 2011, 11:15 par Tigreek

T'as bien fait ! :D (d'y aller et puis de nous le partager !)

Et j'ai bien fait de venir te lire, aussi, venir puiser dans cette espérance un peu de la force pour vivre mieux, prier même dans le désert, chercher encore à L'atteindre...

2. Le jeudi, février 24 2011, 10:00 par Vianney

C'est beau :) Merci Zabou, Deo gratias !

3. Le jeudi, février 24 2011, 23:08 par Firenze

Merci d'avoir partagé ce moment.
Moment de grâce où l'on voit Sa présence sur le visage de quelqu'un.

Et puis j'en profite pour dire combien j'aime moi aussi me glisser dans cette église de ma petite ville quand mon emploi du temps se troue à la bonne heure. A l'heure de Dieu tout simplement.
Et ma journée est toujours autre ces jours là.
Nourrie de ce pain, elle devient invisiblement extraordinaire.

Encore merci de ce beau message

4. Le samedi, février 26 2011, 10:13 par Nitt

Je vais dire un truc très bête : tu m'as émue aux larmes.
Ces pépites d'éternité adviennent sans crier gare, et il suffit de lire quelques mots pour faire revenir sous la surface tout ce que, si rares qu'ils ont pu être, ils ont pourtant laissé de joie et d'émerveillement.
Merci Zabou.

5. Le mardi, mars 1 2011, 00:39 par Zabou

Bon, à vous lire, j'ai plus que bien fait alors ! :) 

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.zabou-the-terrible.fr/trackback/1074

Fil des commentaires de ce billet