Zabou the terrible

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Aux tons d’automne

 

« Une éternité de beau temps pèse aux membranes closes du silence, et la maison de bois qui bouge, à fond d’abîme, sur ses ancres, mûrit un fruit de lampes à midi

pour de plus tièdes couvaisons de souffrances nouvelles. »

 

Saint-John Perse, Poème à l’étrangère

 

Automne ;  

Dépouillement progressif des teintes visibles ; 

Retour progressif vers le plus intérieur où le Froid touche moins : 

Couvaisons de souffrances, couvaisons de joies, ou, peut-être plus justement, tout simplement, de tout ce qui sera…

 

Commentaires

1. Le dimanche, octobre 9 2011, 18:15 par Isabelle

Il est au programme?

2. Le dimanche, octobre 9 2011, 18:41 par Zabou

@Isabelle : eh non ;-) 

3. Le dimanche, octobre 9 2011, 22:08 par Corine

C'est bien pour cela que j'aime l'automne, et l'hiver davantage encore: pour le retour vers le plus intérieur... et que j'aime ta photo!

4. Le lundi, octobre 10 2011, 10:28 par Anne-Claire

Plus de 'couvaisonS' de souffrances que de 'couvaison' de joies ?...

5. Le lundi, octobre 10 2011, 21:55 par Lionel

Elle est belle cette photo, une telle chapelle ne doit exister qu'au fin fond de la province normande, ai-je songé, dans l'une de ces églises oubliées où tu poses ton vélo contre un muret de vieilles pierres, où tu sais trouver la clef entre d'autres vieilles pierres, entrer sans trop faire grincer la porte d'un autre âge, t'agenouiller dans la pénombre du clair-obscur...

J'avais même l'impression de la connaître, de la reconnaître, elle me rappelait tant celles de Saint Pierre de Montmartre, les deux petites chapelles de part et d'autre du chœur de l'église, cette église de l'ancienne abbaye de Montmartre, la chapelle des fonts baptismaux, à droite, celle de ta photo, et la chapelle du Saint Sacrement, à gauche, celle où je vais parfois...
http://www.patrimoine-histoire.fr/i...

... au temps d'automne notre cœur se serre en te lisant.

6. Le mardi, octobre 11 2011, 00:05 par Zabou

@ Corine : à chaque saison ses joies ! 

@ Anne-Claire : Hein, quoi, comment, que dis-tu ? (merci !) 

@ Lionel : Bravo ! Mais que ton coeur ne s'en serre point trop pour autant ! :-) 

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.zabou-the-terrible.fr/trackback/1167

Fil des commentaires de ce billet