Zabou the terrible

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mes doux lapins…

 

Quand j’étais animatrice d’aumônerie en lycée, on causait de problèmes super graves, genre t’es stylo plume ou stylo bille ? T’es « fraises tagada » ou plutôt « schtroumpfs ? » Bon, aussi oui, bien sûr, mais en fait, on tâchait surtout de découvrir Dieu à l’œuvre dans nos vies et toujours un peu mieux, Bible ouverte et vies prêtes à s’ouvrir.

 

Pourtant, particulièrement quand on est ado, y a des points qui coincent et qui font qu’ils ont bien souvent du mal à faire rimer ça avec « catho ». Ca vient comme ça, quand on ne s’y attend pas et pourtant avec la même fréquence que les averses en Normandie :

 

« Nan, mais l’Eglise, elle est réac quoi…

Pas du tout adaptée. Elle n’y connaît rien ! »

Avec, en bonus potentiel, un léger soupir de dédain l’accompagnant.

 

Sur ce sujet, à tous les coups l’on gagne quand l’on commence à parler amourettes et puis, d’un coup, amour et sexualité.

 

J’avais alors toujours mon expression choc pour répondre et chercher à lancer une discussion un plus juste :

- Vous savez, l’Eglise, ce n’est pas son rôle de vous dire d’aller baisouiller partout comme des lapins ! Elle vous trouve mieux que des lapins, elle vous prend au sérieux, elle vous pousse vers le haut, vraiment ! Vers plus d’humanité.

 

Quand la remarque est prise au sérieux, quand le regard prend une teinte positive, la discussion s’apaise et peut emmener sur de belles discussions, en Vérité.

 

C’est sans doute ce passé – ou ce passif, je ne sais trop – de ces cinq belles années d’animatrice qui m’a fait un peu voir trouble, un peu rouge, mais pas à la façon des albinos, sans toutefois sombrer dans la sauce à la moutarde, en regardant les affiches de mon université.

 

 

 

Il est louable qu’il y ait des tests de dépistage du sida et encore meilleur que ceux-ci aient rencontré un si grand succès que l’administration en réorganise une 2nde édition sur un autre site de notre université. Cette maladie est grave et tout doit être fait pour l’éradiquer d’une part ; en soigner au mieux ceux qui en sont porteurs d’autre part.

 

Mais, dans une fac qui se dit mettre les « Humanités au cœur du quartier latin », il y a quelque chose de curieux à mettre ainsi en avant pareille affiche exhibant des lapins et suggérant qu’ils ne se font pas qu’un bisou sur le nez. Avec pareille légende, assez moche.

 

Ok, c’est peut-être la réalité estudiantine, je ne sais, mais je crois que considérer l’homme comme un lapin, ce n’est pas lui rendre service… Et quand, sur le site de l’université, juste en dessous, on propose un concert La Création d’Haydn, l’association des infos prêterait plutôt à  sourire !

 

 

 

Un truc qui est beau, dans la religion catholique, que l’on croit ou que l’on ne croit pas mais si on choisit de la regarder avec bienveillance, c’est que c’est vraiment l’ensemble de notre humanité qui est prise en compte. Pas un seul de ses aspects, comme le propose une université, mais bien tous.

Education à l’Amour ; recherche d’unité, en Dieu.

 

Et pour les infos pratiques, c’est par là :

Lien vers la journée de dépistage bis.

 

Commentaires

1. Le lundi, décembre 5 2011, 21:41 par s.u.père François

Au delà de ma blague potache du menu, je trouve ton article très juste. Merci.

2. Le lundi, décembre 5 2011, 23:31 par Nitt

Jolie répartie, que je garde dans un coin, prête à servir la prochaine fois qu'on me parle des idées réac. de notre Mère l’Église à propos de la sexualité...
Tu as raison, c'est bien toute la personne humaine qu'on prend en compte, et non juste le corps, ou juste l'âme, comme s'il fallait les séparer pour mieux s'éclater. Bien au contraire, c'est en les réunissant dans le même respect de la nature humaine qu'on trouve le bonheur.

Quand au reste, je préfère me taire sinon je vais faire des jeux de mots idiots.

3. Le mardi, décembre 6 2011, 12:30 par Bashô

Pourquoi répondre à une caricature (l'Eglise collet monté) par une autre ( baiser comme des lapins )? Entre suivre rigoureusement et à la virgule près l'enseignement du Magistère et forniquer dans tous les coins, il y a de la marge...

4. Le mercredi, décembre 7 2011, 20:27 par Jean-Michel Castaing

La chasteté, pour quoi faire? La chasteté ( qui est différente de l'abstinence), ça s'apprend. D'abord, ce qu'elle est. Ensuite, en vue de quoi. Quand on est chrétien (mais pas seulement), on comprend que la sexualité ( la différence des sexes) est un grand mystère d'amour par lequel deux personnes se donnent l'une à l'autre, comme le Christ s'est donné à l'Eglise. Nous voilà arrivés à Dieu! Eh oui, la chasteté, ce n'est pas la contrainte qui la motive, mais Dieu, Celui qui unifie nos vies. Comme le souligne Zabou, la foi prend l'homme en intégralité, et non pas un corps ici, une psyché là, et un esprit où? ... ailleurs? Par la chasteté, nous sommes unifiés, et non pas seulement pour nous épanouir benoîtement en nous-mêmes, mais en Dieu: c'est quand même un peu plus beau, non? La beauté sauvera le monde: quel moment plus propice pour le rappeler que celui des vigiles de la solennité de l'Immaculée Conception?

   "La créature dans son honneur premier et dans son épanouissement final,
    Telle qu'elle est sortie de Dieu au matin de sa splendeur originale"
  Claudel, "La Vierge à midi"
5. Le jeudi, décembre 8 2011, 17:04 par Lionel

... il semblerait qu'il n'y ait pas une seule réponse féminine sur ce sujet

... serait-ce un hasard où les filles seraient-elles plus fines...

6. Le jeudi, décembre 8 2011, 21:44 par David

euh. Nitt, c'est une dame! zabou aussi mais ça allait de soi.

7. Le mardi, décembre 13 2011, 18:36 par Zabou

Cool, j'avais pas trop le temps ces derniers jours et y a David qui a répondu pour Nitt (puis pour moi aussi, même si, oui, cela va de soi ;-)) !

@ Bashô tout de même : l'idée justement était d'utiliser la caricature pour dépasser les caricatures ! :-) 

8. Le samedi, décembre 17 2011, 14:32 par C.S. Indhal

Hu hu, réplique d'autant plus pertinente, Zabou, qu'une critique féministe très répandue sur l'enseignement de l'Eglise dans le domaine des relations affectives et de la sexualité, c'est que : "Chez les cathos, les femmes pondent comme des lapins !". (En plus, c'est biologiquement très discutable, les lapins n'étant à ma connaissance pas ovipares, mais bon… ^^)

9. Le jeudi, décembre 22 2011, 00:28 par Zabou

Bien vu... et les femmes non plus d'ailleurs ! ;-) 

10. Le dimanche, janvier 15 2012, 17:02 par C.S. Indhal

Ah oui ? Tiens donc… ^^

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.zabou-the-terrible.fr/trackback/1192

Fil des commentaires de ce billet