Zabou the terrible

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

E(s)pris de sainteté, viens combler nos cœurs

 

Il y a quelques jours, à la suite d’une bête remarque de ma part sur internet[1], je me suis fait traiter d’ « esprit empreint de sainteté ».

 

Parce que je ne me pense pas « empreinte » d’une sainteté bien trop haute pour moi (ou alors je me sens pied, si vous préférez, ça oui, en marche), pécheresse comme chacun, je préfère marquer « éprise » de sainteté.

 

Cela était certes dit pour me renvoyer au modèle d’une sainteté mièvre et pudibonde que les images sulpiciennes rose bonbon et autres histoires niaiseuses pour enfants ont contribué à forger dans l’imaginaire collectif[2].

 

Mais la sainteté, ce n’est pas ça.

 

La sainteté, ce n’est pas un refus généralisé de tout ce qui touche à la vie humaine. « Au contraire, tes disciples mangent et boivent ! »[3] s’exclamaient les pharisiens et les scribes, outrés[4], à Jésus. Et ce n’est pas inversement réservé – ce que pensent d’autres personnes – à des surhommes et à des surfemmes, embrassant seuls des chemins aussi périlleux que glorieux : une perfection inaccessible ? La sainteté, c’est notre appel commun, à tous.

Quelle que soit notre voie pour y répondre, nous y sommes tous attendus.

 

La sainteté, c’est un accueil jour après jour de Dieu et de ce qu’Il nous donne de vivre.

La sainteté, c’est l’apprentissage de l’Amour, dans une grâce et une liberté qui se répondent harmonieusement.

La sainteté, c’est choisir cet Amour, inconditionnellement ; et désirer en vivre, profondément.

La sainteté, c’est un chemin abrupt aussi, oui, parce qu’il est chemin de toute notre humanité dans la suite du Christ et qu’il est donc aussi travail au plus profond de soi, dans les rugosités de nos êtres.

 

Mais la sainteté, c’est un chemin sur lequel il est beau de s’engager ;

Sur lequel, en fait, il est juste chrétien de s’avancer et qu’on ou tout au moins que, moi, j’ai trop tendance à oublier dans mes dizaines de préoccupations quotidiennes.

 

Je remercie la personne qui m’a fait cette remarque parce qu’en ce temps de l’Avent, cela m’appelle particulièrement à vivifier mon désir de sainteté,

A être pour de vrai « éprise de sainteté » dans l’accueil jour après jour, du don de Dieu, désiré ;

Don vivant à accueillir, à laisser vivre en moi, pour être un jour, non pas canonisée, mais bien, pour de vrai et pour mes frères, être « empreinte de sainteté ».

 



[1] peut-être un peu idiote d’ailleurs. En tout cas, certainement inutile.

[2] Façon Ste Thérèse et les roses autour vous voyez…

[3] Luc v, 33.

[4] Comme de vieilles outres… mais vous n’étiez vraiment pas obligés de lire cette note ! 

Commentaires

1. Le mardi, décembre 13 2011, 19:01 par Vieil imbécile

Les roses façon sainte Thérèse, ou la petite voie façon sainte Thérèse ? ;)

2. Le mardi, décembre 13 2011, 22:03 par Zabou

Les roses... mais seulement les fausses toutes moches ! ;-) 

3. Le mercredi, décembre 14 2011, 09:30 par Firenze

J'aime bien cette empreinte de Dieu, qui laisse une odeur de sainteté.
Joli billet, qui nous renvoie à notre propre chemin.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.zabou-the-terrible.fr/trackback/1194

Fil des commentaires de ce billet