Zabou the terrible

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Veille de rentrée

 

« Avez-vous des résultats ?

Quand le Seigneur est mort, quels résultats avait-il ?

Nous ne sommes pas encore morts.

 

Nous pensons qu’on ne peut pas aimer sans produire de la grâce. Mais cette grâce, où va-t-elle, vers qui va-t-elle ? Vers quel lieu ? Vers quels temps ?

Dieu n’a pas à nous le dire.

 

À travers ces êtres proches que nous aimons, au bureau, en famille, dans la rue, c’est le monde entier que nous avons à aimer.

Ce monde entier nous ne l’aimons en vérité que si nous aimons pratiquement ces êtres qui sont près de nous. Mais, les résultats, à Dieu d’en décider le lieu et le temps.

 

À propos de milieux particulièrement imperméables à la grâce, au message chrétien, on souhaiterait ardemment la multiplication de Carmels, de monastères priants et pénitents.

Ce souhait ne nous coûte pas cher.

Quelque chose de plus onéreux et d’immédiatement réalisable, c’est de hâter notre propre dépouillement et de laisser dans ce dépouillement jaillir un amour forcené du monde, l’amour même du Christ pour ce monde pour tout le monde. »

 

in Madeleine Delbrêl, « Pays païens et charité » (1943), reproduit dans le 7ème tome des Œuvres complètes, La Sainteté des gens ordinaires, éd. Nouvelle Cité, p. 48-49.

 

Commentaires

1. Le mardi, novembre 20 2012, 03:14 par Pelerin sur la terre

Encore un fois ... MERCI!
J'aime tant Madeleine Delbrêl ... "missionnaire sans bateau", "sainte de la vie ordinaire" ...

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.zabou-the-terrible.fr/trackback/1331

Fil des commentaires de ce billet