Zabou the terrible

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Que Ton feu, Seigneur, brûle en nous !

 

 

 

Comme chaque mois, il s’agissait de les faire prier.

De les aider à prier parce qu’une réunion « catho » n’a de sens que si elle mène un peu plus chacun de ses participants vers Dieu,

Que si elle nous aide à ancrer chacune de nos paroles dans Sa Parole.

 

La tâche de ce week-end était ardue vu l’évangile offert à notre méditation.

Comment parler de la parousie ou même plus largement d’eschatologie à des jeunes ? A des jeunes dont certains sont très jeunes ? 

Tout cela, même sans citer de grand mot, mais surtout sans tomber dans une vision mignonette-niaiseuse de la venue du Christ, puis du paradis à grand renfort d’anges et de trompettes (ah ouais, nan, ça, c’est vraiment dans l’apocalypse), avec nuages du paradis moelleux et tout confort face à une grande fournaise pleine d’humains à la broche ?

 

Pire encore que de l’explication : comment prier avec, vraiment ?

 

J’ai relu l’évangile du dimanche, j’ai prié moi-même… puis je suis restée sur cette phrase : « sachez que le Fils de l'homme est proche, à votre porte »

 

Je me suis dit que, pour prier, on pouvait peut-être partir du passé, du nôtre, de tous ces moments si lumineux que oui, nous savions que Dieu était à notre porte, qu’Il était là, à ce moment-là.

Moment(s) de feu !

 

Goûter au silence avec cette phrase, avec cette idée…

Puis les inviter, une fois un moment particulier trouvé, à aller allumer une bougie pour en rendre grâce ;

Et à poursuivre cette action de grâce en son cœur, en demandant au Seigneur de l’étendre à l’ensemble de notre vie ;

En Lui demandant d’en être souvent les témoins et les instruments.

 

Bien sûr, quand on est nombreux, tous ces instants épars ne forment plus qu’une seule magnifique gerbe de lumière.

 

 

 

Et l’on peut alors se rappeler que la venue du Fils de l’homme sera comme un feu…

Et comme Il voudrait « qu’Il soit déjà allumé »… en nous ? 

 

 

Commentaires

1. Le mardi, novembre 20 2012, 00:14 par Firenze

Quelle joie de sentir Son feu s'allumer en eux rien qu'à la lecture...
Merci de nourrir ma prière ce soir.

2. Le mercredi, novembre 21 2012, 16:23 par Zabou

En communion alors, chère Firenze ! :) 

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.zabou-the-terrible.fr/trackback/1334

Fil des commentaires de ce billet