Zabou the terrible

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Crois-tu que le Christ est vivant, qu’Il nous aime ?

On me fait souvent la remarque que je ne réussis pas à parler d’Église sans, rapidement, parler de Foi ; que je ne parviens pas à parler de ses prises de position sans me référer à cette Foi qui nous anime, lien vivant d’une amitié, d’un amour fou, entre le Seigneur et nous. Et cela, ce n’est malheureusement pas assez, il faut toujours aller plus loin, sinon l’on tombe vite dans la vacuité des idées et dans un durcissement de position sans raison, oubliant Charité et Vérité, c’est-à-dire le Christ.

 

Tout cela, c’est que ce dit encore mieux l’édito de la Lettre du diocèse de Nanterre pour janvier et février 2013, rédigé par Mgr Daucourt qui veut visiblement nous provoquer dans notre hibernation. Ce texte a déjà paru ici ou là sur le net mais, parce qu’il est vraiment bien, profondément vivifiant et juste et qu’il tombe à pic en ces temps de grands débats sociétaux, je le recopie ici.

 

« Comme évêque, je me demande parfois si certains catholiques ne sont pas des « athées pieux » (phénomène connu en Italie sous l’appellation « atei devoti »). L’athée pieux défend des « valeurs ». Il s’engage généreusement dans des combats pour lesquels il fait référence à la morale chrétienne. Il participe à des rites chrétiens. Mais la question demeure : croit-il que le Christ est vivant, qu’Il nous aime, qu’Il nous sauve, qu’Il nous attend pour une vie éternelle ? Entretient-il une relation avec le Christ ? C’est en tout cela que consiste la spécificité de la foi chrétienne et non pas dans al défense de « valeurs » ou dans la générosité ou dans une morale, toutes réalités que vivent aussi des non chrétiens. 

 

On m’a parlé d’une baptisée qui se prostitue. C’est une chrétienne. Elle a pourtant des comportements en contradiction avec son baptême. Elle commet des péchés. Elle s’arrête parfois dans une église pour allumer un cierge pour sa mère et son enfant que, sur de fausses promesses, elle a laissés en Amérique latine. Elle pense souvent à son père défunt et prie pour qu’il soit avec Jésus dans la vie éternelle. Elle dit : « Jésus, prends pitié de moi… Sainte Marie, prie pour moi pécheresse, maintenant et à l’heure de ma mort ». Elle espère qu’un jour elle s’en sortira. Elle est baptisée et chrétienne, parce qu’elle croit et espère en Jésus. Elle reconnaît qu’elle a besoin de Lui et veut changer de vie. Elle donne au christianisme son vrai visage : Dieu se révèle à tous ceux qui se tournent vers Lui et Il aime tout être humain.

 

Pour la nouvelle évangélisation, les « athées pieux » sont contreproductifs. Ils pourraient profiter de l’Année de la Foi pour découvrir la vie avec le Christ et accueillir son Esprit. Mais qui leur dira la beauté de la spécificité du christianisme ? Qui leur dira (et pas seulement par des paroles !) que nous sommes aimés de Dieu, sauvés par Jésus et que nous avons une vocation éternelle ? Et qui montrera à tous les laissés pour compte et à tous les souffrants que la foi chrétienne n’est véritable que si elle agit au service du prochain ?

 

Votre foi est fragile, vous avez des doutes, des questions ? La foi est une vie. Elle bouge. Elle peut être toute petite ou souvent hésitante. Soyez reconnaissants pour une étincelle de foi et persévérez dans l’espérance qu’elle devienne flamme. Si vous vous donnez aux autres en cherchant le Dieu de Jésus Christ, vous êtes déjà en Lui et Il est en vous, puisque vous êtes dans l’amour (cf 1 Jn 4, 16). Au creux de votre être et dans l’Evangile, Il fait jaillir des sources. Allez boire !

 

Vous n’êtes ni un « athée pieux », ni une prostituée chrétienne dites vous ? Êtes vous chrétien ? La véritable évangélisation d’hier comme la nouvelle évangélisation d’aujourd’hui a été, est et sera l’œuvre du Saint Esprit par des chrétiens imparfaits, fragiles, souvent des pécheurs, mais qui veulent devenir des saints et qui annoncent la Bonne Nouvelle parce qu’il sont heureux de connaître le Christ et de vivre avec Lui. » 

 

Mgr Gérard Daucourt

Texte paru initialement sur http://www.calameo.com/books/000321874b6762f4cee79

 

Commentaires

1. Le dimanche, janvier 6 2013, 15:58 par Incarnare

Y'a des accents de Mounier dans ce texte ! Ça me donne envie de relire l'Affrontement Chrétien.

Au-delà de ça, j'y vois pour nous deux appels dans les débats sociétaux qui nous attendent : ne pas juger et proposer une espérance (fondée en Christ) au-delà de l'opposition.

Un évêque rencontré récemment me disait qu'il fallait mobiliser les cathos, au-delà de la manif qu'il soutient, pour qu'ils soient capables de formuler cette espérance.

2. Le lundi, janvier 7 2013, 13:49 par Jean CQAD

Merci beaucoup pour ces paroles de Mgr Daucourt.
Il est toujours difficile de parler de sa Foi tout en se sentant imparfait, pécheur, et donner l'envie à nos interlocuteurs de connaître le Christ, de l'écouter et de le suivre. Accepter ses lacunes en premier lieu pour être plus indulgent avec notre prochain, lui révéler que lui aussi est aimé par Jésus, comme tous les croyants, qui le vivent déjà et sont devenus ses frères et soeurs.

3. Le dimanche, janvier 13 2013, 21:58 par Zabou

... et c'est chouette et bon de le relire encore le soir de la manif ! :) 

4. Le lundi, janvier 14 2013, 22:10 par quoiNonne

Ah la manif'...

Je m'étais fait un devoir de jouer au grand-père pendant que les parents y étaient.

Je le regrette d'autant moins que mon gendre, pas baptisé quand il s'est marié avec ma fille, est revenu comme transfiguré du Champ de Mars.

5. Le lundi, mars 3 2014, 23:18 par Emmanuel

Que d'athées pieux dans les manifs, merci Mgr de les dénoncer. Que de beautés et de joie à découvrir dans le partage avec le pauvre qui lui n'est pas de ces coteries.

6. Le jeudi, mars 6 2014, 22:22 par Zabou

@ Emmanuel : ... et que nous risquons tous de le devenir et le sommes peut-être aussi trop souvent ! :) 

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.zabou-the-terrible.fr/trackback/1352

Fil des commentaires de ce billet