Zabou the terrible

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

La surface du chrétien au cœur du monde comme lieu d’évangélisation

 

« A chaque appel de Dieu, c’est en nous-mêmes que quelque chose sera séparé contre nous-mêmes, déchiré en tirant droit comme une étoffe dans le sens du fil. Un amour toujours double s’étirera depuis Dieu, le préféré, jusqu’à « chacun de tous les autres », chacun des préférés de Dieu. Sans cesse suspendu entre un vrai bien et un vrai mal, habité de cet esprit qui le fait sans cesse plus frère et sans cesse plus solitaire, il résistera au vertige et restera le répondant de ceux qui n’ont pas de voix pour Dieu. Pauvre au nom des pauvres, il ne se souviendra plus d’un instant à l’autre de la force obscure dont il va se servir.

 

Adorant sans force, sans apparences, mais reliant, mais religieux, les mains ancrées aux épaules de son Seigneur, les pieds plantés dans une foule pour qui il croit, espère et aime, il rendra à la gloire divine, entre le premier et le second commandement dont il ne pourra être que le vrai obéissant, le seul espace qui lui convienne : la surface d’un homme qui de sa part et pour tous les hommes de la terre, publiquement, préfère Dieu. »

 

in Madeleine Delbrêl, Ville marxiste (cité dans Christine de Boismarmin, Madeleine Delbrêl, éd. nouvelle cité, p. 182)

 

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.zabou-the-terrible.fr/trackback/1373

Fil des commentaires de ce billet