Zabou the terrible

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Conclave monastique

 

 

 

J’avais fixé les dates de ma retraite bien avant de savoir qu’il y aurait un conclave à cette période.

Mais, après tout, profiter de cinq jours pleins chez les bénédictins pour prier pour l’Église, pourquoi pas : au contraire, c’était finalement peut-être la manière la plus profonde de m’associer à ce conclave.

 

Prière d’intercession pour les cardinaux lors des offices ;

Messe votive au Saint Esprit le mardi midi pour l’entrée en conclave ;

Un peu à l’écart du monde, nous en vivions finalement au plein diapason.

 

Mercredi soir après les Vêpres, j’allume quelques instants mon téléphone portable pour me tenir au courant et, d’un coup, les SMS s’enchaînent portant tous la mention « fumée blanche » ! Je tape à la porte de mes deux voisines pour les en informer au plus vite et nous sommes alors trois à partager un grand sourire…

 

Le dîner commence tandis que le mari d’une retraitante file prévenir les moines et, très rapidement, les cloches de la vieille basilique romane sonnent à toute volée et chantent leur joie.

Il y a comme une contagion de sourires !

 

je garde, à la demande des autres, les yeux rivés sur twitter pour avoir un nom, malgré le réseau instable et je peux d’un coup annoncer : « Le cardinal Tauran arrive… … … Bergoglio, un Argentin ! Et il prend le nom de François ! Ca, c’est une surprise autant qu’une joie ! » Et cherche du même coup quelques informations biographiques que je lis aux retraitants.

 

« Tu ne pourrais pas avoir l’image ? »

 

Sans prendre le temps de me couvrir (atchoum !), je me mets à la porte de l’hôtellerie, cherchant à capter une meilleur réseau et le « miracle » s’accomplit : je capte KTO.

Mes deux voisines et le mari d’une de celles-ci me rejoignent… je vois passer les séminaristes également en retraite, je leur fais signe de venir s’ils veulent, ainsi qu’un couple : c’est ainsi que nous nous retrouvons à une petite dizaine de retraitants, blottis les uns contre les autres à la porte du bâtiment, les yeux rivés sur mon téléphone portable et son minuscule écran… Et que nous pouvons assister, de manière incongrue mais en direct à l’arrivée de notre nouveau pape, François, à la loggia de St Pierre.

 

Les commentaires fusent et puis, nous écoutons, attentifs. L’un de nous parle italien et nous traduit simultanément…

 

Sans nous consulter, nous prions avec le pape : un Notre Père, un Je vous salue Marie, un Gloire au Père…

Puis, étonnés et émus par ce geste qu’il fait de s’incliner, nous prions pour lui avant de recevoir, nous aussi puisque cela était clairement précisé « par les nouvelles technologies », sa bénédiction urbi et orbi, tous inclinés, tous à nous signer, avec respect et confiance. Et nous lançons dans le silence environnant un grand viva el papa ! en nous serrant dans les bras les uns des autres.

 

C’était un peu fou ; c’était très beau : expérience de communion en Église.

 

Nous expédions rapidement la vaisselle pour nous rendre aux Vigiles, toujours un grand sourire aux lèvres ;

Les moines arrivent aussi dans la crypte pour l’office : oh, bien sûr, ils ne disent rien mais plusieurs visages laissent également transparaître une grande joie.

 

L’office se déroule normalement, nous donnant toujours cette même leçon primordiale chez les Bénédictins mais aussi pour chaque croyant que « Nihil operi Dei praeponentur » (R.B. 43, 3), c’est-à-dire que rien ne doit être préféré à l’œuvre de Dieu ;

Aucun commentaire, juste de la prière ;

Leçon laissant bien loin les pronostics, nos considérations mondaines sur le futur pape,

Et même notre joie d’avoir un pape semblant un homme tout simple.

 

Pourtant, à la fin, après le si beau Cantique de Syméon, avant de nous confier à la Vierge Marie d’un Ave Regina caelorum, simplement noter ce petit air malicieux chez certains et entendre s’élever un chant :

Te Deum laudamus

 

Remercier Dieu pour le nouveau pape,

Le remercier simplement,

Sans parasiter ce remerciement de commentaires,

Remercier en Église,

Dans la joie et la simplicité du chant.

 

Avant la messe conventuelle du jeudi, célébrée pour le pape.

 

C’était tout simple,

C’était très juste,

C’était très bien.

 

Bienvenue, pape François !

 

Commentaires

1. Le dimanche, mars 17 2013, 14:34 par Nitt

Ambiance très différente pour nous (à plusieurs devant un grand écran) mais même joie dans les cœurs !

2. Le dimanche, mars 17 2013, 16:46 par Eliette

:D JOIE!

3. Le dimanche, mars 17 2013, 21:14 par Isabelle

;-)

4. Le lundi, mars 18 2013, 15:10 par quoiNonne

L'inclinaison en silence est le moment qui m'a le plus marqué.

Sinon, j'avais collé mon épouse devant la webcam de CTV et j'étais monté dans ma chambre où j'ai entamé (juste après la fumée blanche) et entièrement rédigé et posté mon article sur les deux papes ( http://www.larousse.fr/encyclopedie... ) avant qu'il ne prenne la parole.

Ben oui ! J'avais déjà agi ainsi une heure avant l'an zéro du calendrier maya le 22 décembre... Faut croire que me lancer dans un travail d'écriture m'aide à calmer mes impatiences.

5. Le jeudi, mars 21 2013, 10:39 par flowers23

'je viens de parcourir vos blogs,ils me réconfortent car je n'ai pas senti autour de moi une allegresse à l'annonce deFrançois premier,j'ai également été sur KTO et j'ai pu hier soir en direct voir cette cérémonie magnifique,vive FRANCOIS PREMIER,que DIEU LE BENISSE
'''

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.zabou-the-terrible.fr/trackback/1383

Fil des commentaires de ce billet