Zabou the terrible

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tartagueule à la récré

 

C’est vrai qu’on qualifie parfois/trop souvent/de temps à autre les personnes sur leurs noms de famille, sur leurs visages, sur leur manière d’être… avant même de les connaître un peu. On appelle cela « préjugés », parfois cela devient même du « racisme » qui existe sous tant de différentes sortes.

 

Lui, ce collègue, ça planait dans l’air depuis un bon petit bout de temps,

Les boutades, les questions, les répliques à l’ironie de plus en plus cinglante sur mon nom de famille, ma « grande famille », ma « noblesse » dont il semblait visiblement mieux connaître la réalité (!!!) que moi-même : idées reçues, parfois un peu blessantes, je l’avoue, mais enfin qu’importe.

Et là, j’annonçais que je ne prendrai pas de permanence samedi matin au lycée car j’allais à une ordination. Réaction des autres : « wahou, ça c’est rare ! » Et lui :

- Oh, ça doit être fréquent chez toi.

- ???

- Non, mais je veux dire dans ta famille, ça doit être fréquent.

- Euh, non, je n’ai pas de prêtre dans ma famille <ndlr : j’aurais pu préciser que j’avais une grand-tante religieuse, certes >, là, c’est une personne que je connais moi, et ça reste toujours extraordinaire une ordination !

- Nan, mais ce que je veux dire, c’est que dans les familles comme la tienne. Ben, ça va toujours avec la religion. Le roi et la religion !

- Euh alors, pour parler clairement, je suis croyante mais mes parents ne le sont pas.

- Tes parents, ils vont forcément à la messe pour se faire voir, parce que ça se fait c’est toujours le cas dans les grandes familles comme la tienne !

 

Là, un collègue d’intervenir : « elle t’a dit que non ! Les gens ils s’embêtent rarement à aller à la messe quand ils ne croient pas… »

Le collègue de reprendre :  « Je te dis que c’est le cas dans les familles comme ça ! »

Moi de lui dire doucement : « non. Mes parents n’y vont pas… et personnellement, je ne vois pas pourquoi je m’embêterais à me lever si tôt le dimanche si je ne croyais pas ! »

 

Bon, on s’en moque de cette histoire mais cela montre – car ce collègue, ça pourrait être aussi moi devant d’autres situations ! - combien nous sommes pris dans nos vues d’avant, dans ce jugement a priori qui n’est pas le Sien parce qu’il n’est pas Amour : il est enfermement et non pas libération.

 

Le regard chrétien, c’est celui qui ne s’embarrasse pas de préjugés,

C’est celui qui cherche l’Autre en l’autre et qui le voit, déjà, malgré tous ses « non » qui cachent parfois Son Nom,

Conversion du préjugé, prêt-à-penser du cœur, à l’accueil, don donné. 

 

Commentaires

1. Le lundi, juin 17 2013, 23:33 par Incarnare

Faut lui demander si dans son cliché, les JF de bonne famille sont ceinture noire ;)

2. Le mardi, juin 18 2013, 12:30 par David

c'est bien les profs, ça, tous de gauche, qui écoutent France Inter, savent tout mieux que tout le monde, avec des aprioris, pas un pour racheter l'autre (etc etc ;) )

3. Le mardi, juin 18 2013, 12:49 par Isabelle

Ça a la vie dure les préjugés...
;-)

4. Le mardi, juin 18 2013, 20:08 par Marie-Hélène

L'occasion de recommander Le nom des gens, découvert ce we pour ma part...

5. Le mercredi, juin 19 2013, 22:33 par N° 712

Merci pour ce billet, une fois de plus d'une grande pudeur et d'une grande sensibilité.
Oui, le préjugé est une tendance inhérente à nous tous, à faire des catégories pour "former" notre jugement comme le montre Kant dans la "Critique de la Raison Pure" nous allons parfois trop loin... jusqu'à préjuger les catégories.
Merci au Christ de nous pousser chaque jour à nous remettre en cause, à nous ébranler sur nos certitudes trop humaines pour aller à la recherche de la Vérité ultime qu'Il veut nous révéler...

6. Le jeudi, juin 20 2013, 00:13 par Zabou

@ Incarnare : va falloir que je tente de lancer le sujet ;-) 

@ David : nan mais franchement... t'en oublies plein ! Il FAUT ajouter qu'ils sont toujours en vacances sinon qu'ils sont en grève : bref, qu'ils ne foutent rien et que ce sont des râleurs finis. 

@ Isabelle : surtout dans l'engeances des profs... comment ça, non ? 

@ Marie-Hélène : c'est noté ! 

@ n°172 : Et un grand merci pour l'apport philosophique du billet en arrière-plan ! :-) 

7. Le dimanche, juin 23 2013, 19:10 par nicole 86

Allez, un cliché supplémentaire : combien de nos collègues ignorent le sens du mot ordination ?

Vécu : de jeunes (ou moins jeunes) collègues ne différenciaient pas le 1 Mai, le 8 Mai et le jeudi de l'Ascension. Non, ce n'étaient pas d'obtus profs scientifiques, l'une était agrégée d'allemand et l'autre professeur de lettres, elles savaient juste le sens du mot "pont".

Il n'est pas interdit de chercher les préjugés qui se sont glissés dans ce commentaire.

8. Le mardi, juin 25 2013, 16:11 par Espéronstoujours

Merci pour ce billet, d'une grande profondeur. Je le comprends d'autant mieux que j'ai un peu le même problème que vous, et je connais bien la situation que vous décrivez. Cela dit, parfois, ce genre de préjugés est l'occasion d'entamer de vraies conversations ... et de les faire tomber (même s'ils ont la vie dure ) !

9. Le lundi, juillet 8 2013, 23:28 par Zabou

@ tous les deux : :-)

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.zabou-the-terrible.fr/trackback/1432

Fil des commentaires de ce billet