Zabou the terrible

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

De quoi charité est-elle le nom ?

Les conversations fusent à la rapidité de l'éclair dans une salle des (jeunes) professeurs : entre délices du bon mot qu'on ne voudrait rater, entre délires partagés comme entre coups de gueule sur notre métier, souvent conspué et pourtant tant aimé. 


Certains parmi nous se veulent idéologues : on ne leur en veut pas, c'est aussi la règle du jeu ; 

Et, parmi ceux-ci certains professent avec un art aussi certain que leur dédain un anti-christianisme de bon teint. 


Ainsi, d'un de mes collègues qui, ce midi, refusa d'user du mot "charité" du fait de sa connotation par trop catholique. Bien évidemment, il y a une part de jeu dans cette attitude et on aurait tort de réagir à cran, au premier degré. 

Et, pourtant, sa réaction m'a plus qu'intriguée. 


Charité ? Qu'y a-t-il de mal, d'attaquable, dans un tel mot ? 

La question m'est restée en tête… 


J'ai pensé à la connotation condescendante du mot "charité", si dévoyée et, là, j'ai compris qu'on ne puisse l'aimer. Et puis j'ai pensé à notre vision à nous chrétiens de ce mot. 

L'amour, le vrai, celui qui donne tout, qui se donne à fond, à 100% sans rien garder… L'amour de Dieu, quoi, dans lequel nous avons nous aussi à nous donner pareillement pour L'offrir à notre tour. 


Et, à côté, j'ai aussi repensé à tous ces p'tits coeurs moches dessinés par nos élèves sur leurs marges, sur les petits mots confisqués, ici ou là ; 

J'ai songé à leurs tumultueuses histoires de coeurs dont on capte les échos sans même le vouloir ; 

Enfin, j'ai songé à eux, à chacun de nos élèves, oui… à cette si grande soif d'amour qu'on sent en chacun d'eux ; 

J'ai pensé à leurs jeux pour capter ton attention, 

J'ai pensé à tout ce que j'ai entendu depuis le début d'année comme dose d'histoires trop compliquées, 

J'ai pensé surtout à tous ces regards et ces paroles, à leurs visages, à leurs con***ies, à leurs sourires, à leurs insolences, à leurs progrès, à leurs défaillances, 

Qui, chaque soir, chaque matin, me font dire : "Seigneur, donne-moi de Les regarder, de Les aimer comme Toi, Tu les aimes" !  


Zut alors, comment ne pas l'aimer la charité, quand bien même les cathos n'en sont que des témoins très infidèles ? 

Comment accepter de ne les cantonner qu'à des petits coeurs sans rêver en grand ? 

Alors, je me suis surtout vraiment dit en pensant à mon collègue : las, mon coco… 


La charité, tu vois, même si je n'y croyais pas comme la valeur tellement ultime qu'elle a valu un Dieu qui a donné sa vie pour moi, 

eh bien, c'est un truc tellement beau que j'aimerais bien y croire 

Car en user, en abuser, même, même, même dans notre "Mère l'Ecole publique" ne nuira jamais à une quelconque santé, bien au contraire. 

Commentaires

1. Le jeudi, novembre 21 2013, 20:54 par nicole 86

Chère collègue,
comme je n'ai pas été élevée chez ceux qui lisent l’Évangile mais plutôt par les hussards noirs bouffeurs de curé ( et incultes de surcroit), le mot charité n'appartient pas à mon vocabulaire spontané, il évoque, la Comtesse de Ségur (là, tu commences à comprendre que je suis une collègue retraitée) et les dames patronnesses pour lesquels mes parents ne se montraient guère charitables. Dans une phrase affirmative, l'adjectif charitable voulait dire "qui fait l'aumône" (sous-entendu, qui avait suffisamment d'argent pour se le permettre).
Certes je connais le sens chrétien du mot, j'ai lu Péguy mais l'a-priori subsiste pour moi et ce n'est que dans un deuxième temps que le remplace par Amour (oui, il faudrait distinguer mais là c'est le grec qui me fait défaut).

Ces longs exemples pour montrer comment l'usage restrictif des mots formate les individus et les empêche de devenir une personne. Heureusement, Il vient nous rejoindre là où nous sommes pour nous ouvrir à l'amour-agapê.

Bonne soirée Zabou.

2. Le samedi, novembre 23 2013, 16:30 par Zabou

J'aime bien ce que tu dis, surtout la fin ! :)

Et je suis vraiment d'accord qu'on peut sentir difficilement "charité" mais, de là à l'écarter absolument, il y a un grand pas ! :)

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.zabou-the-terrible.fr/trackback/1479

Fil des commentaires de ce billet