Zabou the terrible

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Lectures estivales 2015 #3 de la grammaire et des sourires

 

J.-P. Minaudier, Poésie du gérondif

http://media.paperblog.fr/i/727/7271132/poesie-gerondif-jean-pierre-minaudier-T-phK9PN.jpeg

On se demande vraiment de quoi il s'agit quand on ouvre ce livre... Déstabilisés, perdus, même quand, comme moi, on apprécie la grammaire un peu comme un vice secret qu'on n'ose pas trop avouer et qui vous prend quand, le soir venu, vous aimez aller compulser de vieux ouvrages pour chercher si telle tournure est admissible en français et pourquoi. 

Et puis, la première surprise passée, on goûte le charme curieux de cet ouvrage qui navigue "à sauts et à gambade" à travers la grammaire, comme si elle était un vaste continent qu'on n'avait jamais fini de découvrir aux détours charmants et charmeurs. Citons l'auteur : "bref, je voudrais montrer qu'en prenant la grammaire par un autre bout, on peut en faire un jeu et une passion, sans forcément être soi-même être linguiste : tout un chacun peut avoir accès à ce trésor, à ce plaisir [...]. Je soutiendrai que si on l'aborde comme une ouverture sur le monde et non comme une tyrannie, la grammaire devient invitation à la rêverie et à la rencontre de l'autre, elle ouvre des portes sur l'inépuisable variété de l'esprit humain." 

 

Paroles joyeuses de Jean-Paul II

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41RZDSCRN5L._SX255_BO1,204,203,200_.jpg

Des fioretti pour mieux connaître de l'intérieur saint Jean-Paul II : c'est toujours plaisant et souvent profond ! 

Une parole qui me plaît bien sur le "tourisme pastoral" de Karol Wojtyla parce qu'elle parle d'une attitude générale qui concerne aussi chaque chrétien pour vivre partout, avec : "Le devoir d'un prêtre est de vivre avec les gens, partout, où qu'ils soient, être avec eux dans tout, mis à part le péché. [...] Durant lees randonnées, on parle... Ce ne sont pas forcément des discussions qu'on pourrait appeler élémentaires. Il s'agit de savoir parler de tout, des films, des livres, du travail, des recherches scientifiques, du jazz... Souvent, durant ces années-là, je me demandais si j'avais le droit d'effectuer ce genre de tourisme pastoral et si je ne me détournais pas ainsi de ma mission réelle. Cependant, après de longues réflexions, des jours d'interrogation et de prières, j'arrivais toujours à la conclusion que je pouvais, et même devais le faire, car il s'agissait bien, malgré les apparences de mon rôle d'évêque." 

 

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.zabou-the-terrible.fr/trackback/1675

Fil des commentaires de ce billet