Zabou the terrible

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Demain dès l'aube j'enseignerai

 

https://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/hphotos-xfl1/v/t1.0-9/12247146_10153756418861133_7216977830021584772_n.jpg?oh=351746484da770af2548a4353ae9dc9c&oe=56BEF550

 

Demain matin, dès l’aube, il faudra les accueillir ;

Demain matin, il faudra les écouter, les accompagner ; 

Demain matin, il faudra leur dire… quoi ? Comment ?

Quels sont les mots justes quand il n’y a que barbarie indicible ?

 

Je rumine tout cela dans ma tête depuis les événements de vendredi soir ;

Et je prie l’Esprit Saint de me donner mots et attitudes justes.

D’ailleurs, aujourd’hui, je ne suis sortie que pour prier : la messe puis, bien plus tard, les vêpres.

 

En chemin, j’ai respiré à fond l’air qui emplissait mes poumons et j’ai cru lire chez les passants le désir de faire de même ;

Au square pour les enfants, il y avait une affluence bien plus grande que d’habitude ;

Dans les rues, pour un dimanche après-midi, que de couples de tous âges tendrement enlacés faisant une balade ensemble ;

Dans la « coulée verte », que de personnes en train de se parler tout en se promenant !

Il y avait quelque chose d’une douceur printanière, d’un bain de vie, d’un bain d’humanité :

Comme des asphyxiés qui peuvent d’un coup respirer à nouveau l’air libre avec une forme d’ivresse folle.

J’ai souri : c’était juste et c’était beau.

 

En chemin, j’ai aussi vu des bougies sur les fenêtres ;

Des symboles de paix scotchés sur d’autres ;

Ou encore des drapeaux français qui dépassaient.

Peu importe le symbole qui était choisi, cela disait l’union et la compassion dans l’horreur, au-delà de toute conviction ou croyance.

J’ai encore souri car là aussi, c’était juste et c’était beau.

 

Demain, nous, enseignants, serons en classe avec eux, ces jeunes à l’esprit encore en formation ;

Demain, nous parlerons de ce qui s’est passé, sans vraiment savoir à l’avance où iront les échanges : il y aura de l’émotion, des coups de gueule, peut-être des pleurs ou des difficultés, comment savoir ?

Demain, je chercherai à être juste et pédagogue, à expliquer et à consoler, comme je peux, au mieux ; 

Mais demain, je tâcherai aussi de repenser à ce que j’ai vu dans les rues aujourd’hui pour leur redire combien cela vaut le coup de grandir, d’apprendre, et de vivre. 

 

Demain comme hier, nous continuerons de prier pour toutes les victimes, leurs proches et leurs bourreaux de Beyrouth comme de Paris : c’est l’essentiel ;

Mais n’hésitez pas, demain, s'il vous plaît, à ajouter une pichenette de prière pour les enseignants : nous en avons et en aurons besoin.

 

Commentaires

1. Le lundi, novembre 16 2015, 09:57 par JC

Bravo pour ton texte, toujours très juste.

2. Le lundi, novembre 16 2015, 23:59 par C.S. Indhal

Coucou Zabou ! Alors, ça s'est bien passé avec tes élèves ce matin ?
Je relève que tu fréquentes la "coulée verte"… A moins qu'il n'y en ait deux en région parisienne (ce serait étonnant), j'ai des amis qui habitent pas loin de là. Amusant. =)
Une petite bougie brille à nos fenêtres dès la nuit tombée depuis samedi soir. Pour ceux qui nous ont quitté, mais aussi en union de coeur avec ceux qui restent et qui souffrent…
Bon courage ! C.S.

3. Le mardi, novembre 24 2015, 23:40 par Zabou

@CS Indhal : j'ai enfin pris le temps de mettre quelques mots dessus... ce ne fut pas simple ! Et pour toi ? 

Pour la "coulée verte", je ne sais pas, je crois qu'il y en a plusieurs en IdF... mais c'est possible.  

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.zabou-the-terrible.fr/trackback/1700

Fil des commentaires de ce billet