Zabou the terrible

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Au-delà des "pourquoi" ? L'Autre Dieu

http://www.laprocurelyon.com/wp-content/uploads/2014/12/lautre-Dieu.jpg

- Pourquoi ? 

- .... " 

Face à la souffrance, nos mots achoppent mais ils ne sont pas les seuls : souvent, c'est notre raison qui défaille. 

Pourquoi ?

Quel intellect normalement constitué pourrait donner une réponse qui soit et sonne juste à tous ces malheurs, à toutes ces souffrances ? Qui sait réellement parler au chevet d'un enfant entre la vie et la mort ? 

Certains prient, certains se taisent, certains lèvent un poing rageur vers le ciel : d'autres  encore font les trois. 

Cette détresse de l'homme qui souffre, Marion Muller-Colard en a fait l'expérience devant son enfant entre la vie et la mort d'une manière encore plus aigüe que celle qu'elle avait déjà côtoyée en tant qu'aumônier d'hôpital. 

Dans cette catabase jusqu'aux tripes d'elle-même, jusqu'au plus profond de son amour, elle s'est perdue...

Elle a pourtant écouté, elle a prié, elle a relu son expérience et, avec ses connaissances de théologienne protestante, elle a aussi relu le livre de Job. Alors, des échos dans sa vie se sont faits entendre et elle a pris la plume pour nous les écrire avec une légèreté qui ne perd jamais sa profondeur. 

Dans une méditation avec Job, elle-même et le Seigneur, elle nous fait passer de la plainte, à la menace jusqu'à la grâce. Oh, pas avec des simplifications, non, mais avec la simplicité de la vie et de la foi, tournée vers le don de la vie. Elle ne répond pas aux "pourquoi", elle les dépasse, faisant s'écrouler notre paradigme si bien ancré qu'on n'ose se l'avouer d'un système rétributif entre nos actes et ce qui nous arrive et nous ouvrant en douceur à la grâce et à l'accueil vivant que nous pouvons en faire. 

 

Je cite son épilogue - comme je pourrais citer tant de passages de son beau livre : 

 

"J'aimerais être cette femme de foi, enracinée dans la Parole première d'un Dieu qui me préfère à rien et m'invite avec lui à poser des limites au chaos. J'aimerais prendre le relais du Shaddaï dans mes errances intérieures, et savoir dire à mon amertume : ça suffit ! Rien n'est dû, tout est donné. Quoi qu'il arrive, réjouis-toi que le soleil, chaque matin, se lève sur le monde et nvite tous les désespérés à brandir avec lui une opposition inconditionnelle à la nuit." 

 

Voilà, cela s'appelle L'Autre Dieu, c'est écrit par Marion Muller-Colard aux éditions Labor et Fides, cela fait tout juste 112 pages et si vous voulez vous prendre un bon coup de foi qui vient ouvrir un coin de plus chez vous à la grâce, eh bien, lisez-le. Vraiment. 

 

Commentaires

1. Le vendredi, décembre 11 2015, 23:16 par J.

Merci d'avoir partagé votre lecture de ce si beau livre.
Je l'ai lu lorsque j'étais au plus profond de ma dépression et Dieu s'y est revelé de manière spectaculaire...il s'agit d'un #mustread.
Je suis vraiment contente de tomber sur ce magnifique livre.

2. Le lundi, janvier 4 2016, 17:15 par Amandine

Bonsoir Zabou !
Merci pour ton beau blog ! Tes réflexions sont belles, c'est toujours une joie de te lire.
Voyant la profondeur de ta relation à Dieu, j'ai une question à te poser car je suis en pleine crise de Foi: Comment rester fidèle dans les moments où tu doutes de l'existence de Dieu ? Car comment être fidèle à quelqu'un dont on croit qu'il n'existe pas ?!
Si tu peux m'apporter un petit éclairage, merci beaucoup :)

3. Le mardi, janvier 5 2016, 00:02 par Zabou

@ Amandine : ... que c'est difficile de te répondre avec justesse ! Qui oserait le faire ? Qui oserait prétendre te donner une réponse définitive ? 

Je tâcherai d'écrire un billet avec quelques mots en guise d'essai très humble de réponse... mais, en attendant, j'aime aussi la prière d'un ami prêtre face à ce genre d'épreuves

"Seigneur, si Tu existes, donne-moi de croire, et toujours davantage, en Toi". 

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.zabou-the-terrible.fr/trackback/1704

Fil des commentaires de ce billet