Zabou the terrible

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - A Son école

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi, février 22 2014

Une retraite ?

En un mot, un seul ? Ou plutôt, non en une image... 

samedi, novembre 2 2013

Mission - voici l'Agneau de Dieu


             C'est une mission qu'il m'aura fallu un peu de temps pour accepter… "Berger" d'une nouvelle session de l'Ecole de Prière Jeunes de mon diocèse. Le truc enthousiasmant, certes, surtout quand on trouve la proposition de l'EPJ absolument géniale et qu'on y a goûté plusieurs fois comme animatrice, mais qui fiche un poil la pétoche et la pression : tout à créer malgré la base commune très bien conçue mais surtout une question terrible "est-ce que j'en serai capable ?". Il y avait plein de raisons qui me faisaient hésiter, dont mon âge pour une mission qui est autant concrète que spirituelle. J'ai beaucoup prié, beaucoup discuté et beaucoup écouté. Et il aura fallu un "fais confiance à l'Esprit Saint" épiscopal pour que je me décide finalement à dire oui. 


            J'ai dit oui en me disant que je devais vivre cette mission dans cet élan spirituel. Ainsi, en même temps qu'avec ma super équipe on préparait cette belle semaine, je me suis donc cherché puis trouvé mon signe de bergère à moi : ce fut un sweat avec, au dos, un mouton une Bible à la main et la citation du psaume "le Seigneur est mon berger" afin de toujours replacer mes actes dans le seul vrai Berger qu'est le Christ. Appel et rappel pour moi à ne chercher à placer mes actes que dans cette unique dynamique : à être ferment d'unité du "troupeau" des jeunes et des animateurs, à transmettre Sa Parole pas la mienne, à ne les rassembler qu'en Lui. Chemin de conversion… 



               La semaine a commencé : j'ai découvert de nombreuses choses. Il y a eu des moments pas faciles et d'autres - la majorité ! - merveilleux. Instants de vie et de mission à prendre le temps de relire. 


                Et puis, il y a aussi un moment particulier qui m'a comme donné la clef de la mission qui m'était confiée. Voyez-vous, la petite P., sept ans et quelques, a passé sa semaine à venir chercher ma main et à me bombarder de questions diverses (quand, avec ses copains, ils ne m'infligeaient pas une séance d'attaque par les chatouilles : dure est la vie d'une bergère !). Jeudi soir, lors de la procession du St Sacrement, c'est donc tout naturellement qu'elle vint à côté de moi pour chanter, pour prier… Soudain, j'eus droit à une question : "Pourquoi on marche comme ça derrière l'hostie ?". En commençant à répondre et en lui désignant d'un geste l'ostensoir, je me suis rappelée de saint Jean-Baptiste, désignant et disant "voici l'Agneau de Dieu"… Mon saint préféré pour une multitude de raisons mais la première et la plus grande c'est qu'il ouvre toujours davantage au chemin du Christ. Toujours plus s'effacer pour Le laisser grandir : j'ai été profondément touchée de cet accord que je percevais soudain comme sens premier de la mission, un simple mais puissant appel à ma propre conversion. 


                C'était même une découverte lexicale vivifiante : car c'est vraiment très beau que l'autre nom de "mission", dans l'Eglise, soit "conversion". 


 

samedi, octobre 19 2013

Durant une semaine mais pour que ce soit pour la vie


"Mettez-vous à mon école car je suis doux et humble de coeur" (Matt. 11, 29) 


mardi, octobre 15 2013

Marthe, Marie, les Shadoks et l'EPJ

En préparation pour une semaine spirituelle assez belle et assez folle (pour ceci), tout en travaillant normalement, je vis une drôle de situation où je me sens le coeur tant de Marthe que de Marie.  

Marthe parce que je suis préoccupée par les 10 000 préparatifs, par les 10000 soucis, 

Parce que je crains de tout oublier, de n'avoir rien assez préparé ; 

Marie parce qu'il faut non seulement préparer la partie spirituelle de ce camp par l'étude priante des textes de la Parole de chaque jour, m'en nourrir pour La transmettre ; 

Marie parce que, rester aux pieds du Seigneur à l'Ecouter, c'est tout de même vraiment la meilleure part, 

Et que, finalement, c'est ce qui fait vivre et sourire même dans la surcharge la plus lourde, 

Parce que, même en travaillant, on peut chercher à L'écouter toujours. 

Et que, même quand ça rate, on peut continuellement essayer.... 

.... Parce que, avec Lui qui vient toujours nous rechercher et nous relever, on a carrément  plus de chances que ça marche !  ;-) 

page 2 de 2 -