Zabou the terrible

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi, août 6 2015

Comme des frères

https://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/hphotos-xpf1/v/t1.0-9/11057326_696319380501288_505516000219517035_n.jpg?oh=344c2d495cf6405252c205bfefe92b5b&oe=56816A7A

Courant juillet, j'ai expérimenté la marche en groupe lors de six jours avec les jeunes adultes de mon diocèse sur le chemin d'Assise. Nouveauté pour moi que cette marche en groupe : j'ai déjà marché parfois avec des amis et je marche le plus souvent seule. 

C'est... différent, ne serait-ce que parce que, contrairement aux amis, on ne se choisit pas : on se rencontre ; ne serait-ce aussi que parce qu'il y a la vie en communauté avec ses joies et ses concessions évidentes. Mais, plus que tout cela qui s'expérimente n'importe où ailleurs, j'ai découvert lors de cette marche quelque chose de l'ordre d'une école de fraternité. 

Fraternité : ce mot si galvaudé à force de sonner dans notre devise républicaine comme  le troisième terme un peu oublié, comme quelque chose de passé, voire de dépassé, sans force et sans âme alors que ce mot est tout sauf insipide. 

Partir avec des chrétiens, c'est se rappeler que nous sommes enfants d'un même Père. Cela se vit avant tout dans la prière, partagée, et non dite chacun dans son coin, ce qui est souvent le cas quand on part en solitaire - bien qu'on cherche souvent à s'agréger à la prière de telle ou telle communauté au passage, évidemment. 

Et c'est dans cette prière que renaît ce ferment profond d'une même filialité, où se puise cette fraternité vraie. Elle en découle, profondément et, au cours de cette marche, nous avons pu la goûter. Valeur indépassable de la prière commune ! 

Alors quand, au retour, on commence à lire l'encyclique Laudato si et que l'on voit l'analyse du pape François sur le fameux cantique des créatures comme un appel à sortir de toute forme de domination pour entrer dans un rapport de fraternité, y compris avec la nature dans laquelle on a marché, justement... 

.... On se rappelle alors que l'auteur de ce cantique des créatures est un certain saint François d'Assise, on sourit en pensant qu'on a marché avec ces frères-là sur le chemin... d'Assise ! Coïncidence, vraiment ? ;) 

 

lundi, mai 10 2010

Noms de...

Tu es saint, Seigneur Dieu,

Toi l'unique, qui fais des merveilles.

 

Lire la suite...

mardi, avril 27 2010

On se lève tous pour Assise !

"Il connut cette joie folle du converti qui voit le monde s'évanouir autour de lui. Où est-il ? S'il pouvait parler, il ne trouverait pas les mots pour le dire, le langage humain n'a plus de sens. Toute notion d'espace et de temps s'efface. L'être même n'a plus conscience de son individualité. Simplement il est perdu et comme englouti par l'indescriptible bonheur.

Plus tard, s'il tente de ressusciter avec des phrases la merveille de cette minute, il peinera tristement sur des qualificatifs inertes. De nouveau, le voilà prisonnier d'un petit univers dont il a entrevu dans un éclaire le peu de réalité. L'ambition, l'argent, le pouvoir, le plaisir - vides. Seul existe cela dont le souvenir incommunicable fait battre le cœur et c'est pourtant cela qu'il faut donner aux hommes."

Julien Green, Frère François

Sur les pas de St François et de Ste Claire de ce soir à samedi donc,

Avec une sympathique bande de petits jeunes bien connus.

 

Ce blogue-ci ne sera pas alimenté mais vous devriez pouvoir suivre nos aventures par là :

http://pele-assise-2010.blogspot.com/

D’ailleurs la rédactrice sera la même que celle de ce blogue, bizarrement.

 

Merci à tous ceux qui m’ont souhaité un bon pèlerinage, ici ou ailleurs : je pars avec vous tous, chers lecteurs, dans la partie invisible de mon sac !

(Oui, oui, il faudra vous tasser un peu mais on devrait y arriver !)