Zabou the terrible

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche, mars 9 2014

Bulletin météo d'horizon biblique

Qui dit période de conseils de classe dit période passée à remplir des bulletins. 

C'est dur et pas seulement au niveau de la masse de travail qui est pourtant réelle. 

Je prie énormément avant de le faire, et pendant aussi d'ailleurs. Il faut trouver le mot juste, oui, mais, pire ne jamais enfermer l'élève dans un statut. Et ce n'est pas si facile de s'empêcher d'écrire : "tu es comme ceci, tu es comme cela". 

Ce matin, j'y pensais durant la messe tant était fort le rapport à la Parole dans les textes. 

La Parole de Dieu, elle, elle n'enferme jamais, même quand elle dit un "tu ne feras" ; Elle ne catalogue pas ; Elle n'impose pas : Elle propose, toujours. 
Sans jamais tomber dans la naïveté, Elle est ouverture, toujours. 

"Ce n'est pas seulement de pain que l'homme doit vivre, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu." 

La Parole de Dieu fait vivre et est à vivre, à incarner à Sa Suite, pour faire vivre autour de nous. 

C'est comme une ligne de mire à garder constante lors du remplissage des bulletins. Pour humblement, essayer, écrire, faire grandir, faire apprendre, faire vivre. 

dimanche, février 23 2014

Twitthomélies, what else ?


(Achat(s) de retraite !) 


 

Si vous ne le savez pas encore, allez vite le « follower » : @mgrgiraud twitte chaque jour quelques mots en guise de twitthomélie sur une phrase de l’Évangile du jour. C’est bon, doux, ça fait du bien et colle même parfois une bonne baffe là où il faut, attirant l’attention sur un aspect dérangeant de la Parole de Dieu. Qui, comme on sait, n’est jamais si confortable qu’on le croit… mais, en même temps, il nous faut bien apprendre à aimer et, en bonne bande de boulets (ou, en tout cas, si vous ne vous sentez pas concernés, sachez que je me considère moi-même comme un bon cas de « boulette » mais une boulette aimée, ça sauve ! :-) ), ce n’est pas tous les jours facile.

 

Au-delà de tout ce long bavardage, je voulais attirer simplement votre attention sur le livre Twitthomélies, paru il y a un mois chez « Parole et silence » qui reprend justement ces méditations-là depuis 2011. Loin des bavardages à n’en plus finir ou d’une loooooooongue homélie, on y a une phrase d’Évangile et, en dessous, la méditation correspondante. C’est (très) court mais, justement, ça fait du bien, ça concentre juste sur l’Essentiel en laissant sa place au silence. Simple écho méditatif de la Parole : pour qu’Elle rentre mieux et plus à fond en nous, comme en stéréo, pour qu’Elle agisse ensuite !

 

vendredi, février 14 2014

This is the day of the Lord

 

La Bible n’est rien d’autre qu’une longue lettre d’amour de Dieu à l’humanité… Enfin, « rien d’autre », il faudrait plutôt dire « surtout » ! Tout pourrait être dit, lu, relu et surtout vécu ce jour, autant que d’autres d’ailleurs car il n’y a pas qu’un seul jour où il faudrait aimer et se laisser aimer, mais bien tous !

 

Mais, moi, j’ai envie de Le laisser me ressusurrer ceci, doucement, ce soir :

 

Mais maintenant, ainsi parle le Seigneur, lui qui T’a créé, Jacob, et t’a façonné Israël :

Ne crains pas, car je t’ai racheté,

Je t’ai appelé par ton nom, tu es à moi.

Quand tu traverseras les eaux, je serai avec toi, les fleuves ne te submergeront pas.

Quand tu marcheras au milieu du feu, tu ne te brûleras pas, la flamme ne te consumera pas.

Car je suis le Seigneur ton Dieu, le Saint d’Israël, ton Sauveur.

Pour payer ta rançon, j’ai donné l’Égypte, en échange de toi, l’Éthiopie et Seba.

Parce que tu as du prix à mes yeux et que je t’aime,

Je donne des humains en échange de toi, des peuples en échange de ta vie.

Ne crains pas, car je suis avec toi.

 

Isaïe 43, 1-5

Pour aimer chaque jour, follement, comme Il nous aime.

 

 

lundi, novembre 25 2013

Priests & Football tips


Ce billet devait initialement être publié avant la messe de dimanche mais les problèmes avec l'hébergeur de ce blogue ont conduit à une publication quelque peu retardée… 




La semaine dernière, ce fabuleux compte parodique qu'est "Le Pharisien" (likez si ce n'est pas déjà le cas) titrait ainsi : 




MAIS la question reste entière : quid des milliers et des milliers de prêtres n'ayant pas signé la charte ? 


Il était certes facile de lancer une allusion quelque peu grossière, parallèle évident à trouver avec l'Evangile du Christ Roi, du genre : 


"Vous avez vu, tout semblait perdu et là, paf, tout est gagné quand même… 

… ce n'est pas sans rappeler un récent événement sportif, non ? [clin d'oeil appuyé]… 

Eh bien là, c'est pareil en 10 000 fois plus puissant !" 


Mais nos pasteurs sont bien plus fins que cela… 


Alors il y a surtout ces différents versants, exploitables selon le tempérament du prédicateur. Passons-en quelques une en revue : 


#mystiqueauxyeuxlevés : Dieu donnera la victoire à ceux qui l'aiment. (+10 si l'air prophétique est particulièrement réussi / + 20 si la voix se met à trembler) 


#supporterbibliste : "Frères, rendez grâce à Dieu le père" ! (Existe aussi en version charismatique)


#lecteurdelapressesportive : Quand nous critiquons, quand nous médisons - voyons ce qui s'est passé avec l'équipe de France ! - rappelons-nous que "Lui, il n'a rien fait de mal" et tournons-nous vers Sa croix… 


#coachparoissial : Bande de petits rigolos ! Vous croyez vraiment que vous pourrez mener la course de la vie terrestre sans esprit d'équipe ? Regardez l'équipe de France ! Enfin un esprit d'équipe - pour une fois ! Et que vois-je dans notre paroisse ? N'est-ce pas alors nous qui L'injurions un peu plus au lieu de Lui faire confiance ? 


#petitrigoloanglophone : Le règne de Dieu est avant tout un règne d'amour… Sa royauté, c'est celle du service, celle qui se met aux pieds, qui les lave… Et rappelons-nous qu'en anglais, pied se dit "foot"…. Sans mettre les pieds dans le plat, il serait bon en ces temps de ne pas parler que de football mais bien de "foot bowl", de se mettre à laver le pied de notre frère et sérieusement !  [huhuhu] 


#footballeureschatologique : La mort n'est pas tout à fait aussi simple que le coup de sifflet final. Certes, c'est la fin d'un match mais c'est aussi le début d'une éternité… Tandis que la joie d'un match ne dure qu'un temps. Ô vanité des vanités… 


#JMJiste2013 #fandupapevicaireduChrist #fandescitationsquiclaquent (ou #lecteurdesmursFbdeprêtresdudiocèsedeNanterre) : ""Jésus nous offre quelque chose de supérieur à la Coupe du monde ! Quelque chose de supérieur à la Coupe du monde ! Jésus nous offre la possibilité d’une vie féconde, d’une vie heureuse, et il nous offre aussi un avenir avec lui qui n’aura pas de fin, dans la vie éternelle"" (pape François à Copacabana) 




Quoi qu'il en soit, aller au Brésil ne peut être un mauvais moyen pour Le trouver et s'apercevoir qu'Il nous tend toujours les bras, 

foi de JMJiste 2013 ! :-) 


lundi, septembre 30 2013

Parce que, loin d'un parfois, Lui écrit en toujours

Parfois, je ne l'écoute pas. 

Surtout quand j'ai l'esprit préoccupé 

Et que je pense à tout sauf à l'écouter. 


Parfois, j'ai l'impression de la connaître par coeur, 

qu'elle n'a plus rien de neuf à me dire, 

qu'elle ronronne en moi, bien huilée. 


Parfois, je ne la comprends pas, 

Je la trouve bizarre, 

Pas conforme à ce que j'attendais. 


Parfois, je tente de la tordre pour m'arranger

Y trouvant ce que je veux bien y trouver

Et non pas ce que Lui veut m'y faire trouver. 


Mais quand je plonge vraiment dedans, 

Quand je la lis, même préoccupée, même ennuyée,  

Même quand ce passage ne me parle absolument pas

Mais que je demande à l'Esprit Saint de m'aider à lire, à comprendre, 

De m'aider à la laisser retentir et résonner plus profondément, 

Elle n'est plus ce simple texte. 


Toujours, quand je la lis en priant, 

Elle vient se poser en moi, sur mon coeur, 

D'un mot, d'une attitude, d'un lien inattendu, 

D'un choc devant un absolu si immense ; 


Toujours, elle me parle de Lui, des autres, puis aussi de moi. 

Elle ne me dit pas forcément des mots très tendres, 

Elle me met face à mes propres contradictions, 

Et même quand elle me tranche à vif, 

Parce qu'elle révèle que ma vie est bien loin de ce que l'on y proclame, 

Elle, me fascine, Sa Parole 

A écrire en toujours, 

A vouloir parcourir le monde à travers nous,  

A ne cesser de parler d'Amour. 


mercredi, septembre 18 2013

Parole pour aujourd'hui mais aussi Parole pour la nuit

Hier soir, tard, alors que je piquais très concrètement du nez en corrigeant les dictées de mes 3èmes, je me suis prise à faire cette prière qui me vient à l'esprit à chaque moment de ma vie où j'ai connu une période de "rush" comme peut l'être cette rentrée, si lourde pour moi : 



Seigneur, mais vraiment, quelle idée Tu as eue en créant le sommeil !!! Ce serait tellement plus simple de supprimer ces moments de nuit qui ne servent à rien pour avancer : la tâche est immense ! Et là, paf, Toi, tu nous crées un corps qui a besoin de se reposer : comment Tu veux qu'on fasse sérieusement ? 



Et puis, vu que je n'avançais plus, j'ai pris mon temps de prière avant de me coucher pour de bon, 

Et puis j'ai écouté dans le silence le Seigneur comme me répondre dans Sa Parole : 

"A chaque jour suffit sa peine". J'ai souri. 

C'était un peu comme si le Seigneur me disait : 

Dis donc, tu ne te prendrais pas un peu pour Moi là ? Fais ce que je te donne de faire, chaque jour, au mieux et le reste, et l'ensemble, confie-le moi. 



Alors j'ai conclu ma prière par celle des enfants de Dieu, un simple Notre Père,  

Alors je me suis endormie comme un bébé, comme blottie en Lui. 

mardi, juillet 2 2013

Parce que Ta Parole

 

« On parle, quelque chose va éclater, illuminer soudain le fond glauque d’une âme et chacun sentira les bourbes mouvantes de la sienne. Et puis non, la menace s’écarte, le danger est évité, on se remet tranquillement à échanger des lieux communs. »

 

J. –P. Sartre, cité in Jean Sulivan, Devance tout adieu

mardi, juin 11 2013

Évangéliser n'est pas


(trouvé avec amusement sur http://www.neatorama.com/2006/07/17/god-jesus-toy-robot/ )


Évangéliser n'est pas brandir une croix, 
Évangéliser n'est pas jouer au robot mécanique disant "Jésus", 


Évangéliser, c'est laisser peu à peu la Parole prendre tellement chair en soi qu'elle n'a plus jamais rien de mécanique, c'est devenir peu à peu Évangile vivant, Bonne nouvelle pour nos frères. 

samedi, mai 11 2013

Dans un même élan de prière pour apprendre à aimer

 

Quand le Seigneur prie :

 

« Père juste, le monde ne t'a pas connu, mais moi je t'ai connu, et ils ont reconnu, eux aussi, que tu m'as envoyé.

 

Je leur ai fait connaître ton nom, et je le ferai connaître encore, pour qu'ils aient en eux l'amour dont tu m'as aimé, et que moi aussi, je sois en eux. »

 

Quand le Seigneur nous porte dans Sa prière,

Il n’y a plus qu’à se laisser porter,

Dans Ses mains, dans Sa voix,

Il n’y a plus qu’à Le suivre.

 

Emportés dans cette prière aux inflexions de tendresse et d’absolu,

Il n’y a plus qu’à nous tourner vers Lui pour nous glisser nous aussi dans la prière :

 

 

 

Seigneur Jésus,

Apprends-nous le nom du Père,

Apprends-nous ce que veut dire Amour,

ce mot qui ne peut s’expliquer qu’en se vivant,

Toi qui priais ainsi avant de le vivre au plus haut point,

Avant de Te livrer,

Avant de ressusciter.

 

 

Seigneur Jésus,

Fais-nous vivre en Ton amour,

Garde-nous en Lui, dans une inlassable découverte,

Que l’Amour vive et s’avive chaque jour plus en nous,

Sans peur, dans le don renouvelé de nous-mêmes,

Pour que Tu vives en nous,

Pour que, tous, nous soyons un.

 

 

lundi, avril 15 2013

Le Seigneur, quel kiff ?


Collusion de discussions en mon esprit : une discussion avec un collègue de maths qui aboutit à la décision suivante « c’est décidé, on va traduire la Bible en langage SMS ! » ; une discussion avec un prêtre de ma paroisse sur son sermon de ce dimanche (qu’il ne prêchait pas dans mon église) sur la pauvreté bien connue du français à propos du verbe « aimer » par rapport à d’autres langues… dont le grec biblique, si riche pour lire et comprendre l’évangile de dimanche dernier.

 

1ère question du Christ : « γαπς με πλεον ; » (agapas) à réponse : « Να κύριε: σ οδας τι φιλ σε » (philô)  

2ème question : « γαπς με; » (agapas) à réponse : « σ οδας τι φιλ σε » (philô)

3ème question : « φιλες με; » (phileis) à réponse : « φιλ σε » (philô)

 

Pour comprendre cet abaissement du Christ qui vient chercher Pierre là où il en est : dans son triple reniement ayant comme besoin d’une triple affirmation pour se relever, dans son incapacité foncière à aimer d’agapê mais dans son amour déjà tout de même vraie amitié, affirmée.

 

En français donc, nous n’avons pas cette chance et le dialogue de la traduction liturgique dit simplement « aimer ».

 

Lire la suite...

dimanche, avril 7 2013

Clef de Vie !

 

« Les disciples avaient verrouillé les portes du lieu où ils étaient, car ils avaient peur des Juifs. »

 

 

 

Malgré nos fermetures, réelles comme de cœur,

Malgré nos craintes diverses et si fortes,

Malgré nos replis sur nous-mêmes, nos si frileux « entre-nous », 

Le Christ se rend présent.

 

Il ne s’impose pas,

On peut ne pas Le voir mais Il est là ;

Invitation à Le contempler,

A Le toucher, même ;

Car Il est là. 

 

Il ne brise pas les verrous en venant,

Mais, par l’invitation à la Foi, Il nous donne de les briser,

Il est la Clef pour nous exclamer, encore et toujours

« Mon Seigneur et mon Dieu » !

 

Et cette reconnaissance du Seigneur ouvre d’un coup la porte,

Elle nous fait vivre,

Elle nous envoie :

D’abord, balbutiante, au seuil,

Puis plus loin, encore plus loin,

Portés par ce courant d’air ou plutôt ce courant de Souffle.

 

Parce que, en tout lieu, nous sommes alors en Lui,

Fils vivants de Lui et donc immensément libres,

Aptes à proposer à nos frères de Le reconnaître,

Pour dire, pour vivre ensemble « mon Seigneur et mon Dieu »,

Hommes et femmes sortis de chez eux mais en Lui,

Hommes et femmes de plein vent.

 

mercredi, avril 3 2013

Reconnaissance devers Toi

 

 

 

« A l’heure de la prière de l’après-midi »

Pierre et Jean Te reconnaissent en l’infirme ;

En Ton nom alors, ils l’appellent, ils le relèvent, vers la Vie.

 

Il « dit la bénédiction, le rompit et le leur donna. 

Alors, leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent. »

A la fraction du pain, à la prière de bénédiction,

Les disciples d’Emmaüs Te reconnaissent.

 

C’est dans la prière

Que nous apprenons à Te voir, à Te distinguer,

Alors qu’avant nos yeux semblent fermés, entrouverts,  

Tendus vers un but autre que Toi.

 

La prière comme entrainement à la vision d’amour ;

La prière comme gymnastique du regard,

La prière comme mouvement intérieur,

La prière mue par les échos de Parole,

Pour vivre dans un mouvement intime de double reconnaissance du cœur.

 

dimanche, mars 31 2013

Qu’Il vous rappelle toujours à cette joie !

Au cœur de la nuit froide, la chaleur d'un feu à l'assemblée se groupant, se blottissant autour contre le froid ; 
Au cœur d'une nuit, une folle joie naissante qui se lit sur les visages à la lueur des cierges ; 
Au cœur de la nuit, une liturgie riche en signes pour parler à nos sens comme à notre intelligence afin de nourrir notre Foi ; 
Au cœur de la nuit du tombeau, rien de moins qu'une résurrection. 
Au cœur de la nuit, un silence qui n'est plus de mise pour chanter Alléluia à plein cœur : 
Telle est notre Foi, telle est notre Joie ! 
Parce qu'il y aura eu l'événement renversant tout ;
Parce que la pauvreté de l'Amour aura triomphé de la force ; 
Parce que l'Amour a vaincu la mort,  
Rien ne sera plus comme avant 
Dans la mesure où nous Le laissons, 
Dans la démesure où nous Le laisserons nous renverser, nous bouleverser nous-mêmes ; 
Chemin de Pâques, chemin de Vie ! 
Belle fête de Pâques à vous, frères et sœurs lecteurs, à la suite du Ressuscité ! 

vendredi, mars 29 2013

Tout est accompli - Vendredi Saint


"Après cela, sachant que désormais toutes choses étaient accomplies, et pour que l'Écriture s'accomplisse jusqu'au bout, Jésus dit : « J'ai soif. »

Il y avait là un récipient plein d'une boisson vinaigrée. On fixa donc une éponge remplie de ce vinaigre à une branche d'hysope, et on l'approcha de sa bouche.
Quand il eut pris le vinaigre, Jésus dit : « Tout est accompli. » Puis, inclinant la tête, il remit l'esprit. "
 


Il est terrible de proclamer la mort du Christ... 

Mais "tout est accompli" ; 
Il faut accepter de rester là, 
Devant la souffrance, à ne pas comprendre ; 

Parce que tout est déjà accompli, 
Laisser sa Foi se frotter à la Croix,
Laisser son Espérance se heurter à la pierre du tombeau, 
Laisser sa Charité grandir dans l'aspiration du Don ; 

Et laisser place au silence, 
Pour que l'Ecriture s'accomplisse en nous.  
 

lundi, février 25 2013

écoute et vis !

 

 

 

J’ai retenu de l’évangile de ce w-e une phrase. Ou non, finalement, encore moins, deux mots, deux simples mots parce que je suis prof et donc feignasse comme chacun sait[1]. Deux mots donc : « écoutez-Le »

 

J’aime bien l’entendre en écho de l’acclamation à la fin de l’Evangile : « Acclamons la Parole de Dieu »  « Louange à Toi Seigneur Jésus ».

 

Parce que, sincèrement quel est mon degré d’écoute en dehors des mouches qui volent ?

Est-ce que je considère bien toujours que c’est Dieu qui me parle à travers ce qui est lu, à travers ce qui est proclamé ?

Qu’Il a un mot pour moi, là, maintenant, tout de suite ?

Chez moi, ce n’est pas gagné.

 

Je crois que, bien souvent, j’oublie que ces mots me sont adressés ;

Je crois que, trop souvent, j’oublie cet essentiel :

Que l’Evangile n’est pas fait pour être lu 

Mais qu’il est fait pour être vécu.

 

Ecouter ne saurait alors se limiter à une écoute partielle et passive[2]

Ecouter devient accueillir, laisser agir pour réagir ;

Ecouter devient alors non plus limite mais apprentissage pour L’imiter, ouverture d’un espace non pas simplement typographique mais d’un espace de vie.

 

Et donc invitation à une écoute encore plus large, plus vaste, celle du frère connu ou inconnu par qui Sa parole pourra encore me rejoindre, dans l’improviste de la vie :

Que me dis-Tu, Seigneur ?

 

Ca m’a rappelé aussi le si beau prologue de la Règle de saint Benoît :

« écoute, ô mon fils, les préceptes du maître et prête l’oreille de ton cœur ! »[3]

 

Ecoute du Silence où Sa parole saura s’égrener en quelques décibels inaudibles mais tombés au plus profond du cœur ;

Invitation à la disponibilité de notre cœur, de notre âme, à chaque instant ;

Pour transformer – parce qu’Il est là – d’une majuscule nos rencontres, en autant de transfigurations.

 

 



[1] #autotroll.

[2] comme celle de mes élèves de 16h30 à 17h30 par exemple.

[3] 1ère phrase du prologue de la RB : « Obsculta, o fili, praecepta magistri, et inclina aurem cordis tui »

jeudi, décembre 27 2012

Saint Jean divers

 

 

 

Aujourd’hui, il n’y a qu’un bond entre 1ère lecture et évangile.

 

« Ce que nous avons vu et ce que nos mains ont touché »

Témoignage de l’apôtre qui vécut avec le Christ, qui a vu le Christ, qui a touché le Christ :

Ce que nous sommes, parfois.

« Il vit et il crut » :

Admirable Foi de saint Jean qui ne voit que les traces de l’absence d’un corps, qui n’aperçoit que l’absence et qui croit :

Ce que nous sommes, parfois.

 

Tension entre le visible et l’invisible ;

Entre les reliefs éminents de nos vies qui semblent signes de la présence de Dieu et les creux en dépression qui semblent signer Son absence dans chaque existence ;

Faire le lien,

Être le lien

Parce que, dans les deux cas, c’est le même saut de la Foi qu’il y a à faire

Pour apprendre à regarder, car présence et absence ne sont jamais irrémédiables évidences ;

 

Pour apprendre à vivre de la Foi,

Apprendre à se laisser désigner à l’instar de ce saint Jean comme « ce disciple que Jésus aimait »,

Pour puiser en Son amour,

Sur Son cœur,

L'amoureuse audace d’écrire et d’inscrire un Évangile dans nos jours.

 

 

dimanche, décembre 23 2012

En méditant, en priant

 

Ce n’est plus un secret pour grand monde après le #teasingdeouf de @gdecoutard sur twitter :

 

 

J’assurerai donc une dizaine de commentaires d’évangile pour l’année 2013 dans le magazine Pèlerin à partir du 10 janvier.

 

Cela constitue pour moi une expérience quelque peu différente de celle de ce blogue. Et, après avoir gratouillé mon premier texte puis après l’avoir corrigé, je m’aperçois combien cette expérience pousse encore plus à la prière.

 

Car, finalement, commenter l’Évangile, avec toutes les contraintes formelles qu’impose l’exercice de la presse écrite (que je découvre !), c’est tâcher de comprendre mieux celui-ci. Pour cela, il faut le « prier » mieux, le « méditer » mieux, c’est-à-dire le « vivre » mieux pour dire et écrire mieux dans le même mouvement : pas facile facile…

 

Et je repense au fameux livre de critique de Julien Gracq, En lisant, en écrivant : exercice d’écrivain. Mais finalement, n’est-ce pas aussi l’exercice du chrétien priant la Parole de Dieu ? En lisant, en écrivant : exercice de lecture active, crayon en main, Esprit Saint au cœur... comme on peut ! 

 

Et l’on pourrait ainsi tracer un programme en « en », anaphores poétiques chrétiennes vitales  :

 

En invoquant l’Esprit Saint,

En lisant,

En priant,

En méditant,

En écrivant,

En affinant,

En corrigeant,

En récrivant,

En aimant, 

En vivant…

 

À vivre ensemble tous ces gérondifs dans les mois à venir !

 

mercredi, octobre 31 2012

Une nouvelle appli : retraite 3.1 !

 

Lors de mes trois jours de retraite, j’ai découvert une nouvelle appli.

En bonne cathogeek, je vous en fais part dès mon retour, la voici !

 

 

Photo à peu près contractuelle

 

Nos points forts :

- Une écoute de la Parole de Dieu qu’est le Christ. Ce dernier étant aussi Lumière du monde comme le rappelle l’icône servant de pied à la lampe de bureau.

- Une mise à jour permanente… même si vous ne la voyez pas ! Elle a en effet lieu directement en vous, au plus profond de votre être ! Les effets apparaissent en surface suivant une durée variable qui dépend de l’importance de la mise à jour (on parle aussi, en jargon technique, de « conversion »).

- 2 écouteurs mais seulement un micro, pour se rappeler qu’on doit écouter deux fois plus que parler mais qu’on peut aussi tout Lui dire ! Même crier au secours !

- Silence intégré.

 

Et, surtout, surtout, une compatibilité garantie avec iOS 5+ tous les systèmes d’exploitation !

 

Alors, elle est pas belle la vie ? Qu’attendez-vous pour la télécharger ?

 

lundi, octobre 22 2012

Dites-la, proclamez-la avec des birds (... en plus de votre vie !)


Tandis que le sanctuaire marial de Lourdes est inondé, les blagues fleurissent sur internet... 

Mais ça m'a fait penser : et tiens, que disent les oiseaux de la Foi, eux qui volettent déjà dans le ciel ? 

Motif spécieux, je vous l'accorde, pour consulter le site Birds dessinés.  Mais voici tout de même quelques pépites que j'y ai trouvées.

"La Foi, dites-la avec des birds", un concept intéressant pour la nouvelle évangélisation ? ;-) 

Lire la suite...

mercredi, août 1 2012

C’était un p’tit bonheur

 

On préparait des sacs qu’il portait.

Je ne le connaissais pas, j’ai regardé son étiquette, j’ai lu : « Bonheur ».

Bonheur ? Quel drôle de nom, pourquoi pas libellule ou papillon ?

 

J’ai toujours tendance à me méfier des noms comme ça, un peu bizarres,

Et pourtant, c’est quand même beau de s’appeler « bonheur » !

Je lui ai souri en lui tendant le sac et il m’a aussi répondu d’un large sourire :

Bonheur, ou la tâche de répandre la joie ?

 

Ces autres personnes-là arrivaient,

J’étais émue de la dignité qui accompagnait la misère qu’ils portaient avec eux, qu’ils traînaient lourdement.

J’apportais quelques-uns de ces colis qui allait pouvoir les aider au moins à s’alimenter pour quelques jours.

Bonheur faisait pareil, lui pour les familles : il portait toujours des sacs.

Cela a duré des heures et la fatigue se faisait sentir, en sus du poids des histoires tragiques entendues ici et là, en sus de ce nombre toujours grandissant des « accueillis » ici : Seigneur, que de misère !

 

Bonheur, lui, souriait toujours… ça m'a fait sourire. 

Et, au soir, sourire encore en priant avec le psalmiste, comme naturellement :

« Qui nous fera voir le bonheur ?

Sur nous, Seigneur, que s’illumine Ton visage ! » (ps. 4)

 

- page 2 de 4 -