Zabou the terrible

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Born to be a prof

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche, novembre 15 2015

Demain dès l'aube j'enseignerai

 

https://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/hphotos-xfl1/v/t1.0-9/12247146_10153756418861133_7216977830021584772_n.jpg?oh=351746484da770af2548a4353ae9dc9c&oe=56BEF550

 

Demain matin, dès l’aube, il faudra les accueillir ;

Demain matin, il faudra les écouter, les accompagner ; 

Demain matin, il faudra leur dire… quoi ? Comment ?

Quels sont les mots justes quand il n’y a que barbarie indicible ?

 

Je rumine tout cela dans ma tête depuis les événements de vendredi soir ;

Et je prie l’Esprit Saint de me donner mots et attitudes justes.

D’ailleurs, aujourd’hui, je ne suis sortie que pour prier : la messe puis, bien plus tard, les vêpres.

 

En chemin, j’ai respiré à fond l’air qui emplissait mes poumons et j’ai cru lire chez les passants le désir de faire de même ;

Au square pour les enfants, il y avait une affluence bien plus grande que d’habitude ;

Dans les rues, pour un dimanche après-midi, que de couples de tous âges tendrement enlacés faisant une balade ensemble ;

Dans la « coulée verte », que de personnes en train de se parler tout en se promenant !

Il y avait quelque chose d’une douceur printanière, d’un bain de vie, d’un bain d’humanité :

Comme des asphyxiés qui peuvent d’un coup respirer à nouveau l’air libre avec une forme d’ivresse folle.

J’ai souri : c’était juste et c’était beau.

 

En chemin, j’ai aussi vu des bougies sur les fenêtres ;

Des symboles de paix scotchés sur d’autres ;

Ou encore des drapeaux français qui dépassaient.

Peu importe le symbole qui était choisi, cela disait l’union et la compassion dans l’horreur, au-delà de toute conviction ou croyance.

J’ai encore souri car là aussi, c’était juste et c’était beau.

 

Demain, nous, enseignants, serons en classe avec eux, ces jeunes à l’esprit encore en formation ;

Demain, nous parlerons de ce qui s’est passé, sans vraiment savoir à l’avance où iront les échanges : il y aura de l’émotion, des coups de gueule, peut-être des pleurs ou des difficultés, comment savoir ?

Demain, je chercherai à être juste et pédagogue, à expliquer et à consoler, comme je peux, au mieux ; 

Mais demain, je tâcherai aussi de repenser à ce que j’ai vu dans les rues aujourd’hui pour leur redire combien cela vaut le coup de grandir, d’apprendre, et de vivre. 

 

Demain comme hier, nous continuerons de prier pour toutes les victimes, leurs proches et leurs bourreaux de Beyrouth comme de Paris : c’est l’essentiel ;

Mais n’hésitez pas, demain, s'il vous plaît, à ajouter une pichenette de prière pour les enseignants : nous en avons et en aurons besoin.

 

lundi, novembre 9 2015

Diffracter plutôt que filtrer

 

http://www.lire-les-notes.com/goodies/prisme-the-dark-side-of-the-moon.jpg

 

- Nan mais madame, en quoi l’altruisme, ce serait mieux que l’égoïsme ? Moi j’pense à moi d’abord ! »

 

Et bim. Voilà comment, d’un simple cours sur la figure du héros dans le roman d’aventures et ses qualités morales, tu passes d’un coup à une question à la limite de l’existentiel.

 

Altruisme donc. Un mot dont je venais de leur expliquer le sens en ajoutant combien c’était beau que le héros risque sa peau pour les autres.

 

Des réactions diverses :

- M’dame dans la vraie vie, c’est chacun pour soi, ça se voit qu’c’est inventé !

- J’vois pas en quoi c’est mieux, ça apporte rien ! »

Et puis, cette question susmentionnée.

 

Et c’est là que tu te rends compte que tu as un filtre chrétien devant tes yeux… Que l’altruisme, que l’amour de l’autre, la philanthropie, c’est une évidence pour toi, mais une évidence que tu as fondée avant tout sur ta foi.

Oh, je sais bien qu’il est des êtres formidables qui font preuve d’un superbe altruisme sans avoir la foi et je pourrais citer de nombreux collègues – coucou à vous si vous me lisez les copains ! – mais il n’empêche : j’ai ce « filtre » chrétien car pour moi, l'altruisme, c’est intimement lié à ma foi…

« Il n’est pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime » : on pourrait se bercer de cette phrase alors qu’elle est parole exigeante, nous appelant à viser toujours plus haut.

 

Alors se retrouver en quelques secondes à devoir improviser une explication…

Lancer un grand appel intérieur à l’Esprit Saint, improviser, hésiter, chercher ses mots et, surtout, à contrer le poids de l’évidence par quelque chose d’accessible à qui ne partage pas les mêmes valeurs que les miennes ;

Finir par bafouiller un discours sur le fait qu’on ne pouvait pas être heureux tout seul,

Que la relation nous rendait heureux,

Et même comme exemple que, s’ils vivaient une grande joie, ils n’avaient pas de plus grande hâte qu’en parler à leurs amis !

 

Ce n’était pas terrible et j’y reviendrai à l’occasion avec eux. Mais ce fut pour moi une expérience marquante, pas tant celle d’un égoïsme affiché comme bon, mais celle d’un devoir de dépasser les racines de mon être pour transposer leur fruit à un être ne partageant pas les mêmes que moi. Pas simple.

 

En rentrant, j’ai prié.

J’ai demandé au Seigneur la grâce qu’Il transforme mon filtre chrétien en prisme chrétien :

Pour diffracter Sa lumière en autant de coloris qu’Il le jugera bon, pour La transmettre à chacun dans les fréquences de réception qui sont les siennes,

En autant de reflets de Son unique Lumière.

 

samedi, octobre 17 2015

Vous êtes le regard du Christ

 
Dans mes merdouilles, 
Dans mes péchés
Dans ces moments-là dont je ne suis vraiment pas fière, 
Et même, quand je viens T'en demander pardon : 
Il est un regard qui m'espère. 
 
Et eux ; 
Et leurs cris, leurs bêtises qui sonnent si fréquemment comme autant de "moi, moi, regarde-moi ; fais attention à moi" ; 
Ces mains levées, ces appels, qui réclament toute notre attention et qu'on ne peut leur donner pleine, autant qu'il faudrait ; 
Ces appels à l'aide dissimulés sous des fanfaronnades lourdes d'ado : 
Parce que je le crois, 
Il est un regard qui les espère. 
 
Ce regard qui voit le meilleur, même enfoui dans le plus intime de leur cœur, 
Ce regard sans préjugé,
Ce regard sans surchauffe, sans ras-le-bol même après une journée finie exténuée, 
Ce regard qui les attend et qui les voit plus grands, 
Ce regard qui pousse non à l'enfermement mais à la marche dynamique vers un plus. 
Un regard de confiance, 
Un regard d'espérance : le Sien. 
 
Appel à une conversion de regards, 
À devenir Son regard pour eux, 
Apprendre moins à espérer de nos élèves telle attitude, 
Mais apprendre, là où ils en sont, à espérer nos élèves ; 
Regard d'espérance pour un appel à croître. 

lundi, octobre 5 2015

Des mots pour dire les maux : carte postale d'un cours

http://sr.photos3.fotosearch.com/bthumb/CSP/CSP993/k14808335.jpg

Pour la deuxième année consécutive, nos élèves de 4ème participent à un petit concours autour de la semaine de l’écriture.

 

Cette année, le thème est « j’ai de l’affection ». Ce n’est pas immédiat à comprendre. Cela a nécessité de l’explicitation et, justement, cela fut intéressant car, contrairement à l’année dernière, les écrits ne furent pas autant de billets d’amour confinant au ras des pâquerettes mais une véritable floraison de diversités : déclaration d’amour, lettres d’amitié, amour filial et… amour(s) familiaux dans la séparation ou dans le deuil, fréquents.

 

Un par un, ils passaient se faire corriger leur brouillon avant de passer à l’écriture au propre. Plus souvent qu’à mon tour, j’ai eu la gorge serrée en barrant d’un trait l'expression « histoire vraie » qui n’avait pas sa place. Ils la disaient, cela suffisait.  

 

J’ai vu quelques larmes pointer, j’ai peiné mais réussi à éviter les miennes.

Le vocabulaire était pauvre, j’ai souvent proposé : « tiens, ce ne serait pas cela que tu voudrais dire ? ». Ils étaient contents : « Ah si, c’est exactement ça ! » et, parfois : « vous, vous avez les mots pour dire ce qu’on a sur le cœur. »

Une porte pour goûter le cours de français bien au-delà de toute question de grammaire et de maîtrise délicate de notre langue ? J’ai senti que cette porte s’entrouvrait doucement : savoir écrire pour savoir dire avec le cœur.

 

Et puis, au milieu de tous ceux-là, il y avait elle dont je sais l’histoire récente si blessée, bien que le silence réciproque soit de rigueur. Elle osa écrire sur ce sujet… Elle osa pleurer à chaudes larmes. Tout le monde était à la fois aussi mal à l’aise que profondément respectueux : il y avait quelque chose de beau à voir ces ados souvent un peu balourds touchés par la douleur de l’une de leurs.

 

Il y avait quelque chose d’une tonalité très juste à ce cours bien que nous en soyons tous sortis bourrés d’émotions. Cela m’étonnerait que l’un ou l’autre gagne un prix mais aujourd’hui, nous avons peut-être avancé dans une réconciliation entre l’écrit et l’humain : faire, dire, écrire de belles choses qui viennent du plus profond, du plus humain, du meilleur d’eux-mêmes. A mon sens, le concours est gagné et ce soir, je me sens fière d’eux.

 

Si leur vocabulaire reste souvent indigent,

Dans le fond, mes mots, à moi professeur de français, le restent également dans ma prière…

Alors qu’importe si ce soir, ce sont quelques-uns de leurs mots, griffonnés sur des cartes, que j’ai envie de prier, en guise d’intercession maladroite.

 

mardi, septembre 15 2015

Agrégée… so what ?

 

http://p3.storage.canalblog.com/31/30/1313095/105458833.png

 

Je n’en ai pas parlé sur ce blogue mais, début juillet, un détail quelque peu important mais surtout totalement inattendu de ma vie s’est produit : je fus reçue à l’agrégation externe de Lettres modernes.

 

Top cool, youpi, j’ai sauté de joie et bien fêté ça. Mais finalement, être agrégée, qu’est-ce que cela change ?

 

J’ai demandé, autant par passion que par conviction, à continuer à travailler pour l’instant dans le même collège REP. J’ai donc été affectée sur le même horaire de certifiée, je m’investis toujours dans une expérimentation pédagogique et ne profite donc pas de ma désormais charge horaire moins importante mais fais a contrario un nombre non négligeable d’heures supp’. Vous me direz que je verrai la différence sur ma fiche de paye : c’est sans doute vrai. Mais je pense qu’il est assez clair pour quiconque me lit que ce n’est pas ce qui motive ma vie.

 

L’agrégation, donc. Suis-je une meilleure prof parce que je suis agrégée ? Je ne pense sincèrement pas. Ce n’est que ma 4ème rentrée, année de stage comprise, et je me sens toujours bien moins compétente que des collègues qui enseignent depuis plus longtemps que moi tant l’expérience compte dans ce métier.

 

Mais alors, être agrégée, pourquoi ? D’abord pour la beauté du geste, le plaisir du challenge acharné pour notre intelligence…

 

Mais aussi pour eux, ces petits-là qui sont devant moi une vingtaine d’heures par semaine. Le prof agrégé n’est pas meilleur prof mais le prof qui prépare l’agrégation ou qui se motive pour travailler sur tel ou tel sujet, pédagogique ou non, se place lui aussi en situation d’apprentissage : je suis convaincue que cela nous aide à chercher à apprendre mieux aux autres ensuite.

 

J’ai certainement passé l’agrégation pour plein de raisons mêlées mais je crois que, prof chrétienne, je l’ai aussi passée pour mieux exercer ma fonction baptismale de « roi », non parce qu’il s’agit d’un concours dit « d’excellence » (on pourrait en discuter des heures) mais bien pour régner – faire cours –  au sens où le Seigneur l’entend, aux pieds de mes frères. Pour mieux les servir, pour mieux les faire grandir. J'en ai en tout cas l'ambition ! 

 

jeudi, septembre 3 2015

La rentrée : des filets, des poissons, une vocation et des élèves

 

Attention, malgré son titre et mon envie toujours pressante d’écrire à ce sujet à la veille de ce jour horrible, ce billet ne portera absolument pas sur la qualité du poisson servi à la cantine le vendredi : vous m’en voyez navrée.

 

http://img.over-blog-kiwi.com/0/42/08/09/201309/ob_7b3f8e4bd3e610e0a2fd097f185a6a68_cerise-sur-le-gateau.jpg

 

Réussir à aller à la messe en semaine la semaine de la rentrée, ça tient un peu de la cerise incertaine sur le gâteau, voire peut-être de surcroît accompagnée de chantilly maison (oui, parce que celle en bombe, elle ne vaut pas dans le comparatif) tant, même si cela se passe bien, la reprise du rythme est physiquement difficile. Heure des levers, des couchers, énergie dépensée pour faire une véritable belle heure de cours et bruit environnant permanent. Il y a beaucoup de joie à retrouver des élèves connus, à faire la connaissance de nouveaux mais il y a aussi des peines, des inquiétudes à entrapercevoir les difficultés de celui-ci ou de celui-là. Pourrai-je faire quelque chose ? C’est l’aube encore pleine de promesses d’une année qui s’ouvre.

 

Alors, se poser ce soir à la messe en rentrant des cours, c’était particulièrement bienvenu. Tout Lui remettre en offrande, bien sûr et Le recevoir. Mais pas seulement. Se laisser toucher par Sa Parole et par l’exemple de Pierre : « mais sur ton ordre, je vais jeter les filets ».

 

La prendre pour soi, pour ses propres questions… Il s’agit d’obéir au sein plein du terme, c’est-à-dire d’écouter pleinement ce que le Seigneur a à me dire. – D’ailleurs, la nouvelle traduction liturgique de ce passage précise « sur Ta parole ».

 

Comme un appel à redécouvrir notre mission – notre vocation ? – de professeur chrétien en ce début d’année, à nous redécouvrir envoyés, ici et pas ailleurs, à ces élèves-là qui nous sont confiés. Alors, dans l’écoute, s’Il m’envoie là, si je fais confiance et agis sur Son ordre, la pêche pourra se découvrir, se révéler, miraculeuse.

 

vendredi, juin 26 2015

Foi de l'alchimiste, foi du prof ?

http://a406.idata.over-blog.com/0/57/40/62/classe-en-bazar-txt.gif

Ce ne sont que des noms alignés sur le papier.

En réalité, ce n’étaient que des noms alignés sur le papier il y a encore quelques mois…

Car, au long de ceux-ci, ils ont pris l’image d’une figure, l’inflexion d’une voix, les souvenirs de moments partagés ensemble joyeux comme pénibles : l’épaisseur d’une vie.

 

Les bilans d’année ont été faits : les progrès, les inquiétudes, les joies, les craintes. Des mots pour dire ce qui fut et pour conseiller, faiblement mais au mieux possible pour ce qui sera.

Et pourtant ils sont encore tous rassemblés sur ce papier.

 

Constitution des classes : exercice d’orfèvre.

Il faut chercher les bons ingrédients pour qu’à peine une année touchant à son but, la potion de l’an prochain soit réussie.

La potion ne sera pas franchement translucide, elle est souvent troublée, et elle ne doit être ni inodore, ni incolore, ni insipide : quel intérêt ?

 

La constitution des classes, c’est une forme d’alchimie de la vie ;

Une recherche d’équilibre, d’associations intéressantes et goûtues, en évitant les trop corsées mais en laissant les accords réussis se prolonger.

 

Quand l’année peut sembler s’essouffler à force de tirer en longueur, l’événement donne déjà envie de la suite : de découvrir le résultat comme de rencontrer ceux qui ne sont encore que de simples noms sur ces listes.

 

Rien n’est déjà gagné, rien n’est déjà perdu : c’est l’ouverture à l’imprévisible de la vie.... en quelque sorte un acte de foi du prof !

 

dimanche, juin 7 2015

Certainement... sans la grâce !

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/f1/Rembrandt_Harmensz._van_Rijn_033.jpg/300px-Rembrandt_Harmensz._van_Rijn_033.jpg

Toujours avec les mêmes 6èmes, s'acheminer doucement vers la fin de la séquence sur la Bible en abordant le genre de la "parabole". 

Choisir pour illustrer mon propos la parabole du Bon Samaritain. 

Lire, expliquer, commenter avec eux... pour qu'ils découvrent la définition et l'utilité de la parabole. 

Et puis, de manière inattendue, cette remarque qui fuse du fond de la classe : 

 

"Il dit bien qu'il faut aimer les autres, tous les autres, comme soi-même ??? Wesh, c'est trop dur ce truc en fait !" 

Allez savoir pourquoi, cela m'a doucement fait sourire ! :) 

 

jeudi, mai 7 2015

Enseigner en ZEP ? « Va dans le pays que je te montrerai »

 

http://www.herodote.net/Images/AbrahamMambre.jpg

 

J’apprécie vraiment de faire la séquence sur la Bible en 6ème : non pas parce que, comme chrétienne, cela me donnerait moins de travail et que comme tout prof qui se respecte, je serais un peu feignasse mais parce que, outre parler d’un thème que j’aime et que je connais bien, cela confronte toujours à de vraies bonnes questions bien pertinentes dans le « choc » que cela peut représenter pour nos élèves.

 

Pour la deuxième année consécutive, j’avais prévu un petit tour par l’étude de l’appel d’Abraham.

 

Cela permet assez facilement de parler des patriarches, des grandes religions monothéistes et de leur vocabulaire respectif, de faire un rappel de conjugaison sur l’impératif et… de parler de circoncision comme point commun souvent inattendu par les élèves entre Juifs et Musulmans !

 

Ce cours-là, c’était ce matin. Et là… 

- Madame, moi j’pense que vous êtes chrétienne alors comment vous savez pour la circoncision pour les Musulmans et pour les Juifs ?

- Eh bien, simplement parce que c’est de la culture ?

 

Au-delà de la question et de la réponse souriantes, quelque chose d’essentiel s’était joué là : la découverte de la culture comme possible pont de rencontre ;

Quelque chose de laïc, profondément,

Quelque chose d’humain, assurément,

Quelque chose d’un mini-pas de lutte contre l’ignorance « mère de tous les maux »,

Quelque chose d’un grand sourire à saveur de promesse dans mon cœur, amoureusement chrétien.

 

mardi, avril 7 2015

Intercession proche d'ailleurs

Je priais les Vêpres avec un ami prêtre. 

Le matin, un élève avait eu un comportement bien lourdement pénible, dans le refus du travail et la provocation constante, ce qui avait engendré de ma part une augmentation progressive mais néanmoins croissante du nombre d'heures de colle. 
Je n'en étais pas fière mais, dans le rush du moment, difficile de faire autrement, de trouver une autre solution sans l'exclure... ce qui lui aurait d'ailleurs fait trop plaisir. 

Cela me travailait depuis le matin, et, lors de l'intercession des vêpres, c'est sorti tout naturellement : 

- Pour Moh****

Ca m'a fait sourire tant ce prénom, si fréquent là où je travaille, sonnait presque en dissonance par rapport à l'action liturgique en cours, venant tellement d'ailleurs... Et pourtant ? Pourtant, c'était très juste : Dieu ne saurait être étranger à ce qui habite le coeur de l'homme. 

Et si le premier pas du dialogue interreligieux, et si même le dialogue tout court, le vrai de vrai, il naissait avant tout, il ne pouvait naître avant tout que dans la prière ? 

Que dans ce moment profond où Dieu nous travaille pour faire passer son Logos à travers nous, malgré tout ? 

 

mardi, mars 10 2015

Lol est aussi un palindrome

http://www.laprocure.com/cache/couvertures/9782754067249.jpg

J’avais lu la critique – et des extraits hilarants - il y a peu de Lol est aussi un palindrome et puis l’auteur, M. Levesque, fut l’une de mes chargées de TD à la fac qui maniait si bien l’art de l’humour mordant alors, de manière tout à fait corporate, j’en ai évidemment fait l’acquisition !

 

Sous-titré « Journal d’une prof au bord de la crise [de rire] », l’auteur compile sous forme de journal de bord les meilleurs répliques de ses élèves.  

 

Que dire si ce n’est… que c’est parfaitement vrai, que cela sonne tout à fait juste, particulièrement pour qui enseigne en ZEP ? A contre-courant des défaitismes et des découragements qu’on croise trop souvent sur la toile, l’auteur croque un monde où, s’il arrive de passer de sales quarts d’heure, l’humour prend toute sa place dans un juste enseignement !

 

Enseignant en collège, je ne peux l’expérimenter au même degré de répartie mais il est bien rare qu’une journée n’offre pas sa dose de sourire… au sein même du désespoir du « on estime que tout prof de français consacre au moins un quart de sa vie à lutter contre la confusion entre l’auteur et le narrateur » (note de la page 19), lutte qui commence dès la 6ème.

 

Bref, que vous soyez prof ou pas, en ZEP ou pas, si vous voulez vous offrir quelques dizaines de minutes de franche rigolade ainsi qu’un regard apaisé et apaisant sur ces jeunes des banlieues et les personnes un peu folles qui leur enseignent, courez le lire !

 

 

lundi, mars 9 2015

L’Explicite de l’Implicite et l’Implicite de l’Explicite

http://fodio.hautetfort.com/media/02/00/323001705.jpg

 

 

Toujours ces questions quand on évolue en « milieu non catho » :

Ces questions non pas forcément qui te viennent directement des autres, ces questions que les autres font naître à l’intérieur de toi, ma foi… ma foi : 

Que dire, que faire ? Ici ? Et là ?

Que dire et que taire ? Ici ? Et là ?

 

Il ne s’agit pas de se planquer façon « je ne suis pas là, vous ne me voyez pas, d’ailleurs je n’existe même pas »

Il ne s’agit pas de se la jouer prédicateur enflammé sur une chaise : ce n’est pas le lieu.

 

Il s’agit d’être chrétien, vraiment, assurément : dans les actes, oui, comme dans les paroles, aussi.

Et c’est peut-être là le moins facile : difficulté de la parole.

Quel espace ? Quelle justesse pour elle ?

 

Il ne s’agit pas d’être un mur,

Il ne s’agit pas d’être un contre témoignage,

Il ne s’agit pas d’arborer une face de carême,

Il ne s’agit pas d’être une caricature de ce que l’autre pense savoir déjà sur le catholicisme,

Il ne s’agit pas de vouloir imposer sa foi aux autres…

Et en même temps, cette foi, elle est intrinsèque à ma personne, indissociable de moi-même ;

Je crois que c’est un peu comme mon propre cœur : si on me l’arrachait, je crois que j’en mourrais.

 

Alors, ce n’est pas si facile… car, quand on a rencontré le Christ, on est habité par une grande joie, aussi immense qu’intime, aussi personnelle qu’à dimension universelle.

Et on se sent loin, très loin de tous les conflits de « laïcité à la française »… on s’en ficherait en réalité si nous n’étions pas plongés dedans au quotidien.  

En fait, on est chrétien, tout simplement et très profondément.

 

Je me rends compte au fil du temps, avec l’expérience, que je merdouille souvent, très souvent dans mes propos : taisant trop ou a contrario parlant trop.

Parfois, j’avance, un peu, heureusement.

 

Mais toujours je prie :

Parce que, qu’on prenne la voie de l’implicite ou celle de l’explicite pour parler aux autres de ce qui nous anime, de Celui qui nous fait vivre, selon les circonstances, Lui, toujours, Il est toujours là, en contrepoint et en sens ultime.

Il est l’Implicite de notre annonce explicite ;

Comme il est le seul vrai Explicite de tous nos implicites.

 

jeudi, février 12 2015

L'enseignant est sorti ou est resté pour semer ?

http://media.paperblog.fr/i/466/4668047/dernier-heros-republique-prof-pffeuh-L-IaTbIz.jpeg

Il est 20h30 quand le professeur rentre, un peu harassé(e) de sa journée. 

Avoir enseigné,
avoir corrigé des copies,
avoir parlé,
avoir crié,
avoir puni,
avoir écouté,
avoir partagé,
avoir échangé,
avoir rencontré (ou pas) les parents des élèves sa classe. 

Des heures, les bêtes et simples heures de travail d'une journée...
Des heures parfois en apparence arides, malgré ici ou là, ces petites lueurs d'espoir...
Que bâtit-on ? Bâtit-on ? 

Bâtir ? Semer, plus probablement. 

Des heures à semer, à travers nous, malgré nous parfois,
Il est difficile d'évaluer le résultat :
En fait, c'est carrément impossible.
Mais semer, inlassablement, sempiternellement,
Dans l'espérance, dans la confiance,
Cette inextinguible confiance du semeur en ce qu'il ne maîtrise pas,
Sous et dans le doux regard du Semeur divin. 

jeudi, février 5 2015

Du séchage, de la justesse, de la politique de la main tendue et de l’éducation façon JC

http://tun-tirage.e-monsite.com/medias/album/smiley-question.jpg

 

Hier matin, j’ai été confrontée à mon premier cas de sèche collective : un cours de rattrapage de 8h30 à 9h30, annoncé comme tel dans le carnet depuis plusieurs jours ;

Hier matin, au lieu d’une classe à peu près complète, j’ai eu des élèves en nombre tel que les doigts d’une seule main étaient déjà trop nombreux par rapport à ceux nécessaires pour les compter ;

Hier matin, j’ai été, je l’avoue, très en colère.

 

Mais très vite aussi je me suis demandée pourquoi étais-je donc en colère ?

En fait, j’ai été surprise devant cette violence soudaine qui m’habitait… Pourquoi suis-je en colère ?

Ce sont eux qui jouent avec leur scolarité, leurs bêtises diverses partout, la suite d’un début d’année plus que pas terrible… pas moi.

 

Il y avait certainement la colère d’avoir perdu une heure de sommeil, point un peu délicat et presque douloureux quand on n’est pas du matin et que c’est la période des conseils de classe et de diverses réunions ;

Il y avait aussi très certainement le fait de l’avoir pris pour moi… c’est un peu débile, je sais bien qu’il faut distinguer son « rôle » - dans le sens tant de fonction que de théâtre – de professeur de sa vraie vie. Mais il n’empêche… On passe tant de temps à préparer des cours qu’on y met un peu, beaucoup de soi. Et qu’un séchage, on a beau savoir que c’est plus un acte de paresse et de révolte adolescente, qui ne nous est pas directement destiné, c’est vrai qu’on le vit un peu comme un gros crachat dans la figure de notre investissement. C’est bête.

 

J’ai réfléchi en me tournant vers Celui qui est pour moi mon modèle d’éducateur, le Christ.

Lui qui s’est pris de vrais gros crachats dans la figure, pas de manière figurée ;

Lui qui a toujours appliqué à la politique de la main tendue…

Tu ferais quoi, Toi, Seigneur, à ma place ?

 

Les élèves furent repris et punis de leur acte… oui.

Et maintenant ?

Toi, Tu pardonnes toujours,

Toi, Tu tends la main, toujours.

 

Tu sais bien qu’on ne peut pas être de gros bisounours lançant des cœurs <3 à qui mieux mieux… surtout avec ces jeunes-là ;

Tu sais qu’il nous faut être droits, fermes et nous-mêmes le plus exemplaires,

Mais Toi Tu regardes,

Mais Toi Tu aimes à plein, à fond, vraiment…

 

Tu sais, j’ai beau m’interroger,

Je n’arrive pas franchement à savoir ce que Tu aurais fait,

Mais Toi Tu n’aurais certainement pas eu cette colère en Toi,

Tu aurais repris avec des mots justes, sans doute, qui pointaient pile sur leur cœur… mais Toi, Tu sais faire.

 

Il reste à espérer, il reste à prier :

Pour que la punition porte du fruit,

Pour qu’ils grandissent, comme de belles pousses,

Pour que vraiment mon cœur soit plein d’un juste et non naïf « je vous pardonne » comme Toi, Tu le fais si souvent avec mes merdouilles à moi,

Donne-moi Seigneur de les aimer, ces élèves pas faciles, comme Toi Tu les aimes.

lundi, janvier 12 2015

Si facile ? Charlie vu d’un coin de ZEP

 

 

 

Jeudi midi, dans l’établissement où j’étais en stage, une belle minute de silence, bien dense.

Ce soir, à Malkah, spectacle chrétien où j’étais invitée, une belle minute de silence priant, de la même densité. 

La première devant le drapeau français et la charte de la laïcité ;

La seconde dans une salle de spectacle emplie de croyants avec au fond un décor déjà biblique ;

Contradiction ? Que nenni : consonance, résonnance.

 

Entre les deux, beaucoup de lectures, beaucoup de discussions,

Beaucoup de prière, beaucoup de réflexions,

Comme des mélanges de bruits et de silences,

Et aujourd’hui, la beauté d’un pays, voire d’un monde, uni :

Rare et si beau !

 

Entre les deux, beaucoup de jugements, de préjugés…

Comme si c’était si facile !

Entre les deux, beaucoup de signalements de réactions d’élèves…

Comme si c’était si facile !

Certains se concentrent sur les réactions extrêmes, d’autres sur la profondeur des discussions entre professeurs et élèves à ce sujet…

… comme si c’était si facile !

 

Je l’ai vécu et j’ai vu et entendu les deux, et tout plein d’autres choses…

Car ce n’est pas si facile !

 

Un « ils n’avaient qu’à pas caricaturer Mahomet ! », un « mais on s’en fout madame ! »,

Ces réactions qui te font te sentir mal tant elles sont à l’exact opposé de ce que tu crois, de tout ce que tu tentes, jour après jour, de leur transmettre… Comme un bon gros coup de poing dans l’estomac et qui augmente peut-être encore humainement parlant quand ce sont deux élèves plutôt choupis qui te disent cela. Ouch, tu as beau t’y préparer, le KO n’est pas loin.

Pourtant, ne pas leur en vouloir, savoir que c’est sans doute ce qu’ils ont entendu chez eux, ou qu’ils n’ont pas les éléments nécessaires pour penser : et, patiemment, expliquer, réexpliquer, tant qu’il faudra, le temps qu’il faudra ;

Car ce n’est pas si facile.

 

Un « les musulmans ne sont pas les islamistes », répété tant de fois par une petite musulmane que j’ai eu envie d’en chialer tant cela transpirait sa peur profonde et, en même temps, sa conviction tout aussi profonde. Lui dire que oui, elle a parfaitement raison, que c’est très important, le répéter à la classe : essayer de rassurer, au mieux.

Car ce n’est pas si facile.

 

Des tonnes de questions, de réflexions intéressantes,

Surprenantes presque de la part de nos élèves et en même temps si normales vu le choc de l’événement passé…

J’ai trouvé cela très juste,

J’ai beaucoup écouté, j’ai cherché à leur donner quelques éléments de réflexion,

Car ce n’est pas si facile.

 

Laisser sa place, toute sa place, à la complexité,

Car ce n’est pas si facile.

 

Et surtout, se rendre vraiment compte aussi, dans ce genre d’affaires, que nous ne sommes pas de quelconques chargeurs de clés USB sur les cerveaux de nos élèves,

Mais qu’il y a de jeunes consciences qui ont besoin de nous pour se construire : en composition ou en opposition, mais, dans le fond, peu importe,

Si le crayon est l’arme de l’expression ;

L’arme anti-extrémisme par excellence est l’éducation ;

Et il est bon, particulièrement bon en ces temps, d’y contribuer.

 

mardi, décembre 2 2014

Adorez-Le, bénissez-Le

 

C’était hier : commencer tôt la journée par un temps d’adoration, la finir par une heure syndicale dans mon établissement.

En mettant en route ma voiture pour rentrer chez moi, complètement explosée de fatigue par la longue journée, je pensais à cela et j’ai souri tant cela pourrait sembler incohérent à simple vue « mondaine ».

 

1h d’adoration, en silence : le cœur qui babille ses multiples cris, ses multiples intentions, ses multiples louanges, ses multiples demandes de pardon, ses multiples « j’essaie de T’aimer » ;

Et puis le cœur qui tente aussi de rester en silence, à écouter, à recevoir.

 

Au milieu : des cours. Enseigner, faire grandir, au mieux.

 

1h d’heure syndicale, « en bruit » : les bouches qui parlent, qui râlent, qui s’exclament, qui murmurent, qui interrogent ;

Temps nécessaire du débat, pour améliorer, ensemble.

 

Du silence à une progressive cacophonie ?

Quelque chose comme une harmonie.

 

Hier, j’ai eu l’impression que quelque chose d’essentiel dans ma vie de chrétienne s’était fait sentir très concrètement ;

Hier, il n’y avait aucune incohérence, mais, au contraire, une profonde cohérence ;

Certes, c’est impossible à réaliser tous les jours sans aménagement d’emploi du temps,

Mais cela permet de toucher, un peu mieux, cette profonde réalité de notre vie chrétienne que, sans Lui, nous ne pouvons rien faire.

S’exposer à Lui pour rester au plus proche des hommes.

Recevoir, se recevoir de Lui, chaque matin,

Pour se donner, Le donner, chaque jour, à nos frères humains.

 

 

 

vendredi, novembre 21 2014

Notes d’au-delà des notes

 

Remettre les bulletins, c’est toujours un peu éprouvant : non seulement parce que cela se termine toujours tard, avec des discussions interminables mais surtout parce que ces discussions ne sont jamais tout à fait légères.

 

L’an dernier, la première fois, j’avais fait le trajet retour avec de grosses larmes qui me roulaient sur les joues : j’avais été émue, j’avais été touchée au plus profond, de toucher moi-même du doigt la vraie pauvreté, celle dont on entend si souvent parler et celle qu’on connaît si peu, si mal, si partiellement.

 

Depuis, j’ai appris, un peu… mais ces rencontres sont déstabilisantes car on ne sait jamais ce qui va se passer : mystère de toute rencontre allez-vous me dire, oui, mais il y a aussi la particularité de travailler en milieu populaire et galère quand on vient soi-même d’un autre milieu.

 

J’apprends à me laisser déstabiliser,

En fait, j’apprends à me laisser rencontrer :

Dans la joie ou la détresse… il y a de tout, rien de programmé.

 

L’autre soir, ils étaient là tous les trois,

Il y avait le fiston et les deux parents, ce qui n’est pas si fréquent,

Le p’tit gars sympa aux résultats faiblards : quelques efforts par ici, d’autres par là, mais c’est encore en deçà.

Des sourires de part et d’autre néanmoins et puis cette voix du papa qui s’éleva : « Il faut qu’il comprenne que c’est maintenant que ça se joue… Pas que son métier ! Il peut découvrir plein de choses ici et c’est cela le plus important ! Moi, je n’ai pas essayé à l’époque… comme je regrette ces portes fermées. »

 

C’était un peu défaitiste mais c’était dit avec tant de justesse et d’humanité que j’ai presque eu envie de les prendre dans mes bras tous les trois, prise de compassion,

Je me suis contentée d’acquiescer, de sourire doucement et de prier en les raccompagnant, puis encore le soir.  

Et dire que certains se demandent encore pourquoi on fait un tel métier… !

  

dimanche, novembre 9 2014

Subversif ? Convers-if

 

En semaine, dès que je le peux, je vais à la messe : le matin tôt, en milieu de journée quand un grand trou me le permet, ou encore le soir, fatiguée, après une bonne journée de travail.

 

A chaque fois, je me dis que c’est le moment que je préfère :

Le matin, pour m’éveiller d’une manière particulière avec le Seigneur et offrir par avance la journée qui s’ouvre ;

En milieu de journée comme pour signifier la place centrale qu’a le Seigneur au cœur et au sommet de celle-ci ;

Le soir, comme une offrande finale de tout ce qui s’est vécu en Celui qui a tout porté.

A chaque fois, je préfère ce moment que je vis mais ce n’est jamais une contradiction avec les autres que le dire : c’est juste que ce sont chacun des moments qui me réjouissent, où l’Eucharistie m’émerveille… à chaque fois.

 

Mais aussi, à chaque fois, en semaine, j’ai l’impression d’y aller un peu en clandestinité… Oh pas pendant les vacances mais en période scolaire car c’est un temps aussi fugace que fugitif, que j’ai l’impression de dérober à l’implacable marche du quotidien.

 

Et puis, la messe, et encore plus la messe de semaine, ça sonne un peu à l’oreille comme une vaste subversion du système quand on passe ses journée dans l’enseignement public… D’autant plus que je pense qu’il n’existe pas grand chose de plus subversif qu’une messe : tout y est toujours retourné par rapport à nos habituelles valeurs humaines et avant tout nous-même : l’ordre qui s’y dit est celui du don, de l’amour fou renversant tout.

C’est bon de se le dire, de se le redire quand, parfois, nous laissons l’automatisme s’installer : la messe, c’est subversif. On pourrait dire subversion, on pourrait dire révolution également.

 

Mais tout cela n’est juste que s’il y a conversion avant tous ces mots : la messe, je la reçois avant tout comme l’instrument de ma propre conversion où unissant nos vies à l’offrande de la Sienne, nous Le recevons pour apprendre à nous tourner mieux vers Lui.

Et, c’est peut-être en cela que c’est le plus subversif la messe, par la conversion même infime qu’elle provoque : je crois que ça rejaillit sur tout le reste de la journée… à chaque fois.

 

 

Avec ces chaussures, tu augmentes le degré de potentielle convers-ion au premier pas que tu poses en direction de l'église… ou pas.

(Photo ? Les chaussures de l’aumônier et de la bergère à l’école de prière le jour du Pardon… cela ne s’invente pas !)

 

mardi, novembre 4 2014

Table poétique de conjugaison

Sur mon bureau, un délicieux mélange de genres qui se mêlent et s'additionnent... 

Mais peut-être cela revient-il, finalement, à conjuguer de concert les verbes vivre et aimer ? 

... ut in omnibus glorificetur Deus ! :) ... 

lundi, octobre 6 2014

Minibug d’esprit catholique en territoire public

 

- Madame, vous pouvez retirer la croix ? » me demanda soudain cette petite 6ème à la fin d’un cours.

 

Bug soudain en mon esprit… Zut ! Que s’est-il passé ? J’ai mis une croix quelque part ? Une bêtise façon atteinte à la laïcité m’aurait-elle échappée ?

 

Je palpe ce qui pend autour de mon cou sous ma chemise… Non, je ne me suis pas trompée en m'habillant ce matin, c’est bien celle-ci,  

 

Cette croix que je porte quand j’enseigne et sous mes vêtements… Elle n’a tout de même pas pu deviner que cette colombe cachait une croix !

 

- Écoute, je ne comprends pas bien : que veux-tu ?

- Mais si, vous savez ! La croix que vous avez mise sur mon carnet de correspondance parce que je n’avais pas fait signer mon contrôle !

- Aaaaaaah, celle-ci ? Ah non, désolée ! »

Hum, hum, hum… ;-) 

 

 

- page 2 de 3 -