Zabou the terrible

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Ordinateurs et Internet

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi, mars 17 2014

Cathotransmission

Chers lecteurs et chers amis, 

Un prêtre du diocèse du Mans en master à l'EPHE réalisant une étude sur la sociologie des sites web paroissiaux et diocésains m'a contactée pour me prier de relayer son questionnaire. 

Je le fais d'autant plus volontiers que c'est aussi lié à une question récurrente sur la blogosphère catholique : lus majoritairement par des catholiques, nos blogues permettent-ils aussi de sortir de l' "entre-soi" et de témoigner de la joie d'être chrétien ? Il est si difficile de savoir qui lit... 

Enfin, en dehors de toute ces considérations bloguesques, lisez et surtout cliquez sur les liens ci-dessous pour l'aider dans son étude : merci à vous ! :-) 

 

"Chers amis internautes, 

Sociologue des religions, je mène une étude universitaire sur les sites Web institutionnels catholiques et j’ai un réel besoin de connaître les personnes « cibles » de ces sites. Accepteriez-vous de répondre à l’une des deux enquêtes qui suivent que vous soyez ou non usager de ces sites, que vous soyez ou non catholique ? Elles sont uniquement constituées de questions fermées, vous n’aurez rien à rédiger. Il ne s’agit pas d’un simple sondage d’opinion mais d’une enquête approfondie sur vos pratiques en ligne, c’est pourquoi y répondre requiert d’y consacrer un peu de temps. Merci d’avance pour votre contribution à cette étude scientifique.
Père Renaud Laby, diocèse du Mans, Ecole Pratique des Hautes Etudes

Si vous êtes catholique pratiquant ou non-pratiquant, cliquez ici :
https://fr.surveymonkey.com/s/internautescathos
Temps pour répondre à l’enquête estimé à 20 minutes. 
N’oubliez pas de cliquer sur l’icône « J’enregistre mes réponses » à la fin du questionnaire.

Si vous êtes non-croyant et/ou en recherche, cliquez ici :
https://fr.surveymonkey.com/s/internautesnoncroyants
Temps pour répondre à l’enquête estimé à 10 minutes. 
N’oubliez pas de cliquer sur l’icône « J’enregistre mes réponses » à la fin du questionnaire.

Bien cordialement,

Père Renaud Laby
Prêtre du diocèse du Mans
Master 2 EPHE"

mardi, avril 16 2013

Pronote exegète ?

 

 

 

Les profs ont un super machin sur internet qui s’appelle Pronote qui fait tout, de la saisie de notes au cahier de textes, un peu comme l’iPhone, à l’exception du café un peu comme l’iPhone.

 

Le problème, c’est que, quand on ne s’y intéresse pas durant quelque temps, la connexion saute et nous voilà en dehors du truc.

 

Un peu comme avec le Seigneur : on fait plein de trucs, on ne prie plus trop et pouf, on se met soi-même au dehors alors qu’« on » (comprendre Lui) ne demande qu’à nous accueillir à bras ouverts pour faire plein de trucs ensemble. Qui sont d’ailleurs carrément mieux ensemble qu’avec la seule volonté de nos seuls petits bras.

 

ProNote donc. Ok, la comparaison est un peu trop facile. Il n’empêche, j’ai été déconnectée tout à l’heure. Et là est apparue sur mon écran cette phrase un peu désuète, cette formulation qu’on trouve surtout dans le Nouveau Testament à un endroit pas vraiment anodin.

 

Non pas la première :

« Vous avez été déconnecté(e) »

 

Mais surtout…

« La connexion a expiré »

Et vous savez quoi ? Il faut très exactement trois clics pour se reconnecter.

  

Coïncidence ? Je ne pense pas : voilà de la laïcité positive ! 

Comprendre qu’il faut être connecté(e), qu’il faut sans cesse se reconnecter à chaque rupture parce que cela ne se fera pas sans notre volonté, mais que ce re-clic, c'est la première étape pour se laisser remettre en communion, pour ressusciter ! 

 

Euh, enfin…

Pardon, pardon, pardon : promis, j’arrête la craie.

Bientôt ;-) 

 

  

vendredi, janvier 27 2012

JSFS, vous avez dit ?

 

Hier et aujourd’hui se tenaient à Annecy les « Journées saint François de Sales », organisées par la Fédération française de la Presse catholique.

 

Lire la suite...

dimanche, septembre 25 2011

De la chasteté sur Fesses-book

  

Non, désolée, ici, il ne s’agira pas de parler de fesses, de sexe ou d’autres histoires sises sous la ceinture. Il ne s’agira pas non plus de parler de continence sexuelle.

 

Encore moins in parce qu’encore moins croustillant[1], il va simplement s’agir de parler ici de chasteté. De chasteté comme vertu pour chaque homme, valable quel que soit notre état de vie, de ce conseil évangélique que chacun est invité à vivre comme recherche de justesse dans sa relation à l’autre.

 

« La vertu de chasteté ne se borne pas à éviter les fautes indiquées : elle a aussi des exigences positives et plus hautes. C’est une vertu qui marque toute la personnalité dans son comportement tant intérieur qu’extérieur. » Persona humana (1975), §11.

 


Lire la suite...

jeudi, septembre 1 2011

Note de service - Nouveauté




Avis à tous les Facebookmaniacs et autres cathogeeks, petite nouveauté de la rentrée... 
 
... la création d'une page Facebook liée à ce blogue pour suivre son activité et tous ses billets directement sur votre fil Facebook : elle est pas belle la vie ? 

C'est par là que cela se passe : Zabou-the-terrible
(puis en haut à droite mais vous connaissez la technique !)

mercredi, juillet 20 2011

Cathogeekophilie : n.f. maladie... ?

L'été pousse à la farniente et au ralentissement de l'activité de nos blogues respectifs. (Bon, souvent, il y a aussi la connexion internet qui ne suit pas tous nos déplacements et c'est peut-être heureux ?). Mais nous n'en demeurons pas moins connected people et il faut bien alimenter nos passages sur le net, non ? 

Humblement, je vous partage deux propositions : 

- La 1ère, une application pour les heureux possesseurs d'iPhone : Carpe Deum ! 

Nouvelle application qui, une fois pleinement développée, devrait en remplacer pas mal d'existantes en vous proposant : textes du jour, textes spis divers, carnet de prière... 

... mais aussi - et cela c'est une grande nouveauté ! - géolocalisation indiquant les emplacements des églises les plus proches et, surtout, les horaires des messes de celles-ci !!! 

Bon, j'ai pu tester que cette dernière fonction a encore ses limites car tout n'est pas répertorié dedans mais l'on peut justement y participer en indiquant les horaires des paroisses de nos vacances. Raison supplémentaire pour la télécharger dès maintenant, d'autant plus qu'elle est gratuite. 

A terme, cela promet d'être chouette et bien pratique ! 

Cerise-gadget sur le gâteau : une fonction contacts et messages qui permet presque de chatter avec les personnes online. 

Site de l'appli par ici : Carpe Deum
 A télécharger sur l'appstore par là : télécharger

- La 2nde, beaucoup moins générale mais parce que vous m'y trouverez sans doute un peu plus qu'ici au mois d'août : le blogue du groupe local avec lequel je pars aux JMJ cet été. 
Ca se passe par là : "Vamos aux JMJ 2011 avec les Vallées et St Urbain" 

Actuellement, ce sont les présentations des membres de notre groupe qui s'étoffent mais avant et pendant les JMJ, vous aurez quelques infos sur ce qui s'y passe : adresse à conserver donc !


mercredi, novembre 10 2010

Veille catho ?

 

Rares sont les signes montrant que la Sorbonne fut jadis une faculté de théologie des plus fameuses (et ce jusqu’en 1885) : son nom, venant de Robert de Sorbon, confesseur de Saint Louis, une chapelle en son cœur (où les étudiants ne peuvent entrer) et une plaque commémorant Robert de Courson, cardinal et légat du pape en sont à ma connaissance les seuls signes tangibles.

  

Pourtant, une présence (la présence ?) demeure en ces lieux… Il suffit d’allumer le « Bluetooth » de son ordinateur pour la détecter et s’apercevoir que la Sorbonne reste sous haute vigilance spirituelle.

  

Mais un mystère demeure : qui est donc son « admin spi » ?

 

dimanche, novembre 7 2010

The social catholic-wor(k)ship

 

           Comme tant de personnes, je suis allée voir le film The social network narrant les débuts de cette pieuvre tentaculaire du web qu’est Facebook. Je ne raconterai pas le film : d’autres le font bien mieux que moi et on peut même lire une très intéressante analyse du plan juridique du film chez Nicolas Mathey. Je dois dire que le film est prenant et qu’à sa sortie, on se sent un peu le cœur nauséeux quand on est soi-même utilisateur de Facebook. Il est toutefois un point sur lequel j’aimerais revenir, c’est ce souhait de « connecter les gens entre eux »

 

        Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, est le prototype du nerd, de celui qui ne vit plus que par et pour les nouvelles technologies. L’ancêtre de Facebook, il l’aurait créé à l’origine suite à une rupture avec sa copine : vengeance d’un soir d’un amour déçu. Pourtant, au gré des opportunités, il va créer quelque chose de mieux, un fantastique site il faut bien le dire, permettant d’avoir une multitude « d’amis » rassemblés en un même emplacement : là réside tout le hiatus du film et par là même celui de ce site. Quid du lien entre vie « virtuelle » et vie « réelle » ?

 

          Question banale pour un internaute et encore plus pour un participant à ce « réseau social » qu’est Facebook. A la fin du film, Mark se retrouve seul devant son écran, malgré la multitude « d’amis » qu’il a contribué à faire se rencontrer. Heureux, vraiment heureux de coder bien que passionné ? Ce n’est pas gagné… En réalité, c’est toujours la même question qui se pose pour chaque utilisateur d’internet fréquentant les réseaux sociaux, les fora ou… tenant son blogue : quelle place dans ma vie réelle ? Ma vraie vie, celle que je n’ai qu’en un exemplaire, totalement unique, et sans pseudonyme ? Elle se pose encore plus pour un catholique : puis-je être ici sur le web si je laisse mon voisin souffrant ? Mon témoignage a-t-il un sens si je passe ma vie à créer des liens qui ne se tissent que dans un approximatif virtuel ?

 

          Souvent et sans vous en faire part, depuis cinq ans, je me suis posée la question de la poursuite ou non de ce blogue, pour tout vous avouer - d’autant plus que je ne lui ai jamais assigné une quelconque ligne directrice, préférant le laisser aller son chemin au gré des méandres de ma propre vie : guère sérieux. A chaque fois que la question se posait à moi, j’ai reçu un message inattendu me poussant à continuer : alors, j’ai continué, recevant et interprétant cela comme un encouragement. C’est que cette question de « virtualité », associée à celle d’engagement, me tracassait alors dans les profondeurs. Jusqu’au jour où j’ai découvert qu’un catholique, il avait mieux et plus fort qu’un réseau social : il avait un réseau spirituel. En langage technique, on l’appelle « communion des saints » : ça fonctionne mieux qu’un quelconque bout de « code » parce qu’avec le Saint Esprit, c’est tout de suite bien plus puissant !

 

Ce qui donne et fait sens à la présence chrétienne sur le net, même dans ses aspects les plus futiles, c’est bien la prière. 


C’est la prière qui rend concrète nos rencontres virtuelles ; c’est la prière qui crée un lien entre nous, qui fait qu’un contact par internet n’est pas seulement un « numéro de plus » dans les amis Facebook mais bien une personne à part entière, à apprendre à connaître, à apprendre à aimer. Et l'action, le concret, ne saurait à ce moment-là passer à la trappe puisque son absence invaliderait la prière ! 

 

Doux rêve d’une vie où réalité et virtualité se trouveraient alors, par ce moyen, parfaitement unifiées. 

Dites, on dit que je prie pour vous... et vice et versa ? 


mardi, octobre 19 2010

Avis de transfert - carnet multicolore


Comme certains le savent, spaces.live.com, mon ancien hébergeur de blogue, supprime ses espaces persos. J’ai certes transféré une bonne partie de mon ancien blogue ici même mais relativement en dilettante, en oubliant certainement et en ne refaisant pas toutes les manipulations de mise en page nécessaires (ce qui élimine par ce fait même les anciens billets vidéos) : d’ailleurs je n’ai jamais encore pris le temps d’embellir ce blogue. Bref.

 

Il était proposé d’effectuer un transfert de tout l’espace perso vers un blogue wordpress. Vous pourrez donc désormais retrouver mon ancien blogue à l’adresse suivante :

 

http://zabouquondam.wordpress.com/

( ó  Zabou’s blogue entre mars 2005 et septembre 2009)

 

Quondam.

 

Parce que quondam signifie en latin certes d’une part « autrefois, jadis » mais aussi « à un moment donné ». Et c’est en référence à un « moment donné » de ma vie, s’étalant entre mars 2005 et septembre 2009, que je souhaite le maintenir disponible : petites traces du temps, et de ma vie.

 

dimanche, octobre 3 2010

C'est sa tactique !

    En ces temps fleurissent les billets sur la liturgie. Signalons particulièrement celui d’Emmanuel Pic sur son blogue, du Chafouin sur sacristains et ceux de Natalia et d’Edmond Prochain sur leurs blogues respectifs.

J’aimerais aussi prendre le temps d’écrire sur la liturgie : peut-être pas sur le sacré, ni sur les querelles qui nous divisent trop souvent, mais plutôt sur son aspect profondément pédagogique, sur la participation progressive de tout notre être à quelque chose qui le dépasse. Le temps me fait défaut pour mener à bien actuellement ce dessein. A défaut, je vous propose un autre extrait de Tactique du diable (livre que je ne saurais trop vous recommander !!!) de C.S. Lewis sur l’Eglise anglicane. Bizarrement, j’y ai vu comme un lien avec certaines de nos discussions, à nous catholiques, quand elles dérapent. Bonne lecture !

Mon cher Wormwood, […]

Je crois t’avoir déjà dit que, si tu ne peux empêcher ton protégé d’appartenir à une église, tu peux au moins le faire militer avec ardeur pour une tendance particulière. Je ne veux pas dire par là qu’il devrait s’engager sur le terrain doctrinal. 

Lire la suite...

vendredi, septembre 3 2010

Réminiscence ou résurrection ?

 

            Certains jours, quand on travaille avec ardeur sur un siècle passé, et pourquoi pas, oh juste par hasard, le xixe siècle, on a tendance à le voir au présent. Ses écrivains deviennent des amis, des compagnons de route qui ne nous abandonnent jamais tout à fait.

 

Alors, quand même internet s’y met, l’on finit par se poser de sérieuses questions sur son propre état mental…

 

 

 

Argh !

 

dimanche, avril 25 2010

Deux liens

 

- C’est la journée mondiale des vocations et même que l’pape a écrit là-dessus ! Dites-moi… vous l’avez lu ? C’est par là que ça se passe : « Le témoignage suscite des vocations »

 

- Ma chère collègue Maggy ouvre un nouveau blogue pour assouvir son vice, sur euuuuh… André comment déjà ? C’est par là : « Quid vidisti in via ? »

 

mercredi, avril 14 2010

La sacristie fait (l')appel

La suite des aventures de (la porte de) ma sacristie !

Si ma sacristie fait appel,

la sacristie, elle, pour sa part, fait l'appel puisqu'elle compte 3 nouveaux membres :  

- N.M. du blogue Thomas More.

- Incarnare du blogue Théologie du Corps

- Le Père Pierre-Hervé Grosjean du blogue Padreblog.


Bienvenue, welcome, herzlich willkommen les amis !

samedi, février 27 2010

Ah oui, j'avais oublié

Hier et ces jours-ci, je me promène dans la sacristie. La neige, les arbres (ah, photo de retraite !), le Carême, tout ça et le reste. D’ailleurs, si vous, vous savez comment vivre votre Carême, je suis toujours preneuse, hein.

vendredi, janvier 29 2010

Comment dire ?

 

Voilà quelques jours que j’ai installé un outil de statistiques sur ce blogue. J’ai longtemps résisté, pensant que cela pourrait me donner trop goût à un certain « succès », à me pousser à faire du chiffre, ce qui n’a jamais été le but de ce lieu. Ou, pire, à me regarder le nombril (wouah, comme il est joli, vous ne trouvez pas ? Photo dédicacée pour le 1000ème lecteur de ce billet !). D’ailleurs, j’aimerais citer le chouette édito de la semaine du JdS-web-TV par un non moins chouette dominicain qui fixe, ce me semble, une bonne ligne directrice à nos « blogues cathos » :

Lire la suite...

vendredi, septembre 18 2009

De retour, un passage par la sacristie

 

Ils sont jeunes, ils sont beaux (mouais, enfin… qu’est-ce qu’on ferait pas pour de la pub !), ce sont des types biens, ils bossent à fond, ils ont commencé à sonner les cloches lundi dernier pour la Croix Glorieuse et, avec la grâce de Dieu, ils les sonneront longtemps… qui ça ? Mais les sacristains, voyons !

 

Puisqu’il faut que mes pieds soufflent, que mon sac se range (si, si tout seul comme un grand), que je gratouille plein de p’tits trucs qui me passent par la tête, je vous invite à passer leur dire un petit coucou :

 

http://www.sacristains.fr/

(Euh, si vous leur dites juste « coucou », ce n’est pas moi qui vous envoie, hein ?)

 

vendredi, septembre 4 2009

Bienvenue !

Bienvenue !

 

La nouvelle adresse de ce blogue fonctionne enfin (http://www.zabou-the-terrible.fr ) alors c’est officiellement que je vous souhaite la bienvenue non pas sur ce nouveau blogue mais sur la suite du même (… vous me suivez ?).

 

Installez-vous, prenez place…

Je vous sers un petit quelque chose ?

 

lundi, août 31 2009

Avisss de travaux

 

Les 12 travaux de Zabou

Chères lectrices, chers lecteurs,

Je vous informe que, d'ici 48h, l'adresse de ce blogue CHANGE !
Eh oui, dès que http://www.zabou-the-terrible.fr/dotclear/ ne fonctionnera plus, c'est

http://www.zabou-the-terrible.fr

qu'il faudra alors entrer de vos petites mains graciles sur votre gentil navigateur (très gentil même, conjuration du bug par l'intercession de la gentillesse) pour qu'il vous mène vers les eaux tranquilles de mon blogue.
 

D'ici là, je vous informe que les travaux sont en bonne voie : il y a désormais 626 billets sur ce blogue ('fin 627 avec celui-là) et j'espère bien finir de transférer tout 2008 avant la fin de la journée. Mais, comme pour tous les travaux, il faut qu'il y ait du retard, donc nous verrons ce qu'il adviendra, d'autant plus que je finis de relire le mémoire d'une certaine amie que vous pouvez devez encourager pour ses dernières heures de labeur : COURAGE MAGGY !!!!!

En dernier lieu, n'oublions pas que je dépends de la Maison des Fous donc que tout peut arriver. Même que je parvienne enfin à m'inscrire par internet.

Et je cherche aussi à savoir pourquoi il y a des traces de pattes de chat dans le fond de ma baignoire.

 

dimanche, décembre 28 2008

Comment lire...

Comment lire…

            A l’invitation d’Incitatus, je réponds à ce beau questionnaire livresque.

Plutôt corne ou marque-page?

                Hérésie ! Comment ose-t-on toucher à l’intégrité d’un livre ? Un livre, ça s’use, ça se fait sous le regard et sous la main au fur et à mesure de la lecture mais pas autrement ! Alors le corner, non ! Bon, après, je suis très tête en l’air et  j’oublie souvent de prendre un marque-page alors que j’en ai plein chez moi : du coup, vivent les efforts de mémoire pour se souvenir de la page !

As-tu déjà reçu un livre en cadeau ?

                Souvent ! On a pu lire il y a peu mes quelques idées sur cet acte loufoque d’offrir un livre : j’ai la chance d’avoir quelques personnes de mon entourage proche qui jouent aussi le jeu. C’est simplement Beau, et occasion de partage.

Lis-tu dans ton bain?

                Bien plus rares sont les bains que les douches mais oui ! C’est un vrai moment de détente. Dans l’eau, on se sent bien, baignant dans l’eau tranquille, loin de tout souci et la lecture se fait apaisante (particulièrement à pratiquer en période de partiels, quand vous n’avez toujours pas terminé de réviser celui du lendemain, qu’il est 21h et en lisant complètement autre chose : ça m’a toujours réussi).

As-tu déjà pensé à écrire un livre?

                Je n’ai pas « pensé à » écrire un livre, j’ai écrit plusieurs petites choses. Dès le CE1, on doit ainsi pouvoir retrouver sur d’obscures copies un vague récit d’apprentissage (je me souviens que tout réussissait au héros !). Après, un peu plus tard, les quasi-rituelles poésies de jeunesse, toutes empesées de bons sentiments ! Puis d’autres textes… Maintenant, on peut dire que cela se partage entre un gros texte sur lequel je reviens souvent, des petites nouvelles éparses et mon « carnet/journal », 100% manuscrit cette fois, un peu irrégulier et surtout très, euh… particulier. Mais, hier comme aujourd’hui, j’écris pour écrire, pas pour « écrire un livre ».

Que penses-tu des séries de plusieurs tomes?

                Ni grand bien, ni grand mal, cela dépend ! Il est des séries de plusieurs tomes exceptionnelles, qui se justifient pleinement et d’autres qui tombent dans l’intérêt marchand, voulant à tout prix « ne pas finir » et tombant dans une médiocrité infâme. Citons par exemple, histoire de changer pour une fois, le domaine de la fantasy et le cycle de l’Assassin Royal, dont les premières péripéties m’avaient plu mais dont les tomes semblent de plus en plus s’orienter vers une suite de la suite de la suite plutôt discutable. Dommage.  

As-tu un livre culte?

                Puis-je dire en avoir un quand il y en a plusieurs ? Ce sont des livres ayant accompagné tel ou tel passage de ma vie et que j’aime toujours relire quand l’occasion s’en présente.

Aimes-tu relire?

                Bien sûr ! Sinon, je ne serais certainement pas en lettres !

La relecture n’est pas un acte itératif pour tomber dans une bête routine mais bien une autre lecture, permettant souvent –et ce d’autant plus, me semble-t-il, que l’écrivain est bon- de dégager d’autres aspects du livre, dans les détails, voire dans les grandes lignes du récit.

La relecture permet aussi de se nourrir et ça fait drôlement du bien.

Rencontrer ou ne pas rencontrer les auteurs de livres qu'on a aimés ?

                La plupart étant morts, la question ne se pose pas vraiment. Pour les autres, why not ? J’aime bien déjà écouter en séminaire de recherche les érudits universitaires dont il m’est arrivé de lire les bouquins : c’est toujours une expérience curieuse que de passer de l’écrit au son et lumière.

Aimes-tu parler de tes lectures?

                Cent fois oui, mais pas avec n’importe qui, non par snobisme mais pour ne pas souler mon p’tit monde. En revanche, avec des amis, c’est autre chose !

Comment choisis-tu tes livres?

                Euh la fameuse pile à lire à côté de mon lit me fait surtout dire qu’il faut que j’arrête d’en choisir provisoirement, entre ceux à lire, ceux à relire pour les partiels ou pour le mémoire, ceux qu’il serait bon que je lise et ceux qu’on m’a offerts. Sinon, la question se pose peu : le choix s’impose généralement de lui-même, souvent parce que j’en ai entendu parler en bien ou parce que je pense que cela élargirait ma perspective sur tel ou tel point.

Une lecture inavouable?

                Que dois-je entendre par inavouable ? Si ce sont des livres mauvais, il y a un certain nombre dans ma bibliothèque mais ils ne sont aucunement inavouables. Comme le disait un mien prof de littérature classique en L2, élaborant toute une théorie du livre mauvais à chaque fois que nous devions travailler Fénelon ou les religieuses de Cambrai de M.-J. Chénier : « Cela permet de mieux apprécier les bons livres ensuite ! Et puis, après tout, étudier la littérature, ce n’est pas qu’étudier la bonne littérature ». Certes.

                Si ce sont des lectures plus dangereuses pour les consciences de moins de 18 ans, alors là, c’est autre chose ! Fille de divorcés, souvent livrée à moi-même, on m’a toujours laissé libre accès à la bibliothèque sans surveiller nullement mes lectures : alors, bon…

Des endroits préférés pour lire?

                PARTOUT ! L’été, j’apprécie tout de même particulièrement  la lecture au grand air, en pleine campagne, seule dans un coin perdu. L’hiver, au coin de la cheminée, avec une bonne tasse de thé.

Un livre idéal pour toi serait:

            Joker ! Si je le savais…

Lire par dessus l'épaule?

                Bien sûr ! Saisir d’un regard le titre, puis quelques phrases, mine de rien, pour savourer en secret ce que pourrait être le contenu des pages.

Lire et manger?

                Les nourritures spirituelles devraient-elles empêcher les nourritures terrestres ?

Lecture en musique, en silence, peu importe?

                Silence obligatoire. Lire est un acte de re-cueillement.

Lire un livre électronique ?

                Ca dépend ce qu’on entend par « livre électronique » : pas par la machine électronique permettant de les lire, là non, autant que je pourrai, je privilégierai le contact du papier.  Mais j’apprécie la lecture des  blogs et sites internet ceci étant.

Le livre vous tombe des mains : aller jusqu'au bout ou pas?

                J’ai des origines normandes ET bretonnes, c’est dire combien je suis têtue et tenace ! Alors, oui, cela me prendra le temps qu’il faudra mais j’irai jusqu’au bout.

….faut pas lancer un défi à une Zabou, même de la part d’un livre…

J’offre à mon tour ce questionnaire à…. qui voudra ! C'est-à-dire que chaque lecteur de ce billet peut doit se sentir concerné. Eh oui, je sais, je suis (aurevillyennement ?) diabolique...

 

jeudi, décembre 11 2008

Et si Facebook devenait votre pire cauchemar ?

 
 

- page 1 de 3