Zabou the terrible

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - pauvreté

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi, août 19 2019

Un feu qui brûle, une eau qui lave, un feu et un baptême qui réunissent

 

 

 

C’était l’épisode de la mini-série « Sacristie » de la semaine dernière mais j’y ai pensé ce matin tant il pouvait bien correspondre à l’évangile de ce dimanche qui parlait de « divisions » et, en même temps… ne parlait-il pas d’union, comme dans cet épisode également ? 

 

En effet, Jésus y disait aussi « Je suis venu apporter un feu sur la terre, et comme je voudrais qu’il soit déjà allumé ! Je dois recevoir un baptême, et quelle angoisse est la mienne jusqu’à ce qu’il soit accompli ! » On sait où ont puisé les inoubliables paroliers de la chanson française Charly et Lulu pour leur puissante chanson : « Le feu ça brûle et l’eau ça mouille ». 

 

Car le feu brûle, le feu purifie ;

Car l’eau vive polit, l’eau nettoie. 

C’est au feu qu’on vérifie l’or dit l’épître de saint Pierre ; 

C’est dans l’eau qu’on lave les plus belles choses pour qu’elles rayonnent. 

 

            Si le feu blesse dans un premier temps, une fois qu’il a pris, il se répand comme naturellement : cela n'est-il pas la même chose quand il enflamme un coeur, puis d'autres, de proche en proche ? 

          C’est autour d’un feu qu’on aime se retrouver amicalement alors quelle possibilité de communion si les cœurs brûlent de Lui ! 

          C’est autour de l’eau qu’on vient s’abreuver, qu’on vient même parler mariage dans la Bible si souvent, alors quelle possibilité de communion si nous savons vivre de l’eau vive de notre baptême ! 

          C’est aussi dans la redécouverte de nos fragilités respectives, comme dans cette vidéo, qu’on retrouve ce qui est le plus pur, le plus vrai, le plus nous-mêmes de nos vies… et que Dieu s’y révèle, sans fard, en nous aimant jusque-là et en nous donnant d’y aimer vraiment, en laissant tomber toute la superficialité de nos divisions, pour avancer au large de l’amour. 

 

jeudi, mai 30 2019

Ascension ou le Kairos qui débloque

 

data:image/jpeg;base64,/9j/4AAQSkZJRgABAQAAAQABAAD/2wCEAAkGBxMTEhUTExMWFhUWGB0bGRcYGRsdHRsfHhoaHh4bHRogHSggHx8lHh8gITEhJSkrLi4uHR81ODMsNygtLisBCgoKDg0OGxAQGzUmICYrLS01LS0tLS0tLS0tLS0tLS0tLTUtLTUtMC0tLS8tLS0tLS0tLS0tLS0tLS0tLS0tLf/AABEIALcBEwMBIgACEQEDEQH/xAAbAAACAgMBAAAAAAAAAAAAAAAEBQMGAAECB//EAD4QAAIBAgUCBAQDBgUEAwEBAAECEQMhAAQSMUEFURMiYXEGMoGRQqGxI1JiweHwFHKC0fEVM5KyB2Oiwhb/xAAZAQADAQEBAAAAAAAAAAAAAAABAgMEAAX/xAAvEQACAgEDAgQEBgMBAAAAAAAAAQIRAxIhMQRBEyJRYTJxofAjUoGRscEUM9FC/9oADAMBAAIRAxEAPwDxKo8nBvSn0yT2wAwwb05JBttzgMZcm3JJJxiTsP0xN4c7YY5XpwAOojUbCDMGJK9gxtBvzzgBEdQYHYYYvTxBVp4KOaI8gPOP7/u+GNSmQdowvyRhp7YaB5ucBgRFoxyUxMzgcjHOv0JwAg1SlgKql8NSD2GNLkS5gG/px6k4KOZmWewXsMSRgzLdLGy+IT/l3jeLjb1xK3R3uQAR6b/bC6ku4yhJ9hZHqPoJxE9P0P1th2vSHKyskxMREHtfBSdCkjTJ2MHc7SDEYV5IjrDNlTq5XmQPS+JKKQI/MY9CboAIGhBMyRAiO3r9cIsz8OkapDahERYR7YCzJjPp5IroW+NFcHZnprppO8xYTN+Pf74EqIQYMg9iMUTT4IuLXIPUXA7LJ74MYYHR4OGEJ9MCCL/39sQlCMMKGWaoQTESBvE+izucb6hTAKldiJECBG0AbyOZ5wBhWx74zbbE7piFqeOOML4ynnGT5SfUbg/Q2xC+J8ukCTv+mCBjr/FJpGsFGAvFwT6Dj2tjdJw3ykN+R/8AHf7ThPm8yWgdrnEYfHHFgsffkH+5xnhn+7/1wqo55xzqHZr/AGO4+mGVLNIAC5ZC3HzW7nYgel8dZxtSwuDHqDH6YtPSP/kDP0Nq2tf3Xv8ArivoocEodcbwLx3HNvUDEUA3Bn+/TB2Db4PT6X/zIwA1ZUFuSGgYzHl+k/3/AEON4636g29CtVUwR02ppB9cTNQn+5wblenMkOoaxiYBAPYi5+sYVsKW4TQohILANJiN4MTpjubXvGNdQzf4AxsIN5n0PBINtWN1iQlqcC9zeJ+YLfa38sYOnHy3EGLi++Fckh1CT7C6PQ45NGcPaPRTqIeRaVPBvhlkvh6VIKGZMOAfpvbCPNFFY9PNlOp5MTaSTwP7nBNLIO0wu288ffF2fpKJDOyUykH5gDYXNjbY/niZMvSUk+YmIIVCJ35JAJt+WE8ZvhDf46XxMpI6awXUYiSLDt9MMaHRB4gUkspnzbDadt4xb6dFLxREXMs1pkAzAI9d5xN/iNJghe/yE2EX1SRtxhXkk+AqOJclfyXw9JYeHO2k3PMHfDKp0TTTpoTo2lrCb2+xxP8A9SZjpLAHtIt83Cx6m0xAxDmsyFWWYF1lfKQdW9g282m2O0ybo7xoJbIa1ul0dOsDzLJ1Cb2Mi24jAtSiKWo1FhWFySLkaoggk8bxsRxONdJqU6qmrrbyAaFJMEx2ncRteN/YCpmszUcnwv2UwpJBFid1mYMQT+Y2x2gR55VSO/HE7KPpqgW9fe8RtjdPMGDuIggnSByx2ji1zxgSnlDUmapRVJOoKbmwFpsIG/Fu+CqA1RTYqwYT+KTIkXUGJ7W3waiI5ybZlN6j/wDa0t5dVyeI51XN9vvjpc2yhbgk2vMRHqZuPX9cQrlkVioCoY21qLi0QSd97x2x3SyNMMtT9oTPmQmNYmfL6x2J5x2zDckT1KFOoI+Ug2j6+k7j+uFWe6NIJUa5FpM+s++Dc1mdLEpTbRqF+V9+ZH04viSnmHN1ItYmLzvHJO/rucDS0rQ6yp7SRUK3RYWfMrHiJHt3wM3Q6mqGUGCBIIvzAibx3FseiU6yvYpP2/4/TEK5JJ1JBYalBG4mQZG/e/BwY5JLkLxwkvKyi08yq09QEDaBaSf3edSj8XP2wvqVCxljJ9cWrqfTPL5qUuTvsQBYAf1nCrNdFhwlNtRI2PeJIDRH6YqskWSlikhO1PELpgypRZTcEfmMRuBhybF+iTguCokwZxEagU7Y7eoWAnBFByuONHe4wQaeOSmCdR3lQo1MACVWQD7i57wLxzht0jLpUUu41sSZnjCai4BM7MNJjcTFx9sbpo6OqqxAciCpsRO/97Y44Jr5NxWYUQx0kEEGCDExM74af4tdP7ZSSN2Q3Bvb1E+vfAuZzgUFKew3PJ73/U4X1cySujjBsAxXqK/uv/5L/NcZhV4nrjWFGLovRjrBCkAcEW22w0oZZaYYhtOoeYFp2uYHB74JqFBYkGTAlhE+UlbzMd49OcZSKh9wQbBNMbsAZ42v64ytSNayR7Ihp9PphiBN76YifaYG4x1Ty4A0qqAA7ltt4sB3A+4xFQ6yxYxTcIbCoZKExEDyxBPIiBx2KzqDSq0SwcrqZSQCCQIIi5i577TzgvG4umBZ21aOtLFTpaYt5VAPN/N9NvbkYizmdRJ1sTqP42Y33jmwDRI9LYiyfS3pQWrAiAW3UrAJ0htj5Qw3A37Ymo5CnUIarTLlJlAWYMfNuw2MrFzcle4x1QT9hHOcl7klGlrXxEWKYFx5YMiZIsT8x7bthVT6pLEaSR8oaPIxtawtN9iBcYe0umNp000KLfylgBu0bahBsb3g+mCKeScgKdCqDYKdWkkMBGwm6nbcEc4CyQVgcJMT1aNQ04pBU80fMCEsbkgSD/tgzKmpTUpUUVTcSJAG/mBIib/p9WNDp6qxufxWkDnVuoUiIAg8e+Csr06FBCBie5kgbbm+w39MTedVQyxO7K4Oi0tRcu5q6pGk/LHouqYIj8sF5bIlSISYMyQoAjVYkniAZ0z5vSMMsxVRILsiXG7AWkCbm4/LAub6xRcFaeuo3/1qTHESYHa84HizlwgaIR5ZEciapJICwZBIYm95gafTebg4nPTixJZnY7zIAiWgfvRHrxiXMVCtEM76TabXFoAk7EXGkCbb84S1q+YzU06ZIpbMxAE83O5+/bvh1Cct26RzlGOyVsLc5dXVSTUIkjSZChQLljJO0fUDeMDVnZyzWSlp1GBAHcn94xtxtyZxxS6atJCAJZnVT3IkxI9TBsOBgLM5UtWRDJ8QACJMEnTc32j1G+C1F/CGLa5BMxXYHVTWVax1A9t5Ewf6+wb9DqqaYUQHEl0YTIkxAnzCLSNr7YuFGulFTSFA6afyxcuSdN5AGoze5/TFJ68i0661FWFqLqVeFkwRxa0/ljnG1SCpDOlQZ5NMSpsUgkpYAGB8y2i0Aaja+A3yqmZLKpkeXSDEiwMRYnkDYzjb7DwkdX03afxKJWw+Um44mfS0+Q6klYtrVadUX1kwCZuCCYE8n3w0U2tUewk6Tp9yLI0FXUtSowABCEXkAwA0eg4/5EbMhqoE6WFxby27SI73jjnDXLUoYqbNEm35g6QpExcgxFpx1XqBjcSAfLwQewm/fntA5wFkTe4HjaWwOuadR5wGS0E3nbuZJg9/pvjXgUWJ0+RoI5Meg9fpgdsi5J0OE3APmMAE8EyASBv6bziXKZJmputQgBFJJJI1RbUsi50j0km+C4qrsMcsk6BKvR2Ct4elg3KkHbiJ7HY4VZ7oi+UBTq/EQYuT22+2G+X6ggbQpNhcFpYbSZsLACwJkA/VgM82rSyao5Ck8EyGHpFoPvfHNSiUjOEuTz7NdIcMyga9PIEW+v8AKcAMkGPyOPSquXpuxAJQkXB9Y543Ag3wFnugyqiFIF9gTfiZkYZZq5A8Ce8WUEY78PFgzXw5c6ZUfxXm2w5n74T18rUUTpIUGJAtiqmnwRlCUeQCpTxzTqsJUMQDx7/p9METiBm0nbDk2T06RUarf0wM9yTibxSR6Y14eAcD6DjMT6MbwbOPTv8AC06jh6y+ISPl8xWSd9SiOdo+tsTr09lChVKqJAUsnoATvwoIsI98FZ3qlKkSCBI41UxaCAdDMDB784V534hqx5aQCkyC0AHsLeWf9R39Mefqyz4Rr0wXLDlV4gEKLwqgkDmYsO3G498SnKsDJlpgkE6V3F/LE3G36zip1eq1i13K32W39ecG5fOg99R9z+XJwZQyev7FIxixwUSZXSdwWgWF+033/wB98H06qkxqW97sfb0++ESVZjylwOFCG/aJBn23/WSgVbYgAXK6Yjk6xv8A6TGJShZTSkWincQQJv2v6gc4Gz2eVfLZmAncA9pPa/HviFa7DLh9yVEETckwone9p98KxWZUdkAZ0aCWJuTAmOWJsL2++K9N02t2+EZc+bRsTmvWOxIuPlpmPfdZ+oOBawrgE+IAe7JpB+pF7YP6fUqlQzvH+QADfuZw4eq4WQ7vpIADQg1GNIhV1c7mLHHouKh2RjT1dysdG6PTqh/G1eJbzfMItcm95tBg4ehqdFNYGmkLmBctYQDxxf0wdSyQKMhYC8s3fkn2PbtbFX+KKLO6U6IOgnQNiNUmdja14MWHbGPG/FnvtFGiUVjjaVsBzObqZpzuKKncCY9u5iJOG9GqKdIIEAUT6zffebg3kHf0xDU6P4dKbEUlJIImYueY7nvJwd05lIYgCzNCg2XzEaVX5R9N79sDLPXxwHHHTzyKs07VQSU0hHUkyQSLiTaxlgOPtjirTenVo1lcNqtDEzJESCZgaXkHuPXDvP01RWqNoACnUIHysAD6kaokDufrz0nJJmHpLUKiml1UwHe9iRwP4RsPpjoJ8rhDSkuBknWfFWlUNMlUjWRw0jUIiLREEgk7Taah8R9VOZqhadKblRb8MkLt3Mk7bjtOLh1X4T8SqXSsadOoZqoJu3cCYvvfY4r/AMYdHXLOlelZbalBv5CLj6focUhFN0hJNrc1TyfhlwreZdWwnV5SQTIF7H2ki04B6h01m84nWoBjggyQSdyYgEn9MP8AptJXmqrBgw2nciZIMemnnnEGYpstQwCWgEAREA76ZvGxtzM4gnKLtclHUlTBfhvqXikrWQEjYG3O3v27x6giTqVJqZYeE+ibOINvbcHcn1jbCiq7f9xPmWJiDsPmkMbj79+Biw5XPNWTxaR86waiESrjbUBt7+++2LzjGUddfP2IqUk9N/L3F2UzAcwWD2upifXykdxNrfng+p05TJtsdwTbzcbgeaYBvAxtOn0MxNQaqbQTuAZ7g8XtfthfR6i8FXVn0kgOqEgi8GxEG8yMR8KTf4bKLKltkRmf6SNCQqgKdSlAC3sZ815NvQe2FzZes8IgDLpgCo66RpNthBMLYmYg7Yf0eqD5WA3tMg3I4YA8RAnElShSq/wsZupKnlZI5sdjg6pwfnQUoTT0sruUSpUpO2or4V3KsNQOptY0k3ss2m5txjrLZ9h5FMsIttFhYiIG0bG0m2HWZ6eWiSx3EFoB32gwL2sJsL4S53pihV00vD0ggtc61IghvNAIkXkkkHYRh1KMuQNSjVE//VUMrUUal34I33m3AvN5GNV+nLUkK/e1xzEj7b4hzi5jVpSmzE7gLoMjcuZkGBAggHe9sR5KlVqh2AIemAXDRYgwQVJBkRMesTgaNtSHWV3pe4D1DoKkzAUbWEH/AGnCHMdGcBiBKrEzaJ29MXSjWNgGDTpgcXg2JO0d4Etuedk03ENbvAtPqPqbYKlJHNQkedGnH9cZi/Zvoa1AAGkLaLW5I9DivZ3oRVvLYRuZ+2KLKnyJLDJcbiXTjMbenBi32xmKWiVM9Jo/FQG5TSp2039lJBP1gYKpdfoVWJaihZoBYfPHafmJ9A0Yq9bpD07srAMJBKkSBBJCtBj+N9AvgGvSZYgb3HJI7jYsP4l8vqcJFQ7DNvuXmrQyNT8Hh2/DxBO0AjUeYExucCv8L0ah1Ua4HIVtxJ8oHmux23+mKSM2RyRPbt/tidOqMDOo/UT/AH74bwzvEH+Yy2Yy/wD3aZKz82/bkCfqwHv2Ny1OlVAZlBAggnTNth39MR9G+IZUU6wDobFTeB3XePbHL5V8vUIB/ZHzIfLb+59tsSnjLQydmPK1VSSbvoUFUBAJmb+gA54k9rVyhVqVnCkBRq+VBE8BfU3if9xgqitNSKxqanUTpW/B8p4FrYJ6FktCnMM5A32Jn3FtxbcWO98a8UfDijDkeuTvb7+gyXJVm1CkF1JYyY2+ZEBkAi4gg7X4xBn8jWpBapNxs2rWAYI0sDbaRb8jGJvhysKivVYsHVzCIGjzgA2A3B7bTgvrIWjlag8zhzCgwLtsBbj72xlnJvZmuEVHsEZTq80DUK7ICRuATIK+sER98KOgZynWDf8AcLIwDaiPlb8IIQlgLmLEASIx2uUalknDjQWIMTMDVIWdu/8A5YD+EaZFFv43LeltK7c94OOUIxwtr1Jub8VL2Gue0q5p1CbjUWjShU2u2w22Pra8lfSoU6Re6kOdR4G8kW+aZI/le5eaUiXqHUoJkHcA7b2Jt9u5JJi/6kENM01C09JMniZ8sHsSYPsOcSS22GlJIX9YyHlDRCbhbDUVEBiBPrbe/wBlnT82Trm5JH5227D+WGFXM+KTpkLquRJ1E8ADc+l+cIzlaqudKNcm9oAkiDeAd/8AjFopyWlkVkWmTr03H9fMgKNMzAM6jI4iZ7/kfWcV3qWfilLFmZ5jUSbG1pP7t/8AUcarLWE6tK7ASw2iCLfU4V54Fiu3lWLbW7fSMaMGPSzPOTl8h3kqjUm1USYZVYqdjIgj/NY3wxOaaqFZdTMwIm90YedWJBI5W15IPGFHQqoOo1CNPlWD2AaAOSdzb1wz6O6ksESIaRfzHUQI2+44k3IIwOoxrTrXJXBN3pJ8iIHn1L5i0QtgSTfUQTAJ7gXxvL1hls2LnSQDa0i4Yeo/piSqBOmIYwxBM2/0z72+uIOq04SzAlCCCedy4EExuDF5jiMZsMqnvwy2WNx27FkqZNFmDY+YEahYkX97qbdx9eg9ZlALodFvMjW9dSSL7/KMZ0bMCrSSqY1odO0krFhGF+a6qzZhkosRspgBixE7SCBEkTHB2jCxTxZHEp/timiVqz6TqWm68wxj6+SPvgTK1UY6kJpsttJ29rGwP29JuJcy1ZDrr0yqTArCAwJiNUEgiTFxB98Lc9+yrKYiPmUTceg+5AOxEbHG2GnIjJLVjY/6dUNQEkfK0EbQY5AtsZxNWpNflZiIud733wpXP+FmIF6bKtxtOmQR6Xj/AIjBPVuoODoWxiSYvfYCR6HHk5sMoTpcco9LDNZI+5LU6eu+pl72G8zPoSTcgbe+F1bpBix3sxUAFrAeafMZv+IxIMYiFZt9bX3Ek39+MdU+oOpEP3s15773H0x0XNdyjxJi3M9EUAMhfxL+JJPmUjbTGrULQQItOBqlV2YLTRnZgbKmljG+qbA6bQLn7YsD9RptZ1CT229JG/64YJlab0wabAkCxDHveDcrItY8nFfHX/tEJYGuCrZNWemXRD5D5yZGkT3JOkjSJPoNrnEiubgnX2iZMAEwNN4vcST7DElTKlfKCUDQGAtJ2Jt6zaCI5m+AGymgK1Ko3/2O7AKNiHBBMbhokmG2M4p5ZCXKJL4VJr+UTwSoP2N774zA2YogsSLL+EatMDgaQ0C0WxmDpR2tnqlYgjTNuZFjz2vgN+mUX1A06Z1EMQUHmIgDVIvEAcxHtidc4jjynUBv2tHcWFx9wcdtT/dg37GO97x2/u2MtUxr2FlToOWi9BZJ1EmZm9yZG3A4tEYV1fhXKGwTtsxkRP8Am5g33MzIEYsopm9gTsZn+47c+uOf8HNp3H0/5jnDqUl3FaiefZz4PqKdWXYOInSTDfTi/qe+NdO6lKGjUEwdmBlO5UESLE2xecxnKVNtC6qjgeZV/DP77yAve5nsMJc90ta2uq6qH0wpUEyb28QwD/4j0xpx5JP4ictK4FPWYcM6GE0gKf3pNgqxIAuZO8HFjyzDSqW0gagCJmCsAjtx7YrbUg9Cmo+YL5dtxus+oH5ehxx03qxsTMp5T302ERwR5T9GxtgtcaMbyVLUegU6iOvlQLFrFRoPIiNtjtBscV/qWSOYc+afCI8rWmQPOON5HER64F6UKmZqs+orSSxKkguRssg7CZ+vvjvqXUlSovgiXWQVgkOv4gY+88EYx5MTjNpM1LOnFOhvm0b/AA7hhqhFknkg+Y7emE3wu0URaBrYSeJN/wAv74Lk1xWo1TNmpagBuLSIv6/piu/B6EpVXcrUMbxdV/WDjq/A/U5v8VfIsFdQ6FWPzcmdybX97jFWzdKpTU02XyhvLrB0wQJU88mPQiLjFlytEqIiVi23YGJG07Y1naSN5YB4izfTt397YjB0POOoRZHI1XUOCviRCqPKFW8gH02J9YwrbM07g2MCN/8Aftzi4ZvO00oPbQ2kgQpMki0R3t9sUmjnUezCdt+AAP8AeLY3dJbtmTOlGkDZl1It+pxzlcvNu4YfkuGlfptEAkSI9efr74Eo5jw9MQdbEBeWEqpvEAb3teOJxprTK2RtSjSAD5UOlb67yfrKj6wT7Yb5Lp+YpN4zaACDZpAgRfVECDyfUYFyuXNSslIjytVWCRBKwNX0gG3ecX45jyhXIDMwUoBqO5gGONN+IG0G+MmbPT01sa8eFaVK6YhyuZFQ6SGVlH4o2J3F7iTv67421CXJeQrC1j67zb39u2ElfMinmqyUgF0NNLgArZwvZWhrfzGLQaqugdVI13Aa0bb9zDSBsZE4z5Iaaa4ZWE7tMA+EqhC1qYEMFa/A0k/WL418J5cNmcypbQ51GmDIIDktrX02B98T9CGjOlTpAfcQRZgfLEkb29cD/E9WrRqUXpkzTBKkCZOohlc+0WE/ocUzbyT9UgYNotejY/6vkWam1N6jFUpVJBbeVEEybwZ37jFUzeXqsi1RUFZRYm4YGNjIn6z2xd6OY8dKdZFJNRAGBaFAO/lNjGBMz0ShQDGmDNRSvhzKkcyDso/2A3GJ45NSLSrS1X7lS6PnGY+EwLIRGki69yp7emGuYy4bSxdw4XSShBn94EEGwMffFdeqctmtQuB9ZDCQfzn6Y3nuplF0oSWZpki/f3nFuox6qI9PNJt9grMMlIgSzMe7CPqo8oxPlMlXrGKaMQRYgALtMahCz6MRhz8OdBp00FbNqGc3WkbkSDdwTeex25vsx6j16FZlIUD92PsTsP73xBQSKz6pLZFa/wD8tm3FltezHSVjuOAe4keuBqHw7nqZ1JTZSWjysL+tjdb73HeMMKnxTUkqGkEkiDDCLyO1/acQp8UVSYDlibEaefoov6wffDafYT/KkywZXp9ZqQNVSSD2vIM3j9Vtvc4DOVgmSCOIIJ3ni5vHrt2xEPikyA5M/LMquqYkSSDIj8QH54C6j1JyQQzKoIuf2dp3BemU+5+t8Z5YGnaZSHUXs0Tt06i12RSe5S//AK9sZiSmpIB8Gq38QNIg+shgL+gxvCa5/m+pSsfp9BvQokE1VjzGfDW+kCIg7MeSNvW04Ny7HTqU6hY8+oII7224jvitdF6trgn/ALg37NH4v83c8+vDahmTTzGk3FWAf814Ye+xjumPQz4LWpGHHlp6WWDL5ny+YiRuOd/+PtgDrNRhTOlhSZh80XVdyRNp4vaTiaqwQFh5lCloJueQBcf2PW1cqZ16rki+xLWAUfhJJsGO6j8IIgEmcZccdXJTJPStiSijkBaShAL6qhlv82kAwT3bfe+GVKk0SRrgXlz+kRjeWotYAqnpDH6kki/clcH5vL6KZJcN+v2FsVZKK9Tz2pS0s9IGxlqZ4uZ022Kkj6RvMYUVC1SqFCzUfykD8X8R3AIG523nkmzJWpmjU1bEKwI3UkLcdmv/AM44qPmaNRlp0vHtKVgkkqbwzARPrzb6WjJxdoz6O4ZnVp5TKLSkliLgfjJMmTvE8fTbBHwfll1M7XbSAewJUPb0ggfQ98VllrPUL10YN+BWkD6dzFp7kWw++FMxEgKzltMaIMaVgm5FtKg/WMI+Axncxn8Im9OwuDFhaNQ/3GEXQm8OtWXcEAkDupImN/xAc4edLqssabFHYEGRHmJgyLSCtv7Cv4opmh1AlCAGUwIAJlZb6W3OBDeE4s1P4oMnzPWtI1hJT5SCTM7xP7v0/XDHNqqUVrOV0MFIO5uJAC7zFrcTim5litK8lnafYQbRxA0n2YYLzPUfFy9NWANOigAU8sAZc+w8o7XOBiw65UaeqccUE0L+q9RNV9LBkplvLBAg8ExJkx3idownOQPnKGXW+m1xyRHbt64NWmr0qiBPNTMgTx7+l/tjroFQh3cwSKZgm+7IPveMegoqNRijy7crbYBlKtWqdCA6gJv8qxA1E+lvXBFHKVFEsyNTWZZtUAwRCyl4NyCNMiDecEZKreuF1BtURG4hgsR2833GJ1ya1HQNeno1BOBBCgR3Fx9Dh95E3UeCLo2YiuKmp4CsFc6SwJtIDMoiJsPS2Lpks8mvVThhpmsxGmpKrKswtaARO1xBxUM/SpIPL5T/AAiPzwNl80T5WfywVDAQVkRFhz22OxxmzdHGW97l4dU/0Ium0C70qhgFql5281U8f6sXzLtSoOFBaNJEsCReBcj25jnFS6Y+ik+oiaVUE8zpNNvsYn2wzrPrrVwxllNSASdJgmOe38ud5dSnt6GnpIa9SGurXm6XhwQIJJG0nbYX/TG+v5jSHRJZ3fQp2vc6h7LPuQMKlreHXpUmME6CWG5lv7v/ACwx+JOmLWqojW1VLxuPK0H3nCZEmoWdjtSkgdM9WyhRJXwGspKzoYydLQfqD9PczP5tVCuzszQeRAFjAAgbxxxhdQIpBsrmhrp1BCVAY5lQeAwIkHe3O2EHWWq0SKdUEqJ0NsGFvz2nt7YvjjBvfn+SeVzXHH8GNllrVzqbSoEkgajAOmAO5P2GHx6lllZa4OusiCmpIuum0gH8RMgH09cV7prxNUx8pgfeW/OP+RiyfCiU6aKzr+0qCSTfeSADfTYxxOB1EvRHYsb080LM1nK9dvKGEmJJIv8AxAeZTzePfBWV+HazsWaoDI5LXJ45A95a2LcPOYIIAidht3PGJQghmFxM7T7nePaMYHmkXj08UVqn8KKbllkbgA2HcGbH3kemDKfw9TWSR5u6hYvchkMrtyoHsMMxTufWIE8Xk+m/98Q5qsUGnljpWZuZ77wPmM8Y5SlLax3GK3ogqdGRkiSJ3K+UHf8AASyEj24xJSyWWokuEFOBLH5B7sohbx23x2ubIG4tAgjaJ9vfAXU6JrBSDJQzoJ8rcXB/EOCZvhHBylUmMnS8qFtfrCMxIZ1BMgGm+3fbY7j0IxvEVTOZeTJKmTKw8g8zbfGY0+EvyMTW/wA33+5z1fpNKPEy9XYXGpSfpe4/hMnAFSrW/ZO06Um5H/qZkgEA8kbX3xZMr8P0KA8arDGIAmbgbRyD22gGfSo9Xz7VXLj5Bu31gKnAvzHt66ddbR4MWRuVXyP8r17M1n8PSqpF1AEmTAExIDMQN7Ak4b9PpE/KRoBMMb6id3A7ngmYHG+EHw7liUk2LSd/9A/9n+qDF1ymWsABsPT+eM7pbIKuTC6OWGkSWJP98AYR/E+YCU3gxbSJPJt+X8sOsxU0j8QPuP64qfWMg2cOhagSkhhmIJkkXAuBYbn15vAtLdlJptaY8lJqZomESWLEaVXv+EepAMW233jHoXwv8OvSy8VKjiowJhXYCnIsoAMWNz/crejdLSkWOXjy+VszVg/SmogAb3/XDmm9cT4WYp14ElSBcfwlY598dkcpLyi41CHO4m6llaiq5d3eizXZmLNQqjmTfQdvY/cTpVd6FbxVVmVo8QKJKMYk2mxsZiDbjaz0s0KpYr5KoA8Sk/4gD3H2D3tYjsqboCo2oPXpEdlDQP4SiwPr9sdGa4fIk8TvVEa187SqMtRSDMK+k8/hY87yI/i9LLvjq1HKVVnWpYB4vYHf9cdJnssq6zTfMzZDULQSbW1CB/pXDajlWfJtrhqb0mKajMNBiTJOqbb8XvhorTKyieqLR5pmq7FfO1+CysAoNzMSY3O2JaetMupiVqAkER+8wIvHIn6jBtPoyFaDMrjxfm0m8XMiPQE39bYlqZcLlqcklVqVkAIuJKkHuD5b/wDM36fItdIlmjJw8xX8mWGo/i3gm0SBB+p/LHRzRpFXRFGsXW/mG5k+8G3ONJSCkwPmmfqCAPW0n3x1QqCoUH4lBB+lo/PGuuxC9rCaPVqOpap1q4HmAUXEDykyJHrFuMSdPzOtWZbRCj8z/t98BJkwa2kC+gmO19IH3wfldCJUU2Ja3/iCPzwYrfcEmq2FvUKzuQokg7mRbvYbW/pifo9HUtQcRYc2gx/+cAVKI1F2JAHA/F2X++MMcixUExsBI91M/mT98FbsDSS2MAOuqLlStIzxOgKR2khhb0wSuZK5jWTAYKSe2pFbbfe/9zi7L8H0G0HxKzI4BjUsbbagsgbRefbfFa+KclozTwPKVAFhxSVYA9Le2MObJGapG3Ep4Xq/Ql6LTo1s9QAmooUcEXVmPYWFvp9cOutCq1YKgBqeL5RJiF1Sdvb8sC//AB3lyn+JrmFAGgHYhmggCfp9xgjN5Kt/3keBddOoau5+YbmNrbDEZb6UuxaDtuT7guYpglqVTSZp+aNrMYMnYCJn1HGFZer4bUWptmcuOdJlf9URI2sbXviNqVVXYaajPUPmZgYj/NpVbDYAfU7FvSydZG8lcr+zsqWVTsuofi5429xh5NRVsbkR0smvhyE0UipdixDO4BFhHlUXE84s1OiLLyNvUenvH4f/ABbFZq9VPnStMlShAAGm51CAAN9+9sWHomZWtRpMfwwrDm0A/lEezYL4OQTSkET9zFt7k7R/FtvtEYMyrNJEn6bzH2j+c4mqZbQZ1SByN78kf/0N+ZtAxbSQ34TY7QDwY2jjkfLFts2WNq0PFhT0CDMmDwZ/Wfv9MC52kwamSYB8RQ3YkDTI9lOJ0qPMkWM2t/UfphP17Pl3SmrELSHiv6wwCr9SDI/2wnT25qgZmlBifJZxw81AzVA+lxN9I/CAZEk/+vcziwU80all0BRYK5OoGRNx9PqTuIwl6fWR8y1QASqBtR2+Ugn7nf3wT0eingB2bQ7mzEx8pIgH739vbG3Lj1pyRGGRQqNfMbN4imAFgWs4I+5g4zCZ80smWvJmFZhPowUg/wB7bYzGPw5/l+jLeJH1Da9J64AYxKj/AEqxn8xLe2gcnC7OdE1qAi+Xc+gtA99wfVMWqlmKOgh3UM02BBJ3UWHoBbHC5lF1FEquCSRKlYJknzNAi5PscaNVGPw1IVfDFAOIHCUvzQtP3Zji3VXSlTuYA7/ris5bLuh1IipA/eMxO20G9+YvBvGN9VDsAahBvYD5RzJkmTtvAv3g4m5xKwg0uCQ13zBOiVpneqef8gP/ALER74j6mFRBQVtKkEud9NIXYzuSTbuZbfAi1yCVLmNjBNo9NtjMdscoPEctVdVpAjUWIGoIYRAeZILkDuMKk5S34DOoR25YVl8nUrqCzvSo/gpU2KmOC5F5Pbj88V74nyFTJVaWYy1RxJIYMSwJ3EzuGH3tiy5P4vy5Z1WnUfQpaQoAIEbAkG/qO2F/xb1SlWogRocMrGmxUsLGbKSRbvG+NCe9EGlV2cr1vLZtAalQZfMLyZ0z6Px+RxBUzlJBFfONmf8A6aUDVPDuOP8AMfvgrJfDeXtSqVz4pu6qRYkTHymIHc8cYMyeTytB/wBgni1AbNJKjidZ8i730yfTCvSFKX3/AMIcoruRVqqqVGBWjTAtTWPNU0+ggSdyRMcNKD6KXhj5WFkvPy30fun/AGOxuNUacsXqMGqPvAIUCbKAdh9yT9sd0wS4i8yJ99zPp/fpnlO3aNOOGlblSz3iM9I0QgpFv2YCmJ20tYHgi30nfDXpChsvVpV3WnU8Zj8p8pISDYGIvabgkcyKnS6gypTSCNLhgZMRG3vJN8EZP4lRHeaVN9byA9PWwECwPiKdxO++NEU07I6ov79gatSIYltxOx2PeftH9TgLp3kqMxEnTMDc3Fr/AJ/W2HfVn8Rg4Hhq4WVVQBJEA6TUcidryLRblZ/gXkMLTZZ9o1H0BjzG2wnG5SUlqszuDg3FomfNNrap/wBsaWWRMuwMrpESQGgatjeYmMT5LMg06juAGLxECJCKD7CROIKR89R48RobShJ802MA30pExuBFhw96J0cVErVDHk0uAbjzKDEiJiCJxzmo7s5QctkVnw9bKCvIAG29tvaf7JwdVmmagFMmWgSIHyISSd4mdux2w6zHRNvDemNpKsqESBABY6thwQLbYXHKJlmDHzWvpZGN2EEnVG18Sn1Kryo7wZdz0jpqaaNFQwEIon9+y3+v3xVvjRqaFTq0MHUqCewiYjaxwV07rFU06YWnTYBQFIq01MCBMGrMx6D6TGE/xO71WWo9NVaEEBlaQXII1Ix/ucY2vU2t7bFi+HtKLUaqQ9OowYQQRIULpibxp7kX9DFd6rkmVnzSF4Wp56UsPIdoFpHEnn2wT02u5esuokrp0CZgQbDtHYYPerph2EofK4MgMhkXm9ieeC2FU6kl2G0pqwOpXRFDvVPhOAab+UKe6nywGXsbn7x3S61QDRQSpVPZF3nku2+K9mK1TKVKlBx4lFjqCPsQdiLWO0mOJ5GJqfV9FFqlJFQ6tKljraRB8vlBECPMxPaMVliUuQqRnWst4rNUehUokW1AalsAIcC6niQDaJBxD0R2yzgVB+yqxDi6zwdQtcG43ubXwJkf8TVqajmKokai2pr6iRYAgAGPrhply1NmpVgGR/nIEBhMeIBsrg2YADcMLqcGnFbA5Lf4SuymSraSA3aOCeREf1GB6yi6MAQQZj5WBBkj85H1/eGFOTzjZdhRqGRM0nPPZGt80WnY/o1p5RiGKGwbVp2seV7EEEW7c4CrlBPN8zXrZOs9JXYAG0HcGCD9t/XBlHNHMioA4WrU0hg34tOyjkfnsdsHfGHT/E0VADM6W/Ufof5WxVlokkgTqF7/AIlHf++MWVc9xGvUe0KlVS1GNDvGtiLxwB35i4G9zhh1emKppZdNLOLQtwgHBPLE+diBYD7h5PNLXUUMx/oq8qTwx5X3+vdZ8nVbJu1P/Dt4qiCQ7EEcEaVkqd/64vCS4RlyxadvuWrJdEK01VczUAAiA+kf+MWxmEdPI5qqPE8RV1fhhrfZT+vvfGYVxd8nKSr4S5UKZEAeW3aP/wA8GDG+N1BfWeO4PIP8427D0hN/1CsIDNSG+4kECdUHUJMW0ke1r4lOcqiQPDqOACQFssiAdReJvEcme0jydDPQ29RpSEHfuDMXP3jbt/TAXVsyulqYmbRG3BP5ev2xn+Ic3hCQYIKlSD2aak23k8HsRgVs03mYUkKrYt5vrCyZ08x62OAosNAVKnJEGTNz/t6zxfcYkCPSAhjsYBVBA9mpliD7/pgtHIhxTTbUGDtYfLI8th9eccNmNZhadRuYDb+1pYeo9rYom0xHBMDyngmuV0hXamysFBCPJVrGYEg7TuCMNXySydYFxfyo07i/kk7D3nCcHTXpsUZFB5aBsQYAs0EyDFvph2vUKUwS+37p9DNibbcffbHSk72Ejj7Ndzk5BJEguf3v97gWgQDfncTicINrWHJ4vee1sRUs9Tv+045DLG4tIE73ImPTiYZukbeJTMH94Dm+++JuyijRH4MxBge28R7YlWiNQmR6SGH9Pfm2JQqmZAM3/Mc7bfz+vK0pvEDczx+freP6jjjzPPZKp4tVafmCMbi2xMe5A/vfAuVyrs6O2ooCe5EgSQBYjuY23xZs+FXOZkTHmnsIjcSN72PthFlmJUKrGAxMH2BA+pkb8nvjUpNqjPCEVNN+/wBGFZ+kCQCZGkG5tOo2JFyTydpM7GcWL4myrUfAOsBVLAsBESqEE738xAm33EVupnCrqzAFU0wIAsCPKvABmLcAXxYfifrdOrQRg6l2ZDpkxEODKz/lBHpjtEkqZqlOLmpFcytQM7mCsSP8g1EmT+8OOCT7YuHw9llqq3iCPOihfXRU8sdoIlTzqxRKOYKliNJJuZ53JBvBBNyD2XD7pHWnphhoBViCSCQQQKgmTMzMXji5w003K+1f0JFpQrvf9nOZypRih1KykrYiYX5nDRJJt5TxbmcCeMGYy7XvCsRttpM2faRFzjfUuoEk61kt5oDCIE6RxMHneR9MA0Kw/ECSRNwCGjYOI2282/64nokaIygT1swVf/vVJET52AvuNM8bGJgzjaeKykGqHkSYrf6hMtuDeO+FlUE/NJ1G8yTvcTP+2HPU+hLRakFdxrsZn0t+e3bnFG0qTMOW23Qd0CpU8ZhUg61uZU7QAPKTxNrYsy0dQJYiPWfrv/cYqvQch4eb0AsPK0G4vA22mB67kdsWtdQB5OxuJJ959Zxmy1ZTFdUxdnunI6eFWB0geR13Q8cXTj09vlT5LpNRFdHQVqROrSGKGY+ZWixi24mBfvai6gCXk+252t2jAVSmQGFOoytEEgEdgDFoaexEwZkWwYZ62Y7iK/hyujPUatpoA1FQIzBYCIAF43Bi202wZ8UZHQmuNQpnV/mTZx9UJ9o9cD5z4fqOTUZ5LKVcEiGF4LDRcibHcQL4X9LFRHzdNdIp6287N5V1D5QhYKTHMg/li8ckZPZitNcjHpyipSak/n8Mlb8iAVbfcrF+98T5XMVMqwLnXSGzzMA/hcgTHZ4tafUDo+XanUVdSvqogPpO5Qwk9pUx7r6YfCmYJgtJ5mRztt/Pbe2IyeibrgblAfW6qVGV1ESVsSIbzCdibaZk4WZvpMksJDGGFrht/sRqsfTDSn0SmCTpAM20nTFjuAb787xtgla9VKodlFUbWgNYEXFl73tzbFY5ULRW36epUVKY0kDUBYxO6+sXEc6f4jgrMuzU1KkrUpAmm+5Kgw9IyPNoNgd4K9zg3pVaklY6joRqhIFQaR8qcm1jquO2NVFCOaaEMusspBESoiJ41IVX3BO+KqW4rVqgCnms2wBXO0YNxcD8otjeIKuVpISqo5XddMRBuBczIBAPqDjMPrl6In4eP1kGmsSrIFKy2oTcC4M3WCQPS9xiSnUpii1MlDLahU1gQSIk7GRB7g2ve0qdOq6SPERiWWDJUqiMDp1KdolSYvI3i/dXJ1YrHUdVZWVFLP5WKAC4W0EEwskTbmcet3aZZRjVUR5nPCpHhuqELBOtDzYCCxMXgmIngnBGWzQIWEH7O3lqIZsRYA978bDvAjHTWLVPkWZKxqgAgAKQQANiCbbjsMF5npw00yEnQTqWVAINMiDMgiSDv63NyFJ+oZKL2oBhiGYCU16iu8LvGkE21SbT7cY6zGc8rkamJIanIIIYAbCL9o7e+NrkYaorAaSE0SA0bhhEEyYm/cxtgc5N28bwqYlQCgVlSTBERM7jmJn0klTaVHNRbsLyZU6meFamfICQAAJv6kGVm+3E3izeYCmUaz/OF+XUJMkcm8GNreuMpZBy9MgMVM+Ixd5SAv4dZN729B3jA1XKOsESragrzqJAMcBrqN5ke2ApHaVdmUaICKxBkgea8zewi69rRt3xLQc2pqsEN5GNj8mqYA08R2ni0YFbLHQXkgiGB8PVqVvlFhOsReCdha4ggqyFlliB5tWkbSqzqADTOob7KL3s0slpKgKNNuzrqGXRAzEG0ahAJtubxB3Pb23wHpDAsoAWSBCgGxgksAYvwLG29xjdalJgkRAcqS831C/nuA1i0+4tgsJpamsjU8iAoCkq5BkX5AAIiSfXHRkk1tsc1LT8W4PTpBVYVEVmIDhjSkkAgEbGCO9h5h2OOP8ADVAhOlAQZCFV07ATawJv33j1wbVpHSKlT9osR85BAbkqEvIj6cY0FzGsAQSqyAYIYHUACYEmxPEc45tHNSrZgL06ZIIpo7Tp8MFpEbkwObXvFt5g7oZVCfOqgEXNxHbY39WMny8zgZgNWpaeuoHYn92xCtpE2gxsZt6YLyvUWYACnPiEKGsADBj/AMhf8IPGGUlTvkDUrVcEmZSmGqaQiIjkMWRjaTAXzjU0QfQXMYr9b4po+PAy6GmLGWcE+shrfaPTEPxv1ZmfwkBgWgd7Sx9zf7DgYooZlMtf+IbbxE98C5S3XA/kXJ6t4GWdTUCJ4YFjrZWBnZgdQHowsfeRidfhlHL3ZVQsNbNYACwi3G5sIi17Uv4Z6kVYKYINr3BB3Vhyp2OL/ns0ppt4YaWgiSQFMIGVuDZd7j2wY5G/mDLHTwIs70YIxSSWbSshQQZII0mRaBvb8QOHOcydaqaQ1U1KnVI1fMBY7WBk22tvOMQCKYDGUUk63QnWWWSDq+WxtYQbDc4a0GQ1CWOlQLmQbi0T2427fQSdsmV/pzmpWpuFgU3KlSzMxJUyLqO3sOdxh/mM6ikGprRdgSsAEbjuO/G2OcoNLNqnzAHUqg3kgg9pUC5AkiDeMQ1HLUlDAhgy+VwS0aheN2gCYtdTuRAVwTGTaYZUqqp2JiSYExf96YH5bDa+IP8AqtJop+J518xA4H8QAsL7nb7YFqZxl0RHm+YbkkiDqn1ntviPwglXUVXzEAkauASATGjTqMAW3U8Riagg6mM0zlN9qignYeYc23A7j6bYT5CiPGZVcQNcRcgeRRJ9VjSbToW+BupqKlOozC6GJWJudj9duBGCqLotNBomLTPso0ncbfWRfDKNJ13Br2tjigh0yW1GeP05v9cdIseURMd+/p+m18LdBaopJaSdHcXDMDBsHhCNom+9saoVVAcKGBVSCYPA+a8+eZMnewMk2RY+9jufYalORMAzF+1xBIvP3kWG+I31GdA5jv29P5YU082PDHj1XlZHkMEnfUYiwmAuxESDPlNKu9RNDAppspmCx2a2xABkE7raxs/hsXVvRlRST5m3BtEfWPaT+eIKvTEY7AGNwNPI5BDRMc74kqNpYjUWN5BgbA+ZYi4B2nYd9w0z58HVVcBREsBJbVsApHlAET3vEWntMux2pVYTTyZQaRUIF7au5nlGPPfGYmpvqAJWo831KEg9iNRBFuDttjMDzhtDHpLLmqeqwqpCsQLTAP2/uThV1pqukrSfQ1RgGaTI2kKY3Ji8cntjWMxR9mc+RHm6eYyieJUzElakMAWYSQdIhhsYMkX9ecWzpmrMZfxlKqAoZRG0rOnawAiN+3F9YzDNcMFhNHKLUcrUPcyOWmJ9O3+kYgL+IdQQU6Z221TM6rcEEHcfmZ1jMCvKDuFVydIgBVIEAMbAmO1vff6AYpnSKFSqfHfNvR/alDSprvEbGQo3Akg+s4zGYWAxYsn1DUCU1BSWWG0hiYBDErI23+ntgwZhzAAAbgiDI539BzjMZiLXnobsBZ3qEguYAQEsdN7fNHbtIvbCpurmaT6QQwMEEytmaLmDaPeN+2YzFYRW4GP8vUFQSFEHSQRz4h0gQYiZj6++Cq/S0pqGKIhHkBQk2mFGwtf+xfGYzBjvEV8gFXplFLqh1yxPnYXc+bmCCQLR9sBJSoqihKZVVbVIaJ0giIi4AYC555xmMwqQyW5518Q0x/ia/PnJgzFn7i8xhZmsuCGPbUJIE2INl+Ui/MYzGY2Q+EzN7nXSkiqANgQR7GCPyx6r01QyU9TOPDqloUxPlX1383PHfGYzGOf+z9DZziT9xj/hpZSHGgOTpIabxADSfxDe1vSQ3C5I+G5AuzDcyY/d3FjtYj3xvGYKexEjzGU/a2pr4ZCyIWLawRG4uUuOCfoHlTBSm8+ZypAJAkU2aAV0mAVm82Iub43jMCzqQM7H5YLsqo7AMdhrLHzNB+VY7STg9aZHiprJCkQogWgEzIgm5HAn0xvGYLBQMMnTPhRH7QhhKJIUiVvokG4M3vwJJB+Y6KIBZ5vIld4jeCJ2G/pjMZhZtpjJC7MZnw9QOnyOAGg6pJI1AyfteQT3Ix0+Wem1c6ySqhnM/MsGw2g2iRG2/OMxmGWyOSJK2VmnWUeUDTIU6ZYKrKQIiQGF5GwGwxJSzQUgPLMdBDaou5OmwQSSFI8039NsxmDf3+wDVUkaq7MC1aFuJAAAiFjeGBn1+yzNZZXDUBYstgRqiFiVJjSYAH02m5zGY5tnJE+RzaimohDA3CwD6xFsZjMZjhG2f//Z

 

            Je ne sais pas vous mais, moi, à l’Ascension, j’ai toujours l’impression de quelque chose de discordant. Paf, Jésus part et, paf, on doit attendre 10 jours encore l’Esprit Saint : c’est embarrassant au possible, on ne sait pas bien où se mettre, on ne sait pas trop comment prier. Vous me direz qu’on commémore, certes, mais l’année liturgique nous est aussi donnée pour accompagner Jésus afin de mieux, nous-mêmes, Le suivre et je suis très liturgico-sensible sur ce plan-là. 

 

            Alors, on le suit au ciel ? C’est ce qui est promis… mais en espérance. Il y a là quelque chose d’un kairos,[1]d’un moment favorable qui gratte, qui dissone, qui discorde. 

 

            Ce qui est bien à l’Ascension, c’est qu’on assume pleinement l’embarras dans les textes liturgiques : la première lecture des Actes des Apôtres nous offre le laps de temps de manière claire et pas l’évangile qui montre Jésus accompagnant pleinement ses disciples jusqu’à la fin et, simplement, leur faisant une promesse et ne cessant en même temps de les bénir : « Et moi, je vais envoyer sur vous ce que mon père a promis ». 

 

            Il s’agit d’entrer dans le kairos de la promesse : si nous avons choisi à qui nous fier, il n’y a plus qu’à croire à Sa promesse. Il n’y a plus à regarder le ciel, il y a à retourner où nous sommes et à vivre dans Sa bénédiction. 

 

L’Esprit est la promesse de Dieu : nous avons dix jours offerts pour grandir dans la foi. Dix jours pour mieux faire confiance et vivre, simplement, de et dans cette bénédiction de Dieu. Dix jours pour, alors, être revêtus de la dunamis, de la force de Dieu qui nous poussera hors de nos villes et de nos temples, hors de nos habitudes, hors de nos routines pour témoigner de Lui. 

 

 

 

P.S. : Désolée du peu de mises à jour récentes de ce blog mais le mélange travail + voyage scolaire + études fut particulièrement prenant du côté de mon cerveau ces dernières semaines. J’ai pourtant pas mal de choses à y dire, voire à en dire ! 

 

[1]Petit dieu du moment favorable à ne pas laisser échapper dans la mythologie. 

vendredi, février 22 2019

De l’accès au langage, de l’accès à l’amour

 

L’enfant nouveau-né braille au moindre besoin, presque sans raison : il ne sait pas encore exprimer ce dont il a besoin. 

 

L’enfant des banlieues, souvent, trop fréquemment, n’a pas les mots, n’a pas les codes : il a les insultes, il a les poings. 

 

La communauté qui n’est pas encore suffisamment libre ou qui ne se parle plus, quelle qu’elle soit, se met à murmurer ainsi que le peuple hébreu au désert, à médire les uns vis-à-vis des autres : elle n’a plus accès à la communication. 

 

Car il ne s’agit pas seulement d’accéder au langage, 

Il s’agit d’accéder à la parole, la vraie, et d’apprendre à entrer en communication avec l’autre : 

Liens à tisser et à retisser sempiternellement.

 

Mais la communion précède parfois cet échange si fructueux : 

Témoin l’enfant nouveau-né, si fragile qu’il ne saurait exister sans se blottir dans les bras de ses parents, ces derniers cherchant à précéder ses besoins… Car entre eux existe l’amour. 

 

Et pour les autres ? 

Pour les jeunes, il faut leur apprendre à se servir des mots, inlassablement : rôle éducatif ; 

Pour tous, il faut saisir le moindre petit pas vers la communication, vers une communion, par des gestes bienveillants et, surtout, par ce fameux « regard qui espère », même quand tout semble foutu : rôle de la petite fille Espérance, rôle de chacun qui accepte de veiller à cette aune ; 

Parce qu’entre nous tous doit exister aussi une forme de ce même amour, en responsables de nos frères que nous sommes. 

 

 

dimanche, février 10 2019

Chronique des JMJ de Panama 1,5 Relevés !

http://www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca/rpcq/document/rpcq_bien_116858_44630.JPG?id=44630

Ceci n’est que la chronique 1,5 et non la 2 tant elle a à voir avec la première

 

            Aujourd’hui dimanche 10 février, c’était le dimanche de la santé et, dans de nombreuses paroisses était proposé le sacrement des malades. C’est un magnifique sacrement qui vient donner la force du Christ dans la faiblesse, quelle qu’elle soit. 

 

            Eh bien, justement, ce sacrement, c’était un peu notre innovation diocésaine de ces JMJ… à voir ces h-amis, à les voir rayonnants et souffrants, à écouter certains autres dans leur(s) souffrance(s), à entendre une homélie y faisant référence lors d’une messe unique célébrée sur un bateau voguant dans l’océan pacifique, nous nous sommes posés la question progressivement : et si… ? Et pourquoi pas le proposer finalement ? 

 

            Il fallait former, informer et voir si, concrètement, nous avions ce temps de formation puis un temps de célébration. Au fil des jours, les obstacles tombaient et les plages horaires semblaient évidentes : un topo à l’arrivée à Panama Ciudad, un petit temps d’accueil et d’accompagnement par un des prêtres présents pour les volontaires et un sacrement finalement célébré lors d’une messe diocésaine juste avant de partir pour le week-end avec le pape. 

 

            Nous pensions certes à nos h-amis mais ce ne furent pas les premiers à se manifester et ils ne vinrent pas tous : 6 jmjistes de notre groupe reçurent ce sacrement. Les blessures invisibles sont aussi le lieu où Dieu veut venir apporter sa puissance de vie et c’était beau de voir ce mélange inattendu et confiant de jeunes osant, avec simplicité et humilité, présenter leur souffrance à la prière de tous. Ce fut un très beau moment, très fort, très priant, très enthousiasmant même avant de rejoindre la foule du week-end final et de nous laisser enseigner par le pape et de prier avec lui. 

 

            Car, que cela soit ce week-end comme aux JMJ, n’oublions pas que le Christ vient toucher pour que la personne malade, pleinement membre de Son corps, porte spécifiquement Son amour salvateur en elle. D’ailleurs, dans la Bible, c’est tellement fort que les guéris ne peuvent s’empêcher d’aller ensuite proclamer les merveilles de Dieu ! Le corps blessé des malades mais ainsi oint est en effet le lieu où vient s’ouvrir une relation privilégiée avec le Seigneur : à nous de ne pas les abandonner mais bien au contraire d’entrer en relation avec ces personnes pour nous laisser aussi entraîner par elles, à leur exemple : pour que les chemins parfois improbables de chacune de nos vies soient, ainsi que Lui le désire, toujours davantage chemins de Vie. 

 

 

 

 

jeudi, février 7 2019

Chronique des JMJ de Panama 1 Des H-amis et des frères

 

 

            Je suis donc revenue du Panama, le cœur profondément en action de grâce… mais la reprise du rythme quotidien est rude n’ayant pas bénéficié d’un vrai temps de repos, voire de transition avec l’ordinaire des jours. En résumé, les vacances se font très largement attendre ! Mais la reprise du tempo passe aussi sans doute par se redonner un rythme d’écriture, ici et plus personnel ailleurs. Alors, je commencerai par partager quelques éléments des JMJ. 

 

            57 personnes bien parties puis bien arrivées au Panama : soulagement et étrange sensation pour moi de voir un projet sur lequel on est depuis presque 2 ans enfin prendre forme et, surtout, prendre chair. 

 

            Car il s’agit bien ici de chair : des jeunes en chair et en os d’une part et, parmi eux, cinq jeunes tout spécialement à la chair blessée, meurtrie de manière visible, dans le handicap physique. Emmener les quatre parmi eux possédant un fauteuil avait été une vraie question : si les indicateurs logistiques étaient assez mauvais, il faut bien le dire, l’indicateur de leur foi et celui de leur envie étaient au plus haut. Ce n’était pas simple : il a fallu discerner et chercher à organiser au mieux ce qui pourrait se construire éventuellement. J’ai beaucoup prié quand il a fallu dire oui ou non… mais l’Écriture me donnait une réponse : Jésus, Lui, ne laissait jamais personne sur le bord du chemin, au contraire, c’est toujours vers eux qu’il préfère aller. Alors, tant que ce n’était pas utopique, tant qu’on pouvait raisonnablement accueillir, y avait-il une vraie raison de ne pas le faire ? Le manque de dispositifs locaux n’était certainement pas une raison suffisante : nous nous sommes lancés. 

 

            Sur les conseils des plus habitués d’entre eux aux JMJ, nous avons mis en place un système d’anges gardiens pour chacun. Et, dès les premiers jours, quelle joie de voir que « cela prenait » ! Non pas seulement quelques-uns autour d’eux mais bien, très vite, tous, les uns autour des autres ou plutôt les uns avec les autres. Car, s'il n'y avait pas les adaptations matérielles, il y avait les bras, il y avait les coeurs. Sans concertation, tout le monde s’est approché, a voulu aider, a voulu faire partager tel moment avec un tel en le plongeant dans l’océan avec nous ou en lui faisant vivre un bain de foule dans la liesse d’un stade… Bien souvent, mon regard quelque peu scrutateur de déléguée diocésaine s’émerveillait et me faisait dire : « que c’est beau ! Qu’ils sont beaux ! ». 

 

            Quand la fragilité est visible, chacun est aussi invité à faire tomber le masque devant les siennes plus intérieures, à fuir les faux-semblants pour vivre, agir et partager en vérité. J’ai été marquée de voir à quel point cela a été le cas et qu'il s’est créé une ambiance de bienveillance tendant à une communion la plus profonde. En particulier grâce à ces h-amis (on m’a soufflé le terme comme celui qui se disait dans certains mouvements : c’est mieux que nos amis handicapés), nous avons expérimenté la fraternité. C’est ce qui a d’ailleurs fait dire au curé d’une de nos paroisses d’accueil que ce groupe était une « catéchèse vivante » ( !!!). 

 

De ces JMJ, je suis rentrée le cœur profondément réjoui de me dire à quel point les fragilités sont les brèches dans lesquelles Dieu aime s’engouffrer pour y révéler Sa lumière et, partant, pour davantage faire de nous Son peuple. 

 

P.S. : Cette photo qui a fait le tour de la planète ne vient pas de notre groupe... mais nous avons fait pareil le week-end final avec nos h-amis et notamment l'une d'entre elles a été bénie... incroyable moment d'émotion ! 

https://fr.zenit.org/wp-content/uploads/2019/01/Personne-handicapée-JMJ-de-Panama-©-Twitter.png

La preuve... 

 

 

 

 

 

jeudi, décembre 20 2018

Sur un aubergiste fameux

Lorsque Joseph lui avait demandé une place, c'était vraiment trop ! Il avait répondu, avec l'air agacé qu'ont parfois les personnes fatiguées : "Il n'y a plus de place ici, jeune homme ! Mettez-vous, si vous le voulez, dans mon étable à l'entrée du village : pour une nuit ou deux, cela devrait aller..." Pouvait-il deviner qui frappait à sa porte ? Comme tant d'autres, il croyait que Dieu avait le visage de ses rêves. 

P. Raphaël Buyse, Lueurs de Noël - contes inspirés de l'Evangile, Salvator, 2018

dimanche, novembre 11 2018

Si haut que soit le Seigneur

 

Évangile du jour, Jésus et la pauvre veuve aux deux pièces. 

 

http://www.nbbmuseum.be/wp-content/uploads/2008/12/athenes.gif

 

Dans la foule bruyante, faisant tinter les nombreuses pièces dans le trésor du temple, à la manière d’un don Salluste, Jésus distingue non pas qu’il en manque une mais une femme, celle qui doit à peine oser glisser sa maigre participation.

 Et pourtant, il la distingue, elle, la solitaire peu considérée, il va même jusqu’à distinguer son geste et surtout son cœur qui y préside : ce cœur prêt à tout donner pour le Seigneur. 

« Si haut que soit le Seigneur, il voit le plus humble » (Ps. 137) 

Pour le Seigneur, pas besoin de triompher en hauts faits, 

Pas besoin d’actions éclatantes, d’actes de bravoure ou de charités qui claironnent ; 

Pour le Seigneur, il y a juste à glisser, pièce après pièce, 

Juste à donner, toutes ces choses qu’on croit essentielles ;  

Il y a, peu à peu, ayant creusé ce qui n’était que notre carapace de superficialité, 

à Lui livrer avec confiance notre essentiel 

Pour qu’il soit, Lui, l’essence(vers le)-ciel, 

Notre Essentiel. 

 

samedi, février 17 2018

Dans le secret de Son cœur

 

Pas de billet… mais alors, pas là pendant le Carême ? Si, je préfère chercher à christianiser mon usage de l’internet plutôt qu’en supprimer l’accès, mais en voyage scolaire au début de ce temps : au loin, dans la belle Andalousie, carrefour de la rencontre des cultures juive, musulmane et chrétienne, lieu où apprendre à mieux connaître celui qui diffère de moi.

 

http://blog.ac-versailles.fr/albertcamus/public/Espagne_3e_-_2018/.DSC_0653_s.jpg

 

Et, durant ce temps, entrer en Carême pour la consacrée que je suis. Comment ?

Un temps, j’ai envisagé de jeûner comme l’Église le demande, comme je le fais habituellement, mais, avec 48 adolescents compliqués à gérer autour de moi, j’y ai renoncé : cela aurait été contraire à la plus élémentaire des prudences que ne pas chercher à être la plus en forme possible, pour mieux servir.

http://blog.ac-versailles.fr/albertcamus/public/Espagne_3e_-_2018/.DSC_0478_m.jpg

Aller à la messe ? Mais quand aurais-je pu ? Certains m’avaient dit avant le départ que c’était facile : ils ignorent ce que c’est qu’accompagner un groupe hors pèlerinage chrétien. Alors, avant de partir, le samedi matin précédent, j’avais demandé à recevoir l’eucharistie hors messe comme pain et force de la route pour toute une semaine sans messe et j'en gardais le souvenir dans mon cœur, comme un trésor précieux. 

 

Entrer en Carême ?

Il ne me restait que le plus ordinaire de mes jours pour entrer en Carême bien pauvrement.

Ces jours qui ressemblaient parfois à des Cendres tant l’adolescence est un âge de construction souvent ingrat, souvent compliqué. Mais je sais bien que la finalité du Carême, c’est de mieux découvrir, sous ces Cendres imposées sur nos fronts au début de ces quarante jours, le feu de l’amour de Dieu.

Alors, tout mercredi, sans ces cendres, j’ai tout de même cherché à découvrir le feu de cet amour dans le cœur, dans la vie et dans les réactions parfois houleuses de ces ados qui nous étaient confiés. J’ai cherché à Le découvrir « caché au creux du monde comme un feu, puisqu’Il est avec nous ».

 

« Choisis en toute sécurité l’amitié du Christ. Il veut que tu Lui donnes l’hospitalité : fais-Lui un lieu (ps. 131, 5). Qu’est-ce que cela signifie : ‘fais-lui un lieu’ ? Ne t’aime pas toi-même ; aime-Le, Lui. T’aimer toi-même, c’est Lui fermer la porte. L’aimer, c’est la Lui ouvrir ».

(Saint Augustin, commentaire du ps. 131)

 

Exercice du regard, exercice du cœur, exercice de la prière : pour apprendre à mieux Le trouver pour mieux L’accueillir.

 

Mercredi des Cendres de pauvreté et de simplicité ;

Début de carême dans le secret de mon cœur,

Parce qu’Il est présent, agissant, aimant dans le secret du cœur de ces ados…

Ces ados aussi présents que toi ou moi, dans le secret de Son cœur.

 

Bon chemin de Carême à tous,

Tournés vers la joie de Pâques qui illumine déjà tout !

 

lundi, décembre 25 2017

Noël jusque-là

 

http://www.france-export-fv.com/WebRoot/Orange/Shops/6449c484-4b17-11e1-a012-000d609a287c/50FE/78C8/C7F4/9A44/45EE/0A0C/05E7/04A4/Cafe_GrandMere_Familial.jpg

Bonjour au directeur du lieu, digicode, « elle vous attend » dite par l’infirmier puis quelques échanges de « joyeux Noël » avec les divers membres du personnel avant de la retrouver, dans ce lieu où le temps ne poursuit plus tout à fait sa route habituelle.

 

Nous dire bonjour, nous embrasser, me demander intérieurement si elle connaît encore mon prénom et quel est le lien de parenté qui nous unit. Je ne pense pas… Elle sourit toutefois toujours en retour.

 

Quelques échanges de banalités, entrecoupés par celle-ci qui répète « assurément » et qui veut absolument s’installer auprès de nous, par les sortes de râles de celle-là et par l’apathie généralisée de ceux qui ne savent plus, qui semblent avoir oublié ce que c’était que vivre. Il y a aussi celle-ci qui s’est endormie recroquevillée dans un coin.

 

Certains savent encore parler, d’autres ont oublié même la manière de se déplacer… Le luxe et la chaleur du lieu ne parviennent pas à en camoufler parfaitement l’horreur : que reste-t-il de ces vies ? Et pourtant… ils vivent ! Je ne sais jamais comment appréhender cet endroit tant je ne le comprends pas, tant logiquement que spirituellement. Je sais juste combien j’en sors le cœur plein de prières.

 

Elle, à part cette mémoire qui s’envole de plus en plus, ça va plutôt bien du côté moteur tout comme pour profiter de la vie d’ailleurs : elle se croit dans un restaurant, pourquoi pas. « Je ne les connais pas bien, je ne sais pas comment c’est chez eux, je n’ai jamais réservé ici » : moi non plus pour tout t’avouer ! Mais je sais que tu gardes ton goût pour le bon champagne et que tu seras heureuse d’en boire une flûte !

 

Les soignants l’appellent « gentille dame » : j’apprends que c’est ainsi qu’elle appelle tout le monde pour camoufler ses oublis… Alors les soignants se sont aussi mis à l’appeler « gentille dame » : j’aime bien, cela va bien avec sa personnalité. Une gentille dame.

 

Elle, ma mère et moi sommes placées dans le petit salon télé pour être plus au calme pour notre déjeuner de fête : c’est encore l’heure de la messe télévisée. Je ne sais même pas si cette pratiquante régulière de toujours sait encore ce que c’est que la messe tant ses propos sont incohérents. Nous écoutons d’une oreille.

Et puis, il y a ce chant final bien connu de Noël avec ce fameux refrain aux tant de o : et c’est avec surprise que je l’entends, elle, ma grand-mère chantonner les Anges dans nos campagnes sans se tromper dans les paroles. Ancrage d’une vie… ? Je suis touchée de voir qu’elle s’en souvient : est-ce de la mémoire à long terme ou ce qui t'a marquée plus profondément que tout ? 

S’ensuit la bénédiction Urbi et orbi précédée d’un court commentaire disant que celle-ci venait spécialement rejoindre les malades et les personnes isolées. Eh bien, moi, dans cette unité Alzheimer, à entendre la bénédiction du pape venir se poser jusque sur tous ces gens qui ne le savaient même plus, j’ai écrasé une larme.

Oui, c’est Noël aujourd’hui et c’est bien jusque-là, dans ces lieux sans saveur où l’on tente de préserver ce qui reste de vie, au mieux ou au moins mal, que la bénédiction de l’Amour incarné vient se déposer : sur ceux qui ont oublié qu’ils vivaient… parce que Dieu est venu leur donner tout spécialement Sa vie.

samedi, décembre 23 2017

Après une grosse période de rush...

dimanche, novembre 19 2017

1ère journée mondiale des Pauvres

Grande nouveauté de l'année 2017, le pape François a instauré le 33ème dimanche du temps ordinaire une "journée mondiale pour les pauvres". Et si fixer cette journée le dernier dimanche "officiel" du temps ordinaire était aussi une manière de nous dire qu'il faudrait réussir à mettre cette "option préférentielle pour les pauvres" en premier de tout ? 

Il ne suffit pas d'en rester au malaise de tous ces gens qui n'ont pas de quoi vivre et "résident" dans la rue à deux pas de chez nous, 
Il ne suffit pas de nous indigner,
Il ne suffit pas de les regarder de haut... ou, pire, de ne plus les voir, devenus indifférents,
Il ne suffit pas de nous dire que nous sommes tous des pauvres en quelque chose (même si c'est aussi vrai),
Il ne suffit pas de parler de la pauvreté et des "pauvres" en général... 

.... mais, justement, ce qui est certain, c'est que le pape François en a profité pour écrire un beau message, intitulé "N'aimons pas en paroles, mais par des actes" qui n'est pas qu'une parole en l'air mais bien une invitation concrète à aller rencontrer le Christ en nos frères les plus démunis et à les mettre au centre de nos actions, pour que celles-ci soient remodelées par une charité qui soit vraie. 

 

Un court extrait : 

§3 "Ne pensons pas aux pauvres uniquement comme destinataires d’une bonne action de volontariat à faire une fois la semaine, ou encore moins de gestes improvisés de bonne volonté pour apaiser notre conscience. Ces expériences, même valables et utiles pour sensibiliser aux besoins de nombreux frères et aux injustices qui en sont souvent la cause, devraient introduire à une rencontre authentique avec les pauvres et donner lieu à un partage qui devient style de vie. En effet, la prière, le chemin du disciple et la conversion trouvent, dans la charité qui se fait partage, le test de leur authenticité évangélique. Et de cette façon de vivre dérivent joie et sérénité d’esprit, car on touche de la main la chair du Christ. Si nous voulons rencontrer réellement le Christ, il est nécessaire que nous touchions son corps dans le corps des pauvres couvert de plaies, comme réponse à la communion sacramentelle reçue dans l’Eucharistie. Le Corps du Christ, rompu dans la liturgie sacrée, se laisse retrouver, par la charité partagée, dans les visages et dans les personnes des frères et des sœurs les plus faibles. Toujours actuelles, résonnent les paroles du saint évêques Chrysostome : « Si vous voulez honorer le corps du Christ, ne le méprisez pas lorsqu’il est nu ; n’honorez pas le Christ eucharistique avec des ornements de soie, tandis qu’à l’extérieur du temple vous négligez cet autre Christ qui souffre du froid et de la nudité » (Hom. In Matthaeum, 50, 3 : PG, 58)" 

http://cdn.carmes-paris.org/wp-content/uploads/2013/05/Le-bon-samaritain.jpg

mardi, février 14 2017

L'oeil était dans le couloir du métro

http://www.italie-decouverte.com/wp-content/uploads/2013/10/pantheon_3.jpg

Ils étaient trois dans ce recoin bien en coin des couloirs de métro. Près d'eux, la foule passait, distraite, nez sur son téléphone, pressée ou en train de parler à son voisin. Eux trois, ils cachaient un truc... et ils avaient l'air complètement "défoncés" par une substance très illicite. Pas besoin de m'approcher davantage : ils étaient jeunes et avaient l'air vieux et malades ; la vie était devant eux et ils auront très certainement prochainement des soucis avec la police et, plus grave encore, avec leur santé, si ce n'est déjà le cas. Trois êtres aux vies cabossées. 

Je crois que je les ai regardés au passage avec une compassion malheureusement trop condescendante, qui m'a semblé peu chrétienne. 

Hier, à la messe, la première lecture venait de la Genèse avec l'épisode du meurtre fratricide d'Abel par Caïn et le prêtre cita dans son homélie le fameux vers de Victor Hugo : "L'oeil était dans la tombe et regardait Caïn". Que fait cet oeil, celui du Seigneur ? Bien sûr, une conception trop étroite pourrait nous faire nous mettre le doigt dans l'oeil en y voyant le regard sans merci d'un juge inquisiteur. Et si ce Dieu qui nous regardait, c'était pour nous dire qu'Il était toujours avec nous, et qu'Il nous regarde, simplement, tels que nous sommes, y compris jusqu'à "nos reins et nos coeurs" ? Parfois, Il doit avoir quelque peu une conjonctivite à supporter de voir tous nos péchés... mais je suis sûre que tout brûle dans le brasier de Son amour, dans l'incandescence amoureuse de Son regard. 

Savoir que Dieu nous regarde, sans cesse, où qu'on aille se cacher ou, au contraire, où qu'on aille vivre au plein jour, cela change tout : 
C'est tout mettre dans la Lumière de Son amour ;
C'est voir, ou plutôt regarder, vraiment car Il est la vraie Lumière qui donne relief aux actes et aux êtres...
Comme un appel à regarder comme Lui, à aimer sans condescendance, sans jugement a priori ni a posteriori,
A regarder, simplement avec la justesse d'un coeur ému aux entrailles qui fait s'élever une humble prière vers Son Seigneur. 

 

lundi, septembre 19 2016

Est-ce que j'ose y croire pour moi ?

http://le-caramel.fr/attachments/Image/Caramels-bonbons.jpg?template=generic

En allant te voir, cette phrase me revenait, lancinante : "est-ce que j'ose y croire pour moi ?".

Cette phrase, je ne l'évoque jamais sans émotion : elle était de feu mon premier père spirituel, un vieux moine plein de sagesse, à quelques mois de sa mort, atteint par la maladie aggravée par l'âge de manière irrémédiable... Lui qui avait donné toute sa vie au Christ, qui portait en sa prière tant de personnes et de cas difficiles, il se reposait cette question face à sa propre mort. Comme s'il voulait me dire dans ses ultimes conseils cette importance extrême de la croissance de la foi, tout au long de notre vie : toujours des "oui" à dire, jamais à s'endormir. Et même, et surtout justement, face à ce moment crucial qu'est notre mort. 

Quand certains non-croyants me disent d'un air supérieur que la foi est une béquille, dans le fond, j'ai également envie de leur rendre leur sourire quelque peu narquois... Comme si la foi était une boite de caramels douçâtres qui suffisait à bercer le coeur du croyant d'illusions ! Comme si elle suffisait pour avancer dans la vie en boitillant un peu mieux ! 

La foi, c'est tout le contraire. La foi te donne un élan dans ta vie, un sens et une profondeur... mais la foi n'est pas une consolation-doudou. La foi est dans le même temps un don, complètement gratuit, et une force... mais une force qui nécessite de l'entraînement. Une force rude et douce à la fois. 

L'entraînement de cette foi, c'est comme une succession de petits sauts, toujours plus dans le vide. Où la raison ne peut plus guère intervenir, mais où Espérance, Foi et Charité se trouvent souvent curieusement mêlées. 

Tu sais, c'est avec douleur que je me dis que je ne sais pas quelle sera l'issue du terrible combat que tu mènes auquel j'assiste, impuissante. Mais je sais que j'ai aussi à poser, pour toi et avec toi, un acte de foi :
La foi, est-ce que j'ose y croire pour toi ?
La foi, est-ce que j'ose y croire pour moi ? 

 

samedi, mai 7 2016

Un chemin d'Assise (qui se fait debout)

Si je parle plus souvent ici de la via Francigena (d'ailleurs, il faudrait que je mette à jour la page ad hoc), je me suis aussi lancée l'année dernière avec des jeunes adultes du diocèse sur le chemin d'Assise dans un projet co-organisé avec un commentateur régulier de ce blogue (l'auteur des DiMails pour ne pas le nommer qui en a déjà parlé dans un récent commentaire). Les inscriptions 2016 sont lancées ici : jeunes cathos 92

Mais qu'est-ce que le Chemin d'Assise allez-vous me dire ? 

http://www.laprocure.com/cache/couvertures/9782227487178.jpg

Ce livre donne quelques précisions : non pas tant sur les étapes qu'on trouve par ailleurs sur le site dédié, à propos de ce chemin de randonnée au tracé récent, qui relie la première communauté franciscaine en France - Vézelay - à la patrie du poverello - Assise, mais sur ce qui s'y vit. 

Bien évidemment, comme tout chemin de pèlerinage, qu'il s'agisse du Camino ou d'un autre, les effets personnels sont différents puisque les motivations le sont également. 

Pourtant, il est des données communes, même quand c'est la surprise qui préside au départ comme ici : "Tu ne veux pas marcher vers Assise ?" de quelqu'un qui ne s'affirme pas si catholique que cela ! Le dépouillement, le départ, les questions profondes qui remontent... Et puis la marche dans la nature, cette mouvance indescriptiblement contemplative qui étreint le coeur du pèlerin et qui, en le plongeant dans la Création, le fait plonger toujours plus profondément en lui-même - d'aucuns diraient "en Dieu" et ce ne serait pas faux. N'y a-t-il pas d'ailleurs en cela quelque chose d'un esprit profondément franciscain, de cet émerveillement qui faisait s'exclamer au pauvre d'Assise son fameux cantique des créatures : "Loué sois-Tu mon Seigneur pour toutes les créatures" ! 

Ici s'écrivent et se disent aussi les rencontres, ces rencontres de pèlerinage, si précieuses, si anodines en apparence et pourtant tellement profondes, ces rencontres d'homme à homme, simples et vraies, sans fioritures ni jeux, d'où surgissent ces étincelles de vie et de joie où l'on distingue souvent la présence de Celui qui est le Chemin. 

Pour en lire plus, c'est Chemin d'Assise - l'aventure intérieure d'Olivier Lemire, en co-édition Bayard et éditions franciscaines. (>>)

 

En bonus pour ceux du diocèse... vous venez marcher avec nous ? 

mercredi, décembre 2 2015

Au-delà des "pourquoi" ? L'Autre Dieu

http://www.laprocurelyon.com/wp-content/uploads/2014/12/lautre-Dieu.jpg

- Pourquoi ? 

- .... " 

Face à la souffrance, nos mots achoppent mais ils ne sont pas les seuls : souvent, c'est notre raison qui défaille. 

Pourquoi ?

Quel intellect normalement constitué pourrait donner une réponse qui soit et sonne juste à tous ces malheurs, à toutes ces souffrances ? Qui sait réellement parler au chevet d'un enfant entre la vie et la mort ? 

Certains prient, certains se taisent, certains lèvent un poing rageur vers le ciel : d'autres  encore font les trois. 

Cette détresse de l'homme qui souffre, Marion Muller-Colard en a fait l'expérience devant son enfant entre la vie et la mort d'une manière encore plus aigüe que celle qu'elle avait déjà côtoyée en tant qu'aumônier d'hôpital. 

Dans cette catabase jusqu'aux tripes d'elle-même, jusqu'au plus profond de son amour, elle s'est perdue...

Elle a pourtant écouté, elle a prié, elle a relu son expérience et, avec ses connaissances de théologienne protestante, elle a aussi relu le livre de Job. Alors, des échos dans sa vie se sont faits entendre et elle a pris la plume pour nous les écrire avec une légèreté qui ne perd jamais sa profondeur. 

Dans une méditation avec Job, elle-même et le Seigneur, elle nous fait passer de la plainte, à la menace jusqu'à la grâce. Oh, pas avec des simplifications, non, mais avec la simplicité de la vie et de la foi, tournée vers le don de la vie. Elle ne répond pas aux "pourquoi", elle les dépasse, faisant s'écrouler notre paradigme si bien ancré qu'on n'ose se l'avouer d'un système rétributif entre nos actes et ce qui nous arrive et nous ouvrant en douceur à la grâce et à l'accueil vivant que nous pouvons en faire. 

 

Je cite son épilogue - comme je pourrais citer tant de passages de son beau livre : 

 

"J'aimerais être cette femme de foi, enracinée dans la Parole première d'un Dieu qui me préfère à rien et m'invite avec lui à poser des limites au chaos. J'aimerais prendre le relais du Shaddaï dans mes errances intérieures, et savoir dire à mon amertume : ça suffit ! Rien n'est dû, tout est donné. Quoi qu'il arrive, réjouis-toi que le soleil, chaque matin, se lève sur le monde et nvite tous les désespérés à brandir avec lui une opposition inconditionnelle à la nuit." 

 

Voilà, cela s'appelle L'Autre Dieu, c'est écrit par Marion Muller-Colard aux éditions Labor et Fides, cela fait tout juste 112 pages et si vous voulez vous prendre un bon coup de foi qui vient ouvrir un coin de plus chez vous à la grâce, eh bien, lisez-le. Vraiment. 

 

lundi, août 31 2015

Le Christ venu nourrir ses pauvres

 

http://www.les-precurseurs.com/wp-content/uploads/2015/04/Multiplication-des-pains.jpg

 

C’était il y a une dizaine de jours, une simple messe de semaine.

 

C’était une simple messe de semaine : la Parole de Dieu, le Pain qui devient Corps, le Vin qui devient Sang. L’extraordinaire présent auquel on ne s’habitue jamais.

 

C’était une simple messe de semaine : l’assemblée avait plus qu’aux 9/10èmes les cheveux plus que blancs mais, pour une fois, elle n’était absolument pas clairsemée. Elle était assise, parfois dans des fauteuils roulants, parfois avachie… Et là, il y avait pourtant une telle dignité régnante que nous, les quelques valides, n’osions même pas nous mettre debout : cela aurait eu quelque chose de malvenu, de malséant.

 

C’était une simple messe de semaine où les silences côtoyaient les réactions marquées à l’Évangile – un peu fort, semblait-il, à leur goût ! -, où les prières d’intercession étaient hésitantes, parfois oublieuses de leur fin, où personne n’avait envie de rire à des réactions inconsidérées des uns ou des autres, où les réponses de la messe et le Notre Père étaient dits encore avec une certaine conviction, car sus vraiment « par cœur », appris en ce temps-là où leur mémoire fonctionnait encore aussi bien que leur cœur et que leur capacité d’aimer. Et cette dernière, elle ne s’oublie jamais.

 

C’était une simple messe de semaine dans un lieu spécialisé pour ces personnes… avant tout des personnes : oui, des prières hésitantes, avec des balbutiements, des incompréhensions, des oublis, des rappels d’un temps très passé ressortis on ne sait comment à ce moment-là, mystère de la mémoire. Des prières semblant comme un peu ratées mais pourtant tellement réussies, tellement justes…

 

C’était une simple messe de semaine qui m’a remué les entrailles. Peut-être parce que j’ai un membre proche de ma famille aussi atteint de cette terrible dégénérescence cérébrale, peut-être surtout parce que cette messe, c’était vraiment le Seigneur qui se faisait proche des pauvres, très concrètement, parce que cette messe, c’était le mystère de l’Eucharistie à l’état brut.

 

C’était une simple messe de semaine qui redisait si fort combien elle célébrait la Vie.

 

mardi, mars 3 2015

L'offrande du mendiant : à l'école de Sa pauvreté

http://i2.wp.com/www.prieraucoeurdumonde.net/wp-content/uploads/2014/12/ILEN-20141125-120856.jpg

Ai lu durant les vacances L'Offrande du mendiant : quelques pages, fioretti d'une "communauté nouvelle", la communauté de l'Agneau, rameau descendant du solide tronc des nombreuses fondations de saint Dominique. 

 

Un charisme, une intuition : retrouver et s'enraciner dans la pauvreté et la mendicité des origines. S'ensuivent de beaux récits, tous pleins de la grâce de Dieu qui aime tant à s'écrire en clins-Dieu, à l'aune de Sa Parole, souvent rappelée en épigraphe ou au gré des récits : car la Parole n'est pas ici simple illustration, elle est au contraire vécue, incarnée, dans ces différents récits. 

 

Et pour nous dans le monde "ordinaire", quel intérêt allez-vous me dire ? 

 

Je vous répondrais déjà que se souvenir de la grâce de DIeu agissant dans notre monde, c'est déjà une belle joie et un motif suffisant pour le lire. 

 

Mais sans doute pouvons-nous le lire à plus large vue. Ainsi, pour moi, aimant la marche au long cours, j'y ai redécouvert quelques belles réalités que j'ai pu vivre le long du chemin : notamment cette réalité si grandiose que Dieu pourvoit, que l'inquiétude est de trop, que la confiance seule est essentielle... 

Il ne s'agit pas de jouer au pauvre : il s'agit de savoir ne pas, ne plus être repus, d'apprendre à laisser de la place pour accueillir le don de Dieu chaque jour, "notre pain de ce jour"... En ce sens, c'est aussi un chemin de Carême, c'est aussi un chemin de vie pour chacun. 

 

vendredi, décembre 26 2014

Tendre Noël !

 

« Dieu qui nous regarde avec des yeux pleins d’affection, qui accepte notre misère, Dieu amoureux de notre petitesse. En cette sainte nuit, tandis que nous contemplons l’Enfant Jésus qui vient de naître et d’être déposé dans une mangeoire, nous sommes invités à réfléchir. Comment accueillons-nous la tendresse de Dieu ? Est-ce que je me laisse rejoindre par lui, est-ce que je me laisse embrasser, ou bien est-ce que je l’empêche de s’approcher ? ‘‘Mais je cherche le Seigneur’’ – pourrions-nous rétorquer. Toutefois, la chose la plus importante n’est pas de le chercher, mais plutôt de faire en sorte que ce soit lui qui me trouve et qui me caresse avec amour. Voici la question que nous pose l’Enfant par sa seule présence : est-ce que je permets à Dieu de m’aimer ? »

Pape François, homélie de la messe de la Nuit de Noël 2014

 

Comment accueillons-nous la tendresse de Dieu ?

… Très belle, très juste question… !

Quand on regarde des scènes de Nativité, des tableaux, des crèches, on est souvent pris de tendresse : c’est mignon, c’est beau et c’est pour le Christ qu’on ressent cette tendresse.

 

 

 

Mais comment accueillons-nous la tendresse de Dieu ? La question du pape me reste dans le cœur :

Quand je pense à tout ce qu’il y a à préparer avant Noël au lieu de me tourner vers l’immense don que Dieu nous fait,

Quand je me fais ma petite vision personnelle de Dieu, que je l’enferme dans mes limites,

Quand je pense à « moi » en y mettant plein de majuscules, emplie de mes préoccupations,

Quand je regarde les autres, leurs manières de faire ceci et cela en jugeant sans aimer…

… La liste est infinie :

Comment accueillir la tendresse de Dieu si mon cœur est plein de lui-même ?
Comment accueillir la tendresse de Dieu si je ne reconnais pas mon propre péché, ma propre fragilité ?

Comment accueillir la tendresse de Dieu si je ne laisse pas ma vie tout entière s’emplir de simplicité ?

 

Devant la fragilité de l’enfant de la crèche, les beaux propos ne peuvent que se taire, inutiles,

Les mensonges, les remparts bien bâtis pour protéger nos blessures, également : qu’en a à faire un nouveau-né ?

A genoux : non comme posture à se donner mais comme un appel à l’ouverture du cœur, à sa simplicité ;

A genoux : c’est se mettre à la hauteur du Nouveau Né et donc, si curieusement, accepter de se mettre à la hauteur d’un Dieu qui s’abaisse en s’abaissant devant Lui ;

A genoux : c’est, justement, laisser la possibilité de se laisser très tendrement toucher par la petite main de l’être tout fragile, qui vient juste pour te dire « je t’aime »,

Caresse de l’enfant qui ne sait encore que babiller.

 

A vous tous, chers lecteurs, un tendre Noël :

que la venue du Seigneur en notre chair illumine vos jours de Sa clarté !

 

mercredi, septembre 24 2014

Les aimer ? En vérité : une réalité ?

– Madame, est-ce que vous aimez la classe dont vous êtes professeur principal ? 

– Madame, est-ce que vous nous aimez ?" 

Les 6èmes, ces champions haut comme trois pommes du plan affectif à tout va... 

Ce n'est pas si facile en réalité. 

Certains répondent qu'ils ne sont pas là pour les aimer - c'est vrai, d'ailleurs - d'autres répondent "Ben oui" risquant par là même ce que j'appellerais le "chantage affectif à la choupitude" quand il faut les punir. Plus tard, il y aura forcément des "madame, vous n'm'aimez pas !!!" lors d'heures de retenue : comme si, aimer, c'était cela, c'était être injuste et tout passer ! 

Bien sûr, je leur ai répondu "oui, j'aime toutes mes classes" devant leurs yeux épatés. Parce que, même si je ne suis pas là avant tout pour cela, c'est vrai que je les aime mais cela me renvoie toujours à cette question : que veut dire aimer ? 

Je ne pense pas qu'ils en aient vraiment conscience : sans doute que moi non plus, d'ailleurs. Et en plus, il serait plus juste d'ajouter que je ne sais pas les aimer : je m'efforce de les aimer, j'ai le désir de les aimer. 

Et cela n'enlève pas l'envie qui te prend parfois de leur coller une baffe bien appliquée, 

Et que cela n'enlève pas cette affinité qui te pousse vers l'un et moins facilement vers l'autre ; 

Et que cela n'enlève pas que le 4ème ado "de base" apparaîtra toujours plus comme un relou face au gnome naïf de 6eme ; 

Et que parfois, tu seras tellement énervée d'un comportement, qui viendra en plus s'ajouter à une journée exténuante que tu auras du mal à te dire "mais lui, il est aussi aimé de Dieu !" et encore plus à le vivre ; 

Et qu'aimer pour un être humain, cela ne veut pas forcément dire "réussir à aimer". 

Aimer, ce n'est pas enlever le poids de ton humanité et de ses inhérentes opacités ; 

Aimer, c'est Lui demander de le faire pour nous quand on en devient incapable, et, surtout, de le faire par nous, à travers nous ; 

Peut-être qu'alors, et seulement une fois l'année passée, on pourra vraiment leur dire avec un certaine réalisme et une relative justesse : "oui je vous aime" en ajoutant en esprit "mais je galérais tellement que j'ai pris le joker Dieu vous aime." 

dimanche, septembre 14 2014

Ô croix sublime folie

 

 

Il y a ces croix réalistes, où le Christ est représenté souffrant,

Où l’on peut lire dans les ravins de Son visage l’horreur de la douleur insoutenable.

 

Il y a ces croix stylisées, où le Christ a déjà les bras levés, comme tendus vers la Résurrection,

Où l’on peut lire Sa gloire, l’à-venir, le triomphe sur la mort : la Vie.

 

Il y a ces croix où il n’y a rien que le bois, telle l’empreinte d’un corps,

Où l’on peut contempler, longuement, le « signe indélébile de Son Amour ».

 

 

Il y a toutes ces croix,

Et puis il y a nos croix…

Nos croix petites et grandes, celles du quotidien et les exceptionnelles,

Ces croix qu’on n’a pas à rechercher mais qui arrivent à chacun, à sa mesure ;

Ces croix qui nous font mal, qui sont rugueuses, blessantes et lourdes. 

 

Mais, toutes, Il les a déjà portées ; 

Mais en toutes, en regardant dans le même temps Sa croix, on sait qu’on a un compagnon, un frère ; un Dieu fait homme qui a aussi connu cela, ce qui le rend tout proche : on peut alors tout Lui dire, tout Lui confier car Il n’est pas un Dieu lointain et éthéré ; Il sait.

Alors toutes nos croix, on peut les mettre dans la perspective de la Sienne,

 

Dans Ta croix qui inscrit aussi un « plus », de Vie,

Dans Ta croix qui est croisement du monde et du ciel, pont que l’on a à laisser se réaliser en nous,

Dans Ta croix, nous recevons la vie, Ta vie ;  

Donne-nous, donne-moi, de savoir vivre ce mystère de la croix,

De nous y donner aussi avec et par Amour, comme on peut, même chancelant de souffrance, même tombant sous le poids de cette croix,

Parce qu’au-delà est l’horizon de la vie.

 

 

 

 

 

- page 1 de 2