Zabou the terrible

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Abyssus Deum invocat

 

Il est des jours où, soudain, nous percevons combien l’Évangile est fait pour être pris au sérieux,

Où nous distinguons la profondeur de ces mots qui engagent,

Où nous savons qu’il est impossible de le lire plus longtemps en restant en surface.

 

Il est des jours où, soudain, nous sommes pris de vertige face à l’exigence de l’Évangile, face à sa loi implacable : l’Amour ;

Où nous saisissons l’abime qui existe entre l’Évangile et nos actes,

Où nous nous sentons petits, moches, pécheurs.

 

Il est des jours où, soudain, sans que nous sachions pourquoi, l’Évangile fait entendre la puissance de Sa Parole et nous fait ressentir tout cela :

Clarté dans et sur nos ténèbres,

Inconfort de la vérité sur notre vie,

Taille de ce qui ne va pas : mauvaises herbes et surgeons inutiles.

 

Mais, alors même que la Parole burine le côté disgracieux,

Elle révèle, ranime et ravive à l’intérieur tout le gracieux :

D’une main tendue qui est là, du cœur patient qui toujours nous attend ;

Présence intime venant combler l’abime étendu de notre misère,

Appel à oser y avancer d’un pas ferme pour le combler,

Car tu n’y tomberas pas.

  

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.zabou-the-terrible.fr/trackback/1614

Fil des commentaires de ce billet