Zabou the terrible

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - vacances

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi, août 22 2016

Lectures estivales 2016 #2 : un franciscain chez les SS ou la force de la prière

http://www.editions-emmanuel.com/images/30/v_book_167.jpg

"Tous les Allemands ne sont pas nazis monsieur !" 

Ce n'est effectivement pas le cas du P. Géréon Goldmann alors même qu'il fut SS puis versé à la Wehrmacht et enfin prisonnier de guerre tout en étant et demeurant franciscain ! Un itinéraire incroyable, qui le mène à noyauter le système nazi au cœur même de celui-ci, en restant fidèle aussi bien à l'obéissance que surtout à sa foi profonde qui ne cesse de l'animer : il sera même ordonné prêtre dans un camp de prisonniers ! 

On pourrait louer l'excellent témoignage que constitue ce livre et ce serait déjà très bien mais j'aimerais aller au-delà : ce récit, en effet, narre finalement l'incroyable force de la prière et de la confiance en Dieu. Car, si le père Géréon a réalisé une œuvre formidable, tant pendant la guerre qu'ensuite comme missionnaire au Japon, il sait qu'elle est le fruit de la prière de tant de personnes pour lui-même et son apostolat. Puissance formidable de la prière au creux même des plus grandes détresses, ce qui donne vraiment à dire, mystérieusement, que "tout concourt au bien de ceux qui aiment Dieu" (Rom. 8, 28). Peu de choses sont humainement logiques dans sa vie mais il est certain que Dieu y est bien là ! 

Je cite la postface : "Je suis aujourd'hui un vieil homme malade. Mais ma conviction demeure plus ferme que jamais : tous les événements de nos vies sont sous la Providence bienveillante et souvent incompréhensible d'un Amour éternel. Joie et souffrance, succès et échec, maladies et infortunes de toutes sortes, tout concourt au bien, et même à ce qu'il y a de meilleur pour nous, pourvu que nous gardions en nous l'assurance que Dieu nous voit, qu'il nous entend et qu'il nous aime, pourvu que nous nous tournions vers Lui. La prière et la sainte Eucharistie : voilà le pont qui nous relie à Lui." 

Un livre décapant de confiance... pour toujours plus se tourner vers Celui qui réalise des miracles d'humanité au cœur des plus grandes détresses et pour se laisser être Son instrument, comme Il le désire. 

mardi, juillet 12 2016

Lectures estivales 2016 #1 : de la joie d'être au monde

Début de vacances et deux lectures légères... Elles pourraient sembler assez aux antipodes : il est d'une part question d'un roman inspiré d'un saint, d'autre part d'un ouvrage écrit par une dessinatrice à Charlie Hebdo après l'inqualifiable massacre de janvier 2015. Et pourtant, pourtant, mon esprit ne peut les dissocier : chacun, à leur manière, ils parlent du bonheur d'être, de cette incroyable joie d'être au monde. Un personnage la reçoit de Dieu tout en ne cessant jamais de la chercher, l'autre la recherche pour se reconstruire. 

 

  • Julien DELMAIRE, Frère des astres, éd. Grasset, 2016, 234 p. 

http://www.laprocure.com/cache/couvertures_mini/9782246855842.jpg

Ceux qui me connaissent et avec qui nous avons déjà eu de drôles de conversations sur les saints, savent qu'un de mes saints préférés est cet étrange vagabond français du XVIIIème s., saint patron des pèlerins, autrement dit saint Benoît-Joseph Labre, ce "vagabond de Dieu". 

Inqualifiable de manière précise, j'ai aimé me rendre sur la Via Francigena dans sa maison natale d'Amettes, un très beau lieu silencieux empli de prière... et sur sa tombe en pèlerinage à Rome. J'aime cet homme si différent et si amoureux de Dieu qu'il ne peut s'empêcher de le chercher partout, quand bien même il se fait rejeter par les hommes. Il est tout pauvre, tout simple... et il est tout saint, tout plein d'adhésion à la volonté divine. Enfin, je pourrais vous en parler longuement mais ce n'est pas là le sujet. 

Frère des astres, c'est surtout une adaptation romancée de son histoire. Non pas comme la BD Quelques écorces d'orange amère une hagiographie qui lui serait consacrée mais bien une adaptation de notre cher Benoît-Joseph dans le monde actuel. Toujours aussi vagabond, toujours aussi inadapté à la société, toujours si amoureux de Dieu... Ce livre n'est peut-être pas immédiatement spirituel - d'ailleurs, je ne sais même pas si Julien Delmaire, son auteur, est croyant - mais il est hymne à la vie. Ce Benoît-là n'est pas celui du XVIIIème s. et pourtant il en a l'étoffe : celle d'un homme de Dieu, naïf, comme enchanté par Dieu dans un monde désenchanté où il aspire et respire pourtant le bonheur... Et l'auteur laisse transparaître ici ou là dans ce curieux récit de voyage quelques fulgurances spirituelles qui étincellent ce beau récit, pourtant sans aucune gloire. 

C'est du tout simple mais c'est du tout bon... Courez-y ! 

 

  • Catherine MEURISSE, La Légèreté, éd. Dargaud.  

https://static.mmzstatic.com/wp-content/uploads/2016/05/la-legerete-catherine-meurisse-e1462290047498.jpg

Catherine Meurisse a échappé à la fusillade du journal Charlie Hebdo : c'est une rescapée, grâce à un retard ce jour-là. BD coup de gueule ? BD récit de Douleur ? Ce qui transparaît ici, ce n'est pas le voyeurisme d'un journal intime, c'est la douloureuse reconstruction à l'amour de la vie face à un drame dont personne ne saurait jauger la portée. C'est pudique et très juste de ton. 

Ses clés ? L'art... puis l'amour... puis la vie... En quelque sorte. C'est une B.D. à la saveur rêche, amère, dont on sort un peu tourneboulé par la souffrance qu'on y sent, mais, là aussi, avec un grand désir d'aimer la vie. 

Je cite la 4ème de couverture pour vous en donner une idée : 

- Moi, ce qui m'a soudain paru le plus précieux, après le 7 janvier, c'est l'amitié et la culture. 
- Moi, c'est la beauté. 
- C'est pareil. 

 

lundi, août 24 2015

Lectures estivales 2015 #3 de la grammaire et des sourires

 

J.-P. Minaudier, Poésie du gérondif

http://media.paperblog.fr/i/727/7271132/poesie-gerondif-jean-pierre-minaudier-T-phK9PN.jpeg

On se demande vraiment de quoi il s'agit quand on ouvre ce livre... Déstabilisés, perdus, même quand, comme moi, on apprécie la grammaire un peu comme un vice secret qu'on n'ose pas trop avouer et qui vous prend quand, le soir venu, vous aimez aller compulser de vieux ouvrages pour chercher si telle tournure est admissible en français et pourquoi. 

Et puis, la première surprise passée, on goûte le charme curieux de cet ouvrage qui navigue "à sauts et à gambade" à travers la grammaire, comme si elle était un vaste continent qu'on n'avait jamais fini de découvrir aux détours charmants et charmeurs. Citons l'auteur : "bref, je voudrais montrer qu'en prenant la grammaire par un autre bout, on peut en faire un jeu et une passion, sans forcément être soi-même être linguiste : tout un chacun peut avoir accès à ce trésor, à ce plaisir [...]. Je soutiendrai que si on l'aborde comme une ouverture sur le monde et non comme une tyrannie, la grammaire devient invitation à la rêverie et à la rencontre de l'autre, elle ouvre des portes sur l'inépuisable variété de l'esprit humain." 

 

Paroles joyeuses de Jean-Paul II

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41RZDSCRN5L._SX255_BO1,204,203,200_.jpg

Des fioretti pour mieux connaître de l'intérieur saint Jean-Paul II : c'est toujours plaisant et souvent profond ! 

Une parole qui me plaît bien sur le "tourisme pastoral" de Karol Wojtyla parce qu'elle parle d'une attitude générale qui concerne aussi chaque chrétien pour vivre partout, avec : "Le devoir d'un prêtre est de vivre avec les gens, partout, où qu'ils soient, être avec eux dans tout, mis à part le péché. [...] Durant lees randonnées, on parle... Ce ne sont pas forcément des discussions qu'on pourrait appeler élémentaires. Il s'agit de savoir parler de tout, des films, des livres, du travail, des recherches scientifiques, du jazz... Souvent, durant ces années-là, je me demandais si j'avais le droit d'effectuer ce genre de tourisme pastoral et si je ne me détournais pas ainsi de ma mission réelle. Cependant, après de longues réflexions, des jours d'interrogation et de prières, j'arrivais toujours à la conclusion que je pouvais, et même devais le faire, car il s'agissait bien, malgré les apparences de mon rôle d'évêque." 

 

jeudi, août 6 2015

Comme des frères

https://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/hphotos-xpf1/v/t1.0-9/11057326_696319380501288_505516000219517035_n.jpg?oh=344c2d495cf6405252c205bfefe92b5b&oe=56816A7A

Courant juillet, j'ai expérimenté la marche en groupe lors de six jours avec les jeunes adultes de mon diocèse sur le chemin d'Assise. Nouveauté pour moi que cette marche en groupe : j'ai déjà marché parfois avec des amis et je marche le plus souvent seule. 

C'est... différent, ne serait-ce que parce que, contrairement aux amis, on ne se choisit pas : on se rencontre ; ne serait-ce aussi que parce qu'il y a la vie en communauté avec ses joies et ses concessions évidentes. Mais, plus que tout cela qui s'expérimente n'importe où ailleurs, j'ai découvert lors de cette marche quelque chose de l'ordre d'une école de fraternité. 

Fraternité : ce mot si galvaudé à force de sonner dans notre devise républicaine comme  le troisième terme un peu oublié, comme quelque chose de passé, voire de dépassé, sans force et sans âme alors que ce mot est tout sauf insipide. 

Partir avec des chrétiens, c'est se rappeler que nous sommes enfants d'un même Père. Cela se vit avant tout dans la prière, partagée, et non dite chacun dans son coin, ce qui est souvent le cas quand on part en solitaire - bien qu'on cherche souvent à s'agréger à la prière de telle ou telle communauté au passage, évidemment. 

Et c'est dans cette prière que renaît ce ferment profond d'une même filialité, où se puise cette fraternité vraie. Elle en découle, profondément et, au cours de cette marche, nous avons pu la goûter. Valeur indépassable de la prière commune ! 

Alors quand, au retour, on commence à lire l'encyclique Laudato si et que l'on voit l'analyse du pape François sur le fameux cantique des créatures comme un appel à sortir de toute forme de domination pour entrer dans un rapport de fraternité, y compris avec la nature dans laquelle on a marché, justement... 

.... On se rappelle alors que l'auteur de ce cantique des créatures est un certain saint François d'Assise, on sourit en pensant qu'on a marché avec ces frères-là sur le chemin... d'Assise ! Coïncidence, vraiment ? ;) 

 

lundi, août 3 2015

Vacance(s) et présence

 

http://img11.hostingpics.net/pics/762498DSC2189.jpg

 

C’est drôle, ce besoin de s’éloigner pour se recentrer,

Ce besoin de marcher pour mieux s’arrêter sur le quotidien,

Ce besoin de s’élever pour mieux contempler,

Ce besoin de changer de rythme pour reprendre une juste cadence,

Ce besoin d’être seul(e) pour mieux rencontrer,

Ce besoin de rencontrer, pour savoir être seul(e),

Ce besoin de se taire pour mieux écouter et mieux parler.

 

C’est drôle, toutes ces recherches et tous ces constats presque contradictoires tendus vers Toi, Seigneur,

Alors même que Toi, Lumière, où qu’on soit, Tu es toujours là.

 

dimanche, août 2 2015

Lectures estivales 2015 #2

 

Une petite sélection B.D. pour continuer l’été.

 

Riad Sattouf, L’Arabe du futur 2 (1984-1985)

 

http://p0.storage.canalblog.com/01/10/849913/105107491.jpg

 

La suite du premier volume et toujours la même verve. Riad Sattouf raconte, comme l’indique le sous-titre, une jeunesse, sa jeunesse, au Moyen Orient, en Syrie, et c’est malheureusement terrifiant. Les rêves fabuleux de son père – mais celui-ci y croit-il vraiment ? - sont sans suite, les conditions de vie désastreuses, le système entièrement pourri et, peut-être le pire pour la prof que je suis, l’ « éducation » calamiteuse, pour ne pas parler de formatage complet à la gloire du régime. On aimerait hurler, on aimerait croire que tout cela est faux mais le caractère autobiographique de cette œuvre nous fait surtout réaliser, malgré sa subjectivité, qu’il s’agit là d’un documentaire précieux, qui plus est bien construit et plutôt souriant. A lire sans hésitation.

 

http://www.mouv.fr/sites/default/files/2015/06/12/202546/arabe%20ext%202.jpg

 

 

Tiphaine Rivière, Carnets de thèse

 

http://www.seuil.com/images/video/116-g.jpg

 

L’aventure de la thèse dans le domaine des humanités et de la recherche en général croquée en autant de personnalités emblématiques et de galères existentielles… c’est bon ! On sourit plus souvent qu’à son tour, même si ce roman graphique pose en arrière-plan une question qui a pu déjà étreindre chaque personne ayant un peu touché du doigt la recherche en ces domaines : quid de la juste distance avec notre sujet de recherche pour maintenir une relation équilibrée avec le monde et avec les autres ?

 

samedi, février 21 2015

Lumière intérieure

 

https://fbcdn-sphotos-b-a.akamaihd.net/hphotos-ak-xpa1/v/t1.0-9/1477956_10152120255736133_1923493129_n.jpg?oh=3fbd04a84b6fd88c693b19bd3bdec21b&oe=5596E39A&__gda__=1434586181_00fc9986c29639664af3a7bafcdced7f

Et, l’espace de deux jours, retrouver cette fameuse abbaye, ce fameux petit oratoire de l'hôtellerie, cette fameuse communauté…

Se retrouver comme chez soi : coutumes et visages si connus, silence si apprécié ! 

Douceur de l’air et esprit se perdant dans les voûtes romanes avant de revenir se concentrer sur l’essentiel.

 

J’avais oublié qu’en Carême, après la messe comme après les Vêpres, il y a un temps de silence, un grand temps de silence dans la crypte, autour des reliques de saint Benoît.

Silence… Prière…

Rien à voir, rien à entendre.

Juste laisser l’âme s’ouvrir, s’exposer un peu plus à la Parole de Dieu.

 

C’est le but de toute retraite,

C’est le but de tout carême.

Ouvrir, chaque jour un peu plus, notre être à la Rencontre du Seigneur.

 

jeudi, août 21 2014

Lire l’été ? Quelle drôle d’idée ?

 

Dans le silence profond de la campagne où même le chant des oiseaux se fait murmure atténué,

Il y ce livre, et puis moi qui le tiens,

Des heures durant, solitude de la lecture.

Il y a la lecture sur papier, profonde, d’un ouvrage, généralement d’un bout à l’autre, parfois de tel ou tel papier transmis ou d’Écriture ; 

Il y a la lecture numérique, souvent plus légère, parfois plus profonde, de tel ou tel article que l’on n’a pas le temps de lire en temps ordinaire.

 

Temps de l’été, propice à cette activité de l’esprit,

Lecture qui nécessite le silence, ce silence profond,

Comme celui d’une bulle où se place le lecteur :

Non pour buller mais pour écouter, pour regarder, pour sentir,

Pour vibrer, pour goûter, pour s’instruire, pour ruminer ;

Pour savourer.

 

Lire, cueillir, se recueillir :

Il y a comme des racines communes,

Car il est question de butiner, de glaner,

De sélectionner pour prendre ce qui est bon,

Il est question de concentration pour recueillir le suc ;

Celui-là même qui nourrit en chemin.

 

Lire, cueillir, se recueillir,

Les trois activités s’exercent dans le silence,

Comme le silence des germinations même en dehors de la saison,

Quand le soleil commence à prendre sa teinte de rentrée,

Il y est question de reprendre souffle,

Il y est question de mieux capter Son Souffle,

Pour, substantiellement nourri, être mieux envoyé(e), vivant de Lui.

 

 

 

 

(Un peu comme ce panda la bulle du lecteur… mais pas avec les mêmes effets dans la vie !)

  

Lecture estivale #5 : et Madeleine, bien sûr

 

Je la cite ici ou là sur mon blogue ou sur les réseaux sociaux mais j’aime surtout la lire : je parle de Madeleine Delbrêl (1904-1964) dont le procès de béatification est en cours. Elle est pour moi une grande figure « inspirante », d’une actualité détonnante et pertinente.

 

Forcément, je ne pouvais qu’aller lire Madeleine Delbrêl, poète, assistante sociale et mystique, cette nouvelle biographie faite par les pères Gilles François et Bernard Pitaud, bien nécessaire après la première écrite par Christine de Boismarmin, une des équipières de Madeleine certes, mais rédigée voici trente ans.

 

Littéraire de formation et de goût, je ne suis pas une grande lectrice de biographies : j’ai tendance à préférer me plonger dans les écrits mêmes de la personne. C’est a fortiori le cas pour Madeleine à la plume si agile (ça pourrait être son épithète homérique !) : ses écrits et ses poèmes sont forts, denses et profonds. Je n’ai que 3 volumes de ses Œuvres complètes toujours en cours de publication mais je vais souvent piocher dedans tant Madeleine a une vision profondément christocentrique de la vie. Et ça, c’est essentiel pour nous chrétiens : tant pour comprendre sa vie et son œuvre que pour nous en inspirer. Rien n’a de sens dans la vie de Madeleine sans le Christ et sans l’Évangile : cela ne devrait-il pas être le cas pour chaque chrétien ?

 

Toutefois, même si je ne peux donc cacher ma préférence pour ses propres écrits, cette biographie a l’immense mérite de me faire découvrir toute une période de notre histoire ecclésiale que je connais assez mal : les années 1930/40/50 en particulier. Avec la fameuse « crise » des prêtres ouvriers et, en même temps, l’immense désir missionnaire qui animait une partie de la France – l’a-t-on encore ? –, le marxisme omniprésent et le concile de Vatican ii en préparation : cela permet de mieux comprendre le monde dans lequel Madeleine a évolué, ainsi que sa pensée. Du coup, on conçoit mieux les différences mais aussi les points de convergence que la vie de Madeleine peut avoir avec notre propre monde et ce qui l’anime présentement. Personnellement, je reste marquée, comme toujours, par sa présence chrétienne réelle au sein d’une mairie marxiste : belle voie à suivre quand on est professeur dans l’enseignement public et dans un pays touché par ce qu’on nomme à grands cris la « sécularisation » ?

 


 

P.S. : il y aura un colloque pour le cinquantenaire de sa mort à la Catho de Paris en octobre. Plus d’infos par là >>

 

mercredi, août 20 2014

Lectures estivales #4 : sur les fins ?

 

Au gré de l’été, deux autres romans que j’ai littéralement dévorés.

 

Émile Ajar / Romain Gary, L’Angoisse du roi Salomon

 

C’est la même grossièreté apparente, c’est la même tendresse omniprésente que dans La Vie devant soi : le même altruisme, la même sensibilité à fleur de peau, le même amour de l’humanité qui  n’ose se dire que caché sous des mots dépravés. Cette fois, ce n’est pas dans le monde de la prostitution : c’est sur la vieillesse et, par là même, tout simplement sur la vie.

 

            C’est trop peu de dire que j’aime car on sourit plus qu’un peu, ne serait-ce que sur le grandiose passage sur la Connerie : 

 

« Moi, quand je suis en présence d'un con, d'un vrai, c'est l'émotion et le respect parce qu'enfin on tient l'explication et on sait pourquoi. Chuck dit que si je suis tellement ému devant la Connerie, c'est parce que je suis saisi par le sentiment révérenciel de sacré et d'infini. Il dit que je suis étreint par le sentiment d'éternité et il m'a même cité un vers de Victor Hugo, oui, je viens dans ce temple adorer l'Eternel. Chuck dit qu'il n'y a pas une seule thèse sur la Connerie à la Sorbonne et que cela explique le déclin de la pensée en Occident. »

qui pourrait paraître si grossier, si contre l’humanité. Mais, en réalité, souvent, le cœur nous étreint tant l’Amour paraît souvent sous l’amour dont on découvre les fils au long du livre. De la découverte de SOS bénévoles aux histoires sordides se cache ce regard si spécial signé « Ajar » qui nous donne envie de le porter à notre tour sur l’humanité… peut-être tout de même en moins désabusé.

 

 

Giuseppe Tomasi di Lampedusa, Le Guépard

 

 

 

Mis au programme de l’agrégation 2015 dans la question de littérature comparée intitulée « romans de la fin d’un monde », c’en serait un excellent résumé.

 

Le pitch en quelques mots : la Sicile, la chaleur, la révolution, la noblesse dégradée, la bourgeoisie gagnant en puissance, l’impuissance d’un « guépard » pourtant lucide. C’est du tout bon, malgré une première partie moins originale : à lire !

 

 

vendredi, août 8 2014

Lectures estivales #3 – un poil de Malraux et un brin de Yourcenar


Mais pourquoi donc associer ces deux livres dans ma suite de lectures estivales ?

 

Réponse 1 : Ce sont deux romans très célèbres du xxe siècle : vrai. Néanmoins, entre l’un publié en 1930 et l’autre en 1951, il semble délicat d’y voir un lien direct.

Réponse 2 : les noms des deux auteurs contiennent des lettres qui valent cher au Scrabble… si toutefois les noms propres y étaient admis !

Réponse 3 : Je les ai depuis longtemps (l’un me fut offert !), je les ai commencés tous les deux et, interrompue dans ma lecture, je ne m’y suis jamais remise. Il était donc temps de s’y mettre pour de bon et l’un se trouvant au-dessus de l’autre, l’occasion a fait le reste. Vrai aussi. 

 

… mais en réalité, la lecture successive des deux m’a fait apparaître un lien sans doute plus profond. Enfin, commençons ces quelques mots.

 

Lire la suite...

lundi, août 4 2014

L'oraison en voyage

Des routes prévues aux séjours impromptus pour cause de gros changement de programme, 

Changement qui a nom, soyons clairs, cause de guerre, 

Je ne fus ni beaucoup chez moi, ni surtout, à forcer de partager à plusieurs mes lieux de couchage, seule devant ce petit lieu si délimité, 

Ce tout petit coin d'appartement, 

Chez moi — ou un endroit quelconque ailleurs  — mais surtout au calme. 

Oraison... 

Temps avec Toi qui nécessite autant le silence, 

Oh, certes, Tu es toujours avec moi, 

Et je peux, et il est bon, de me dire souvent que Tu es là, 

Et je peux Te bredouiller comme cela quelques mots dans le brouhaha, 

Oh, certes, elle a du prix à Tes yeux cette oraison toute de pauvreté, 

Mais pourrait-on s'en contenter ? 

Mais pourrait-on s'y cantonner ? 

Qu'est-ce qu'un Amour qui ne prend le temps de s'épanouir ? 

Qu'est-ce qu'une prière pour la paix si elle ne prend source et but dans l'Amour ? 

Se poser, se reposer, se retrouver mais surtout Te retrouver, 

T'y chercher et T'y trouver, 

Au plus profond du cœur où, avec Toi, il n'y a jamais vacance, 

Dans ces jours, Il y a l'oraison au gré du temps, 

Et puis il y a ce temps, si unique, de l'oraison, 

Ce n'est pas un voyage de plus ou un voyage autour de ma chambre, 

C'est une plongée plus intérieure qui donne sens, qui donne vie. 

lundi, août 26 2013

Pour que nos vacances soient payantes sur le long terme



Ne rien faire mais ouvrir grand les narines, les yeux, les oreilles 

Faire silence ou discuter, 

Rire aux éclats, simplement sourire ou être profondément émus, 

Ne rien faire et contempler, 

Selon nos talents écrire, dessiner ou photographier, 

S'assoir, jouer ou partager un simple moment avec des gens aimés, 

Prier, dire et vivre des "je T'aime", louer. 


Marcher au gré du vent et des envies, 

Accepter de ne plus vivre dans l'immédiateté, 

Aspirer la vie par tous les pores de notre peau 

Au détour de ces pas gratuits qui nous mènent sans but visible, 

Dans une attitude simple de disponibilité. 


Vacances, temps de flânerie ; 

Vacances, temps de la contemplation. 

Vacances, temps privilégié de la gratuité. 


Gratuité de l'instant à rapporter, si légère, dans nos bagages, 

Parce que c'est le temps de la respiration, souffle de vie, 

Parce que c'est le temps où l'on réapprend doucement à s'émerveiller, 

Parce qu'il faut bien ces temps de silence pour réentendre doucement, au fond de nos oreilles et de nos coeurs trop occupés, le Seigneur nous murmurer combien Il nous aime. 


samedi, mars 9 2013

Au cœur des limbes


 

Qui dit vacances dit attraper l’un ou l’autre de ma très haute pile, certes à moitié effondrée donc plus large que haute, de « livres pas encore lus » et me plonger dedans.

 

C’est ainsi que j’ai goûté Une saison dans les limbes de Robert Scholtus : petit livre troublant en ce qu’il parle de ces zones frontières, de ces zones floues, qui semblent bien souvent régner en notre vie quotidienne.

 

Comme souvent avec lui, on a l’impression qu’il part en un sens – ici, la si facile et non moins fréquente dénonciation de la modernité – pour s’apercevoir qu’il en extrait finalement des paradoxes, qu’il cherche à montrer la complexité d’un sujet insaisissable qui est celui de notre vie…

 

Cela en fait un livre tout particulier, ardu et poétique à la fois, éveilleur de réflexions, de pensées, de méditations. Comme un appel à la vie, à nous ramener plus à notre condition de vivant, à nous sortir de notre éventuel contentement « limbal » qui nous guette chaque jour.

 

Car, au cœur de ce livre, on trouve cette page, qui s’inscrit comme une bonne bourrasque de vent reçue sur le visage, en ce qu’elle a d’instantané, de fort et de vivifiant :

 

« La vie, vivace et folle, qui s’improvise comme un air de jazz, la vie sautillante et inattendue, la vie au risque de la blessure, au prix de l’abandon, la vie ouverte à l’inconnu, offerte à la rencontre, la vie embarquée en haute mer, affrontée à tous les dangers, promise au déroutement et à l’extravagance de l’amour, voilà ce qu’ils redoutent. »

 

in R. Scholtus, Une saison dans les limbes, éd. Bayard, p. 81

 

samedi, mars 2 2013

De la catholicité viscérale en vacance(s)

 

 

 

En 2005, j’étais tout entière à ma tristesse de perdre celui que je considérais comme un véritable homme de Dieu. Quand j’ai appris son décès, il me semble que j’ai ensuite pleuré, et beaucoup, en regardant les reportages qui se succédaient à la télé.

 

Dans la pensée, dans la prière pour le bienheureux Jean-Paul II, je n’avais pas réellement prêté attention à la période de vacance pontificale. Si ce n’est pour m’intéresser aux cardinaux électeurs.

 

La décision de Benoît XVI – qui, sans me coûter des torrents de larmes, me fit un petit gros pincement au cœur mercredi et jeudi lors de ses dernières apparitions publiques et je crois bien une petite larme d’émotion du coin de l’œil – a permis de nous préparer à une vacance plus organisée, moins impromptue.

 

Mais une vacance, mais une béance quand même, qui s’entend à la messe quand on entend uniquement le prénom de son évêque et non plus celui du pape.

 

Cela fait 24h que les catholiques n’ont plus de pape et je crois bien que je ne me suis jamais sentie si catholique.

 

Oh bien sûr, en temps normal je pourrais vous donner 10 000 bonnes raisons d’être catholique : mais ce serait les miennes, elles seraient en deçà de la réalité et ce ne serait sans doute pas celles que Dieu souhaite pour vous puisque l’essentiel réside dans ce lien intime et vivant que chacun entretenons avec Lui.

 

Mais là, il ne s’agit pas de discussions, il s’agit d’un constat et même d’un constat viscéral : c’est une des forces de l’Église catholique que d’avoir un pape pour l’aider à s’orienter vers le Christ. Il ne se substitue pas à Lui, bien sûr, comme il n’est pas maître des inspirations et des charismes que l’Esprit Saint dépose au cœur de la vie de chacun mais il est là pour nous aider, par ses prises de parole et par sa prière, à rendre toujours plus vrai notre attachement au Christ en Église, c’est-à-dire en communauté.

 

Ce n’est pas « moi seul(e) », c’est « mes frères avec moi » : le ministère pétrinien est un service pour guider la communion d’une immense communauté de plus d’un milliard de personnes, recouvrant des réalités extrêmement différentes, vraie pierre qui doit être solide, sur laquelle se bâtit cette Église diverse mais devant être une.

 

Catholique donc dans cette vacance, viscéralement catholique, unie par la prière avec mes frères pour que les cardinaux discernent celui dont l’Église a besoin dans les années qui viennent ; priant déjà pour celui qui, parmi eux, recevra la lourde tâche de nautonier dans « la barque du Seigneur »

 

samedi, août 25 2012

Lequel est le plus grand/gros ?


Rome, ce lieu où se côtoient allègrement kitsch et beauté, luxe, calme et volupté légende et réalité, foi des grands témoins et reliques peu avérées.

 

Rome, cette ville qu’il faut parcourir bible à la main, ou plus particulièrement actes des apôtres ouverts, si l’on souhaite mieux comprendre la Rome chrétienne qui ensemença la Parole sur 7 collines et la diffuse encore jusqu’à ce jour au monde entier par nous tous, ses « émanations ».

 

Lire la suite...

jeudi, août 16 2012

"Il" est partout !


... Surtout là où on L'attend le moins ??? 

J'espère tout de même que la construction est sur le roc ;-) 

samedi, août 11 2012

Du canoë kayak, de la profondeur de l’eau et d’autres considérations estivales au gré du courant


 

Il y a quelques jours, j’ai fait pour la première fois de ma vie du canoë-kayak : l’occasion de s’amuser avec des amis, de rire aux éclats dans la splendeur de la nature tout en se musclant défoulant un peu dans l’eau…

 

Il faut dire que la Drôme, en ces temps estivaux, est quelque peu asséchée : par endroits, la profondeur n’est que de quelques centimètres et les kayakistes amateurs doivent pousser leur embarcation orteils dans l’eau pour qu’elle daigne avancer ; et, le plus souvent, continuer à le faire sur plusieurs mètres.

 

Fait marquant qui inspira cette phrase de philosophie profonde à un mien ami quand la situation devint meilleure : « ça avance quand même mieux quand on est en eaux profondes ».

 

Sur le moment, cette phrase était d’une évidence crasse (et c’est peu de le dire !) Mais en moi, indécrottable catholique, elle fit aussi écho au fameux « avance au large / en eaux profondes » du Christ en saint Luc.

 

A cet âge où tous dans notre bande d’amis, nous posons des choix et des actes décisifs pour notre existence entière, chacun à sa manière et dans des domaines très différents, la phrase résonne profondément.

 

Et il serait alors facile de faire du canoë l’image (trop) simpliste de notre vie (avec le Christ) : du lancement indécis dans l’eau ; des rapides comme autant d’accélérations dangereuses ; des rochers comme toutes ces galères le long de notre chemin ; des ennuis profonds quand il ne se passe rien, qu’on a l’impression de faire du sur place alors qu’on rame comme un malade… Ca marche, c’est même plutôt vrai mais c’est caricatural.

 

Car, en fait, dans tout cela, ce qui importe c’est que ça avance mieux quand on ose aller en eaux profondes, là où tu n’as plus vraiment pieds, là où c’est instable mais où tu es vraiment dans ton élément, ce pour quoi tu as été créé… c’est-à-dire, pour l’homme et non plus pour le canoë, quand on pose des choix pleinement, qui nous engagent à fond dans ce courant rapide : les chocs pris sur les rochers font alors plus mal, on peut même craindre de se trouver complètement retourné mais que de sensations ! Là aussi l’ennui au milieu de la rivière peut certes guetter mais il n’y a plus la solution facile de rejoindre le rivage : il faut oser continuer, jusqu’au bout du parcours. Quelle vie que celui qui ne craint pas l’eau profonde et y découvre à chaque embranchement, à chaque choix, un peu plus une eau vive !

 

Le canoë se fait donc plutôt invitation à l’aventure, à la vie, la vraie – qui va bien au-delà d’un slogan.

 

J’aime croire que l’Esprit est Celui qui nous pousse vers ces profondeurs insoupçonnées, où l’on avance pour de vrai : dans les risques ou le calme trompeur mais toujours à plein vent, qu’il se fasse violente bourrasque ou presque imperceptible brise légère.

 

Voilà. C’est beau l’été quand même.

 

mardi, juillet 31 2012

D’une plume (d’oiseau), une nouvelle épître à Diognète ?

 

Les vacances sont propices aux lectures différentes. Et l’esprit rêveur a tendance à constituer des liens étranges avec des lectures déjà connues et la pensée comme l’âme en font alors leur miel : je n’ai pu m’empêcher de trouver, à peine grimé dans ce texte de Chamoiseau, le peuple de Dieu dans la légèreté d’un colibri. La faute à l’épître à Diognète, sans doute.

 

Oui je sais, ce n est pas un colibri mais une cigogne : c est presque pareil, non ;-) 

 

« Ces inconsistances dépensaient l’énergie d’un volcan pour une existence qui ne changeait rien à l’ordre du monde et qui se maintenait ainsi : totalement dérisoire, tout à fait inutile, et dans une intensité vaine…

 

Un autre phénomène me sidérait : elles étaient faites de scintillements. Ce qui couvrait leur corps microscopique était une complexité de structures qui captaient les luminosités pour les diffracter dans les des irisations. Ce sortilège transformait leur dérisoire volume en … Hinnk…. Une splendeur absurde qui parcourait en mille instantanés tout le spectre concevable de l’ombre et de la lumière. […]

 

Son intensité et sa fréquence étaient insolites mais, plus que tout, c’était sa manière d’être toujours à contretemps qui aiguisait mon attention. Son vol disséminait une onde, claudicante mais vibratile à l’infini au cœur de tout ce qui existait. Et, par ce vibratile, tout ce qui existait au fond de mon esprit s’éveillait, se troublait, commençait à changer… »

 

in Patrick Chamoiseau, Les Neuf Consciences du Malfini

 

vendredi, juillet 27 2012

Pour se tourner vers Lui

 

 

Le pèlerinage ? Un champnt de tournesols-Dieu

 

- page 1 de 3