Zabou the terrible

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi, août 19 2019

Un feu qui brûle, une eau qui lave, un feu et un baptême qui réunissent

 

 

 

C’était l’épisode de la mini-série « Sacristie » de la semaine dernière mais j’y ai pensé ce matin tant il pouvait bien correspondre à l’évangile de ce dimanche qui parlait de « divisions » et, en même temps… ne parlait-il pas d’union, comme dans cet épisode également ? 

 

En effet, Jésus y disait aussi « Je suis venu apporter un feu sur la terre, et comme je voudrais qu’il soit déjà allumé ! Je dois recevoir un baptême, et quelle angoisse est la mienne jusqu’à ce qu’il soit accompli ! » On sait où ont puisé les inoubliables paroliers de la chanson française Charly et Lulu pour leur puissante chanson : « Le feu ça brûle et l’eau ça mouille ». 

 

Car le feu brûle, le feu purifie ;

Car l’eau vive polit, l’eau nettoie. 

C’est au feu qu’on vérifie l’or dit l’épître de saint Pierre ; 

C’est dans l’eau qu’on lave les plus belles choses pour qu’elles rayonnent. 

 

            Si le feu blesse dans un premier temps, une fois qu’il a pris, il se répand comme naturellement : cela n'est-il pas la même chose quand il enflamme un coeur, puis d'autres, de proche en proche ? 

          C’est autour d’un feu qu’on aime se retrouver amicalement alors quelle possibilité de communion si les cœurs brûlent de Lui ! 

          C’est autour de l’eau qu’on vient s’abreuver, qu’on vient même parler mariage dans la Bible si souvent, alors quelle possibilité de communion si nous savons vivre de l’eau vive de notre baptême ! 

          C’est aussi dans la redécouverte de nos fragilités respectives, comme dans cette vidéo, qu’on retrouve ce qui est le plus pur, le plus vrai, le plus nous-mêmes de nos vies… et que Dieu s’y révèle, sans fard, en nous aimant jusque-là et en nous donnant d’y aimer vraiment, en laissant tomber toute la superficialité de nos divisions, pour avancer au large de l’amour. 

 

lundi, juillet 15 2019

Vu de l’homme sur le bord du chemin

https://www.carmel.asso.fr/sites/carmel.asso.fr/local/cache-vignettes/L300xH429/buon_pastore_rupnik-43cb6.jpg?1539541573

 

            Depuis ma plus tendre jeunesse, j’avais cherché à être un bon juif, selon la Loi donnée à Moïse et à nos Pères. Je respectais au mieux les commandements et je venais régulièrement à Jérusalem, la ville où adorer le Seigneur qui avait fait alliance avec nous et nous avait donné la Torah. J’étudiais la Loi et les Prophètes et cela rendait mon cœur heureux que m’ajuster à cette Loi de Dieu. Mais c’est justement alors que j’étais allé prier au Temple et que je redescendais vers ma ville de Jéricho par le Wadi Qelt que des bandits me tombèrent dessus. Littéralement : je n’eus même pas le temps de dire « ouf » ! Mais pourquoi Seigneur ce malheur ? N’étaient-ce pas encore des vils Samaritains qui venaient se mettre là en embuscade ? Ceux-là ne supportaient pas qu’on adore le Seigneur à Jérusalem et pas chez eux alors, attaquer les Juifs pieux, c’était probablement un de leurs plus grands délices.

 

            Et voilà un temps qui me semblait infini que je gisais là, prostré, sur le bord de la route. Je voyais à peine ce qui se passait tant je n’avais pas la force d’appeler et encore moins de me relever. A deux reprises, j’entendis passer du monde : il me sembla même entrapercevoir la frange d’un vêtement sacerdotal… mais ni l’un ni l’autre ne s’arrêtèrent. Peut-être me croyaient-ils morts et avaient-ils peur de se souiller ? J’avais pourtant essayé d’appeler mais seul un son rauque sortait de ma bouche : j’avais mal, j’étais sans force et, plus le temps passait, plus j’avais terriblement soif. 

 

            C’est alors que j’entendis encore un bruit approchant… Celui-ci allait-il s’arrêter ? J’espérais mais je n’y croyais plus : peut-être est-ce ainsi que je devais mourir et être réuni à mes pères, en revenant de Jérusalem. Mais, cette fois, l’homme qui passait s’arrêta et il s’approcha de moi. J’étais tellement soulagé que je m’évanouis dans ses bras, juste après avoir vu son regard compatissant posé sur moi et qu’il sortait de l’huile et du vin pour panser mes nombreuses plaies. C’est sur sa monture que je me réveillai : il continuait à prendre soin de moi et ne m’avait pas abandonné ! Nous avancions bien et je distinguais une maison : c’était une auberge. Nous nous y arrêtâmes et il vint vers moi : « Comment vas-tu ? ». J’eus du mal à lui répondre alors j’essayais de lui sourire pour le remercier de tout ce qu’il faisait pour moi. 

 

            Il m’emmena jusqu’à une chambre et continua le soin de mes plaies en demandant de l’aide à l’aubergiste. C’est alors que je m’aperçus à son accent qu’il était Samaritain… Quand il gardait mon chevet, me donnant régulièrement à boire, je parvins à articuler : « Mais pourquoi fais-tu cela ? A moins que tu ne sois un ange déguisé, tu es Samaritain, je suis Juif ! Nos deux peuples se haïssent et en plus, moi, je reviens de Jérusalem ». Le Samaritain me sourit avec tendresse : « ne crois-tu pas que, depuis Caïn et Abel, nous avons tout spécialement à nous montrer le gardien de notre frère ? De tous nos frères ? Même quand le plus proche croisé sur la route, est aussi un presque étranger ! ». Je fus frappé par sa sagesse et la sérénité qu’il dégageait. Je m’endormis, confiant et remerciant Dieu d’avoir mis cet homme sur ma route. 

 

            Au petit matin, il avait disparu. Mais l’aubergiste vint à sa place prendre soin de moi : « Quel drôle d’homme ce Samaritain ! Il m’a donné deux pièces d’argent pour prendre soin de toi et m’a dit qu’il me donnerait davantage en repassant si tu en avais besoin pour être à nouveau sur pied ! ». J’allais déjà mieux et je me disais sincèrement que cet homme-là avait beau être Samaritain, c’était un juste : moi je respectais les commandements et j’adorais le Seigneur à Jérusalem. Mais lui, il adorait vraiment Dieu aussi et en esprit et en vérité en aidant, en aimant, l’homme. Et moi, il ne me connaissait pas et m'aimait : j’en étais bouleversé jusqu’au plus profond de moi-même. 

 

mardi, mars 12 2019

Sous les Cendres, la braise – JéruCarême

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3b/Meister_der_Schule_von_Nowgorod_002.jpg/220px-Meister_der_Schule_von_Nowgorod_002.jpg

 

            Grâce de vivre l’entrée en Carême à Jérusalem cette année ! 

 

            En ces temps hivernaux, le saint Sépulcre (ou basilique de l’Anastasis) ouvre à 4h du matin… le jeudi après les Cendres, nous y avions une messe à 6h, nous avons décidé de venir y faire oraison à 5h. Folie caractérisée ? Certainement !

 

            Mais contempler les remparts de Jérusalem de nuit, mais arpenter la via dolorosa en attendant que le jour se lèvre… n’est-ce pas aussi notre attitude de veilleurs dans toutes nos nuits qui s’exerce là ? Avec moi, de nombreuses intentions de prière à porter, à continuer à porter : veille de la prière, une de mes missions les plus importantes. 

 

            J’avais longtemps réfléchi au texte biblique qui pourrait être le support de ce temps de prière pas comme les autres, sachant que la messe était à la chapelle du Golgotha, au lieu où le Seigneur a été crucifié et est mort. C’était cette phrase, tant appréciée de ste Elisabeth de la Trinité, qui me revenait sans cesse à l’esprit : « Il m’a aimé et s’est livré pour moi » (Ga 2, 20). C’était ce que nous venions ici contempler, au lendemain des Cendres, la braise toujours ardente d’un amour qui ne s’éteint jamais. Soudainement, la réponse était venue, lumineuse : et si j’y méditais le Cantique des cantiques en priant dans les différentes chapelles ? 

 

            C’est ici, dans ce lieu, que cet amour fou du Bien aimé s’est vécu jusqu’au bout : dans sa Passion, dans sa mort et dans sa résurrection. Alors, quelle force que prier ce grand poème d’amour qu’est le Cantique puisqu’ici avait eu lieu la folie de l’amour d’un Dieu qui se fait homme et qui aime à en mourir pour briser toutes nos morts ! 

 

            Vous connaissez sans doute la fable du sage demandant comment distinguer la nuit du jour ? C’est tant que tu n’as pas su voir dans les yeux de l’autre un frère. Ici, de la nuit au jour, il s’est agi de contempler l’Amour de Celui qui s’est fait notre frère en toutes choses excepté le péché afin de nous sauver ; il s’est agi de plonger dans cet amour pour lui demander d’allumer en nous Son Feu qui ne s’éteint jamais, jusque dans toutes les obscurités de ce monde, pour y brûler de Lui. 

 

 

P.S. : Alors, se faire tatouer une croix de Jérusalem le même jour en fin de matinée apparaissait également lumineux, comme un écho ancré de cet amour : « Pose-moi comme un sceau sur ton cœur, comme un sceau sur ton bras » (Ct 8, 6). 

 

mardi, février 26 2019

Lire la Bible ? Pour de bon ?

http://enluminures.fr/wp-content/uploads/f155r-Matthew-E115328a.jpg

 

L’engagement dans la lecture biblique n’a de sens que si un engagement de la vie de foi et la recherche pratique du royaume de Dieu lui correspondent. La lumière sur l’Écriture ne vient pas autrement. Ce n’est pas un propos édifiant, c’est une nécessité logique reconnue et confirmée par la tradition. Il ne s’agit pas d’autre chose dans la Bible que de ce bouleversement de l’homme par lequel on entre dans la crainte de Dieu jusqu’à devenir disciple. En effet l’engagement de la vie dans l’Évangile fait traverser inéluctablement beaucoup de situations inattendues et inimaginables auparavant.

Paul Beauchamp, Parler d'Ecritures Saintes, Seuil, p. 40

mercredi, novembre 14 2018

Dieu ouvre un espace de liberté

Le récit de la création de l'univers (Gn 1, 1-2, 4a) est important puisqu'il livre la première image biblique de Dieu. Image de puissance créatrice. Toute-puissance entend-on dire souvent. Mais ne gomme-t-on pas trop vite un paradoxe ? C'est le septième jour que Dieu achève son oeuvre (2, 2), quand il met une limite à sa puissance créatrice et se repose. Il se montre ainsi "plus fort que sa force, ce qui est la définition de la douceur de Dieu" (P. Beauchamp). La création culmine donc dans une image de douceur déjà présente durant les six premiers jours puisque c'est par sa parole que Dieu exerce sa maîtrise sur le créé. Le sabbat de Dieu n'est pas non plus sans rapport avec ce qui précède immédiatement : la mission confiée à l'être humain de dominer la terre en maîtrisant les animaux (1, 29). En mettant un terme à son intervention créatrice, Dieu ouvre pour l'humanité, pour l'homme et la femme un espace de liberté où agir en responsabilité, où être créateurs à leur tour en exerçant une réelle maîtrise.  

André Wénin, L'homme biblique, Cerf, p. 21

https://www.editionsducerf.fr/images/livres_380/9782204074186.jpg

dimanche, novembre 11 2018

Si haut que soit le Seigneur

 

Évangile du jour, Jésus et la pauvre veuve aux deux pièces. 

 

http://www.nbbmuseum.be/wp-content/uploads/2008/12/athenes.gif

 

Dans la foule bruyante, faisant tinter les nombreuses pièces dans le trésor du temple, à la manière d’un don Salluste, Jésus distingue non pas qu’il en manque une mais une femme, celle qui doit à peine oser glisser sa maigre participation.

 Et pourtant, il la distingue, elle, la solitaire peu considérée, il va même jusqu’à distinguer son geste et surtout son cœur qui y préside : ce cœur prêt à tout donner pour le Seigneur. 

« Si haut que soit le Seigneur, il voit le plus humble » (Ps. 137) 

Pour le Seigneur, pas besoin de triompher en hauts faits, 

Pas besoin d’actions éclatantes, d’actes de bravoure ou de charités qui claironnent ; 

Pour le Seigneur, il y a juste à glisser, pièce après pièce, 

Juste à donner, toutes ces choses qu’on croit essentielles ;  

Il y a, peu à peu, ayant creusé ce qui n’était que notre carapace de superficialité, 

à Lui livrer avec confiance notre essentiel 

Pour qu’il soit, Lui, l’essence(vers le)-ciel, 

Notre Essentiel. 

 

dimanche, septembre 9 2018

Encore une rentrée ?

 

https://encrypted-tbn0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRhaA1njW9OyUAWmIKmJE0Y_3-y3pRPTAymlAPTcoi1qs9lyYP8

 

            Une de plus ? Rien à découvrir ? Pas vraiment, non : est-il vraiment une rentrée semblable à une autre ? Même s’il est des rites incontournables pour entrer en l’année scolaire, les rentrées se succèdent sans jamais être similaires, apportant leur parfum de neuf, d’inconnu, d’aventure, même ! 

 

En tout cas, ça y est, je les ai tous rencontrés, ces environ cent élèves répartis en quatre classes : des visages certes déjà connus pour beaucoup mais aussi d’autres simplement croisés ou encore pleinement inconnus. Les vacances leur ont fait gagner qui une dizaine de centimètres (ah le petit 4èmedevenu grand 3èmequi te lance avec une immense fierté : « Madaaaaame ! Je vous ai dépassée, ça y est !!! »), qui un joli hâle, qui un beau sourire où la joie de l’été ne s’est pas éteinte sur un visage qui fut jadis si fermé. Ces changements physiques rappellent très clairement qu’il ne faut pas les enfermer dans ce que l’on connaît déjà d’eux, en bien ou en… moins heureux ! Que sera cette année ? Que sera cet enfant ? Ce n’est pas au professeur de le décider ou de le deviner et c’est heureux. 

 

            J’éprouve de plus en plus de la joie à la rentrée, non des diverses réunions qui, elles, ne m’enchantent guère, mais de découvrir, de faire connaissance, d’apprendre à rencontrer ces jeunes esprits qu’il faudra aider à former, à faire grandir. Et cela, c’est une grande mission, si belle que je pense qu’on ne s’y habitue jamais tout à fait : elle est différente à chaque rentrée. 

 

            Comme tous les ans, j’ai glissé une nouvelle liste de noms dans mon coin prière, ceux de « ma » classe, une manière comme une autre de me rappeler de toujours prier pour eux – après tout, ils ont écopé sans le savoir d’une consacrée comme prof principale – et, surtout, que c’est un plus grand que moi, le meilleur de tous les pédagogues (et pourtant, il a eu du boulot avec l’être humain !) qui forme et qui doit former à travers moi. Cette année, de surcroît, c’est en 3èmeque j’assurerai cette mission avec ce que cela comporte d’implications en termes d’aide à l’orientation et, même si j’ai confiance, je ne fais pas franchement la fière tant ce sont de premiers vrais choix de vie pour certains : Seigneur, je vais avoir besoin de Toi !

 

Alors, Seigneur, fais avec moi cette année comme avec le sourd-muet de l’évangile du jour, s’il Te plaît : 

Ouvre mes oreilles et surtout celles de mon cœur : donne-moi d’apprendre à écouter Ta parole pour écouter ensuite mes élèves à fond dans ce qu’ils bafouillent de leurs grands désirs ; 

Délie ma langue de ce qui l’entrave vers la Vérité et la justesse ; 

Donne-moi de parler correctement, c’est-à-dire dans une charité sans faille, qui sache trouver le mot juste pour encourager, pour reprendre sans décourager et sans me décourager, pour orienter et réorienter ce qui doit l’être, pour tirer vers le haut, pour pousser et ramener celui qui est à la traîne, pour enseigner, bref pour exhausser plutôt qu’exaucer. Amen.  

 

mercredi, mai 30 2018

Mieux que la mémoire d'Abraham, la prière d'Abraham

Dans le cadre de mes études de théologie, j'ai la chance de participer à un groupe de lecture d'un ouvrage d'exégèse commentant la si délicate épître aux Romains. Dans cette dernière, il est fait référence à la foi d'Abraham, ce qui semble assez surprenant de prime abord puisque celui-ci ne connaissait pas encore le Christ et j'aime beaucoup l'interprétation qu'en tire l'auteur, assez nourrissante. 

C'est la foi qui nous a engendrés et c'est par elle que nous sommes ce que nous sommes : et par "foi" il nous faut certes entendre celle d'Abraham, mais aussi la nôtre, puisque l'acte de croire nous donne une ascendance, nous rattache à une histoire, celle des croyants. 

On voit ainsi pourquoi l'Apôtre choisit le cas d'Abraham, père de tous les croyants. Si'l y a une chose que le fils ne peut se donner, seulement recevoir, c'est son identité de fils. Il n'a rien à faire pour l'obtenir, seulement la recevoir, c'est-à-dire croire qu'il l'est. Mais il nous faut aussitôt ajouter que ce qui vaut pour les fils - que nous sommes - vaut d'abord pour Abraham, puisqu'il reçoit de la parole divine même son identité de père.

L'économie de la grâce ou de la foi acquiert ainsi son extension maximale, comme histoire d'une promesse en voie de s'accomplir, comme histoire d'une immense famille : du père jusqu'au dernier des fils, tant qu'il y aura des croyants ! Le plus beau est évidemment que l'acte de foi d'Abraham ne peut être le seul : d'une certaine manière, son identité de père il la reçoit aussi des croyants, de tous ceux qui, "aussi nombreux que les étoiles du ciel" (Gn 15, 5), croiront comme lui. Notre acte de croire confirme donc l'identité d'Abraham comme père des croyants, bref la fécondité de son (de tout) acte de foi. (...)

L'Apôtre considère avant tout l'enjeu de l'acte de croire, non ses modalités. Il retient surtout l'inouï de la situation d'Abraham, qui permet en quelque sorte de décrire à l'état pur l'acte de confiance : d'un côté la vieillesse du patriarche, la stérilité de Sara, de l'autre une promesse folle, celle d'une immense descendance. S'abandonner à l'apparente folie de Dieu, à une parole que tout semble frapper d'interdit, tel fut le choix du patriarche. Et en rappelant cela, Paul montre bien comment s'en remettre à la parole divine, accepter d'en dépendre totalement, ne fait pas tomber dans l'hétéronomie mais signifie qu'on opte pour la vie.

Il faut faire cette expérience pour en percevoir toute la vérité, en ses effets même, car seule la foi est féconde. Au demeurant, cette fécondité n'authentifie pas seulement l'acte du croyant, elle est le signe du vrai Dieu, celui qui, par la foi, fait vivre, parce qu'il veut la vie (cf. Rm 4, 17) : l'acte de croire révèle la gracieuseté, la confiance et la justice du Dieu qui, aprce qu'il est le Dieu de tous les hommes, les appelle tous à la même dignité de fils, d'héritiers. 

J.-N. Aletti, Comment Dieu est-il juste ? Clefs pour interpréter l'épitre aux Romains, Seuil,  p. 104-105

 

dimanche, mars 18 2018

Le voir ?

"En ce temps-là, il y avait quelques Grecs parmi ceux qui étaient montés à Jérusalem pour adorer Dieu pendant la fête de la Pâque. Ils abordèrent Philippe, qui était de Bethsaïde en Galilée, et lui firent cette demande : « Nous voudrions voir Jésus. »" (Jn 12)

Quel grand désir de la part de ces Grecs : voir Jésus !

https://storage.gra1.cloud.ovh.net/v1/AUTH_10e1a9235c63431c95e5b84a247830db/prod/artwork/15947_1_m.jpgManessier, Suite de Pâques, l'arrestation de Jésus.


Est-ce que ce même grande désir m'habite toujours vraiment ? C'est facile de dire : "ben, oui, bien sûr, c'te question !" mais en vérité ? Si je ne fais qu'écouter mon coeur, oui, j'aimerais Le voir : en plus d'être Dieu, Il est l'humain par excellence qui ne cesse jamais de me fasciner, de m'inspirer, de m'aimer, de me donner envie d'avancer.


Mais en même temps, est-ce vraiment toujours Lui que je cherche ? Ou l'image que je me fais de Lui ? Il est parfois facile de rogner sur l'amour absolu, il est souvent aisé de grignoter mine de rien sur le caractère tranchant de l'Amour et de la Parole de Dieu : nous sommes toujours tentés de Le ramener à notre mesure humaine. Pas forcément volontairement, d'ailleurs, mais parce que nous ne faisons que balbutier la langue de l'amour. 

Alors, je crois qu'en face de Lui, je serais éblouie par l'incarnation de l'amour, comme parfois, déjà, Sa Parole vient frapper fort, façon coup de bélier, en mon coeur. Car Jésus nous aide en ramenant nos rêves de sainteté bien lisses ou rose bonbon, croyant L'imiter vainement par là, à leur juste mesure, en annonçant déjà que l'amour va jusqu'à la couronne d'épines, que l'amour va jusqu'à la croix, que l'amour va jusqu'à la mort. 

"Amen, amen, je vous le dis : si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruit. Qui aime sa vie la perd ; qui s’en détache en ce monde la gardera pour la vie éternelle."

"Stop aux fanfaronnades semble-t-Il nous dire, cessez vos idolâtries qui ne font que morceler la totalité de Ma vie. Choisissez tout !" 

Le suivre, c'est oser regarder le Christ souffrant... pour apprendre à y discerner le Christ, triomphant.
Le suivre, c'est vraiment désirer Le voir et, du coup, ne pas se voiler les yeux devant les épines du quotidien, notamment celles qui frappent durement nos prochains... pour apprendre à y discerner le Christ, présent. 

lundi, février 19 2018

Au désert - 1

Deux fois, j'ai eu l'occasion de vivre un temps au désert : une fois dans le sud du Maroc, en juillet 2008, le temps d'un week-end de pause découverte dans notre temps de volontariat et d'amitié ; une fois trois jours dans le désert du Néguev, en Terre Sainte, en août dernier. J'aurai certainement une belle occasion d'aller découvrir un autre désert l'été prochain mais, en attendant ce futur voyage, ces deux expériences furent uniques en leur genre. Et nous, chrétiens, nous pensons souvent au désert lors du Carême car le Christ y fut 40 jours ! Voici ce qui était proposé dans l'évangile d'hier, 1er dimanche du Carême année B : 

Evangile de Jésus Christ selon saint Marc

Jésus venait d’être baptisé.
Aussitôt l’Esprit le pousse au désert
et, dans le désert,
il resta quarante jours,
tenté par Satan.
Il vivait parmi les bêtes sauvages,
et les anges le servaient.

Quarante jours de désert... Je n'aurai pas autant à en dire mais, pour méditer, je vous proposerai au long de ce Carême quelques billets de et du désert, parce qu'en Carême, nous n'en sommes jamais privés ! (Oui, bon d'accord, c'est très mauvais comme blague). 

 

Août dernier. Nous venions d'arriver en Terre Sainte et nous, groupe de "Bible sur le Terrain", nous ne nous connaissions pas encore. Mais voilà qu'à peine arrivés, nous avons été emmenés au désert pour y dormir, pour y prier, pour y vivre en y lisant la Bible. Il s'agissait durant ce premier jour de méditer sur les Commencements. 

Lire la suite...

mercredi, janvier 10 2018

Actualisation ?

;-) 

dimanche, novembre 26 2017

Christ Roi 2017

 

http://v2.patrimoines.midipyrenees.fr/fileadmin/img/renabl//IVR73/652011/IVR73_000678_I_1/PLE/IVR73_20116502002NUCA_P.JPG

 

Christ en majesté,

Christ d’humilité,

Christ glorifié,

Christ défiguré,

Christ transfiguré…

 

A nos représentations glorieuses de Sa majesté,

Christ vient toujours superposer Sa totale humanité :

D’un petit (d’)homme dans une mangeoire,

A Celui qui nourrit ceux qui ont faim, de Sa Parole et de pain,

A Celui qui ose demander de l’eau à une inconnue,

A Celui qui ose laver les pieds de ses disciples.

Jusqu’à l’abaissement suprême, torturant et humiliant de Sa croix.

 

Quand nous avons tendance à vouloir nous la raconter,

Christ nous ramène toujours au plus essentiel de Sa royauté :

L’adorer à genoux, certes, à Ses pieds, pour Sa divinité ;

Mais L’imiter, aux pieds de nos frères, pour les servir,

Sachant fléchir le genou pour aider celui qui est par terre,

Adorant ainsi, en notre frère, Son humanité.

 

Quand le mode d’emploi est l’Évangile,

Dont on ne parvient jamais à très bien se servir,

On se dit que l’année liturgique nouvelle à venir,

Offre comme une sempiternelle occasion de rattrapage :

Pour mieux Le suivre,

Pour adorer mieux le meilleur des Rois.

 

 (Illustration : Eglise de Saint-Savin, Hautes-Pyrénées, XIVème s.)

mercredi, octobre 18 2017

Au Souffle de Sa Parole

 

Dans les projets Zabouiens 2017-2018, il y a cette idée un peu folle de passer un w-e en abbaye entre chaque période de vacances scolaires. Tout simplement pour que, dans un début d'année que je savais d’avance être (sur)chargé, l'Essentiel garde primauté. A fortiori dans une vie de jeune consacrée : joie de donner et de passer du temps avec le Bien-Aimé ! Dont acte : premier week-end il y eut il y a quelques jours. Mais, afin d’orienter encore mieux ces week-ends au désert, j’y ai adjoint un programme de lecture de la Parole de Dieu.

 

Ainsi, ce week-end, ô folie, j’ai lu la Genèse et ses 50 chapitres à voix haute en une journée. Ne croyez pas qu’il s’agissait d’une expérience façon exploit sportif « I did it », malgré la satisfaction certaine d’arriver au bout : non, il s’agissait d’un moyen suggéré et préparé par un moine pour laisser la parole de Dieu entrer plus profondément en moi, cette fois-ci à travers les textes des origines.

 

Je me suis laissée surprendre par cette expérience incroyable avec un bonheur certain !

 

Lire la Parole à haute voix,

Prêter mon souffle, parfois hésitant, à Son Souffle, toujours sûr,

Laisser en retour le Souffle marquer mon propre souffle,

Lui laisser donner Sa cadence, Son rythme, Sa folie…

 

Laisser les mots passer à travers mon corps, ma chair, ma vie,

Pour que le Verbe incarné y fasse chaque jour plus Sa demeure.

 

https://generationvoyage.fr/wp-content/uploads/2014/07/monastere-saint-georges-wadi-qelt-cisjordanie-3.jpg

 

lundi, octobre 9 2017

Une feuille de vigne

https://t3.ftcdn.net/jpg/00/59/73/56/240_F_59735666_cXZj0Z5vgjpiE6Uli8ROhGDCmxApYR00.jpg

Finalement, il leur envoya son fils, en se disant : ‘Ils respecteront mon fils.’ Mais, voyant le fils, les vignerons se dirent entre eux : ‘Voici l’héritier : venez ! tuons-le, nous aurons son héritage !’ Ils se saisirent de lui, le jetèrent hors de la vigne et le tuèrent.

 

Violence terrible, choquante !

Inconcevable ? Tuons-nous, nous ?

Aurions-nous tué le fils du vigneron, sans doute un jeune homme sympathique mais seul et sans défense ?

Sommes-nous de vulgaires homicides sans discernement, incapables de contenir l'appât du gain et, plus largement, toutes nos passions ?

 

Et pourtant cette violence, n’est-elle pas aussi la nôtre ?

Quand nous mettons de côté le petit sans en tenir compte ?

Quand nous écrasons celui qui est plus faible que nous comme un misérable insecte ?

Il est des mises à mort qui n’en portent pas le nom et qui n’en sont pas moins terribles.

 

… Et pourtant, cet autre est aussi un fils de Dieu tout comme moi, tout comme toi…

 

Eh bien ! quand le maître de la vigne viendra, que fera-t-il à ces vignerons ? »
On lui répond : « Ces misérables, il les fera périr misérablement. Il louera la vigne à d’autres vignerons, qui lui en remettront le produit en temps voulu. »

 

Et Dieu n’a pourtant jamais tué les vignerons homicides !

 

Et, quant à nous, Il ose toujours nous espérer plus loin, meilleurs que nos actes de violence.

Là où l’homme condamne, Dieu invite…

Il invite toujours à un renversement, à une conversion du regard.

 

N’avez-vous jamais lu dans les Écritures : La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle : c’est là l’œuvre du Seigneur, la merveille devant nos yeux !

 

Est-ce que je sais changer mon regard ?

C’est-à-dire notamment, est-ce que je sais ne pas hurler avec les loups sur celui qui est à terre ? Est-ce que je sais penser à tous ceux qui semblent morts socialement ?

 

Est-ce que je sais faire devenir pierre d’angle de mes projets celui qui était rejeté par tous ?

Est-ce que je sais mettre le pauvre, le petit, celui qui semble avoir le moins d’attraits et d’intérêts, au cœur de mes actions et de la communauté qui est la mienne ?

Et si le baromètre de nos succès était celui de la place que nous accordons à ceux contre lesquels la vie, la société et le malheur semblent s’acharner ?

 

Le Christ semble le promettre à la fin en parlant d’une autre nation, celle qui a nom conversion : c’est la clef pour obtenir le fruit de la vigne qui est le seul véritable gain, c’est la clef du royaume des Cieux.

 

dimanche, septembre 24 2017

Arpentons Ses chemins

 

« Car mes pensées ne sont pas vos pensées,
et vos chemins ne sont pas mes chemins » (Is. 55)

 

https://photos-5.dropbox.com/t/2/AAB9RT-JrOsIqcoumYrPL7lD3Ax0Mx7dbdUQTTPN_X30fA/12/630889275/jpeg/32x32/1/_/1/2/BST135.JPG/EPrC-9wFGIcGIAcoBw/gHjPvpG5wdar4h56oPRnJTvhQhDQauaq-oamsmXZTmc?size=1280x960&size_mode=3

 

L’antidote suprême à tous nos « Dieu veut » restrictifs,

A toutes nos idées rétributives sur la grâce,

A toutes les fois où nous excluons le don de notre champ de pensée,

A tous nos conscients ou insconscients deals avec le Seigneur façon « je Te donne ça, mais Tu me donnes…. »,

A tous nos « non mais Seigneur, lui, Tu ne peux pas l’aimer vu les grosses crasses qu’il fait ! ».

 

Parce que Dieu n’a nom qu’Amour

Et que Lui seul en connaît tout le prix,

Et que Lui seul en connaît toute la gratuité…

 

Parce que Lui seul,

Tandis que nous passons notre vie à arpenter ce sentier du verbe « aimer »,

En connaît tout le sens,  

Et toute la beauté.

 

dimanche, septembre 3 2017

Comme une invitation d’invitatoire

 

https://scontent-lhr3-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/21192718_10155738733141133_2152444464986809456_n.jpg?oh=600bfaa6f5ae8ccbff516eb516bcc68b&oe=5A59ABE0

 

Normalement, le premier office de la journée commence par le psaume invitatoire, le ps. 94. Je dis bien « normalement » : dans les faits, c’est quelque chose que j’ai toujours eu du mal à mettre en place.

 

Lors de mon pèlerinage biblique en Terre Sainte, tous les jours s’ouvraient par ce psaume lors de notre prière matinale juste avant le petit-déjeuner. Et pourtant, il ne s’agissait pas d’un office liturgique… alors pourquoi ce psaume repris sempiternellement et sans variation ?

 

J’ai mis quelques matinées à en comprendre la pédagogie. Pour nous qui faisions une session de « Bible sur le Terrain », quoi de plus naturel que de prier notamment avec ces versets : « Aujourd’hui, écouterez-vous sa Parole ? ‘Ne fermez pas votre cœur comme au désert, comme au jour de tentation et de défi’ ». C’était là l’enjeu de notre pèlerinage.

 

Mais finalement, n’est-ce pas plus largement l’enjeu de notre vie chrétienne, chaque jour, chaque matin : aujourd’hui, écouterons-nous Sa Parole ?

 

Aujourd’hui, écouterons-nous le texte biblique dans la prière mais aussi ce qu’Il nous dit à travers nos frères et à travers les événements ? Aujourd’hui, écouterons-nous à fond, et non en surface, jusqu’à nous laisser changer et convertir ?

 

Alors j’ai découvert combien ils étaient beaux ces mots et combien il était bon de prier ce psaume dès le matin ! L’invitatoire ou une invitation à l’orientation entière de notre journée vers l’écoute profonde, nous ouvrant aussi dès les premiers versets à l’action de grâce qui en résulte.

 

« Venez, crions de joie pour le Seigneur, acclamons notre Rocher, notre Salut !

Allons jusqu’à Lui en rendant grâce, par nos hymnes de fête, acclamons-Le ! »

 

dimanche, août 27 2017

A minima, Tu es le Trésor d'un coeur d'ancienne !

 

            L’ancienne région de Césarée-de-Philippe où Jésus se trouve dans l’épisode évangile de ce dimanche, j’ai eu l’occasion d’y passer récemment avec de belles balades à Dan et, surtout, à Baniyas. C’est magnifique mais ce fut une région marquée par l’idolâtrie. Est-ce un hasard si c’est le lieu que Jésus choisit pour demander « au dire des gens, qui est le Fils de l’homme ? » puis le fameux « et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? ». Les uns et les autres ont des réponses qui divergent… Et ne serait-ce pas encore le cas aujourd’hui ?

 

          Césarée de Philippe, c’est un peu notre monde. Non pas seulement « eux », au loin, mais aussi « nous » avec toutes les idoles que nous nous construisons, toutes ces choses qui nous encombrent et nous détournent de « l’unique nécessaire ». Et les réponses divergent aujourd’hui encore, on pourrait les actualiser, elles seraient probablement un peu moins sympa que dans la Bible : « pour machin, tu n’es qu’une illusion ! », « Pour certains, tu n’es qu’un personnage de l’histoire », « pour d’autres, tu es un bon maître de sagesse ». « Quelques-uns enfin envient ton succès et demandent ta recette pour être un gourou autant suivi ».

 

        Certes, il y a nos croyances qui divergent, nos philosophies et nos histoires personnelles mais il y a aussi, dans nos propres vies de croyants chrétiens appelés à répondre au « pour vous, qui suis-je ? » des obstacles, des « idolâtries » faisant suffisamment écran pour nous empêcher de répondre non pas du bout des lèvres comme une ritournelle apprise mais bien avec tout notre être : « Tu es le Christ ! Le Fils du Dieu vivant ! ». Ou toute autre exclamation prononcée avec amour, avec tout le cœur et tout le corps. J’ai du mal à imaginer Pierre prononçant cette réponse autrement que se levant et s’élançant amoureusement vers Jésus. L’idolâtrie, ce sont tous nos « j’aime » possessifs, mal ajustés au « je T’aime » que nous pouvons dire au Christ.

 

            Ce midi, profitant de quelques derniers jours de vadrouille vacancières, j’ai eu l’occasion d’aller avec un ami récemment ordonné à une messe (très) anticipée du dimanche qu’il célébrait dans un EHPAD. Je suis toujours foncièrement marquée par les messes dans ce genre d’endroits où quelque chose de l’incroyable force de Dieu dans la faiblesse se dit ou, plutôt, se balbutie et s’écrit à travers les rides. J’y vis toujours l’eucharistie très différemment. Là, cela n’a pas raté et j’y ai vu comme un écho de l’Évangile : j’ai contemplé ces anciens après la communion, quelques-uns rudement éprouvés par l’âge. Certains arboraient un beau sourire, d’autres marmonnaient les yeux fermés une prière, celui-là levait les yeux au ciel et puis celle-ci, en fauteuil roulant, bouleversante, avait replié ses bras doucement sur son cœur comme si elle voulait conserver à jamais le trésor qu’elle venait de recevoir.

 

       A les regarder ainsi, j’ai souri, les considérant comme donnant la meilleure réponse qu’on puisse jamais faire à la question du Christ, Bien-Aimé de nos âmes, venu se faire pauvre avec ces plus pauvres afin de leur donner la Vie.

 

Banias - Temple of Pan 001.jpg
Domaine public, Lien

 

 

 

mercredi, août 23 2017

Mieux qu'une histoire de piécettes

http://www.horizonfr.com/les_dossiers_numismates/images/les%20monnaies%20romaines/denier%20d%20argent%20cesar.jpg

Aujourd'hui, la liturgie nous proposait l'évangile des ouvriers de la dernière heure (Mt 20, 1-16) comme on aime souvent l'appeler. Moi je l'aime bien cette parabole parce que je suis sûre que j'aurais été un peu du style à murmurer intérieurement alors cela me fait toujours du bien de l'entendre. 

Le pitch ? Des ouvriers viticoles ayant trimé toute la journée se trouvèrent fort dépourvus lorsque le soir fut venu... Euh, enfin presque : ces bosseurs et des ouvriers ayant seulement à peine mouillé le maillot en fin de journée (ils s'y sont mis à 17h uniquement pour une fin de travail à 18h... Tranquilles ! Pires que des profs !) reçoivent à la fin le même salaire, celui qui avait été convenu avec les plus matinaux qui avaient commencé dès l'aube. Cris de ceux-ci de voir les autres recevoir le même salaire ! Injustice ! Mais que font les syndicats de vignerons ? 

Alors on explique souvent que la justice de Dieu n'est pas la nôtre, que Son coeur est plus grand que le nôtre : c'est bien vrai. On en profite aussi pour se rappeler que la jalousie spirituelle, c'est tout de même très malheureux : et si mon frère converti récemment a une vie spirituelle plus dense que la mienne, qui suis-je pour en être aigri ? Et surtout, quel besoin ai-je de comparer ce qui n'est pas comparable ? ... si tant est d'ailleurs qu'on sache vraiment "où" nous en sommes dans notre vie spirituelle. 

Mais si ce denier que chacun reçoit en fin de journée, c'était surtout l'Amour du Bon Dieu ? Le Christ utilise cette parabole pour parler du Royaume des Cieux dont le maître mot est l'amour. Alors, que Dieu pourrait-il donner d'autre - et d'ailleurs, que Dieu peut-il faire d'autre que de donner ? - qu'un Amour plein, entier et vraiment indivisible ? 

Un 1/2 amour, un amour sous conditions, un amour qui dose et hiérarchise est-il amour ? 

Aux croyants de toujours comme aux imprévus de Dieu arrivés à la dernière minute, Dieu se propose de donner le même salaire : Son Amour. Parce qu'il ne peut pas donner plus, tout comme Il ne peut donner moins. Alors, Il traite chacun en égal non pas spécialement parce qu'Il est juste dans Son apparente injustice mais surtout parce qu'Il nous veut non seulement ouvriers à Sa vigne mais surtout commensaux à la table de Sa vie. 

 

samedi, juin 3 2017

Pourquoi lire et relire la Bible

http://img.aws.la-croix.com/2014/03/14/1120296/dore-chris-roseau-6_2_730_600.jpg

"L'Ecriture n'appartient à personne : ni à l'exégète, ni à un magistère quel qu'il soit, ni même à la communauté chrétienne. Elle se donne à chacun de ses lecteurs, à chacune de ses lectrices, comme une parole de liberté, le témoignage d'un peuple de croyants, la proposition d'un chemin de vie. En tout cas, c'est une parole prononcée ou écrite par d'autres que les lecteurs actuels ; d'aucuns ajouteront : à travers elle, nous pouvons entendre la Parole de l'Autre par excellence, de Dieu lui-même.

Pourquoi lire la Bible, pourquoi apprendre à d'autres à faire de même ? Il n'y a qu'une seule réponse possible, si nous voulons respecter le texte que nous lisons : pour nous mettre à son écoute, avec la conviction que cette Parole peut faire vivre." 

 Wermeylen, Jacques, « À quoi servent les exégètes ? La lecture de la Bible, entre servitude et service », Revue des sciences religieuses, 80/3 | 2006, p. 314. 

lundi, octobre 31 2016

Zachette ?

Pour les besoins de l'école de prière jeunes du diocèse de Nanterre dont je reviens, j'ai incarné le premier jour Zachette, lointaine descendante de Zachée narrant l'histoire de son aïeul alors qu'elle se refusait à plonger dans l'océan de la Miséricorde ! Puisque j'ai mis ce petit conte d'évangile par écrit et que c'était l'évangile d'hier dimanche, je vous le partage. Il ne s'agit que du récit lui-même... d'un autre point de vue ! 

http://4.bp.blogspot.com/-IIZ7vpAeZHg/UZQHN3s1JtI/AAAAAAAAHnI/vDTuxg4RJH8/s1600/zachee-et-le-sycomore.jpg

Ils sont gentils là, ces deux copains qui m'invitent à plonger dans l'océan de la Miséricorde mais ils ne me connaissent pas ! Ca a toujours été comme ça dans ma famille d'ailleurs : une sorte de mélange entre l'envie de se bouger et de faire le bien et... un terrible manque de confiance. 

Je m'appelle Zachette. On s'est toujours moqué de moi à cause de drôle de prénom... Vous imaginez ? Là, disons que je me décide à y aller dans cet océan de la miséricorde et que je n'arrive pas à plonger, que je reste à flotter ? Vous ferez un mauvais jeu de mots et vous direz encore une fois que je suis une Zachette de thé, je suis sûre ! 

En vrai, je m'appelle comme ça à cause d'un de mes ancêtres. Lui et moi, on se ressemble beaucoup. Il s'appelait Zachée. Il était tout petit et lui, les gens ne se moquaient pas de lui à cause de son prénom mais bien parce qu'il était collecteur d'impôts. A l'époque des Juifs, les collecteurs d'impôts, c'étaient des vrais voleurs ! Oh, je ne crois pas que mon ancêtre faisait vraiment le mal pour le mal mais il avait peur. Peur de manquer. Alors, il volait dans les caisses et, de vol en vol, il était devenu riche. Très riche. Mais personne ne prenait au sérieux un type pareil ! 

Il habitait à Jéricho, une ville célèbre pour ses murailles, ses trompes et trompettes. Et on raconte qu'un jour c'est en grande pompe que Jésus, le célèbre Jésus a traversé cette ville ! Ca a été de la folie ! Tout le monde voulait le voir ! Ce n'est pas que c'était une star, c'était bien plus fort... C'était qu'il disait des paroles qui touchaient les coeurs au plus profond. Et qu'il guérissait des malades. C'est simple : certains allaient jusqu'à dire qu'il était le Messie, l'Envoyé de Dieu ! Alors tout le monde voulait le voir, l'entendre, le toucher, lui présenter des malades... Personne n'avait jamais vu une telle cohue à Jéricho ! 

Et mon ancêtre Zachée, il était bien embêté. Il avait tellement envie de voir Jésus ! Mais il était si petit... Et il était tellement considéré comme un sale type que personne ne le laisserait passer ! 

Alors, vous savez ce qu'il a fait ? Moi, j'hésite à plonger là, eh bien, lui, son "plongeon de confiance", ça a été l'inverse : de grimper dans un arbre ! Je l'imagine en train de monter sur cet arbre si touffu qu'est le sycomore... Mais le plus incroyable, c'est ce qui est arrivé quand Jésus est passé : non seulement il l'a vu mais surtout, il l'a appelé par son nom ! "Zachée, descends vite : aujourd'hui, il faut que j'aille demeurer chez toi !". 

Ce Jésus, c'était bien Dieu : il connaît le nom de chacun. Il connaît ton nom, il connaît mon nom. Alors comment ne pas ouvrir son coeur à la confiance après cela ? Quand on est connu, aimé, appelé, désiré ? 

Oh, les autres ont râlé, c'est clair... Mais mon ancêtre, il a été changé. A jamais. Il a tout de suite dit qu'il allait donner la moitié de sa fortune et rétablir dans leur bon droit tous ceux à qui il avait fait du mal... C'était se mettre en danger : ça a été son deuxième plongeon de confiance mais un plongeon à vie. Le seigneur Jésus lui a bien dit qu'Il lui offrait le Salut, Sa miséricorde... Alors, comment ne pas plonger ? Comment ne pas faire confiance ? 

- page 1 de 5