Zabou the terrible

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Etincelles

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche, janvier 17 2021

Avec le Feu, à l'heure du couvre-feu

https://medias.podcastics.com/podcastics/episodes/1505/artwork/avec-le-feu-a-lheure-du-couvre-feu-inspi.jpg.43cc117cd08de32e1421429c763a51cb.jpg

Disponible en podcast à partir de 8h15 sur https://www.podcastics.com/podcast/episode/avec-le-feu-à-lheure-du-couvre-feu-57668/

 

            Aujourd’hui, dans l’évangile de Jean nous entendons ce moment où deux premiers disciples suivent Jésus : 

« Rabbi – ce qui veut dire : Maître –, où demeures-tu ? »
Il leur dit : « Venez, et vous verrez. »
Ils allèrent donc, ils virent où il demeurait, et ils restèrent auprès de lui ce jour-là.
C’était vers la dixième heure (environ quatre heures de l’après-midi).

 

Lire la suite...

lundi, décembre 21 2020

Ne soyons pas à l'ouest !

https://medias.podcastics.com/podcastics/episodes/1505/artwork/ne-soyons-pas-a-louest-inspi.jpg.027d7e583bb9cd34a7dc74c2632ebf48.jpg

Version podcast audio disponible à 7h15 sur : https://www.podcastics.com/podcast/episode/ne-soyons-pas-à-louest-55290/ 

 

21 décembre, l’antienne en O du Magnificat – si vous ne savez pas ce que c’est, j’en ai déjà parlé il y a quelques podcasts, je vous laisse aller l’écouter – nous invite à nous tourner en quelque sorte vers l’Orient, en appelant le Christ en ces termes : O Oriens,  Ô Orient, splendeur de la lumière éternelle. 

 

Lire la suite...

vendredi, décembre 18 2020

Germinations

https://medias.podcastics.com/podcastics/episodes/1505/artwork/germinations-inspi.jpg.309ede796aaef475c9a1b12c0e365690.jpg

Podcast audio disponible dès 7h15 sur https://www.podcastics.com/podcast/episode/germinations-55104/ 

Aujourd’hui, c’est un peu jour jardinage dans les textes de la liturgie. Ou peut-être davantage de germination. La 1ère lecture nous parle en effet d’un « germe juste » attendu tandis que le refrain du psaume nous fait prier en ces mots : « en ces jours-là fleurira la justice, grande paix jusqu’à la fin des temps ». L’évangile le dit moins explicitement mais Marie enceinte de Jésus, quelle germination quand même !

Lire la suite...

dimanche, décembre 13 2020

C'est quoi ta joie ?

https://medias.podcastics.com/podcastics/episodes/1505/artwork/cest-quoi-ta-joie-inspi.jpg.5cdcc01bdadbf83c9f3518ef6e196021.jpg

Disponible en podcast audio à 8h sur  https://www.podcastics.com/podcast/episode/cest-quoi-ta-joie-54682/

 

            On appelle le 3ème dimanche de l’Avent le dimanche de Gaudete, c’est-à-dire « réjouissez-vous », autrement dit en plus simple le dimanche de la joie. La faute à St Paul qui dit dans la 2ème lecture : « Frères, soyez toujours dans la joie ! ». 

 

Lire la suite...

mercredi, décembre 9 2020

Exercices de beauté

https://medias.podcastics.com/podcastics/episodes/1505/artwork/exercices-de-beaute-inspi.jpg.d8f3ebf020d4c3c4f858f98f99f94b49.jpg

Podcast audio disponible à 7h15 sur Podcastics : https://www.podcastics.com/podcast/episode/exercices-de-beauté-54336/ 

 

Aujourd’hui, la 1ère lecture – toujours Isaïe – commence en ces termes :

À qui pourriez-vous me comparer, qui pourrait être mon égal ? — dit le Dieu saint.
Levez les yeux et regardez : qui a créé tout cela ?
Celui qui déploie toute l’armée des étoiles, et les appelle chacune par son nom.

 

C’est super classe comme comparaison mais j’avoue qu’au quotidien, à moins d’une nuit à la belle étoile, ce n’est pas forcément ainsi que j’envisage Dieu. Mais c’est vrai, à qui Le comparer ? 

Lire la suite...

mercredi, décembre 2 2020

Enguirlandons joyeusement !

https://medias.podcastics.com/podcastics/episodes/1505/artwork/enguirlandons-joyeusement-inspi.jpg.2e3942e562ef8641e64d2cc34875da1b.jpgEn version audio par ici à partir de 7h15 mercredi https://www.podcastics.com/podcast/episode/enguirlandons-joyeusement-53626/ 

 

            Ici ou là les décorations de Noël commencent à se mettre en place : parfois plus lentement en raison du confinement, parfois avec plus de désir et d’intensité au vu de notre besoin de douceur. Même dans la petite salle des professeurs de Lettres de mon lycée, quelques guirlandes ont fait leur apparition… peut-être aussi pour nous aider à lutter contre l’absence de chauffage. 

 

Lire la suite...

mercredi, novembre 25 2020

Aux lumières de la Création

Billet à écouter en podcast à partir de jeudi 7h15 par ici >> https://www.podcastics.com/podcast/episode/aux-lumières-de-la-création-53261/

https://medias.podcastics.com/podcastics/episodes/1505/artwork/aux-lumieres-de-la-creation-inspi.jpg.267690252bda7163801cfe9acf0c8279.jpg

            Hier, après avoir eu la joie de visiter un ami en EHPAD, le trajet retour m’offrit un superbe tour dans Paris en voiture, Paris éclairé de la beauté des fins de journée fraîche où le ciel est net et la luminosité si subtilement belle. Le cœur déjà tout lumineux d’un bon moment partagé, j’ai laissé mon regard s’éclairer puis errer au gré des quelques ralentissements et contempler les reflets sur les monuments ou encore les irisations fluctuantes de la Seine, croisée à deux reprises et qui suivait son cours à défaut de suivre les miens. 

 

Lire la suite...

mardi, novembre 24 2020

Simples étincelles de gratuité

https://medias.podcastics.com/podcastics/episodes/1505/artwork/simples-etincelles-de-gratuite-inspi.jpg.ccde7025a188ac9ff773794234e576f8.jpg

Disponible en version podcast audio à partir de 7h15 :  https://www.podcastics.com/podcast/episode/simples-étincelles-de-gratuité-44492/

 

            La situation de confinement fait disparaître les espaces les plus ordinaires de gratuité, notamment dans le temps passé ensemble, les uns avec les autres, en dehors des seules relations de travail. Si on le respecte strictement, les moments les plus gratuits de notre vie, que cela soit un temps d’amitié partagé ou le fait même d’humer l’air d’automne dans une promenade un peu longue n’existent plus vraiment : quoique ces moments ne se monnaient justement pas, nous nous apercevons d’autant plus combien ces moments sont précieux et finalement très chers. 

 

Lire la suite...

lundi, septembre 21 2020

Covid et coeur abattu

https://encrypted-tbn0.gstatic.com/images?q=tbn%3AANd9GcQKO3tDQPoWIDrWcoEUZkVurkseuHIJWchp2w&usqp=CAU

 

            C’est vrai que, pendant le confinement, des liens différents se sont tissés avec nos élèves, au gré de confidences qui excédaient parfois de loin les échanges que nous aurions eus en temps plus ordinaire : la vulnérabilité commune et l’éloignement physique, induit par les écrans et le téléphone, autorisaient des conversations profondes, où la pudeur s’estompait de temps à autre pour parler de ce qui était trop dur dans leurs vies. Il serait d’ailleurs intéressant de relire à cette aune le confinement et je me demandais également, après avoir traversé ensemble tout cela, comment seraient les relations à la rentrée. 

 

            Dans les couloirs, c’est facile en échangeant quelques mots ; dans ma propre classe, j’en ai quelques-uns qui sont « anciens » élèves de l’an passé mais pas trop : cela va bien mais il est vrai qu’il y a quelque chose d’une confiance plus profonde qui s’est établie. Parmi ceux-ci, il y a un filou au grand cœur, malin, intelligent, quelques soucis de discipline mais jamais rien de grave et plutôt envie de lui tirer les oreilles quand ça lui arrive pour le remettre sur le droit chemin. Sa situation personnelle, comme beaucoup de mes élèves, comporte des traits à faire pleurer dans les chaumières : sauf qu’il ne s’agit pas d’un moyen télévisuel facile pour provoquer la compassion, c’est juste la vérité. 

 

            Nous avions parlé ensemble déjà du virus qui nous préoccupe parce qu’on savait, lui comme moi, à quel point dans son cas c’était particulièrement dangereux : sa mère l’élève seule et elle est malade. Alors s’il y en a bien un qui ne rigole pas quand je grogne et vitupère avec ardeur dans les salles pour obtenir le port du masque par tous -et-pas-en-mode-glissé-par-dessous-le-menton-zut-à-la-fin !, c’est bien lui. 

 

            Or, vous voyez, c’est notamment un de ces gars que j’ai embarqués sous le bras (enfin, euh, métaphoriquement) tout à l’heure parce qu’il n’allait pas bien du tout et que cela ressemblait bigrement toujours à un certain virus. J’étais bien embêtée et j’ai carrément eu le cœur fendu quand il m’a dit ce à quoi je pensais déjà : « Madame, vous savez… enfin, vous savez : si j’ai ça, je ne veux vraiment pas le transmettre à ma mère ».  

 

Alors, oui, je râle et continuerai à râler sur les mesures non prises ou non respectées, sur la croissance du virus dans nos établissements scolaires (tenez, allez voir cette carte collaborative par exemple : https://www.google.com/maps/d/u/0/viewer?mid=1qSrisw1eZhc_imfnmmIvqeq9jjZG7VY1&ll=48.390625604709925%2C6.537248840773245&z=4 ) mais ce n’est pas que pour le principe : c’est aussi parce qu’au-delà de la santé qui reste un enjeu crucial et clairement urgentissime, ils broient les cœurs de ces sacrés lascars qui sont mes élèves, qui peuvent être les vôtres, vos enfants ou ceux de vos proches. 

 

Je crois d’ailleurs aussi que, dans cet amour manifesté, il y a quelque chose de sacré, un peu du Seigneur à travers les plaies de l’inquiétude, et sans doute cela me donne-t-il de l’espérance : parce que ma foi me dit que cet amour-là ne sera jamais perdu ; parce que je crois aussi que le Seigneur, même s’ils ne Le connaissent pas, est auprès d’eux deux, comme de tous ces « petits » qui sont Siens, même si c’est de nuit, même si c’est en apparence de loin, mais Il n’en demeure pas moins là, tout proche du cœur brisé et de l’esprit abattu. 

 

mercredi, septembre 2 2020

Vous avez dit bénédiction ?

https://fsj.boutique/wp-content/uploads/2020/05/78_C_Nb-624-26-Que-le-Seigneur-te-bénisse-et-te-garde-400x400.jpg

 

            C’est drôle : plusieurs fois au cours de ces dernières semaines, j’ai parlé avec d’autres personnes de « bénédictions ». Dimanche, c’était plutôt suite à une discussion plus musclée autour d’une bénédiction des cartables sur Twitter. Alors, sachez-le : je suis très pro-bénédictions et je ne parle pas que de la bénédiction finale à la messe ! Non, je parle ici de toutes celles qui existent en plus : bénédiction du pèlerin, d’une habitation, d’une voiture ou des cartables par exemple, ou d'autres encore ! 

 

            Cela fait-il de moi pour autant une animiste ou quelqu’un aimant une certaine magie féérique ? Je ne le crois pas. On pourrait répondre en travaillant l’histoire et la portée théologique de ce qu’est une bénédiction : je le ferai bien plus humblement, en précisant simplement ce qui fait que je les aime. Certains vont me dire de m’arrêter, qu’ils me voient venir et que je vais défendre la piété populaire. Cela pourrait être vrai d’une part mais ce n’est pas cela qui fait que j’aime les bénédictions. 

 

            L’étymologie de bénédiction, vous connaissez ? Cela vient de bene et de dicere, dire du bien… Et je fais partie de ces personnes qui pensent que dire du bien, non seulement ça ne fait pas de mal, mais surtout cela fait sacrément du bien sans mauvais jeu de mots ! Dans notre tendance à voir le mal, c’est comme annoncer et prononcer l’irruption du bien. C’est encore plus fort s’il s’agit de dire du bien de la part de Dieu sur une personne, évidemment, comme c’est le cas ici. Prier, de fait, c’est aussi croire à la mystérieuse fécondité des mots qui sont dits, que cela soit à voix haute ou dans le secret de notre cœur. 

 

            Mais quid d’un objet alors ? Il se conçoit aussi en relation avec la personne : en fait, ce qui est important pour moi, dans une bénédiction, sans doute plus que tout, c’est qu’il s’agit de « mettre Dieu dans le coup ». De poser, par un acte, que nous voulons nous mettre, dans ce lieu, dans les actions que nous ferons avec tel objet, sous la protection du Seigneur et Lui demander Sa grâce ! Et, ensuite, que nous voulons agir avec Lui et pour Lui. Rien d’anodin mais au contraire, c’est très fort et cela nous engage pour la suite à chercher à vivre en conséquence ! 

 

Ainsi, ce n’est pas parce que mon sac à dos a été béni lors de la bénédiction des cartables que mon stylo rouge qui était glissé à l'intérieur dans ma trousse corrigera mieux : mais c’est dans la mouvance de la bénédiction de Dieu que je désire vivre mon année de prof, lui demandant humblement sa grâce de m’en servir au mieux ! Peut-être que, dans le fond, c’est aussi pour que mon stylo rouge devienne à son tour instrument de bénédiction plutôt que de malédiction… peut-être ? 

 

dimanche, décembre 8 2019

L'Avent en s'enguirlandant

https://encrypted-tbn0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQxsdmnRbZhlunY8z_foxy_U-UZeLGGFrDfCDCvX3KCWn6IdVJF&s

Je vous avais proposé, voici deux ans, d’utiliser le même calendrier de l’Avent que moi >> . Cette année, si vous souhaitez me suivre (ou plutôt me rejoindre vu la date à laquelle je prends enfin le temps d'écrire ce billet), dans mon calendrier, sachez qu’il s’agit bien de s’enguirlander ! 

 

            Non, pas ce que vous imaginez de prime abord mais bien de réaliser une guirlande lumineuse, pas avec de grandes connaissances en électricité mais bien avant tout par le cœur. 

 

            L’idée ? Puisque nous nous préparons à accueillir Celui qui est la Lumière du monde, il s’agit de noter, au quotidien, une lumière qui nous parle de Lui. Une chose, simple ou complexe, petite ou grande : qu’importe pourvu qu’elle brille de Lui ! 

 

Le tout fera ainsi une belle guirlande très lumineuse dont nous pourrons nous parer, nous enguirlander afin d’être davantage lumineux de Lui à la fin de l’Avent. Disciple missionnaire, à l'intérieur tout comme en sortie quoi ;-) 

samedi, août 24 2019

Lumineuses vies orientées vers la Vie

data:image/jpeg;base64,/9j/4AAQSkZJRgABAQAAAQABAAD/2wCEAAkGBxMSEhUQEhIVFRUVEA8VFhUVEhUVFhUPFRUWFhUVFRUYHSggGBolHRUVITEhJSkrLi4uFx8zODMtNygtLisBCgoKDg0OGhAQGi0dHx0tLS0tKy0tLS0rLS0tLS0tLS0tLS0tLS0tLS0tLS0tLS0tLS0tKy0tLS0tLS0tLS0tN//AABEIAMIBAwMBIgACEQEDEQH/xAAbAAACAwEBAQAAAAAAAAAAAAACAwQFBgABB//EADcQAAIBAwMDAgQFBAIBBQEAAAECAAMEEQUhMRJBUWFxBhMigTJCkaHBFFKx0SNy8BUzQ2LhB//EABkBAAMBAQEAAAAAAAAAAAAAAAABAgMEBf/EACMRAQADAAIDAAICAwAAAAAAAAABAhEDIRIxQRMiMlEEQkP/2gAMAwEAAhEDEQA/AKfEEiXlNKRXpeluPzqxDe5zkGKfSOo4ot1eFI6W9h2JnuV5KvMtSVSFnvTGFMbHmehZpqcLCwgsMCEFiGBCz0LGBYQWJWACzzpkhUnfLi08R+mCRJRSJZYRImCSsArJBWCVjTiORBxHssWRGRREEiMMEiBAxOxCxPRAFGcIbLBIiN4RAYQjBMAWRAMaYBEYKIgmMIgEQIBE8MIzyAAZ4YRgmMtBidCnQNt2BHiHa5DA+okUVY9HnFEurE/4wtlV6ThcGpRV353fJGf2EoeiaqqjXlKnTUD5tLqC52L0z+UHjIOTKG5tHpsUdSrDkHabcVusZ8le9RQsMLGBYapNUFhIa049KcaKciZVBK053RJtOnPTRkeS86QGSIKSyrUpGNOVEplFKQCslskUyxxKUVliiskuIspLTKOVglZIKwCIaWI5E8jWEAiMpBmeEQsTwiALglYZgmALMEw2izDBoSIJEMwYwWRBjCIBECAYJh4gkRgM6ez2AadGzJNKQkaS0aee7G7+CrIO3zP7MfqeJ3/9AtPw1ejnC9eeMZOGHrn9pU/DGtfIbcbHGfabT/1ShWTL4YdW6kdXsSJjM2reLNIiLVx8wWnGpTk64tSrEMuMnIxxg7jB8bzlozui+ufwwlKUatGS6VGSVt5MyMRLehHi2lhZ20m/0u0ytftrWIxmK1HeRHpS9uaHMgVKM0iWcqlqcQ6y0qU4hqEvUYrjTgMsnVFkZ1lRImERliyslMsUyytTiORAKxzRTRpksxbQyIBEogGAYwiAYyAYJhmAYEAwTDMEwMJgGGYJgQDBMMwSIAM6e4nQC9AkmiZDBjUacEOzVnTeXGj3BRgQZn6Dy3tDFPpUe23o3wYYamrAY6cjPSfTMayUqvSroq4HSCu2B/MoLKvgbd5a279W5mGfYbJGpaMtPpKEkHY58jvE07WaS1phqYBE8NgO0K8+dWTbj/pVWlpuJPrWmAZMpW+I2ouRiZ25dnVVpkMrcWnpK2tazX17fOwEh1bLp95vXmZ+DKPaY3MhV6c0F5TA5Mprl/E1rOotGKupTkSqAJMrsTIdQTarOyM5iHEkNEsJrCJlHYQDHMIoiUgphFkRxEAiMiSIBjiIDCBFGAYwiARGQDBIhkQcQACIJEYRBIgCjPDDIgkQAZ0LE6AWwjUiAY6mZ57sSqMs7ZpV0jJlFoKjF3b1JfaZc49feZm2aWtrUxIzOl+Wtzp92CAuJZTIWt4VGQMnbA9Ze2F8zD6hj9pzctcnpdLasp0BamZ71TJo9JlZfVCfSS61ziVFa9Zm6SuPXt+s048ie0X3OlVeJKe4SXl4JUXE76uaVVWWRKiyyqY8SO4WbRDO0q11iXWWDqsjukuESgsIphJjrEVBKJHMBhGMIJjSUYDCNOIDRkSYJhmCYyAYBEYYJgCzBMMwDABMAiGZ4YAM6ezowsRGIYhWjFM852pdMyZReQKcl0WkzJwtbZpbWg8mUVCtLChWmdmlcaJ6mKZ6diMbwrLUFGAXYnbfgCUr3uQQPEfaXtJFVflB27k53PgTO0fZVv8ATUULwD/5NvsIT6mo26zKEa3SKgFACvYoDt4kmleUSGb5IG2RkE5kTB6kve03OC7f4xI+KdQ5+ay9J4bByo/t8GCmo0yNqCsfAQZ/YT261FSihaQ2I5TIX0jwam1TTqjNN8kDcHnbvKO6QiTk1TowTQXqK8henIPtF3QBT5igrvgqex9D4m/FfOpZXr9UdYyJUaTq+DINVJ2VYSjs0SzQ3EWwmkM5LYxLmOMU8oiWizGNFmUkswDGGA0ZAIgGMgmBFmCYZEEwBZEAiNMAiALxPDDMEwAZ09nsYNptJCPIYMajTzNd8JavHU3kVDGq8kYsqVWSEryqpvJlMwOFhTqS50nWRQGAqlvJG8zqtLTRKNMkvVyQOAO59fSRf0qvtpqXxApGWVCDyvSIT/EnU2KScemTj2iqGuBDsiKM7YUbCSauvUThhTBbueP8czJRj60E/DSw2N8L07nztI9XW6gHdTnOCNv3jz8Qjq6gNukbADmJqa+GwGpq2OMjODAG0NcqMBsTv2XOZNbUA7CnUQjI/Cy8n7yHS18AYwAAOABj7Ccde6kOD0sOPbxAKLXbI0X6fytkr/1zxKl2mzN3TuECVgD/AGnuD3mX1nTWonPNMthWyD9jO3h5Yt1Ptz8lM7hWsYt1nrGeAzqYlMIl5IaKdZUQUorxZj6iRJlokswDGEQGECLMExhEAwIBgmGYJEAAwDGGCYAszwiGRBIjAZ5CxOiAFjUMXiEs8t3nqYwGIUxyCASqK5kxFke2lkFyMxTJxCNmTtOZmcU1/Mf0kdLfJxJFlTK1B7GK3pUNlR+HaLABqx6u/TxJdbS7SkQGQcbEsxz9szOW1yT+Dn+Y8W11WIb5bH1OwxMVNFYJaZ+hFz67/sY35SEj/hpEZO+AJU22jXA7Lv8A/aHb6RWJwWCbecn9IBYILVHK9IBJ3BHV+mZJqUaSj6VTBO4wMH7Smb4eq9e7DH9xJ/xHPo1XGC4IzyM/zAJTVbdDkKgb0AI/TtId2tO7X5RIQg5UqNs+o8RQ+HamSCygbYJzv9pNp6ItJlb5v6rz7YjicnYExr59e27Unam3KnB/2IkNNV8aaW+VqohYHPU6jO/bI7TI5nqcd/OuuK9fGcGTBM8zPC02hAXkdhGu0WY5lJZEAiMMEwIsiARGmARAizAMaRJFPTahUv0kKO52HGYTMR7OImfSAYJEmUrCo+QqMcc4GcSNUQg4IwfBhsSUxJcEw4JEADE6FOgBdE5aWZMe3I7STYWZZuJ5OvQxXigY6nSMt69kR2iEpbxxOiYe2tLzL200otgcAyjer0mH/WOCCCf1mn4plH5IhozopU4Kn9eZOr2KvQPQo6wD33JHbMoaHxJWCqpOcbZ74lzp198z6Tg55xtudszO/FeI7aV5Kz6M0Q0konrXLc7y5sNYycE4HbtMszYYoOQSJOaxc08q25HGP5mK1ve6qRUIDbADHvF3WuPjp/Nt9Q/1Kqw0Su31MMDPc7/pLSvoJyoU4yNyTncRAWl6uTs7fcyadVVhgcjzxITfDTbYqA777Y29JMPw+mAAxB855+0Arb3V3JAGPpPbvPDrRYYYAj+JPpfDqgkluvx2/WMf4dpschiNtx6wCLZaqQ3SODwPAlB8X6fhzWUYGF6gPJ7iaxNDpKRuQR9wZIurSnUVqdRVwV6c9/tNOO/hbU3r5Rj5GYJmo1X4RamhqUn+Yo5GMNj+ZmcT06XraNhw2rNZ7KM8MMiCZogBEDEZBMYAYJEMwSIABE2Oi3LVqagLshAx2OZm9Os/mv05AA3OeceB5MsWdrSoApyvVk+vpMOXLfrHtrxfr38a+pSNLbbfkDAlRW023fPWuSc7jY+4Mt2ri4pionHjwfBlDegqT2IBM4q7v9S67Zij1LQ1TJViQCfB27DaUVRcHEsry8JGAdu8rXOZ6HH5Z24b+O9AxOns6aIfQ7vQCScYHEKw0HoqAucZ4mo1FG6epMZx39Jh6eu10bPWSQW53GDzPFpsvTtkLfVrIJkDLZXIAU56d9yPtMhWqjfE1FPWatQKGJ23yNsmSLnSKFyrso6KrEtkuT9ZO4I4wd5txzFZ/ZneJt/FhWbMJRJeoWBp1Wpg9fTjJA9Bn99pKtNAuH6emk2G4J2XHO57fed3lXN1y+NtxXIcSZaXXTxtxDv9Jq0fxoQPIww8bkbAyFDq0ddjustholD+of5jkAKANuWx3MvK15SonCjP+BMFY6g9NCq957SuXJ+qebyV8bTDtrOxr6JZ611nsBJN5dYIIIxjeYW2dl4MmGq7+T7AzNTQDU06hkk+d9pH1u+xgI3P6j7ygnu7eTGFjZasycnMUupOGz1HmRFQk44jzYvkAKTnuIBfV9ZAUdztIF/qRdAdgQfvE09GqEHII8ZGx+8ba6G7DLbe2CYA7SL3P0seQRMVrViaNZkJz3B9DN0nw+y/UH77jE91nRaVQhqisx6QoIJGP4m3By+E9+mfJTyjp80Ig4mvq/CidDdFRi4yRlfp9Af9yBV+FK4H5ScZxkg/uJ3V56T9cs8N4+M6RBYSVcWzIcMpHuCP0zG6XaLVqrTZukMSM+uNsTSbRms4idxWGFSQsQPJmh1H4XYZ+UevA4Ozf/sTcfD1akFZMsSNwBjp9NzM/wA1fkr/ABW+wRZUxSJDjHG/qNxjvHVSK9UBnAXYDbMr6qMCQ+Qw5B8wrOuynIPiE1+/Ti3xs7ap8pCiqOABjufMpru+wShwSSftntmT7W4BIRj+IHG35pn9SsWDt9yPWc1Kxvbe0znSDeWIIynPj+ZBFo3PgyxKuo6mB3kZrlgfE6qzPqHPaI9ygkAbET2E2+86Wh9fubkpSLnt2nz25qgsSBgEnbmTr7WHqDpPGOJTM88ylc9u69tTRdEbZl38P6gFbLYx3yePWZRjOWoRLmIlMWxvNV1cjLUvlqMDLKw6nB425g2OtNWQ0yxD4JQgfjIGSjfxML1kma7RKpSipdNlrK+e65HJ8j/cmaRELi2yfa610npK5z69u+BxKv4hsQAtdRhamfy435BwNhkf4jbi8XqqJTx0k7E847gHxGUc1rd6RYZTDpn0zkZ8YJl0nxmJRb9oxR2a5YCaOw0tahy2yjxyfaZ+0GHE2GjumN+0P8r+Q4P4p1pbW6thVyR/ccy0VkQjCgA+B3iaVSj2UfpCZaZBwT6b8TlbF6jpFOr9QGD6bZnWFAUQFAXJ5PeJesVGOrHrKtbss5Jbjb7QDQX9pSfDsMHI3G2fQwa9VkXKDYenbzK641QBAOTkTqergqQe4xAJ9LU9t95IUo26tg+n+pm70Doyp38CRba+Ze8A1LXLoTlSR5HEhjWurKxWm6x+V5Fu2QM2NsiAWtBuoEge8TcXWJG0nUAhxnOT+0kX7IB1A7ExwaHcWgrKVcK2MlQcjG3mZ6v8MupDCpTHB/Edj74/eWt3dKNwZWPcYPJ3m9L2r6lletZ9ryhTYUFNTAZQRseR2Oe8rmumYYJ2kgXg+UAd/wDziVFRznbzJhU9QsKtNKlNlZcscYPfI43mcqacyVAjjGckEePGZpbb6hvtgSDr9tUbp6fqyMYBGR/5/E14rzE4z5KRMaqqWp9B27HY8xt3qocA43lK4IJB7HE8zOn8VZ7c/wCSfSU980g13LbmetFtNIrEJm0yDpnT2dGlYVKsS0Ua0A1ZwOo+egxavC6oGfSMvbHW/lr0OvUM59eNsTOU62DmO+dmPIn2InFlbn5jO2QuzNg7ZGeB6zR6dpnTRqO/9mwDYz74mUtm74mq0j5lUABgB4PBEVjq9uvh4dHzlODgEr2HnHpISMRNN/RugJYgjGwGcD0macbn3MwvaZ+61rWI+GLcMO8n2F/j8URa2IbGWlzT0yiADyc+ZJqu/v8AKlR3P6Svpvg5mvfTaLYPSAZC1TQl6eunt5Hn2iCiWm9T8IJhKjD6SCPeXWnJ0DAB9/MnmijjBG/nvGGW/pKhOApPt4kcrg4O01FjV6WKnbB8YyJIv9Lp1vqGzZGSO47gxBlmoEL1A53kvTbDryXJAmkFenTATpAHjE6olNh1AAecd4BAoaRSX6slsesHWdO6qf8Aw+R9PY+3iWIYAAqPtG1Km2Rt5jD5rdl0bpdSCDwYtK+TifRb6wSuvS+G9cbj2MwWpaU9vVwd15B8ia1tEs5jF5Z0FNPH3lTUbofiOpXWGXrJAyDjsT6wDdq7NkcGERJzMI93cHttF6bV+vLNxx7yddW4K5EpWUqdpUdwmek2+06k/Wy/Swyeds+0zbjBxLq3uiG95WX9HDnHHPt6Tp4bd5LHlr9hGzBM9nk6GDzE6dPYGjzyezpwukamMzOnRSbxY6nOnRwlOtZtfhThvb/U6dI5PTTj9rtuG/6/wZk6n4j/ANjOnTnbylWh5k6meJ06CUoMcjc8S3pn6PuJ06AR63I+8DPHvOnRhC1E/wDIsuLP8M6dEEHX1HSDjvPNP/8AbPsZ7OgB0DsPtOvz9J9p06MEacxyNz+sr/jH8nuZ06FfZT6ZbVeFh6WNvv8AtOnTr/5sf912VGOPMrqyDfYfpOnTn+tviouZFvPwiezp08XuGF/Uq4zydOnY5XTp06St/9k=

 

Hier ont eu lieu dans ma paroisse les funérailles de Sr Solange, une religieuse que je connaissais peu, n’ayant eu l’occasion que de la croiser ici ou là mais il me semblait important de participer à la prière commune pour et autour d’elle. 

 

Je dois dire que j’ai été frappée par le caractère lumineux de ce moment, comme je l’avais été lors d’autres funérailles de consacrés morts assez âgés, après une longue vie de fidélité, comme feu mon première père spirituel moine ou encore le curé de mon enfance, dont les dernières semaines à l’un comme à l’autre m’avaient aussi particulièrement marquée et presque bouleversée tant elles parlaient du Christ. (Là par exemple : « D’actions de grâce mâtinées d’émotions ») 

 

Si les funérailles peuvent toujours être à la fois douloureuses et apaisantes, il me semble que celles-ci acquièrent une dimension particulière dans ce cas, à laquelle je suis particulièrement sensible. Leur vie a certainement été, comme pour chacun, une succession de lumières et de parts d’ombre mais, chez eux, il y avait aussi cette joie primordiale d’appartenir au Christ dans toute leur existence. Et cette joie s’est vécue dans une fidélité de chaque instant, du oui quotidien, malgré les obstacles, les tempêtes, les tribulations, peut-être malgré des infidélités suivies d’autant de relèvements par miséricorde… et tout cela est grand. Ainsi la célébration des funérailles chrétiennes sonne vraiment comme un achèvement heureux, comme le oui qui a tenu jusqu’à l’heure de la Rencontre avec son Seigneur, cherché avant, sur terre, amoureusement, par toute une vie dans le visage du frère et dans le cœur-à-cœur de la prière. Accomplissement d’un amour dans l’à-Dieu. 

 

Aux jeunes, on donne souvent des jeunes consacrés en exemple. C’est important pour l’élan, pour ne pas se savoir seul et pour oser la folie de l’engagement mais ces vieux consacrés sont aussi à ne pas oublier et à contempler, et fréquemment. Car ils sont aussi vraiment des exemples de fidélité : sans clairon ni trompette, ils représentent par leur vie et par leur mort la force d’un oui qui s’est déployé dans toute une existence, malgré les chemins de traverse parfois chaotiques que la vie fait emprunter, jusqu’au bout. Et alors la mort, en nous renvoyant certes à notre finitude, renvoie aussi et encore davantage à cette résurrection qui nous est promise en espérance, à cette Rencontre vers laquelle la vie consacrée est foncièrement tendue. 

 

Alors qu’ils soient auprès de Dieu, rayonnants, et qu’ils intercèdent pour ceux en pèlerinage encore sur cette terre, pour notre fidélité dans chaque petit et grand oui du quotidien. 

mercredi, juillet 10 2019

Quelles cloches

http://img.over-blog-kiwi.com/1/21/39/61/20170823/ob_8cf385_cloches.png

La messe et les vacances, c'est toujours une grande histoire... En France, il y a un truc sensationnel qui s'appelle Messe info - certes, quand la dite "info" est renseignée - qui permet de trouver tout plein de messes (dans l'idéal) autour de son lieu de villégiature. D'accord, ça, c'est le cas dans lequel tout va bien. 

Alors, imaginez-vous maintenant en voyage itinérant à l'étranger avec des non-messalisants dans un coin dont vous ne parvenez pas à trouver le site internet de la paroisse, le tout dans un planning serré dans lequel vous n'avez pas votre marge de liberté... c'est moins sympa tout de suite, non ? Que faire ? 

Pas question de sécher : si j'en avais les moyens matériels concrets, la messe, ce serait vraiment tous les jours et pas "la messe en semaine quand les horaires sont compatibles avec ceux du travail" parce que j'aime profondément ce moment d'une part, d'autre part parce qu'il est vital pour nourrir ma vie de consacrée. Et là, ce n'était pas la question d'une messe de semaine, c'était la question de la messe dominicale. 

J'étais donc assez embêtée samedi en fin de journée : il allait me falloir dénicher une église en espérant que les horaires seraient affichés et ne gêneraient en rien personne le lendemain. C'était sans compter sur la Providence et sur ses cloches... 17h45 : une volée de cloches bien caractéristique ! Chrétiens, venez prier ! Chrétiens, venez participer à ce moment où le ciel s'unit si spécialement à notre terre ! "Oh ! Je vous laisse, je vais à la messe" : l'église n'apparaissait pas sur l'application, je me suis guidée au son pour finalement arriver dans une petite chapelle avec une vingtaine de personnes. Je ne connaissais personne, je ne parlais pas la langue mais je venais retrouver des frères et des soeurs alors je leur ai souri... et nous avons prié ensemble, et nous nous sommes nourris de la Parole du Seigneur et de Son corps. C'était simple mais c'était, comme toujours, extraordinaire. 

Quand certains râlent contre le son des cloches, peut-être devraient-ils davantage se laisser interpeler par celles-ci pour leur bien ? Se faire sonner les cloches ainsi, ça fait toujours du bien ! :-) 

 

samedi, juin 22 2019

Comme une douce ondée de vie

 

 

            Ils sont jeunes, ils chantent en chœur pour la fête de la musique dans ce lieu de croisements de vies qu’est le hall d’un hôpital. 

 

            Il y a là quelques blouses blanches, peut-être venues égayer la pause trop courte de leur emploi du temps surchargé. 

            Il y a là des officiels venus moitié par devoir pour certains, moitié par plaisir pour d’autres. Ils sont venus aussi serrer quelques mains, prendre des photos, alimenter leur compte officiel certifié. 

            Il y a là des passants de tous les âges, il y a là des patients de tous les âges. 

 

            Les élèves chantent, la magie opère et l’ambiance naît dans ce lieu souvent plus triste qu’à son tour. Des sourires naissent sur les visages auparavant fermés, certains s’animent et tapent des mains : comme une joie, une allégresse qui se communique grâce à la musique chantée et surtout partagée à plusieurs. Il est l’heure de la fête. 

 

            Une petite enfant s’échappe des bras de sa maman dans le public pour rejoindre les chanteurs, tout sourire, toute chorégraphie : les sourires grandissent encore de cette vie toute pétillante. Oui, il est l’heure de la fête. 

 

            Certains brancards passent. Si certains sont indifférents, la plupart des alités regardent avec attention nos élèves et leurs regards sont touchants : comme s’ils attrapaient au passage une dose de cette vie qui défaille en eux présentement et la respiraient, et s’en emplissaient. D’autres sont encore plus touchants quand ils agitent une main en cadence ou saluent d’un signe faible mais volontaire nos élèves qui leur répondent. Instants furtifs sur la totalité du spectacle, instants précieux, d’une immense qualité humaine : il est l’heure de l’humanité. 

 

            Parmi nos élèves, certains vivent aussi des drames, même s’ils sont moins visibles en apparence : l’une enterre sa maman un peu plus tard dans la journée et, si je fais partie de ceux qui frappent dans leurs mains pour l’ambiance, j’ai le cœur serré et un peu envie de pleurer quand je la regarde. En attendant, elle chante, elle aussi pleine d’un espoir, d’une vie plus grande encore que ce qui est limité et vient de se terminer. Il est l’heure de l’espérance. 

 

Un spectacle sans rien de très spirituel en apparence et pourtant empli de nombreuses gouttelettes de vie à guetter, à savourer, à chanter : parce que, simplement, il y était question de la vie à célébrer malgré tout, de la Vie à espérer, malgré tout. 

 

 

lundi, décembre 10 2018

2 ans de joie !

https://i.pinimg.com/236x/07/20/22/072022669e4afcdab6ee673ab07bcf5e--happy-smiley-face-happy-faces.jpg

 

Aujourd’hui, 10 décembre 2018, je fête mes 2 ans de consécration, le cœur en immense action de grâce, évidemment. …. J’aimerais remercier le Seigneur sans qui rien n’aurait été possible (c’est vrai en plus !) et, pour Le remercier très concrètement, j’ai aussi eu la joie de participer à la messe célébrée par mon cher confesseur pour rendre grâce au cœur de l’immense action de grâce qu’est l’eucharistie ! 

 

Le célébrant m’avait demandé de dire quelques mots sur ce qui faisait ma joie de consacrée et qui pouvait concerner tout le monde. J’ai parlé sans le papier que j’avais préparé, il peut donc y avoir quelques différences mais voici mes notes : 

 

  • Joie de la certitude profonde d’être à ma place, d’être là où le Seigneur le et me veut… Joie de répondre à notre vocation, quelle qu’elle soit ! Et c’est juste incroyable la profondeur de cette joie, malgré les épreuves et les difficultés du jour. Je n’ai jamais été aussi profondément heureuse que depuis que je suis consacrée : une joie liée à un amour d’une incroyable profondeur. 

 

  • Joie qu’une de mes missions soit de porter la prière de l’Église pour le monde. Pas seulement d’avoir les mains dans le cambouis du monde de par mon travail de professeur mais aussi de le porter dans la prière des heures et dans ma prière personnelle. J’en suis honorée et c’est très beau ! 

 

  • Joie d’être appelée à une conversion permanente pour chercher à être comme un panneau indicateur vers le ciel… De plus en plus, des personnes viennent me parler non pour voir « Zabou » mais parce que je suis consacrée, que j’ai un peu ce double ancrage de mes pieds dans le sol de notre monde et mon cœur ancré dans le Seigneur, pleinement donné à Dieu. En cela, il y a la découverte de mon immense petitesse, de ce que je ne maîtrise pas vraiment, c’est-à-dire de ce que le Seigneur fait et veut faire à travers moi pour témoigner de Lui. Et cela, c’est très grand ! 

 

.... J’ai fini en partageant la prière suivante, écrite en août (et que j’ai dite en « nous » pour l’occasion, en précisant que chacun pouvait en prendre ce qu’il voulait de par sa consécration baptismale mais j’en donne ici la version originale). Prions les uns pour les autres, afin de témoigner de Lui et de Sa joie, quel que soit notre état de vie !  

 

Seigneur, Toi, Tu brûles d’amour pour moi en tout lieu et, si souvent, je passe avec l’indifférence de mes préoccupations à côté de Ton buisson ardent qui ne s’éteint jamais. 

 

            Pourtant, je crois que ma vie de consacrée (et cette joie incroyable dont je ne me suis toujours pas remise d’être à Toi) est d’apprendre à T’aimer en tout. A me libérer de tout ce qui me préoccupe pour que Tu aies pleine place et que Tu aimes à travers moi. Apprentissage d’une vie : accueillir l’Amour, Le laisser emplir chaque recoin de notre être. Mystère d’alliance… Donne-moi, sur terre, de vivre comme Ta bien-aimée, dans la fidélité, témoin de Ta joie et de Ton Amour fou qui Te consume pour l’humanité entière. Cette humanité que Tu as aimée à jusqu’à te livrer pour elle. 

Amen. 

samedi, novembre 10 2018

Notes en vrac d'espérance

http://a403.idata.over-blog.com/4/38/92/59/A-B-C/conseil-de-discipline-1.jpg

            Ce sont de curieux moments que les conseils de discipline. 

 

            J’ai du mal à expliquer en quoi cela constitue une place de choix pour une chrétienne qu’y siéger tant ce sont indubitablement des moments douloureux, souvent accompagnés d’une certaine violence et qui me laissent intérieurement groggy plusieurs jours de suite. Mais, en même temps, ce sont des lieux porteurs d’une incroyable espérance pour qui ose y croire : et le chrétien a, ce me semble, à s’en faire particulièrement l’écho. 

 

            Quand l’élève a – gravement – fauté, on n’est pas juste là pour le juger et le « virer », même si la disposition de la salle s’apparente alors à un tribunal, qu’on y est grave et qu’il n’est pas rare de voir nos élèves et leurs parents y trembler, voire y pleurer. Et, pourtant, si l’on prend la peine de ce moment, ce n’est pas pour exclure d’un coup parce que le cadre a été outrepassé, c’est bien plutôt pour jauger la situation et, surtout, toujours, espérer. Il ne s’agit pas la petite et à la fois si grande Espérance chrétienne mais un peu tout de même : il s’agit d’espérer l’élève dans ce « plus beau », dans ce « meilleur » dont il n’a pas encore su faire preuve et réfléchir ensemble au moyen de l’y conduire. En gros, c’est ne jamais croire que tout est fichu, ne jamais s’y résoudre… même si cela n’empêche pas la sanction d’être posée. 

 

Lire la suite...

vendredi, août 10 2018

A pied mais dans Ses mains

data:image/jpeg;base64,/9j/4AAQSkZJRgABAQAAAQABAAD/2wCEAAkGBxMSEhUSEhIVFRUVFRUVFRUVFRUVFRUVFRUWFxUVFRUYHSggGBolGxUVITEhJSkrLi4uFx8zODMtNygtLisBCgoKDg0OGhAQGi0lHSUtLS0tLS0tLS0tLS0tLS0tLS0tLS0tLS0tLS0tLS0tLS0tLS0tLS0tLS0tLS0tLS0tLf/AABEIALcBEwMBEQACEQEDEQH/xAAbAAABBQEBAAAAAAAAAAAAAAABAAIDBAUGB//EAEMQAAEDAgMDCQMKBQQCAwAAAAEAAhEDIQQSMQVBUQYTImFxgZGhwTJCsSMzUnKCkrLR4fAUFWKiwiRTc9Jj8Qc0Q//EABsBAAIDAQEBAAAAAAAAAAAAAAABAgMEBQYH/8QANxEAAgECBAEKBAUFAQEAAAAAAAECAxEEEiExBSIyQVFhcZGhscETgdHwFBUjQuEzUmJy8UM0/9oADAMBAAIRAxEAPwDeAXZOOEBMY6EgCAi4WHAJDsGEhhAQAYQA4BAHN7WHy7uwfBZK/ONVHmmRv7vQKq5dYrVB7Y4tlVdZb1BYSWOBAgOJBA3lrM3ok9hnU7IaatCnMdBj2vt7rqtMsJ193nR9lQ6RhwLgwDPGsOmbFp1PC/epsijntk03DnqbgRzeIqtg6wX5r/ePipoiSP1jeAPEz/1TbEkU8K2Jm0F4jgC85f7YVZMhqt6c9viC2P8ANIfQTY0QxjvovYfvEMd+MqTREjpU+kOoi/WQR+SglqWPY63YmYBxBMta6B1jpDzAUZhA6SpVPO05Mg5mA63LS657Kaytu5osrG6yz2bpa4dplpGulg5XlDLZCmIxsWS3EtdugT4lZZaVbmiOtOxn41kVHj+o/GV36bvBdxxKitJkMKZAEIGKECAQgYoQIUIAEIGGEAVQFYVBypDsODUDsOhIAwgYYSAdCAFCAHAJDOb2235Y9YHwWXEbmqhsYz9R2CfD9FSi0je3p9rSFAs6B2zxma5nUHjWbNeCPB0/ZUSTWho8ncWabxJ6EnO0zBaRUZAj/k81GXWM28ZgslTMXZmVHgnom2YguBOkXKM2grHOUcKRiawJzCo2jUaQ6ZbUpNYHHrmlfgQRdSWwDMT7QGkkjrs62vUHKTeyIJdJTwzIL+s5j4ZRM/UlJLQcnYgfEtgj24i30ahg8NR5ISBtE+0mZmFo1ILewnR3dZOWgRTfQDDnNBiJEjxBGveoJE2dTsXUwSLA8N/DfuRUWhGDVzoWMOVjr2fTPZnLWHwDisSXKNd9Do3D2DEQ7gd4Lb8PaC1GYnP7+CQGRjWzVP1D+/NZpazZpjpBFPHjpk8QD4tC7lB3po49dWqMrwrioUIABQISAFCABCBihAChAiuGqdyA4NQMMJAEBABhIY4BABARcAwkAYQBzO32/K9w+CzVlyjVR2MSsdI4fBUIvG17Fp6/Rv6qD3Jx1LOymubWERlu1wI6JbcdLgOtVzkoq7diyEXLRK5JQyMfJeIkez0z0YIiOjq3eRqs88XTW133fzY20uHV59Fu/wDi7NmrygY5paKbndIkFxDSJywAADpl47ysssc1zY+LNsODv90/BffoUKeIglwY2S0NvJgNc5wjgekRPBZ3jq3Q7fL63NkeEYdb3fz+hHWfOob91v5dZVbxVaW83429DRDh+GjtBfPX1KFb98PBXU5ye7Y50oQ5sUvkRSrUkQuwhSshNscnZEbsUJg2yRlVw0cR2EhMrcU90dVsPHVg0ONSpBcGguc5zS4XjpWnfCwYideF5QbsvArrU8PpFqN/kn5HZbMxJewl1yDuEbgVt4fiJ1qblPdP2TONiqUac0o9RHVI5wHrI74IV7fLIfsKGNbcfVjwJHouthH+nY5uKX6hWhaTMKEAKEwBCAFlQAIQMUIEHKgCvCkQDCBhASAdCACAkAYQMMICwYQMMIEczt4fLHsb8Cs9XnfI0U9jAqn1+Kw1K0KfOf1OjRwtWs+QtOvoGur2AjTeb3jcNPGVz6uNnLm6ev393O1Q4VThrN3fl9/dhr6pd7RJ/e4blilJyd2dKEIwVoqw6mFFlkUW6DVVJlqLTQq2TMfGmo2tNSu6lh3AAVGUmVBSdaOdaRmLDfpA2suvgaeGqwytcvvevdr5HB4hVxlGeeMuR3LTvuvM0MVsDGNAcx+HxLCA4FpNJzgbgtMuYQe1bfwFL9t15mRcWrfuSfk/f0Mt2JyOFOsx9F50bUEB2k5H+y/UaFUVMJUhruuz6G2jj6NV2vZ9v12+9iyAqTYFAghMQgmROr2BtE8yaDm5mOuDOUtMg8DIkA7t/dlq4z4MXBq9/cpxGDVSUaqdmvP6f8Or2K+Guni3zEeiXCJcia7V6HNx65UfmFz5zOvAcPKPyW9O7bRnaskiHaDdO13xn1XTwb5LXac/FrVMqQtpkBCAFCAFCABCADCABCADCAIcidyNhBqLhYOVAWCGoGGEAGEAGEgDCADCAOU5Q1Q2o8uMBrQSYm0ToNVRU3+RfSaS1V9fv5GJtKkxtVwY6QG0jB9ppfTa5zSeok8LELz+Op5KrVz13DKzrUIyat0abFVYzpDggRNTCiycS5RCpZai2wKtjYKrJEESNIN5G8FOMmndEWk9GZFHF1cAS6iDUw5Jc+gTdk+0+ifd4kaceI9FgsaqtoVOd0Pr7+31PN8Q4a6V6lFXj0rq7uzs6DrMJicPjaMjLVpus5rmgwRuc06OH6g6FdPVHITUkc7ieTOIpOIwxZUpH2WVXEOpdQd7zO+dOEmiph6dR3ej7Ok1UcbWorKtV0X6Pn1dhR2vs+vQpsNSuDVqOy06dJjcgOrnOe8SWgRuFyO0H4ejFXa0Xax/jcVOSjFq7dkklbzuPw4cGjOQXby0QO5c2WVybjsd2nnUF8Rpy6bbEgSJG7sI6LkY/cu/8zq6NXLSq9jOrVxHr5I4dK0Ktupe5ycTG84fMtbMdNIu48N8AA+crrUXeF+v+DFVVp2JMddrT+9P0XVwb3OdiloijC3GIUIAUIGKECBCAFCAFCAFCBlr+FVPxC74ZXfRhWqVypxsRlqaZFoIYncLCyouFgwlcBQgAwgAwgDktu1ctaoYkQ2RMSCIidyzV6rp3kuo14XDLESVNu137HMNpwXuJlz3F7j1nh1Cw7l5uvNzndns8PSjSpqEdkOCqNA4JCJaaTLIl6kqWWItMVTBjnBJCRTxLVqpPUUtjH2ZV/hsdRNOzcQebqMHskyAHRuILgfvcSvSYKrKdNqXQeS4nQjSrRlDTNe67V0+Z6MtRiOH5R4jnMe1guKFIk/XqRP9rmeCoxTtR73/ACauHxzYn/VN+OgFy0egEmI1thuuuPj9WaUv0zp+chjusCbxFxdUcOnaUl2e6OZiFs+018Dh4YGA6E9Wp/VehhTUYqPUcuc7ybJcYyGd/wC/it2E0nYx4nWNyhC6NzBYUIuFgQi4WFCAsKEXHYUIuKwoRcLChFxmyAFhubbFevQlWRmQlEruw6t+IVOBE5kKadyDViKFK5AMIAUIEGEXHYMIuFjjOVDfln/VZ6LDjXyPA6vCV+uvn6HPuXnp849bFaAUCQQgCWmkycS9RVLLkW6aqYmSOUURRTxIWimN7GdyVwf8TijiT81Q6NLg+pF3dgBnvZ1r1eGpfCpJPd6v6HjMbXVeu5R5sdF7s7LaePZQpOqv9lomN7juaOsmyuSuZm7K7OA2Qxxz16nt1nF57CSRE6C5gcIXPxlRSnlWy9fv3Ozwug4UnUlvLX5dH1NBZEdMJSbsriNDYZuuNi9TSuYdbhyN+hEW11Gio4c/17dat5o5mK5jZt4KJdedHb94tbtBPivTrVs47HVx0COz8vRaMM/1EU11eDKMLpnOBCAFCBihAhQgBQgYoQIUIGWsPiJXPNxbzymIWVSuKxWxFJWRmQlAqZFepFDiIsTuRaBCYgoAUIA4zlWflndjfRYMc+R4HX4Qv1vk/Y54rz89z1UdgKJIIQBKwJMsiXKKpkWot01UxMmKiQRibUc+tUbg6HztX23ailS957uFvjxIXb4Xhcz+NNclbdr+iOPxXG5I/BpvlPfsX1Zt4/H0NnU6dBjXPdlinSbGd97vcdGyZJPbAMLvX6WeeStaMVd9COZxZrYp4fiS0MaZZQZ7IP8AUfePE/AWWOrjEllp+P0Olh+GSclOvt/b9foXAuedoBKTdhWGvcqqk9CUUX9iHpLm4jml65rOxwB6TZ0/K/os3DnbFQ+fozmYtfpSN3DtGZx3kAfdJn8S9UktTiN7CdfNwuPifVSou013iqq8H3FSF1jmAhAhQgYoQAIQAoQAoQAsqAIcM6NVgubjSo3TAshqBDKgTArindSUmRcRVKSsjMrlEgcxXJlLQITEKECOI5WfPO7QP7ZXNx708PRnb4MuW+5+qOfK4Utz0yAAkSHBICRiTLYlyiqpFiLVNVsTKuOxVQvGHwzDUrvEge7Tb/uVDo0dv5A78BgfjPPPmLz7F7nJx+P+AskNZvy7WbeyMNQ2fSd0+fxD71qjb5nfRzaNYDu13xuHXq42jTtFdGyXR7HJocOr1bylpfdv6b92yOXxTc1epiHGX1IA4MYAAGN8LneVgnjJVbJqy9zr0cDDDttO7fT2dX1HBNO5axx0RKVgWpAXLPKZYkCVW2Bo7EPSWbEc0sjzWdngD0m779nmsmA/+qHf7M52K/pS7joGxmm/vN3dR3fV816zS5wdbDKDgZAImbjfcBRpyV9OsnNdZBC7ByQQgBQgBQmAoSAUICwoQOwoQBTcIXPubizh8TCEwNGnWBUriBUcmIY1yAJE0wsQVGq2MiqUSLKrkyloWVArHCcrT8u8dbT/AGwubxB7Hd4KtZPuMBcNno0BxAEmwFyTaB1lCV9AbSV2Uv5xh/8AeZ5nzAWj8JX/ALWZvx2G2zokG2sOP/2b5n4BH4Ou/wBjJriGGW9RD28pcMPfJ7GP9QE/yzEPo80QlxjCL91/k/oNdywpD2abz25Wg9Ugk+Ssjwaq+dJLz+hlqceormxb8EZz+VTxm5qlTp5zLySXucd0kwDG6RZb48KhZKpNtLo2XgcuXGZ3bpQSb6Xq/YxNsbSq1WfKVHOki2jfuiy1rD0qEP0429fHcwyxdevP9STa8vA7HZMvw9JxueaYSfsi683VVqskutnr6Er0IN9S9CxSVtOV0OQqhso1GEURKkmAlAGhsU9JUYjmlkdmdngD0mfWb8QsGFdsRB/5L1OfiVenLuZ0j4sdLnuABHqvYSaPPxuyrSpe8Ika907u/wA1RFa3LZMc4XK7SehypLVghMiKEAKEAKEAKEACEDDCLgZ9R65htIKjlJAT4auQncC1/ESncAtqpgTMrJ3ESEozCsRkqyNQg4DmhWqZDIcByybGId2D8IXMx8tUdzgy0n8vc55cg7yMjlXVIw5H0ntaey7v8Vt4fG9a/Un9Pc53FZ5cO+1pe/sca0LvHmB7QpogyZh+EKViFyRoTI3JALHqChN2RKmrsrY13Qb2/BVVXyEWU42kz0jkfDsIwn6GTvBI9AvPVY2rTPV4ebdCn3emg0GCqoStc1tXIyVFu5JAJSAYSnYdi/sc9NUV+aThszs8GbtPBzfiFzKLtWi/8l6mKsrxkuxnQYl4yxHHriXW+I/VexquyPPU1qGiIAiNeEWI3fveqiY54uuvTfJRzKi5TG5VMgLKgAZUAHKgAQgBQgYYQFjIqFcvMbRoCWYVhwCFIdh4KmpAPa5TUhEjHIuBbZomAxwSADXwmmROG5Uumu/t/wAWrncQm7x+Z2uE82XejnysJ2jE5XfMt/5G/get/Df6r7n6o5fF/wCgv9l6M5WmxdiUjzqQQFfEoZI0KZBslAQIlZ7L41AHhKoqvU1UYNrTUzcW6cveqZvRIklud1yHxX+nc36Lp7i23mCuRjFlmpda9P8Ap6Hh8s1Nx6mvP/heebrCdIamA1xTGMUhmhsg9NZ63NJx6TssObBchO00+0x1DpqpEC2/X7Un4L21Q81AFAtHGzWzbrMkGLqpWLHckc1dKjzEc+rz2CFaVihAAhACQAoQAoQAoQMwJXEubrBBTzBYdKdwsAuRmCw5rk1MVi3hqJcrItsViapLNfFTba3AQqgozCAXJ5gOD5S/Pv7fQLnY93ce47HCuZLv9jGeLrGnodlGLysp/It6qrfwVFt4fK1V93ujmcWV6K/2Xozm8JQc8wxpcZmGgnvMaDrXTnUjHWTscSnTlPSKbfYSYnZtWkAajC0EwDYidYsTBWmjiKVTSErsqxGEr0VmqRsmRMC0mJskhAJXdkeqbOwraVNtNoAAABgRJi5PEk714TEVpVqjnLW59Bo0Y0YKEVsZe3OTdDESXNyv+myA77W53er8PjKlLS911P70Ka+Bo19ZKz61v/Jl7G2M7CmoDUDw4CIBB6ObUX48Vqr4pVoxsrWKsLgXhnJ5rp26Oq/1LDjdUrY1jkhEblJABMZe2UOmFRW5pKHSdnQPRXFm7O5mnudE9/ssOpk210H/AG8l7aTvZHmkrXZPUYIItdpE+H6qMktRpjxcDsW6g+QY665YYVxSCEAKEwFCQChMBQlcBJ3HY5hr15/Mbx2dGcA50ZwBmTzCJGFSuBoYHEhtj4q6nUS0Ymg43EBwgFOdRW0FYpNcq1ILEjailmA4zlCZru7fQLLjHfJ3e51+Gc2Xf7GTvWRPQ66IdoYRtZhpukAwZESCCDIn93U6VV05ZkVV6Ma0MkiXA4VlJuVjco8yeJO8qNSpKbvJk6VKFKOWCsihypP+nI4vaB5n0K3cL/rruZk401+Ed+lo5NrLSvRZjx+W5JTMEHrHxCjUfIfcSoL9WPevU9XafivBn0NjaqcRoyMctVMlJaGeFcZmWAQO9QIkVQQVJDGgIAvbMPygVVXmjgdlQHRXGqGeW5rtqfLMH/jeRrezPCSD5L2MHdxf+J5+W0u8vVqoza6ST3gx5jyQ2sxFJ2I9k4kPpBw4nw3eS1YOd4FGLhaZczLVczZQZgjMGUjdXCLisRuxQSzollEK4SdRDyMdzqi6iJKmQGsVH4o/hmIGLimkBppNCBlSytDHMTTYrEwKncdh2ZGYVgOKLgMzJZhD2uTzAcjtu9Z/b6BV4t8zu9zq8N5su8zN6zdB1lsPakMLUMkjB5Y1IZTbxc533RH+S63CtJSl2W+/A5HHJXpwj238Fb3MClUEQupmOBlRWqvtHZ6qUp3Qoxses4GsHsY8aOa13iAfVeLqxyyceo91CWaKkulE1RQiTRk48LXSLHsZtF8EdRHxV7RlkrkjGF11EV7DCUJAFqBMt7OPTCrq80dPc7bC+yuJU3M9Tc06Lpr0hb5nxkgR4DzXrcNLNCm/8F6HBrKzn/sR7cx4ojRxJjQGLN4nfCdWai2vvYlShm++0bsCv0MtrBjrcHAn0UsJKyaI4mN2mXa2NAWl1DMomfiNrRoqnXfQSVMya+1HnqVbrTJKEUV/5m7iqnXa3HlRoYLawOqupV1Ii4mhU2o0BaVIhYh/mrPpJ6CGMK46ZYSFykmAgArLoLjxTCWg7gcxDsFxoaohckLLJsQGU0kgJhRlWZWI4vb1q7x1+gVOKWkTq8N2l8jJfqsyOsth+ayQCa5OxNHKcsK81Wt+iye9zj6ALr8PVqbfWzg8XlerGPUvX/hi03LecoicdEpMEekcicVnwrBvpk0z3Xb/AGlq83xCGWs316/fzPVcNqZ8OuzTw/g3nLEjejM2gFppFnQY2/vWroM0i0HwICjlKiMhGw7iaELcTLWAPTChUXJZKG53OEFlxqsdTPUepfos+WpEDSkJ6hmuez8ivT4LWlSf+KOJX0c12mdyzr5G9Zc3TrAme5GIfKt97FmHWn31ia00m3sSymbGRGZ4ie8KMLw8ERqtSXzZTr4klTzNlNiDOrEkIgq1BuU+giVSySsdaxIkpti4VcHZ3ELEVCRBK1RqAQAqzOyOVHS51zFIYjUTzBYZz0IzNCsPbiClnYiTnil8RgN51NTYh7cSpKqSHtrKSmJlyhVB1WmE0xWOM5T/AP2H934QqsXtH5+x1eG7S+RjPWVHXiNlAx9NDJo4LbNfnMRVduzZR2M6I/DPeu5h45aUV966nlcZUz15vtt4aFQusFfcykZUWM6z/wCPsblqvpH32hzfrMmfFp/tXM4nTvBTXR6P78zs8Iq2nKm+nXw+/I70riHfM/Hiy0UixGG7VbFsUS3JmuSTKGrDk2IKhFNMCXB+2O1FRclkqb5R3mz/AGe5caorMorbl/Au+VEnRggbpzVPReg4bJujHu9JM42LVpPv9kY/LmgTD7xIHgDp4/2qWIXLuTwz5Ni7twQxn1XW32cwj18E56NfMqveMvl7mCanWhFVyvUqdalcCs4b0OdgI3VoVTWYCahVJQqYiarSJU4qwFfKVouhHSNYuaoizFlmGnerVSFcP8tceCHRYXA7BEJOk0O40NhRyiA4BFgsDIouA7BAVkYDSJablNRsOxy3KN01nd3wCjiubD5+x0eHfvXd7mO9ZkdZDXJkkR16/Nsc/wCi1zu8AkealCGeSj1sVSp8ODn1K55/hW2ceAXebPHsjcgYmhIdjS2DTqHEUuaBLg9ptuEjMTwESqcQ4qlLNtY1YRT+NHJvdeB6xC8xc9aUca2yvplkTArarbHYonuOob+xKRVIlCcWQYijYCXCHpt7VGT0Y47ndYKuIAC4+Jkk7LcrqRd9S/s6sRV3cI6oHqfJdrhU70Uu/wBf5OPjI8og5W05ovJsQGkdRDpjyWjELpIYd62KO23E21lsg8IaLeag1yx/sZjUcKTqVOyRnLBwsKWURFzShkAP8HOqdrATUcIAk2BYyDgo5hNkBYOCedhc2nuEaKTgkRSIGY2DofBRzpEsppYbaDTvU1UiJxHVq4O9RlNMLFQtVTsSsRkIUR2BKNgYchUlILjm01LMFzluULoqumwG82sGsMk95UcQrxhbt9jdw9pObe2nuZLlkR2ENGifSSMvlK8twz43lrfFwJ8gVpwivVXzMnEJZcPL5LzOY2Zg6lRrxTY50wLC031doO8rp1KkYc52PPQo1KjShFv769vE2MHyOquvUe1g4Dpu8oHmsc+IQXNTfkdOlwirLntLzN/A8kMOyC4OqH+p0D7rY85WKpxCq9tO7+ToU+F0Ic677/4OgweEZTGWmxrBwa0NHksNSpKbvJt95ujThBWikl2FgBVjKmMFldT3LYnOYoXW+OxVU3G03IaKidmiinZlbE7RD3BDG1YITtdE4LU63Zu16uTDCmHGnUu8gHK3MOjnI33i/ADeF2KNCEKaikrW17W1r56HlMZXnPETk3s3bsSen17zew78tcbxDdOJz3g/VHgsFCnCjUnCG2bwvGLNM5yqU1OW9vRsXLOeYkOtmbIjUSBHiQniebcMNzrFHHyW0CbyzxkMv5KEt0yS5rQykBFwo/EM1wPMqaqCuV6jUOYripPSzDJ8yrbGLOkJkZKVxFym129TdRsCQU1EdwhgCTQXHh4UbiuPNRK40yu5WKVyWdD2NRIi5E7UkRuOapAcbyvo5qj2gxmaO45R+QVzqKCpzauk2bMJTdSNSCe6XuZQECOCwyeaTZ26ccsFHqVgsCGWofzIdYtBHAgEeBSUmtUyWRSVmrl2hTsR2KqUtS21rE7GKtskTsYoNiZOxqg2QbH5FG4rlXFU7K2nItgzm8cyCujTd0RqldoU2UEzXqtoi0F7x1IsyLaRASOI8QrMsuoj8Wmt5LxLmwMfUoOApv8Aky4TYnKCekWkGxglaFVrqLyo51enhKk80pa9jO7wtdrslRvsudYkR81mBsb2NQLPhKVeneVbeUk/J39imtKnLkw2S+hq8pqM4epxABFt7SHeFlsxMb02Z8O+WjHrtnD0CLZWnwbTkeOVZ581MujzpIjAhZr6mK4iFLMIaaYUlICPm08wAcoOWo7kLnochXAlZjuawcmA4J2GNeUWEyMFIiStckFw5kwHgp3Ala5O4CzpZgucnyi+ddxIt4CFup0oVKSzIsp1p0m3BnMVa1Tc5tsxJgXv0Y4WSeFp9Xma1j6y6V4DX16kw18cAWg7wCO3pN8CksLDqJfmFZdK8CYV6o94aiLDTV3lKl+EpvoD8yr9fkN/mFZpI5zcDdo3lw3dyX4Kl1B+Z1+vyLDcbWABL7dGbD3nZQPVH4Gl1B+Z1+teA9+061jmi4FgN8D4kKH4Gj1DfEa/WvAeNp1ZjnD7XAG0Dq4lP8BR/tI/mNfr8kZH88xPOVWmqQGER0KekCZ6PapfgaFrqPm/qH5hX/u8l9AnadckA1Df+mmN44NCSwtLoj5v6g8dX/vfl9B+Ok0w7MZls3jfB0jgrvgwS2Kniq0nrJ+JXwLbmST2kncOPXPihQj1EJVZ/wBz8STG0WhzLC5j+1x9FPIivO3uxYOm0PHRF2ndwP6ogl0imbOGoBxgC5FuuDorbIhdm/yJ2K2sHmqHBrCGgezLsokG0wBw4i6UXoElqdDtfCspMYGANY0PDRcwS5jybmSYY7tVFfmtl1Hexo4szRIMwaTu7S3n5KNX+m+4dPSa7zCwcnAstcC43xD2+oWZ/wBNW+9zT/6srOqLE9zA97AL0rMBConqO5G+oi4rjWsc64FlONKUhXGNiYK0Rw6Il1oYtCpDJgViJgzp3FcIdKG0K48BQbAaVG4DmhTQDoURBuhsYQEAc1yhHTceHq1v5FdTDP8ATQWOYqAAAt96Tr68JIVr6hoqSMwtoSZ+ySPMBNDLTWEwG65Mx/DHVZNqwk0NLASDFpDYO8QXCe4KVtCNyesIY69mifuCfRGW7DMNxMBrv6SD912Y/hSsO40kgz2fEyoWaLLpoo1KP+qhwIbUptI3ZvnAYJ62AJvSOhFaysy9UwjbQNZ6yYAAv9tU3dy1pWFWvSdA90uA7szQr+gqe5SpOh5jg3yzT8VXsT3LeN90/wBQ85b6qbIIrMfDx9oeIB+DVGL1JSOgwD+k0/1HyVzKlueg8lXkMym+/W8n/wBKmGjaLKmqTLG3qQcGtvBc4dc8zWhFRXTQ6bs7iwVTNSYDvB+BPoqk7xVybVpMobEpjmajB7tSq3wd6SqYLk2Lqj5d+4xXO6LTxa0+LQVzpbmaqrTfeGgxztArYQlLZFOYvUtk1DrZXxwsnuO5cZsGdSVfDCRQiWvsqG9Gy0qmkNHJ45r6dS4tx3KaihMeMZ+5TsgNVq4GcmiRjUZhpDy0ITBoICkIMJ2EEWQAsyTYCJSbAJKjcDmNv+26/ugd8C/p4rrYTWl4+ormAaFmA6MN+JmLeIC0vRsaehXbhRIO6CewiAB2SU0nZsG9bEmz9x6vIBv6qUiKJv4cRE3DuuIBIHx8kdFwvqQN6bXcHZh3En0KOm4dBPszDNrwHTDwJIgRNpOs+1MKPaSTNrZlJmRj2sGZzQZdcy5gdqd35qqTexakjF5TnLWwz7AZqjT2TSeB4B/inDWLQpaSTGVwQ4tnRxjsIf8Ak3wVdtSaehBhXzbddvgSB5K6L0KpblEthw7CD35PyKhLZk4ss1LsE7ns/G0+pUkyDIMSYc09Y8TLf8iookzZ2e6Y7f1VqehW9z0PYDzzl9HhpHcL+ap/eWvmGrtpuVrSd1WkZ4A1GtPk4qyRCBU2JUmlTEQbDeb5SFnpvkIuqLlMo7BqZatWne7ucH2rk+qpg7Syls1eKkZeIbBAO4Afd6P+KwzXLSM1fns3NjUhC6tCKSKbHR0qYharASZQgBj2gpDRk7R2c1wMgJAcvV2OASAFHMFj/9k=

 

En sortant de confession, il m'avait dit, alors que je m’apprêtais à partir pour une semaine de pèlerinage avec des jeunes adultes sur le chemin d’Assise : "surtout, prends souvent la main du Bon Dieu". 

 

Dans ma tête, en entendant cela, j'ai pensé à tous les péchés, à tous les « ratés » de ma vie et à la main du Seigneur qui venait toujours m’y relever : c’était très vrai, très essentiel et je venais encore de le vivre. Mais en marchant, concrètement, comment prendre la main du Seigneur ? 

 

Prendre Sa main, c’est sans doute avant tout cette attitude profonde de la prière, appelée à devenir celle de notre vie : celle des heures qui rythme le temps et qui commence toujours par un bel appel à l’aide ; celle de la prière du cœur, courte ou longue, pour grandir en confiance et pour que ma main, timide, ose pleinement aller vers Lui particulièrement quand elle se fait intercession ; celle de la prière en petite communauté de pèlerins ou encore celle de la messe où, bien mieux qu’une simple main, nous Le recevons tout entier. 

 

Prendre Sa main, cela passe aussi par le service concret des autres et par la recherche de mener la vie la plus évangélique possible : c’est un acte de conversion de vie, pas celui d’un instant. 

 

Mais est-ce vraiment prendre Sa main ou plutôt se la laisser saisir qu’être émerveillée par la magnificence d’un paysage de montagne ou par celle d’un cœur au détour d’une conversation ou d’un acte de charité, pleinement fraternel ?

N’est-ce pas surtout se laisser saisir la main, voire être saisie tout entière, que d’avoir bien souvent le cœur en action de grâces de la beauté de ce qui se vit dans un pèlerinage partagé ? 

 

Peut-être qu’en réalité, on ne peut que tendre notre main vers Lui plutôt que L’agripper – Il échappe à ces tentatives-là ! –, avec la confiance du jeune enfant l’élevant pour la glisser dans les grandes mains rassurantes de ses parents, a fortioriquand sa marche est mal assurée.

Et, alors, si nous élevons main et cœur vers le Seigneur, c’est Lui qui vient toujours prendre notre main dans les Siennes, marchant avec nous et nous donnant la stabilité nécessaire pour, ensemble, avec des frères, mieux nous édifier et nous élever vers Lui. 

 

C’est ainsi qu’en pèlerinage à plusieurs, nous pouvons expérimenter qu’Il nous a gravés sur la paume de Ses mains (Is 49, 16) et qu’Il nous y tient solidement, car amoureusement. 

 

 

 

 

dimanche, juin 24 2018

Comme lui pour avancer et être comme Lui

https://pbs.twimg.com/media/DgaR9w9X0AE3xvw.jpg:large

 

Comme Jean le Baptiste, savoir reconnaître le Seigneur qui s’approche, même caché… et en tressaillir d’une joie communicative ; 

Comme Jean le Baptiste, savoir si bien Le reconnaître qu’on est capable de Le désigner, clairement, nettement, à ceux qui nous entourent ; 

Comme la première lecture de sa solennité, savoir que nous ne sommes pas le fruit du hasard mais que nous sommes choisis, aimés, désirés de toute éternité ; 

Comme Jean le Baptiste, être prophète, parler de la part de Dieu… mais savoir que cela ne peut pas se faire sans lourde et permanente conversion de notre part ; 

Alors, comme Jean-Baptiste, sempiternellement savoir qu’on ne saurait même pas enlever les godasses du Seigneur mais qu’on peut parler de Lui, quand même ; 

Comme saint Jean-Baptiste, Lui laisser toute la place ; 

Comme saint Jean-Baptiste, savoir que le Seigneur peut nous faire perdre la tête, d’amour et par amour. 

 

Se servir de l’exemple de saint Jean-Baptiste pour mieux nous convertir, pour devenir un signe vivant tourné vers Son cousin, vers Lui et vivre, et aimer, et se donner, comme Lui ! 

 

 

mardi, juin 12 2018

La conception virginale expliquée non pas à mais par mes 3èmes

Ce soir, en réunion CdEP, à la fin du repas, grosse discussion sur la laïcité, sur ce qui se dit ou pas en classe. En guise de clin-Dieu, voici une scène vécue la semaine dernière en 3ème alors que j'expliquais l'origine de Monseigneur, puis de Monsieur et enfin de Madame... 

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/c0/Notre_Dame_de_Paris_DSC_0846w.jpg/280px-Notre_Dame_de_Paris_DSC_0846w.jpg

Elève 1 :  Madame, et Notre-Dame ? 

Moi - Prof : Tu parles de la cathédrale de Paris ? Eh bien, c'est une appellation chrétienne pour désigner la Vierge Marie, mais tu vois c'est le même principe, c'est pour honorer quelqu'un... 

Elève 1 : Nan, mais Marie, c'était la meuf de Jésus nan ? 

Elève 2 : T'as rien compris, c'était sa reum ! 

Elève 3 : Même dans le Coran, ils en parlent ! 

Elève 1 : Attends, mais comment ça peut être sa mère si elle est vierge ? C'est juste impossible ! 

(Prof, silencieusement dans sa tête en s'amusant terriblement de la scène : Rien n'est impossible à Dieu) 

Elève 4 : Ben, tu vois, là, au lieu du papa, c'est le Saint Esprit qui lui a mis un enfant dans le ventre ! 

Elève 1 : Ah oui.... (gros silence)

Prof : On vient de perdre ***élève 1*** je crois... 

 

mercredi, janvier 24 2018

Pierre et Mohamed, semence d'espérance

 

 

          En général, on connaît Mgr Pierre Claverie, évêque d’Oran, au moins de nom… Parfois, l’on sait qu’il fut assassiné (on peut en savoir plus en lisant ce dossier de La Croix qui lui est consacré) mais on sait rarement qu’il était accompagné de son jeune chauffeur musulman, Mohamed. C’est à cette rencontre entre deux hommes que ce petit livre, Pierre et Mohamed, est consacré : quelques pensées, de part et d’autre ; quelques réflexions de chaque côté, non isolées mais bien conçues en lien, en pont, bref, en amitié. Quand on se frotte par la quotidienneté de sa vie au dialogue islamo-chrétien, on ne peut que se sentir concerné. 

 

          Dans ce livre, dont le texte est joué au théâtre depuis plusieurs années, il ne s’agit pas d’une tragédie devant laquelle pousser des hauts cris, ni d’une dénonciation de la violence aveugle qui ne fait qu’empirer mais bien plutôt de graines de réflexion qui ne demandent qu’à germer. Ce dont il s’agit ici, c’est d’un appel : non à la tolérance souvent si condescendante mais bien à l’amitié vraie, celle qui nous permet d’entrer en dialogue avec l’autre, en restant nous-mêmes. Cultiver cette culture du dialogue en ces temps troublés, c’est très certainement d’une réelle actualité : on le perçoit a fortiori dans la postface inédite de l’auteur. Merci frère Adrien de ce bel ouvrage !

 

http://www.laprocure.com/cache/couvertures_mini/9791021031180.jpg

 

« Toutes les religions sont sans cesse exposées à devenir des instruments d’oppression et d’aliénation. Ne laissons pas l’esprit être étouffé par la lettre. Nous pouvons lutter contre ces dénaturations de la foi, la nôtre comme celle des autres, en maintenant le dialogue malgré les remous de surface et les apparents durcissements. Le dialogue est une œuvre sans cesse à reprendre : lui seul nous permet de désarmer le fanatisme, en nous et chez l’autre. C'est par lui que nous sommes appelés à exprimer notre foi en l'amour de Dieu qui aura le dernier mot sur toutes les puissances de division et de mort. » (p. 37)

 

fr. Adrien Candiard (o.p.), Pierre et Mohamed, éd. Tallandier, 2018, 77 p.

- page 1 de 4