Zabou the terrible

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Prière

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche, novembre 22 2020

Attribut royal

https://medias.podcastics.com/podcastics/episodes/1505/artwork/attribut-royal-inspi.jpg.e9e26496edcc6eab83ca83328f3da533.jpg

Cette courte méditation priante sur le Christ Roi que nous fêtons aujourd'hui est aussi à écouter en version audio sur : https://www.podcastics.com/podcast/episode/attribut-royal-41350/  (podcast disponible à 8h... ben, oui, c'est dimanche, pas 7h15 quand même !)

 

            Vous savez tous, dans les grandes lignes, ce qu’est un attribut du sujet sans que je vous fasse un cours de grammaire. De manière plus générale, selon le Trésor de la langue française, les attributs, ce sont les « qualités, facultés propres » ou, pour une fonction, « objet essentiel à l’exercice de ce métier, de cette fonction ». Alors, quel attribut pour le Christ Roi ? Nos réponses humaines sont incorrectes pour celui qui n’a pour couronne que celle d’épines. Mais je crois que la réponse se trouve au croisement de ces différents sens du mot « attribut » tant l’évangile du jour utilise le plus souvent le « verbe » être pour nous tracer le portrait, tout en contraste, du Christ… 

 

Lire la suite...

mardi, novembre 17 2020

Inspire-nous pour être Tes icônes

https://abbayedubec.org/wp-content/uploads/2020/05/CCF_000184.jpg

Le billet déconfiné du jour est avant tout une prière... pour demander au Seigneur de faire de nous Ses icônes... malgré le masque ! Autant vous dire qu'on a besoin de Son inspiration ! 

Alors autant j'aime bien mettre texte et voix ensemble (je râle moi-même quand je n'ai pas d'écouteurs pour écouter un podcast ou une vidéo et qu'il n'y a pas de texte) mais je crois que là, je vous laisse simplement le podcast pour prier ensemble  : https://www.podcastics.com/episode/41073/link/ 

N.B. : Celui-ci est disponible à partir de 07h15

 

samedi, novembre 14 2020

Aere et inspire

https://medias.podcastics.com/podcastics/episodes/1505/artwork/aere-et-inspire-inspi.jpg.bebf7e0b3bdd5823a71fea2db12ccba1.jpg

La suite du précédent à écouter par là : https://www.podcastics.com/episode/40972/link/ >>  

Bonjour matinal à tous ! 

 

            Qui me connaît ne serait-ce qu’un peu sait que je ne suis pas du matin. Pourtant, s’il y a quelque chose que j’apprécie en me levant, juste après avoir fait mon signe de croix, c’est d’aller ouvrir ma fenêtre et mes volets. En ce moment, le froid est assez saisissant mais on ressent comme une bise légère sur la peau, comme un peu d’air qui fait du bien, comme un signe de renouveau dans cette journée qui s’ouvre à peine et qui comportera comme toutes, son lot de lourdeurs… mais aussi de joie ! Une promesse de journée à respirer à plein poumons ! Alors depuis que c’est en plus dans les fameux gestes protecteurs, je m’en donne à cœur joie en ouvrant ma fenêtre. 

 

Lire la suite...

vendredi, novembre 6 2020

Confinés catholiquement

data:image/jpeg;base64,/9j/4AAQSkZJRgABAQAAAQABAAD/2wCEAAkGBxISEhUSEhIVFhUVFRUVFRUXFxUWFhUXFRcYFxUVFRcYHSggGBolGxcVITEhJSkrLi4uFx8zODMtNygtLisBCgoKDg0OGhAQGi0lHyYtLS0tLS0tLS0tLS0tLS0tLS0tLS0tLS0tLS0tLS0tLS0tLS0tLS0tLS0tLS0tLS0tLf/AABEIAMIBAwMBEQACEQEDEQH/xAAcAAABBQEBAQAAAAAAAAAAAAAEAAECAwUGBwj/xAA+EAABAwIDBQYEBAUCBwEAAAABAAIRAyEEEjEFQVFhcQYTIjKBkUKhscEHI1LwFGJygtHh8TNDU2ODkqIV/8QAGwEAAgMBAQEAAAAAAAAAAAAAAAECAwQFBgf/xAA1EQACAgEDAwEECgMAAgMAAAAAAQIRAwQhMQUSQVETImFxFDJCgaGxwdHh8AYjkbLxM3KC/9oADAMBAAIRAxEAPwDyhZyJl0vMtKJBSkIMw+Dc5hdHr01S4HQIUCGQAxQAyAHQAgEUBv7N7IYiqA52WkzXM83jiGC/vC1YNHkyvZEZZIx5OuwfYjB0odUFWsBd5fFNjf8AxjxETzlbsPT4O02nL0/9fqVzySW72X4nQbKx1KkfyaNOmJ1psawRuMRmJ6neui+nQjH+/nx+Bzp6pJ72zucJhZAc6o8hwDgDaJv1C5U50+1JbFylasMo4KmDIBM6y5xHzP0VUss2t/yQ1GN8GN2vrPw+R9JxBfNpMNyxo3S87wVs6fGGa4zXBXqf9aUomKztVio8zf8A0atz6dg9PxMT1eTwzL29iHYkAknMBF4IcOdhHoFp0uOOBtVsw+k3u7s5St2dpuu+gDxiWn0LYV2bT6XMveir9a3L4axryYmL7J0yT3dUsO5tSCOmYRHWFzNR0NNXif7fv+Ztx6y+TD2jsWvQvUZ4ZjO3xM5XGnrC4WfTZMDrIqNcMkZq4sACoJFrHJjLmSmhWF0WqaA0KNJWITGo0unJTIJmTtEQ8iIsFnyLcmjOKqJEsJ5/QqvJwAeqRDhIBIoB0CMxnmPUrVEYSpAbWzGHupY68uzMOhHEcCkyS4MYoIjFMBikAxQBsbD7P1cRDvJT3vO/+kb/AKKuWRLbz6Cckju9k7Mw2GYXU2Go4S0u8zydIB0B5NV+l0upy5UuPO+yXz/kjOS7bYds+nUquJdSOHo02k56kBxI3ME2EbzxXfjqZQuOVqTfo+f+fx95RPA2vdVfoaO19pCiBRytfnYL6xJmXDedFLpukc7y/Vp8Ihq57dq3Lezuze8IO7UugQPRaNZqVD3fPoc7FglJ972R3tNoJkrgt0qRtSt2wXau26GHtUqsY4iWh3yMC8K3BpcmbeMW0Sbo862ntttWoYqZ72dcAzwBv626L0WDSSxw3VfAx6luZV3llZ2mGhu+R2h2l9DFgKEsdkJY7LMXTpVAM7AS6eI03W3QuHreo6jR5UocHa0ODE8S9QbC4ZlEksDnCILC4ObzF7j3KhDqctV/r1VJPzTX3rb++ppcYxfdjW/w/JmJt/snh635mH/KJ1bHgngW/Cei5Wqxz006e69V6GlTUo9yOB2hgalF2Wo2DuOoI4tO9QjOMlaBO+CqmSpgXU5BzaqST5CzXwdaRZWxdkWqM7GYkssLFE51wKMQCriS8y43VDdkwclRGWYPz+hVc+ADlSJjpAOjcQk6AzB5z1P1WmIwmVKgNLZ+La2m9rhp4mneCRH+EDRmoEJADBpJAAkkwALkk6AcUAddsLs01o77EiQ0Tk1aOGbieWnVV44z1GVYcXLK5ZOaOhDnVoZSaQ3l+4AXtNJoNP0+HfJ+95bOa3Oc68+Ejv8A8PcCKL8opizZc+Bbod1yuB1DqD1E3GP1fzOji0/Z7895fkYXbXGBzn02vzNLpnjebRzHyXX6Zo0mssluYcmtlOThH6pxbjB6m567yvQeCC97k9epGnhqADiA1jASSdwC8c+7Lkb8tl01bpI807RfiHiH1C3CvyUYgHKMzj+qSJHRdLFooJK1bJRhXJx+KxdWo4ve9znHVxJJPut8YSiqROkH9m8Wxjz/ABAcWGILdQRy4KDWq7ZdjTfixSjB1fB1W1Ns4WGtw4faczn2B6DX3UtLpdT9bM18jLnw4n9RUZP8eDvW/wBjRR7Gh24lL2YezNHDvmnJIF/CenFeS/ySUE4xrfk3aSDjFtMuNYtcXZZDmgOyjQj4+a5ul7dVp/ZOVSi7jfHyLZt4599Wmt6/MupYmXBocHTe2gH81rfJVPR5IwlLIu2vX9N/3Es3vJRdj47ZlKsC17Q4HUdN/I81yU5J9yNVbnn3aHsxUwxL2+Kl+rey+jv8/RbcOdS2fJIzKC2IizQoNDZPurEhWYePq5nkqmTtkkCFQGMUAW4IeI9Puq8nABypEOEmAkUA6YmZjvOepWiIwhWAJIBBADtaSQAJJIAA1JOgCTdAd1sTYbcM0Pqgd+4aa92DuH8x3kdBxOV5e534/P8Agqyy+yjpHUWuYKRto93IDQOO++5dbo+N4ZPVzrtWy9b+H7leVPsWOHP5GnhabaYhkRxKXUOqPUbLgel0qxNyk7ZbX2pVpUX5XEA6gWk6CeV1m6dGebPHGvL/AAW5qzTUYORx9aoSvocIpcHCigGuFfEuiRxGOrOpmi6oTTmcpM3Gl9SOSoekxuffW5apUqM4YdXLCkPvH7hSWNCcyYpKSikLusT5UgAMXWc24K52rzZMauJbCKZ1HZrB97SDnOEmYvwWN9Vgu2M9pV5MerjKG8VsHd13Zc03BkET8xwNgpazTQ1uLtlz4foVYdRW/gvwtRzbuFpLQRaC6IBG8ahcXP0jDGEYY3/srz9qufkzVhzt2/ANQeKdSCSBo7fHCRFwre2Wr0m8V3L1+HoyuLWPJzsdB3VwRp0XiMlptM7NLZodzZsRO46afcJRkBw3avswaH59Bs0fjaP+UeP9H06adLDmtbhKPlHMYjFeAjetPtCFGOVWSIoAZAF+C1PRV5GJhqoEJMB5SAdMRmVPOeq0R4JF8qYDSgBwEgO47I7E7toxNVsvImk0/CCPOZ0cRpwHW2XNLvksadepDJPtRu0AHkPdAv8AL9z8lHWYfYT9mneyujNi9/3mXvxrGO08xknoIEn7Jzz5MuOONvaPC/U0LZ2O3adMgnNxsN44SoPDlhTadfIsUkwqni6bmPDnQA2C0RPLXUrp9Oxap545Ywbt88L/ANEJyx9ji2c69fQUcdFLmqaZNMrdTUlIlZWaSn3C7hu7R3B3D92ix9xB1JPuGpAtXByYsJMSRYdVVlgpJtFkZnbbJwdDDikys/Kyp4e8sWh5AIjkYPsvHZtS9dkljUe2UN4+HsxTjJSvmL5B9tYGqXZ2HOJIMbo0I4hbOm9XxKT0+dpNfa8P9mVx08YxuK2LdjNc9hbUBtoZIVvWtTj00FPy+ONmVYcLnO4PbyGU9nsaZDZOW8mdTqV4/L1bUZIdjdL4bHTx6eEXYeIG/Vcxu9zXwNUYIUbG/VF2CdaHXBsQRYg7itWGV7DieWdt+zv8M8vYD3L3ODd/duF8hPAjxNO8cwV1HBUmiq9zjnKAyJQAxQARgdT6KvIJhipEJACQMeUCM2t5z1V8OBlymAkwN/sdsf8AiKuZ4/KpQ586OPws+55Dmqc2Tsj8Q43PQK0ukzv4xc8TuA3qvTQipKU63+/76/JGPJcgbuC4ecaQXTujVQ1LSyy7U6vayWJbbsEq0g1t3ZwNLQPUTJ9/RatBNe1hGMVbdW96v0XH/SU+Lsahh3O0ED5Aem5fQqUIKM33fOt/u4OZLIk/Q0K+EaymIeNbtEXO4m9oC52n1WXJqHGWNpeH/fU05ccPZd0ZWAOauqmY0yssUrJWMWJ2PuId30T7iPcOKP7hHcHcOKBS7xdxIYcpd4u8kcHIS9qHtTN7Q0MRXjNUMNjK34Rl0OXQlc2fSdPJSePaT88/ybcWpj5Ddi9pKhrMoGk9zCQ19R58RdluBENEgGF5nJoIYtQ/buq8r18PyXyUuy4P7jtsWWAnuxA3ZrmI/wB1y+o6yWefbdpfmR0+GOKOyMtlbMS3TpYfuCFzq8mmMkW55hhJGacrgMul7gqfY0u5lndexc+m5jQQSeMm3rwUaDdAmOx2XLqGnxBwuczToeLTMLt9K00c3c1vJeHw0/1KNVlcWvT9UPiHUcbRfTIIc5sOZa4HlLT+ppuD6GxW7Jonpl25HcfD9H/eRQzrK7j9b09UeO7W2e6hVdSfq067nA+Vw5ELnyXa6ZoTsCKiMYoAJwO/0VeQTC1SISBjotCEUAZ1fzn97lfDgZYFYBNjZtE8uPRAHqOxsIMNRZRgZruqHi8xmvy09Fzcsu+RTknvSHxWIcXAs3a6xHRWYpOMXFefhuZ53KVk6FMPImL3cADAjcJXY0PS8mabnnTS+PLKNRqVCNY+S+vhmzYWHG8n1Xch07HHaHu/Ln/rt/8ADDHUT5e7GpAN0XRUKRXJ93JXUOt+ftorEicW0qKMitsnZHu0WFjd2n3C7iQopdxFyLG0FFzE5FjaHJRcyPcXMw6g5kHIJp4cKtzIOYQzCA6j5Kp5GVPKwnC4RrPLa88lj1OLHqP/AJIp/n/0nj1uXG04sH2rbQH03SvIa3SfR8nbd2ehx51mxqcTKwlfxOMxEAZvKCD4jOhMEKnGqLoL1K3Pa8CrTc6o6fEXA6G7Y3Dfbmu1g0cY5OzXpx7ku1+P7+RCUm1ePxyF0sfItBECQZB9J1VGr6JqMFuK7o+qJ49RGW17/Etx7e+aWAgOF29RNh6SqOnah6fOpU64a+H8Fuox+0xj7G2YAG1BOcCZBtf/AEXR1/Ucs8ksUfq/LcjpNLFRU/JhfiRsLvaRxTB4qcZhvNM6nnBId6uWb2inFeqLnBxbPLXBVgRKACcDoeoVWQTClUA6AFCW4UhiU0ABX/4nsr4cAXOarAN3sbgu8xAeR4aXjPAu+AH1v/aqc0u2PzFKVKzssUXOMAGIIHPmscUluzG02W4HD5RBP++8fvgvUdH0EXFZ5rfx+5g1GZr3EFiy9EYuRigZWVIaKnBTRJCDUWOx4RYrHDErItlrGKLZGy1lPkoORBsubT6KDkRci9lJVuRByCadJVuRU5BHdwJVTkRh701FurM+jjKj6r6bWthmriTvEiy5GTq8Yuuz8f4O7Hoqe7mIuqGSWTBIO7SP1et1ytZqfpUlcar03OnptH7CHamclVqlxe0k5STafDc3A3HQXXrOjdPwvTRlkxe9fLW79GZM03GVKRZQL2NNRsZQQxw45vLIO60TzXV1WPBmaxZlfdx93xIQ7qcohVCtTcCCxwduIPyuskNJm0tezyXD0lvS+DROUseS+5b/AAL34jvGWs4EOI3GB5uXHqfbOtJ9E1LzRVwls/VWSeT22Ps8r8TU2ftxgZLzf4h7CQP3vXL1nRc0dR/pVxf4fBm3BrIOHvco2tnNp4nDEQCCCxzTvEQQZ1BH1WHU6N6XJ2MvhkWWNo8C29s04avUoO1puI6jVp9WkFUEWZpSAKwOh6/ZVZACVUIdFgNKQrEUwAMTZ/sr4cEi0lWIR2nZH8uhJ/5rszv6QYb9HH+5dbTdJWp00sj+t9n7v3e33GPUZakonU93PTQcf9FR0vpMckVlzfcv3Mep1NPsgSAAsF6iMVFUjnvcRPNMCJKkBE9ExkcqLGOAixWSDUrItk2tUWxWWsaotkWy9gVbZBsuY1QbK2wimxVtlbYTTYqmytsJy2Vd7kFyjIxVJ9InJaZJiJcDvk/4XldS/wDfJ15PoWJe4l8B6+HY+nFOo5riwyLu0ubxrr1lV4frq/UclaZxVLyNtFgZva2nT/C+oR4RwG1bL8PTqPBYwOIdAIAkWIInhfeoZpYYVLI0q3Vk8cZydQQZ/DCi5zKrDnixa4eGRY8DuKo9r9Igp4ZKvkJr2cmpr8QZttLFaGr2ZSnvaKnj33/ZTRJHS9hMS4VHsvGUO5Wt9x7Lg9fxL2cZrw6/6dHQyfc0ct+M+yMmIp4gDw1W5Tyczd6gz6Lz83GWOLXK2f6M2NU2ebFUAFYLQ9VTPkQQqrAdIB5TsCJUhAGKHi9ldFbDRIBXJAei7Lw0BjNwDQfTVe2ivo+kSXiP4nIlLuyWbxNlVigoQUfRHPk7k2RJVoiBKdDGJ5phQ0p0A+ZKgJDqkIkEhFgUSLLWKDIMuaFBkGwimFWypsJphVtlbCqQVUitsvaq2QAsbh5guGYCwb7x11VOTR4s7bez9TuaLquSDjjaTXHxOcq1MVXBaGGLtIYDFjHmKv0mj6fp2puacl8f0Oxlyamdx7aRsbO7LsbBqmSLyPL0jesuv61Ofu4XS9TRg0cIq57s3sJssNjuw1o+KRc8DPFcaUnk+s238TYko8GV2r2LUeWvYzMQDmjzGT84+67vR9VDDGUJyq3t6HP12GWRpxRyeNwFSlHeMLc0wTvjVehw6nFl+pJOjmzwzh9ZUdTsfs1hq2Hp1DmLnTmIdFwYIjTcuNq+pZ8GeUVVHRwabHPGmzT/APy24am80G3gkgmS6L+65c9Q9Vlj7Z/D4GmMFii+xHL/AIg5cXs1723NLu6w5RZ3/wAlyyZcUsOSWKXKLO5TipI8QeFWRCsGPD6lUz5EXqsBJAPCAGU0ADi/N6BXQ4BBOAZmqMHF7fqFrwL/AGRvixS4PSsG0A66fsr2TyxywTrZ8f38ThZrVtBgclRmIl6dDIlylQEZRQxSgRKUASBUaETaUmKixqiRouYVBkGEMKrZUwimVWythNMqplTC6aqkVsvaq2RJBhN7QDqdLXWbUZ/ZL4s7nSen+1azS4T2+INsJ+YudE6AxAbIMyuKt2evaNplLPcttuH3KbVkboKpU4KdEGy2sLKQkBOjeJvpEpxm07RJqyVAsDYpgBoJsLAEm9uqnPI5u27ZBKtkTqDMPkoDOLr4CHYnDHyVqVTJw8QLXAdCZ9V0tRL22CGb7UX2v9GVQXbJw8PdfqeAlcxkgrC+Uev1VEuRF6gwHlLyAkbgMVNCAsZqOiuhwNBuxj+fS/ratWOCm+0jN7M9CwZE332nnun1Xss0OzCq+zX4fwcbl16hOZTVNWjK0MXJ0MhmToKGzp0Oh8yVBQ+ZFCokHpUKiQclQmixrlFoiwim5VtEGghjlW0VNBFNyraKmgqk5UyRVJBtIqmRUwhqrZAztoUqj3NY1zoN8sNyxztJJ+i5eva7kj3PSYyWmj3o1ti7O7puskm6wJeTouRtUyY3KxFbE16QyutWbGo90+QQzbmw0UfI2UUGNZNoBMxzKfqxMupx7qSEc52lpFrqVZvwVBm/pccrvqD6Lo9OcZSnil9qP4rdFWe6Ul4f4HzvjGw944PcPYlc/JFxk0yRbhvKPX6lZpciLQqwHSAdMBlPgQHjNQroDRfsx35rOq6Gi3zR/vgjPg9AMgwvW6FuWmg5c0cfKqk0EsqiABuFxw4fRVrLP27xSjtWz8P1RCWNdqkmM5y1JFaRAvUqHQ3eJ9o6HzJUFCzooVEhUSoKJtck0RaLGvUGiDRex6g0QaCGPVbRW0E06iqcStxCab1W0VOIVScZmSqpIraXobeBw4FMvcDvLZ05H3XM1Wdxl2o7nTOnQkva5V8v3J4JhHwgE6kHVcdtt2z0fii3EVXAxZD2EkG4Z0hOImU4mTYSOaTGgSrTYXxHimbcN0qV1yMMYcoINybApcOw5AMbiw11Nu8uH1hKTqI0aNMFSImP2iY00y12jv8ANiFZizSw5IzjymJwU4uLPmjEHxO6n6qOWfdNy9WQWwRQ8o6LNJ7gWqAh5SsBIsB1YhAeN1CsgND4R0OaeYW/Rz7c0X8RS4O/oVc4DuIB917XTpLEkjkZVUmXZoVtWVCL0JB2kcydDobOih0KUBQ+dFCocPSoVE2uSaE0WNeoNEGi1lRRcStovY9VtEHEIZWVbiRaCadZVuJW4mtsiiarwwb9TwA1KyaiSxxcmSwaWWbIoo6vFEE5R++S8zklfk9hFUkkVGwtuUKGJtG+Zwk/IKPIwyk8RZTREjVN0mMFFBrDmi51SfqMIaAYIuhboRGvRBiQCp1sCZHMGz8lF7MZz3aDETv0ufS6qnKyS2R84EqxlAbR8o6BUyEWKsBwgB0gGViECY7d6q2A0VNKti6dgdr2WxAeTTMQ1uccwTf2JavRS6j9GxyfN8fMw58V7m1XZYOEQ4kQJtG4yuh07qENTFRf16tr9jLLH2q/AK9y6iRFEJUqHQ+ZFDobMigocORQqJZ0qChw5KhUTD0qItEm1VFxINFrKii4kHEubWUHEi4khiUvZi7Dr+wWMY51SnH5jhIP8o8wndchcTrGKagpLj9Tp9OUYyaa3OqqUwD4dTv3BeblSOwXtowLmUUIfuRvRQWJwjRMARzPEoMlRDEutATuhotwoyNDbSnBEJFdTEtiQQeYIKcpUEVZk18c2TfT6rLLJuSRy3abGkYfEVJ0pvI5Etyt+ZCjBuUkKT2PD3LUVB9PQdAs73ETUQHCAEkAipiBMbuVkBoHBVoHUdjml1QEf9Oo13KIcPst+dd+hU/Tb71x+BVNXaO0pYfMJJJBNv5RcNgcFxcOry4MinB01/WVvGpLcE2pgDSAMyDv4af5Psvc9K61DWTeOUe2X5/Izzwdnkzsy79FVCDkUFD5kqHQgUUKhwUgolmRQqFmRQqHD0qI0SFRLtF2k+8S7RdpF1VHaPtOk/Dyof4sRp3b56W+8LldaS+jb+qNekX+w9MfUjReNex1xm4kBQTHQhiwmpKyNFDcXP25pOQ0iDnzN0m9xldgZkqLYWKrX5pOQjDq5aTXZBALi71cbpZ88pbt+KKlFQWxi4jHSYHFYu5srlmrZHN/iLjsmFFMa1XtB45WeI/MM91r0ydNljlao8vcVoEaLdAs7EOCoiHSGKUAOVJCBcdoFZAaB2q1DOh7G4vJUcyY7xjgOoE26x8ltwe/hyYf/wBL5x/hlWTiztBjiABaw39OK4VWzN7R1Qu+LmlrvFyJmReY3zH1VuDLLDNZIbNcAtzIr+FxF+Im0hfTenayOrwLKufK9GVyjRDMt1EaFKKGOHJUJocORQqJZkqFQi5FCGlAqJApBQxKdDoiSmFHZfhvWa11Yuac8Nh24NvLeRJj2Xm/8gU1CLvbc3aNq2jrcTtCF49zrk6BmVNquEm374KvuvgAiltEEXKFIC3D48HiNIR3gPiMcG6kCdESmRbopqbRAGZHdtZFyAa21JGsBVPLZBzoyMdjHOkCOHBUXb3M88jewPgqMmSNFNIjihbtnnvbvaBq4ksm1IZP7jd/2H9q6VJKkXwRzTkiZpBZmyI6AHSGJIBFSsQPjtB1VmMaBWK9DLqFUsc17TBaQR1CnjyPHJSXgTV7HoFDENqNY9uj2ggfpOjh6GR6LHqcXZPbh7r5P9uDBNdsqCaBGcGNDoDqDrCzy4COzsbFim4lrhmAMtMwWzeAfktui12bSvuxOvyJOVOvAFi8IWAOF2GwM3B/SY+q9z0vrWPWN45bTX/H8hOO1oGldwjQsyKChw5KhUSBSFQiUUKhwUCoeUhUOSgdEHJoKLqG1qtDxUzB+R5FY9bhhkxtTVk8aqVo6TZ23W4xkskPaJqMM2OktO8L53q9NLG+7wdBTCmgDzEa84v1XP8AmS72XU6wgxPG32S7g7xU6jyTbQ8PZFtgpsXf5jmqODQCQN5MGDA1IWvHo82dqOON/wB9SqeaMd5ui3PTezNmgNPxWvqFfn6TqMTUKtv0K46jHNOSeyBcSQRImCOnyWPU6XJppdmRbi71NXEC7tznXWZIgotss2tjG4Wg6qfhbIHF2jR7wtGPH3GxLtR41VqFxLnGSSSTxJMk+62DIJMDRWYQ4SYDoASQx0yINjfL6q3HyNArFcBJMDouymO8XcO0cczJ3O3t9R8wrnD2+L2f2lvH4+q/VFGeNqzqCy4+q5MZGRrch3RmefyRIFIIoMDgaZtIPW/BTwZZYcsci8NE4mJiKJYY4GCea+qafULNhjkhw1YJplIqKyOVPglRIPVimKiYepJ2Khy5FEaHDkUFD5kURJSkApQBBwlDVjsu2VXdQqd5TiYgyLEHcQsOp6fh1Ee2aJLI0dXgNr0qsB47t2sE+Ak753HqvI67/HsuK3hfcvTyXw1Ce0gqrj6NOw8btfDoOrtFi0vQ9Rmdtdq9X+wZNTjhxuUHbBPlYGndJzfKLrrw/wAdxRacpt/JV+5klr5eEBlxJkkkneV28eKGKPbBUjnznKbuTJtCmVmoKDiGtOgAneV4Tq+RZdQ2uFsd/T42oJMsbQDVzoo1RhR5n+IO3O+q9ww+CkTPN+h9tOpK1440ge7s5FWAM3UdQk+ANELLZEdADpjFKLAdJBQPjB4fUKePkECMWhDJJiJNMGRYi4I3HcQnFuLTXgD0DYO0BimTpVZHeDj/ANwcjvG4qrWYlL/dBf8A2Xo/2f8ABlnjoKqSDGiwpmeUdxmP5zfXfKn3W90RpF5wTawEuyknzAcuE8YXa0PXcumXa94+np8mWY4q6Obx+Aq0DDxLTo8Xaf8AXkvQaLqkdQtv5NDiUteutHKRosa9XxmRaJ5lepESTSrCJIJCJhIRJIQoQIk0JMTZfTCrkytsMpBUyKZMKphVNlLYS1qrbINlrWqDZGzYw1QuZJ1uJ4wvIdY08MeVOK53PRaLK8mK5HOdt9vfwtHKw/nVAQzi1uhf/jn0K5mPH5NcpeEeRkrQRGSAm0Xb1CUuADlmEJIRJSGKEgodAijGDw+yshyNAVNXoZYmIaUAE7Pxz6NRtSmYc32I3tI3ghWYsjhK+V5XqvQUlaPTcDWp4ykKtKJtnYTdjuB4jgd46LHqtP7N92PeL/D4Moli7tvILiMEWGbib8isqlZmnjceQrAC/shyaVDhHew7E0mkZajA5sgwRI9jvUceWcHcHRs+qCP7M4ep4hmZM2aZAPQ7uS7Gn65nhJKSTLViUkc3tDZVSg6HjwnR48p/weS9hoNfi1K91/cUZMbhyUMC7EEihkgFeuCDLISETSEOEiLJAJCZYxqi2QbCKbVU2VSYZSYqZMpkwumxVNlTYSxqqbINl9OmSYGqrlNRVvgIxcnSJbd2tTwVAPqQ5xnu6ehqO19G3uV5PW5fpOZyX1Vsel0+L2WNRfJ41tbaNTEVXVahlzj6AbmtG4AWWfgvA0gEAgCVM+JqjLgA4FZyNjoASQDwkAkwKcX5SpQ+sNAVNaUMmmISAEkML2ZtGrQf3lJ0HQjc4fpcN4/YTt014Yj1Hs/t2ljWaAVWjx0ybkfqb+oaLJkxK9iTpo0DhAD4dDu4LJO47Mq9mr2L6lOWkb925KKLq2KaRcLEDmSfspxiquxRk1tQYzS8Eb50UsU5J+5Kn8Cbkktzhtvd337+6gt3xoHbwP3xX0zok809Mnmu993z8Dn5Gr2AWhdkpssURDgJCJgJESbQotkWX0mquTK5MLpU1VJlMpBlJipkylsLpsVTZW2XNaq2yDZPaO26GBod5U8VV4OSl8TgDbo2bk+0ridSzSb9muPJ3Om4oxx+0fLPINubXq4qq6rVdJOg+FrdzWjcFyH6I6RnFQGIBADkJAKj5goT4BhyoEOkISBjoAcpCKcT5Spw5GA01oQyaYhJjEkAkAWYfEOY4PY4tcDIcDBCAO82B25DoZiYaf8AqDyn+ofCeenRUZMV8C3XB2ra7SAQdRIO4jiDofRZZKlQLJXJGqLKm7Jt2jE7U4h4FNodDXA5miLxGp1i69Z/i2nw5JylONyjw/76fqZc7aOdDF72zJY4alYiQalYiQalYrJtak2RbLWMUGyDYZRpKmUimUgylSVMpFEpBdOmqnIrbL2tVbZCzmdvdsadKWYcio/9erG9P1H5LDqNZDGqW7/vJ0dNoJTfdk2Xp5OBxmLfVcX1HFznauJkn98FwMuRzds7cYqKpApVDJiASAlCAGKQD4fz+hVeTgTDVRwA6AEgB4TASiIrxHlPRShyABTK0okTTAZACQAkAOgBSgDR2ZtuvQtTf4N9N3iYf7Tp6Qk0nyRcUzodndqGnVzqZ6ks9OHqvR6bL03LjUMuNJra2l/5JL9DHLDli7gzSq1u98ZdntAIgj5WXe0Wm0+nhWBJJ/G7+92Z5ZJ37xWaa22R7hZEWPuFkRYmyQYlZGyxlNRbIuQTRoqqUimUg6jSVEpFLkEnK0ZnENA1JIAHqVS5Fe8nSMTaPbHD0rMmq7+WzfVx+0rFl1uKHm/l/aNeLp+We8tkcZtntHXxFnOys/Q2zfX9XquTn188my2X98nVwaTHi4W/qY5K57dmscqNgRSGO1Ah0qGMkBLDeb0VeTgAxUCEgBwgQ6QxJCK6/lPRWY+RgFNaRk0eAGTEIpDEgQggB0AJNDGTQi/B1XNe3K4iSJgkT7Lbo8k45oqLa3IzScdzvaBlo6L3MODjz5JFSESCQDhDIsvpqtlbDKKpkUyCKxhhjgqvJGPKPK9sYp76rg97nAaBziY6SvO6+cvaON7HosMIxiqVAJXNZeMVFgIJAJIYyAJIARS8AMUeBEsL5vRVzAMVADpAJICQQB//2Q==

Après une semaine bien rude de vie au lycée (qui compte pour plusieurs en « équivalents fatigue » !) se retrouver à ne pas réussir à faire grand-chose ce soir, à part prier, geeker, manger, converser avec tel ou tel. Ca aurait été un bon soir pour se réconforter avec quelques amis par de la légèreté et des rires, dans la douceur de l’amitié mais, évidemment, cela n’est pas possible en ce moment. 

 

Et voilà que, juste avant de prier les vêpres, j’apprends les inondations qui ont frappé la région du Panama qui nous a accueillis lors des JMJ ! Et me voilà à leur écrire. Un peu plus tard, alors que je préparais une réponse tout à fait autre pour quelqu’un vivant au Québec, voilà que whatsApp se met à vibrer et que nous échangeons avec ma famille d’accueil panaméenne, dans notre sabir mêlant les langues mais ô combien chaleureux ! 

 

A l’heure de retourner prier, cela me fait sourire : confinée ? Oui. Mais pas intérieurement, pas spirituellement : nous catholiques, ne pouvons pas l’être. Si les réseaux nous connectent aux quatre coins de la planète, la prière le fait encore plus et en ces temps troublés, il est bon de se rappeler qu’elle n’a pas de limites.

 

La prière, c’est ce qui prend tout notre monde, depuis sa proximité avec toutes ses possibles bassesses jusqu’au plus lointain pour le poser devant le Seigneur ; 

La prière, c’est tout spécialement notre ouverture à la catholicité, à l’universel : comme un apprentissage de charité, pas après pas, jour après jour, afin que notre cœur ne se replie pas sur nous-mêmes, dans nos mètres carrés restreints, mais afin qu’il se dilate à l’infini. 

 

dimanche, octobre 25 2020

Et demain

https://encrypted-tbn0.gstatic.com/images?q=tbn%3AANd9GcTmEgSUMY-4FZUuIWwx6Q81fjWiy3Sf2Ty7qg&usqp=CAU

 

Demain (ou presque), ce sera le lundi de la rentrée et il faudra retourner faire cours ; 

Demain, il y aura la joie de les retrouver mais, à cette idée, j’ai dans le même temps déjà le cœur serré : entre notre « au revoir » des vacances et notre « bonjour » joyeux de demain, il y aura eu un homme, un professeur, un collègue, qui aura été tué parce qu’il aura enseigné, parce qu’il aura cherché à faire goûter et éprouver la liberté et ses conséquences ; 

Demain, il faudra « en » parler avec eux : il y aura des réactions superbes d’humanité, de recul, de réflexion qui m’épateront pour leur jeune âge…

… Mais demain, je sais que, parmi eux, il y aura aussi de l’insouciance ou des réactions intolérables qui pourront aller jusqu’au « madame, il l’a cherché quand même » ; 

Demain, je sais qu’à côté de tout « cadrage » ministériel, sur le terrain, je me prendrai quelques directs du droit dans la poitrine à entendre ces réactions, le plus souvent même pas réfléchies, et il faudra parler, expliquer, encore, sans me laisser abattre mais en croyant et en espérant toujours plus, en eux et en ma mission ; 

 

Demain, comment réussirai-je à leur en parler ? 

Demain, mes mots seront bien trop pauvres... 

Pourtant, demain, il faudra sans doute surmonter mon haut-le-coeur de dégoût devant ces réactions insupportables et expliquer que, oui, une caricature, cela peut choquer, c’est même parfois fait exprès pour nous faire réagir ; 

Demain, je redirai que l’école c’est fait aussi pour s’ouvrir à l’altérité, que tout ne leur plaira jamais dans ce que nous étudions et plus largement que c’est également ainsi, au contact de la manière de penser d’autrui, en s’y confrontant, que l’on grandit mais que jamais nous ne leur imposerons une unique manière de voir : il en va de leur liberté ; 

Demain, j’aurai à réaffirmer que c’est pour cela aussi que nous travaillons le français et l’argumentation : pour pouvoir dire clairement ce qui nous choque et réfuter, et contrer celui qui s’érige en adversaire ;

Demain, ce sera vraiment dur, je le sais déjà, mais j’aurai, derrière des caricatures qui ne servent que de paravents à de nombreux autres problèmes, à réaffirmer que la langue est le meilleur des outils et la plus puissante des réponses civilisées quand nous nous sentons offensés, et que cela, nous voudrions toujours plus la leur offrir.  

 

Et demain, en réalité, ce sera dans une semaine, mais c’est comme si c’était déjà demain et, malgré toute ma peur, malgré toute la lourdeur de la situation et ma tristesse profonde, je sais que ce jour-là, je serai au cœur de ce qui fait l’éducation et le métier de professeur. 

Et j’en serai fière, malgré tout. 

 

P.S. : Les chrétiens commémorent le 2 novembre les fidèles défunts… l’occasion parfaite d’une prière pour Samuel Paty ! Mais, si vous me lisez et êtes croyant, n’hésitez pas aussi à prier pour tous les enseignants ce jour-là qui monteront sur le ring.  

 

 

lundi, août 31 2020

PP

 

            Tu avais dit "oui" pour cette mission alors, le jour de la pré-rentrée, une liste de 28 noms t’est distribuée : ce seront « tes petits », ceux dont tu auras particulièrement la charge dans la classe dont tu es prof principale pour l’année à venir. Si quelques noms parlent parce que tu es désormais une habituée du quartier, ce sont autant de vies, autant d’histoires singulières, à découvrir et à accompagner pendant un an. 

 

            Il est vrai que cette rentrée sera différente du fait de la situation et que les masques mettront plus de temps à tomber, dans tous les sens du terme : mais, même si l’on n’entraperçoit que les yeux et le haut du visage, il y aura à apprendre à les connaître en vérité, au-delà des apparences qu’ils se donnent souvent. 

 

            Je suis toujours un peu émue de cette belle responsabilité qui est la nôtre : il s’agit d’enseigner oui, mais aussi, comme prof principale, de faire pour de bon un bout de chemin ensemble en brassant les grandes questions de leur vie afin d’avancer vers l’avenir qu’ils désirent réellement se construire. Que de temps passé au téléphone durant le confinement par exemple pour parler orientation et, derrière celle-ci, surtout de leur vie. Et, à la fin de l’année (ou d’une autre encore quand le travail se poursuit sur plusieurs années), les laisser filer, un peu plus grands, un peu plus ancrés dans leur vie… Nous ne sommes là que pour un temps, passeurs d’une année, mais les liens qui se créent entre une classe et son prof principal sont d’une belle qualité, même avec les plus pénibles, et c’est toujours une joie particulière quand un ancien de « ma » classe donne quelques nouvelles, comme c’est récemment arrivé. 

 

            Ce qui est certain, c’est qu’à partir du 1er septembre, j’ai toujours plus de choses à raconter au Seigneur dans ma prière tant ils viennent l’habiter, tant leurs bavardages irriguent les miens vers le Seigneur, tant ils passent de simples noms à autant de vies que j’aimerais savoir amener vers plus de vie : et, sans Lui, je ne saurais y arriver. 

 

samedi, mai 16 2020

Fils tendus

http://lartdesscoubidous.com/wp-content/uploads/2014/12/Scoobi2X%20001.JPG 

 

            Je n’avais pas tout à fait prévu cela mais il apparaît que ce temps quelque peu transitoire (encore très confiné pour moi qui ne suis absolument pas certaine de reprendre en présentiel les cours dans un lycée sis en zone rouge) s’écrit beaucoup en temps passé au téléphone. 

 

            Moins de nouvelles directes des réseaux d’amis que lors des premiers temps de confinement – c’est heureux, il y a moins de problèmes de santé – mais de nombreux élèves à appeler : pour prendre des nouvelles récentes pour certains mais surtout, pour d’autres, afin de parler de l’orientation à venir. Exercice délicat du professeur principal déjà dans les rencontres en face à face, que cela soit à la sortie d’un cours ou en rendez-vous plus prolongés avec la famille qui devient épineux par téléphone. Pour certains, évidemment, ça va et il n’y a pas à faire cela ; pour d’autres, il est difficile d’appeler au réalisme alors même que la situation est inattendue. Et les appels s’allongent et s’étirent en durée… parfois avec des résultats, parfois sans avancée probante. 

 

            Mais dans tous les cas, je demeure marquée de ce nouveau rapport qui se crée. Il est sûr que les relations sont un peu différentes du fait de la situation et qu’elles seront à réajuster si le retour en présentiel se fait pour retrouver un juste rapport professeur – élève. Cependant, parlons uniquement de ces moments au téléphone : je suis frappée par la densité de ce qui s’y dit. J’ai des confidences, des bribes d’histoire, des envies, des drames, des réalités qui ne seraient peut-être jamais dites autrement. Je ne dis pas que c’est mieux : certaines choses ne sont pas de mon ressort dans ce qui sort mais comme si la situation, le fait de ne pas se voir en vrai, d’être un peu masqué ( !!!) faisait dire les choses plus en vérité. C’est parfois délicat d’accueillir ces confidences car ce n’est pas un accueil ou un accompagnement spirituel… – même si je les confie après au Boss dans le secret de ma prière ! – mais il se joue là des beaux liens d’humanité. Aussi ces moments au téléphone n’ont-ils jamais autant mérité le nom de « coups de fil » qui se tissent, se retendent, s’approfondissent. 

 

            Je fais le même constat avec quelques anciens forcément plus isolés que j’appelle régulièrement, à défaut de pouvoir les serrer dans mes bras d’amitié pour leur dire d’être forts. Parmi eux, je pense à un prêtre âgé de mes amis chers qui s’embête férocement : non que nous nous partagions des banalités ordinairement mais là les échanges s’écrivent en bribes de vie spirituelle confinée et, si la situation n’est pas drôle, il n’en demeure pas moins que c’est très beau. 

 

            Dans les deux cas, j’en sors souvent assez émue comme à chaque fois que notre humanité sonne juste et parle, parfois directement, parfois comme en creux, de Dieu et de son histoire d’amour avec l’humanité. Des coups de fils devenus simplement comme les fils tendus au travers de notre humanité, comme doublant les liens subsistant très réellement quoiqu’invisiblement au cœur de notre humanité. 

 

samedi, mai 9 2020

Un avenir en points d’interrogation

https://st.depositphotos.com/1021974/1535/i/950/depositphotos_15359291-stock-photo-surprise-present.jpg

 

            Tellement d’écrits en tous sens ces dernières semaines ici ou là, des choses intelligentes, d’autres moins, des réactions qui montaient crescendo de partout face à des missives avec lesquelles on consonnait tandis que d’autres hérissaient le poil. 

 

            Et à côté de cela, les nouvelles tourbillonnantes du monde, souvent sombres : celles de la santé de tel ou tel dans un premier temps et, dès maintenant, les horreurs de la crise économique qui commence à poindre et qui balaie les plus pauvres d’un violent revers. 

Et à côté de cela, des réunions en visioconférence qui commençaient à suggérer de plus en plus certainement l’incertitude, partant l’humilité foncière à partir de laquelle uniquement l'on pouvait commencer à bâtir. 

 

            De fait, mon agenda tout entier s’écrit désormais entièrement en points d’interrogation. Ce que je ferai dans deux mois ? Eh bien, pour une rare fois, je n’en sais rien. Chaque matin, mon agenda téléphonique affiche ce que j’aurais dû faire alors que finalement, il n’en sera rien. Les journées sont chargées pourtant, mais elles sont décalées par rapport à ce qui aurait dû être et rien ne s’y déroule comme prévu. Et l’après ? Personnellement, je ne sais pas de quoi l’« après » sera fait, s’il sera changé ou pas, et d’ailleurs je crois qu’il est trop tôt pour qu’on puisse déjà réellement parler « d’après ». 

 

            Pourtant, ce temps différent n’est pas sans enseignement : il nous invite à accueillir chaque jour pleinement comme présent, dans les deux sens du terme ; à nous enraciner chaque matin dans la certitude profonde que ce jour est don de Dieu et que nous avons à Lui y dire oui. 

 

            Je me rappelle de cet excellent bouquin que feu mon premier père spi m’avait fait découvrir, La Grâce de l’instant présent, qui s’appuyait sur ces trois termes : accueillir – consentir – offrir. Accueillir, consentir, offrir : comme trois notes fondamentales de ces temps troublés. 

            Accueillir le jour donné et les incertitudes sur celui-ci d’un « oui » sans réserve.

            Consentir au programme et à ses dérangements imprévus. 

            Offrir au soir tout don reçu vers Celui qui est avec nous. 

 

            S’inscrire dans le présent ouvre à la gratitude, à la louange et à la paix du coeur malgré la tempête actuelle du monde. 

 

Cela va d’ailleurs tout à fait avec le point d’interrogation – qui est comme le signe de ce temps – et l’esquisse de spiritualité que j’aime imaginer en regardant celui-ci : un point qui reste ancré sur terre, une boucle qui veut tendre vers le Ciel en embrassant de son épaisseur tout ce qui est vivant. 

 

dimanche, avril 12 2020

Belle fête de Pâques 2020 !

https://tse2.mm.bing.net/th?id=OIP.zjxdD1DnrKhM0gsEHoMxPwHaKJ&pid=Api

Joyeuse fête de Pâques à chacun ! 
Christ est ressuscité ! 


Que la lumière de cette fête vienne vous éclairer, même à l'intérieur de ce confinement qui, pour certains, est, je le sais, sombre de nuit ; 

Qu'elle irradie à travers toutes ces étincelles du quotidien, même quelque peu cachées, qu'elle vous aide à les repérer ; 

qu'elle resplendisse pour chacun parmi vous, pour ceux qui croient au ciel comme pour ceux qui n'y croient pas ! 

jeudi, mars 26 2020

Signe de(s) croix

https://tse3.mm.bing.net/th?id=OIP.igsJUWk94w8gexgxXrM9cAHaGc&pid=Api

C’est la première chose que je fais le matin, 

Et ce sont toujours les mêmes gestes, lents et posés : en haut, en bas, à gauche et à droite. 

La priorité matinale qui m’englobe physiquement de cette présence du Christ : 

Le temps et l’espace, aussi, que je trace sur ma vie et sur le monde. 

Si un signe de croix est toujours acte de foi, il prend une gravité particulière dans le contexte qui est le nôtre : il me rappelle tous mes frères et sœurs qui vivent actuellement des croix, chaque jour plus nombreux. 

Alors, chaque matin, je pose encore plus résolument ce geste ténu, en apparence si anodin, pour affirmer que j’ai confiance en une chose : derrière cette croix, la résurrection viendra. 

 

 

samedi, mars 21 2020

Mots d’espérance même si c’est de nuit

http://farm6.staticflickr.com/5134/5445613926_85169104aa_z.jpg

 

            Je ne sais pas vous, mais moi j’aime bien prier la nuit : plutôt le soir – n’étant pas du matin ! – ou même l’hiver, les laudes, quand le jour peine à se lever. La prière nocturne a une saveur d’intimité, une profondeur de réalité : quand tout est sombre, il s’agit de tourner notre cœur vers Celui qui est le soleil levant. 

 

            J’aime alors le silence qui règne et, parfois, je murmure les mots que je dis à Dieu : mots doux ou mots rugueux des intentions parfois lourdes, le tout à déposer devant Lui, dans la foi, l’espérance et la charité. 

 

            Ce murmure priant, intime, c’est celui qui se généralise aujourd’hui en temps de confinement : le silence règne et la nuit est là même de jour pour nombre de nos frères et sœurs, la nuit est là pour l’humanité. 

 

            Chacune de nos prières devient alors murmure d’espérance. Comme dans l’évangile du jour, un simple murmure de Celui qui se sait se reconnaît pécheur mais qui veut porter le monde dans une prière d’espérance, pauvre attendant tout du Seigneur, même si c’est de nuit. 

 

 

jeudi, mars 19 2020

Du côté de ma paroisse, du côté de mon diocèse, du côté de mon pays

En ces temps de confinement, la vie spirituelle est appelée à croître différemment tandis que la vie communautaire propre à nos paroisses n'a pas à se dessécher mais à se réorganiser. Mais, comme on le dit souvent, "un chrétien isolé est un chrétien en danger" alors ne restez pas vraiment seuls dans votre confinement ! 

Voici quelques idées plus ou moins locales auxquelles vous pouvez vous joindre : 

 

Enfin, une belle proposition qui ne concerne pas que les catholiques, faite par les évêques de France pour l'Annonciation le 25 mars : 

 

dimanche, mars 8 2020

Up and down de la transfiguration

http://3.bp.blogspot.com/-pyHv6Yck_vk/URhbGWuTE0I/AAAAAAAAAt8/ig5blC4gbYQ/s1600/transfiguration.jpg

 

« Écoutez-le ! » 

Trop souvent, Seigneur, 

Je ne suis pas assez à l’écoute de Ta Parole, 

Ou tout au moins, est-ce que j’ai envie, 

Toujours, de venir à Ta parole comme une source ? 

De lire et d’écouter Ta Parole comme un lieu où, vraiment, Te rencontrer ? 

 

« Il est bon que nous soyons ici ! » 

Trop souvent, Seigneur, 

Quand je suis avec Toi et que ça fait des papillons dans mon cœur – entendons-nous bien, c’est loin d’être toujours le cas – 

Bref, quand je prie avec bonheur, avec amour ou même simplement dans une aride mais, je le crois, féconde fidélité, 

J’ai envie de demeurer là, 

Dans ma bulle, loin des tracas du monde. 

 

« En descendant de la montagne », 

Trop souvent, Seigneur, 

Je ne suis pas assez prompte à témoigner de Toi, 

Ou peut-être bien rêvassant de cet ailleurs où Tu te trouverais, plus, mieux, pleinement ? 

Dans un ailleurs de hauteur où Tu surplomberais nos misères, 

Alors que c’est aussi dans la plaine que je peux Te rencontrer, 

Alors que c’est vers la plaine que Tu marches avec moi, 

Alors que c’est vers toutes les misères, tous les drames du monde que Tu te trouves et que Tu veux marcher, aussi, à travers moi. 

 

Tout le mouvement de notre vie chrétienne est dans ce va-et-vient permanent entre la montée de la montagne vers la Rencontre et la descente de celle-ci, aussi vers la Rencontre sous une autre modalité. 

Car Tu es présent, je le crois, aux sommets lumineux, 

Comme dans les vallées parfois moins éclairées quand surgit un nuage, 

Comme dans tous ces creux de nos vies qui sont parfois des gouffres sombres et noirs où, souvent, nous osons moins rapidement descendre ; 

Seigneur, donne-moi de savoir vivre toujours selon cette double dynamique : vers Toi, pour me ressourcer ; vers mes frères pour témoigner de Toi, avec mes frères pour vivre de Toi ; 

Cette simple dynamique du chrétien qui marche vers la Rencontre où le pousse l’Esprit. 

 

Evangile du jour

dimanche, mars 1 2020

1er dimanche de carême... pas si debout ?

https://www.photo.rmn.fr/CorexDoc/RMN/Media/TR1/GIOZ4U/07-506153.jpg

 

 

            Méditer en carême sur le fait d’être debout… alors que, si souvent, il faut bien l’avouer, nous sommes chancelants, voire à terre, si fragiles dans notre humanité. 

 

            D’ailleurs, il me semble même, à lire les textes du jour un peu en recul, que la première lecture du livre de la Genèse et l’évangile de ce dimanche sur les tentations de Jésus au désert nous invitent à ne pas nous laisser prendre au piège de croire que nous sommes toujours debout mais que nous sommes invités aussi à mieux regarder notre propre humanité. 

 

            Il est une tentation qui serait de croire que nous sommes rassasiés, que nous n’avons plus faim, repus, possédant tout… sans aucune place pour laisser croître le désir de Dieu. 

            Il est une tentation qui chercherait à faire croire aux autres que nous ne sommes jamais blessés, que nous sommes des solides, des sans faille… sans aucune place pour nous laisser toucher, pour rejoindre l’autre dans notre commune vulnérabilité. 

            Il est une tentation qui nous laisserait fanfaronner, debout, accaparés par la vision des idoles que nous nous forgeons dans nos vies, à essayer de nous hisser à leur hauteur illusoire au lieu de regarder à notre hauteur d’homme et de femme, humblement, pieds à terre, vers Celui dont nous attendons tout qui, Lui, vient toujours nous rejoindre là où nous en sommes. 

 

            Quand le Christ, Lui, n’a pas besoin d’en ajouter pour dire qui Il est parce qu’Il est justement Celui qui est, le carême est probablement, de notre côté, un temps pour croître dans la vérité de notre humanité. La tentation, du côté du Seigneur comme du nôtre, serait de ne pas être ce que nous sommes. Alors, si nous sommes bien effectivement appelés à être debout, soyons vrais, appelons-Le et laissons-nous relever de nos gamelles ! 

 

            La gloire de Dieu, c’est l’homme vivant, écrivait st Irénée, l’homme debout mais je crois que la gloire de Dieu c'est surtout l’homme qui se laisse relever, à chaque fois, par Son Sauveur. 

 

(Textes du 1er dim. de Carême année A)

 

vendredi, janvier 10 2020

La prière, lieu privilégié de l’interreligieux

https://images.unsplash.com/photo-1542042179-03efeb269b35?ixlib=rb-1.2.1&ixid=eyJhcHBfaWQiOjEyMDd9&auto=format&fit=crop&w=400&q=60

 

 

            Mercredi soir, à la messe, comme souvent, je pensais à mes élèves. Au moment de l’offertoire, j’aime regarder intensément ce qui se passe à l’autel et, surtout, prier d’une manière toute spéciale. Mon premier père spi de moine, quand ce n’était pas la messe conventuelle, disait souvent, à ce moment, quelque chose de ce style : « présentons, offrons toutes nos pauvres vies au Seigneur pour qu’Il les prenne en Son eucharistie » : c’est ce que je fais et, souvent, ce qui habite ma pauvre vie, ce sont mes élèves ou le souci plus spécifique de tel ou tel. 

 

            Mercredi soir à la messe donc, c’était ce garçon qui habitait plus spécialement mon cœur, arrivé plus tard que la rentrée dans ma classe mais désormais bien intégré. Ce garçon ? Un « migrant », accueilli en foyer, protégé heureusement par notre pays mais qui revient de loin sur tous les plans – et notons bien que tous n’ont pas cette chance, nous venons de le voir avec cet enfant mort dans le train d’atterrissage d’un avion. Ce n’est pas si facile pour lui mais il fait preuve d’une volonté incroyable. Et mercredi donc, j’avais appris que  mon projet de le faire participer à notre voyage scolaire, ce dont il rêvait, tombait à l’eau pour des raisons administratives. Alors, c’est cet élève que j’ai présenté au Seigneur dans le creux de ma vie lorsque le célébrant présentait les dons. 

 

            Cet élève, comme tant d’autres, comme la plupart de ceux dont je porte le souci, porte un prénom musulman. Ces élèves prient Allah et non le Dieu Un et Trine, s’étant révélé à nous en Jésus Christ, vrai Dieu et vrai homme. Et pourtant, au-delà de toutes les discussions théoriques dont je ne nie certes pas l’importance, j’aime bien voir là, dans cette simple prière à dimension eucharistique, une belle forme de dialogue interreligieux : parce que je crois qu’Ils sont aussi, d’une manière cachée, à Lui. 

 

 

dimanche, janvier 5 2020

Epiphanie 2020

https://nominis.cef.fr/images/gallerie/epiphaniehyeres.jpg

Epiphanie... Je me dis que, souvent, nous venons à Lui non avec un cadeau mais bien les mains encombrées de tout plein de choses dont nous ne savons nous défaire, sans avoir la simplicité de venir ou directement les mains vides pour Le recevoir, ou plus certainement, d'offrir ce que portent nos mains de varié pour les libérer en allant vers Lui. 

Car ce qui nous encombre peut également être cadeau et moyen tout spécial de Le rencontrer : dans l'or de nos moments lumineux, dans l'encens des moments parfumés de la prière et, enfin, aussi, dans la myrrhe de toutes nos morts. Alors, "prends Seigneur et reçois" pour que, dans nos vies, nous sachions voir Tes épiphanies ! 

 

dimanche, décembre 29 2019

Sainte famille 2019

 

https://tecuentomife.files.wordpress.com/2013/01/icono-de-la-sagrada-familia-de-rupnik.jpg

 

Sainte famille… loin des représentations sirupeuses, Marie et Joseph ont connu bien des tribulations avec ce petit bout d’homme qui était déjà complètement Dieu : annonciation(s) d’inattendu, naissance galère pas du tout dans la super maternité qui fait rêver tout le monde avec accompagnement de la maman et du papa mais plutôt la version système D, fuite en Égypte façon exil politique pour éviter que l’enfant soit massacré, retour peu rassuré et discret, perte de l’enfant au Temple et tout ce qui se passe après ses 30 ans et puis, plus largement, tout ce qui n’est pas raconté dans les Évangiles et qui fait pourtant la vie d’une famille, en ombres et en lumières, en creux et en bosses. 

 

‘« Ta mère et tes frères sont là dehors, qui veulent te voir. » Il leur répondit : « Ma mère et mes frères sont ceux qui écoutent la parole de Dieu et la mettent en pratique. »’ (Lc 8, 20-21) Comme Il l’affirme ainsi, la Sainte famille, c’est aussi l’Église, c’est-à-dire nous, à mesure que nous écoutons Sa Parole et que nous la mettons en pratique. La Sainte famille, ce n’est pas du tout plat, du tout cuit, du tout réussi : la Sainte famille a connu des tribulations, l’Église en connaît parce que l’écoute et la mise en pratique de Sa Parole, cela ne se vit jamais sans résistance. Mais c’est en devenant toujours davantage Sa Sainte famille, à l’écoute du Verbe fait chair que nous apprendrons à placer Sa Sainte famille et toutes nos familles sous le seul signe de ce qu’est le véritable Amour. 

 

 

samedi, octobre 19 2019

La grâce de Te déranger

 

Le pitch de l’évangile de ce dimanche ? En parabole, une veuve importune, un juge qui en a marre de la supporter parce qu’elle le soule grave à force de venir crier à sa porte et qui lui donne du coup ce qu’elle souhaite : la justice. Le résultat ? C’est qu’avec Dieu, ce sera encore 10 000 fois mieux côté justice.  

 

data:image/png;base64,iVBORw0KGgoAAAANSUhEUgAAAOEAAADhCAMAAAAJbSJIAAABelBMVEWZVBD///+XTADMr5qeWhny2Ub03Vvx1THx1Czx1TTx1jbw0iby1zyTSADy1z7z2kvz20/z3FX03mD032SXTwCSRQCXUAj///WXUA+USw////n//+6cWBH89c/v0Br//+To2s7//+H899f/+83+98P28OrFooSocDv//+miYyb//dj888P99Lv677D/97P565r875T553LcyLaxf1Wsdkfgzr65jGe/l3WgYCSlajL38dnHo3r58dHOr4Tr3bjk0qrYvIi/lVuwez7z5KP88KXn0YjIoVr56Yjv2ni2gjLs02izexWlZxLFlRXt49nTuaSNOQDr3sfgy67WvJrizrHAl2zPsIjy5sG5jV/cxJnn1auILgDIo3LizJvy5bTMqnXWuoHs26LhyY64iU2qcS7UtXXdxIDu3JTNrGjo0YHIoFfiyHbUsl/04XzewGLAkUCzfS/Npke9jjjpzl7JnzzVsUXevUrnyETYszXNoyfguy29iR3kwCGvcxQnbfZoAAAUeklEQVR4nN2diUPTzNPH06WPB7oqD5uQtsECbelNKVSgKChQRaSAyo9DX0URvB5FkEPk+t/f2aQ5ml50k0DpqNAmu3E++c7MHg3KuapZqGugpdFt4cF8qBoDV+mEt6t30M1j1PiGMQkPD1SkrEDYNZxFiAjcFTFCsDS44D0/4UAGoStDpxpBUm85IcsQDmQxuWx3mUxAaLiUsYRwfhBfOfl0Q9JCLcIWcjX1U03AmflqhKEMvmwXLRtBA5UJu9xXW8CC4d5KhA+ueIRqhofKEw5c5RJTbGiwHOGDq5+CuqGhUsKuqzODOY/hYTNhqDmKjG64xUSYaTJAjuO7ighbmikJFROiIQPhfNMpCIZ6DYSDzUjIoS6NcKD5YpQaCWuE2aYaKHTjHxQIm1RCEDFTIGy+kUI1molA2IUu2xHHjAzJhMPNS8hJISD0NmudoQarYa6Zg1QOU87V0syEgtvLNel8RjU8z3nd7GkoINzoO8dogAvxrJ0Jyg63DGcbe+8D9XJdrBMalFEWYAsNvX9FhrgBxkJDsuoHIfPRBkYUwhxrKcUwq+3q7aVz21AY0c1mRHADRuwIM6HkdT3gMebD8y6XdxATaWF+vqu38bLSzUpIwl6vPGMn5IHL6x2Wulw0ar0DIw22UGEnzHhDSvoJBOC8Ia/XFXoFlKFhvqFktELYVRhnBDLvBZsfxPzgvKvDNdBQxZWdcMj1Wh1JiTvU0dEhIRqyA94O1/xIA00EmQnRsGvxpTqhQZmODu8wTUCBH4aXjfQhHTMh3+INLSy5C+MDHvZ2hJTpH86Mejs6hphnSnYbKyHJ+CAwva7RRaV28ovejlfKlQh55e3wLjbKsMFKiF51KOb1ydFJD3gXFeEEvAjHHzRIMjISCiMA97r3NRWyY5EikhFfh7e3EJt4CE6MDjZEpLISZr0+HyQhWfb5fAoiGoRXKiKKvurwdSw3wlMrrIRRwKFTGj47Cq8eUkSoooVXHF1ZLcLxV9HLr6mseSiNAg3tSdyA6AtTsfByh8/3UA1NfgmOj65e+gSHlRC/8vmUEZ+EgeSV/AEyv2hExFmIVN8iueSCw0y46Iu8UkIQL/kivkVlzFiGl2qgcgTTt1BwLlVGVkLKMupWXuPXvkhkVb4MfhgBWq2G8oOjwLh8qTIyEpLsaCQSKWwlCxK8GR1RZjSrMqKqGnL/DxBfhS+x4LARAhPI5lM/0UEZePc/RTmYtMFrbQdOoKpGIg8vL1LZCCELF5f9kVV1uOOXI/6Ikoog23gksqJPaPjwo4jf91q6rKGRiVCIjo66+fHIkuY1GY+M+pcURAEt+iOjWS0wKfJoZPyytquYCNFSZIUnGWVAlI2ER/1+/2CBCj/0+3v0BZRAFoH/keGBnYsMWSZC/Cbyhuf4cZ0QKoy/x9+TLRzAgz1+/6peXviHcPaRIIMJGLlHLnAXgE3DFf8YhrlpGFNTBOGXKYSGmH3k9z/UZ978UneP/zWmfOHl8Uc9K+ELk5GFUHA/iizRHVL08PH444du5QL4DSCujBTEIdFxv39ZVxE/7O7pXsUQsKAu0C5e2PjBRJjt8VNCPAa+dnf3rMpaCeQxvFtRayaRxru7xwwqLnb3PMqSx37/+NJST/ebxiYMy4QgZY9s3UrGCUhBLMSfQABx2YA4Dk0fdT9a5dHLMf94QxOSTHc3EJLB7p6CKUO/jNhjQFzp6R7TSEiWthynMU1WoezYRVDLLBDid8DTmcl0wleFSg7U2GP1QVWSfdTT/U5TEY9B+0l5xQX35sIeHmCL0hgl5J/EOmNveLwRA6rCDg15DMfeapuMG/BOGzQEdye8I4ULrF7UbJyt0nTG3gHhG/D/Heb4d8p3+RR6Y0Tkx2KdnWF17MNjsZhSYdz01tgDUNOYCEc6Y2NYwCugyRPwGL3t1Dn491RZ9ZoYTq2ob6iIK/KmKhxeuagxn21eugISCG9Bn863mOYboL4tBKMg0EBVC4x86om2sfEmFpOjEz+JxS5qzGebtb2Nvf2/sRiVLk6XhZjG6ZKKSOC4GrXKKXWVJWRjnWvy1uNqLDZ2QWHKRviks/NdZyxKEWXveXgVV5/pECQavmrUkvHOzjVtlfW2MzZJ6OLEcNBhYyIkqwEq30vQJyDHIwRjIKDVDpKNA4A6ZGwEOgPvCn8Hmgh0vqfNIHUDkxeDyJaH7nhnPPCez8YDgbeyn/hDwOAyhjsQULOPfx8IxAW9Y4COhHgsEHhyMdMaxjX+k0AchMHvA/G4sj9D1gBWX9fT8wVgQYLXH7DWMfCeLjGy0NPCo0p1GOM+TRS83iAQgfGAspVBwvF4YEJfEa/FZRJq/Aeg0WpNPB6n6AgavLsQERn32hA4GhVkPwvBRjnWdMJJ+RYU3hloQHYZHRc1d9LYNVzjCn4WfKe0E5oqkH3xdfVjmgloJek9afzK3ycuQkQ2QjQRj7+na2AJtCwM3WgjHtdHACEa10VE63om0hSl6Px7Y3MHjbXSxIOyy/iT7jt6Hw/qqYU/BONqJpLJYHytUFegnMoJS48FP1yAiIwargWDskDgZ1ANRrIRDK5pTYSRRDCoLpH498HgR/XT03fQjNCMDAYTUefLKdt4uKl5j9Z1Dgyv9XIKIgY/qjO5aDAYVGkINAPxSBiOfXJeRLa9tglQTtBeamEKIq7rmehOBNXQ5PBHOKXiZhOJBNwV/CSYCDo/sWGbl35MJD4Vgk5aS2hUJJEwiMgD1YQ6DrrX4JQ6YkwEEyAe3IJEYt1xEdk0XNdJKO2kmm4fjS5DJibUHAWtAUeNU/4TpDGSSYMfnF5iMK2Ao0qYKW9AiY/G+DOMiR91KKACXvWvIuuJhCTIxxJOxykT4WQikZTUd+BmUku3T8YzFFgbDwQBqNR6KkTX5TiNJhN6jDtkLIQ04rTwk3nVkCUbCQMUjeApfSKXBZwJ7WmUJBUbTxS1d8RYCGn0fdbdgqyc0tINBE1qkSlsJg1BiCYBcUOdBIwkkyNynBraO2IshHg9qasmyJKq8zMymUxqaSnfC8OIhzanEslJrbquf0Iw7Usmk58cLTZMO8JTyb4CEpnYFDhpKqlx8F/A5U1NRHcyaVgFEu4zKKeeEz5CDcYTfXAxJxcZLISSDsFTIfDnPg3KJAr+1jdhvD52T0S1N/JNQuvJ5JSTYcpC6O7Tcof/1LcpUKW+qCKijSJR0JRpYmaunALEdd83B4sNA6GwCYSFIQE0gpqDv/Qltc8hqKK6KGSyr0YhoZ2nHNzQsEhIQDGJHunTiyt52mcITfx5o7r3QrTPUREtEnLuqb5nmOOf9iXd2nlpqm9KG/ZLwrLEeCq6c8M+I2FOJYCYnKLJ1GeQQYhO1SMKXC/Xt+EYIlMt7cvl1OQSJnOUhnzN5XQfyeZUro7Mwk9zuS+OjYlM4yHgTGqF5QvFRRO5nGFYINGvX84vInqWy+XqdeLcxjSnASgtCoXNXA6qjPQ199WgmkA2zn89eoncplPVlEnDjVzuqz4z+0bdw6BDUS7V5TAExTOnqinbJzNPjR4JX3NPeU7K5Z6yTr7QUzkOnDHGnSgIq0ltOTsJ8iEq5SRjpOHPUGqcmpsy7pdCTKaihmKTcgtSikrJZBjuztdGykMw/kcu9VVfQaQgyPA35nKBnqVSqQYjhOKQSmkDAv4vl5pE7lTqM5uIMqG7djsmYyUUouCUVm3476AofsbqprABF3NquGDWEE8avBI2U6kfvGRgrssEeq0aE3RmYyaE0EylvmvPzfwAF19+S31nuhS9QalnDhVTdkKoNkCl7rrQoN2c0Q/UZXLvHw4NiBYIOSnVn9JE/K8fvEz1f2e6GsR36rtDqwsrhGijv39Dy8T+VH8//GEqGDTI+x3aVLRCyKEf/WpsCd/7FfvJMmAI29DzP2cS0RKhMNPfr4wP+CcV8OckcDIpQaD7d2eWiJYIOfS8f5sSUdTn2wjjbUYpII3Vm2W3WSME6X7KH+c/n/5PoNeJTjPWGvc03BtHqqlFDbf7f8hR+Z+78ENPP/oZaw2EuTPjhTVCqKDPlReFAzTamKQQNqenpx0JU2uEEFzTUeN76uhzplqDfkxPbzsxXlgk5J5P7xS5JTyfnmYKU7Q9Pf3TifHCIiH+Ybrx+Nf0NNvAJm0xql/DrBL+NN14KsVzporB/2JUv4ZZJBS2p38V8YjRaVNq1nEpRxLRKuHm9FaxVzQR2RyFqvXTgfHCaqWBUlMcWjTYfjHNv/jnjPFd3awSQmUpVkyYmd7aYhrYIKe3pNrN6jWrhDQRixWTtrbYwpQmogOlxiqhGN0y3Xj8a2vrF0u0iZuMt6a6Wc5D9CJtCtOdLcYw5eDW2L+CskyIf6d/FV9BeL61tc1yUeHX1gv7ZzWWCcV8eqs4e/Dvra0XTBM36GjJl7JmmZDDL9K/iy8hpbfSMwyIwnY6vSla86bUbCDcTr8oPsL/TqdfMCSUuJlOb9s+Ilon5NxpU63houk0k4hwJaYqXP2i1gnxr/SLYr8wFZElE1+wdatqNhCKM+n0TlH6QPVhijfhRTqdtzsRbSCkjpUT0V23r+hXOv3b7jC1gxBqTXqmGEcCEQ/q9hUfQLcdmxHtIOSk9vRecf7g3XQJdW2jxRQQebmfiHmMEY+tRq0thDQoTTh4L51ur/9C9MakD/JYwNzM7729F3t7B7t5UbBCaQshx5WICHK0s8Tpzh70az/YPWgH1PZ2+eve7x2OXUp7CKmIuyXFpt187BwmCrt7FKzdaAB5MCMxQtqkoQR+mEYygXq6U79X/Ex7edvbzbNkpU2EeL+93VTnxTx1S6rXJc9OBUAZcn+nbtdsIuSkvRLB8C71qc45itypmuXr9cwuQuEP0Jj0wgfg0UFdiLUA9+qOCfui9F+w36YFhfgHDtZTUPndf6vaHsO4YQ+huKN4sOspPizt1YWIawHWr6BthKoPplQUpX+v/Xtt/5yInv1r1QmZZuW2EPIH11QzOSHm6cHzqejZvVbdGIYezh5CccbghmlPt4B4Dt/EnRqAphQ4r9mi4aHBjz8mvRTEP1wtRqVdFat/CqiYDYSe/TaDI23mFQW43nat7bBmkThsqwgnG6t7NhBKbQa71vbHHEyiBM63Xau+7vMcQJtqxrz2t2Gv7cDsi7mFKMpN9sXKTnp2q+JBZ+bNcOs7wpLZmTILXwhksD/5SrVCzNcAPGRfIVom9BzcK3bm3n4ZDs/Z4b22e237nvKeiofVAe+xDRSyWSaU2u6Z7KCcUqK4T88dzpRj9Oybr2Gyktyuwyx/ulbqXFlCwMgfyoxnJYxivgbgPStbjJYJD89LCDLuyuf/mtPR86cG4F8LElomLL39d8vloWIe6fAubbLPGzURZ+9WB7xraZfYIqF4crfEqnwWL0p379Emh0afxcPSaxSZJQmtEnr+mt35p7KEYHm12ZnWynPyTw1Caxv9VjU8LHGvmjsazT8GxNJLFN8yaxJaJZTu/mOyqhKKhuaFeiOemK9gtllru95WCUv8qRZSnn1jyzNl8/6wBqCF6Yxs1gjFfIlDVeuM7rZ6M8SzWhKeWAtSq4Sl/lWT8K+uH701d2FF5TmqRWj1MSmLhLO37/wj/1J+g0OVG3uO5FZ36Ne8BxDvQACK0KVwTP2lmnJFi3XGMuHJ7Tsmq7hj65nT297Og/zw/ejlbMkFiu322eV+uiaemR28fVLBIyPgnTsQeh6Auz13WB3wziG7cwWznfC4bFSJnqPbxkb0NlDm27UkPLIapJZHi9bbJmstN1yI0nFRQ8Vvz19z51KzHKT2E94uHb9Ez8mdonathUFculML0OpgyFlfW5T62Pq3eD9G9OT/mu5Da2EE8MyW3qDihtaD1PLM+7jUx9ZjSfcL+I5azYBaroqn1RHLhnydZpUQ3C9jRzAaiFTK/MlxmdPaNCVftrdupzY8PmR1bXFWzrGb11tPj6mdtl4vd1odM8XZGoQ2BKnlPJRulrfW69Ray526rgfp3PUK3Qst7XgEzCqh51hGuX7z+nXTC/P7m9p3bVIgdy7TQP1+0wYJre9EzV6v127qc2nz7TCZ5TkpNeu7+jW8LLEbc5rf+RvVW1pc+ypmfc/7qLqbJW7f1LqKJ9W73rTl50ts+OzpRn2mr2g9f6u3LD/FrdesE3rm6gI0uO05rd50rkEIIRPrITQMAFKNptZn3dTseAp69saNW6VW7tgtQ4zSfpXa35D/2PM8tB0aQrEpR1POjJMUCO9zt7VgtjyLwZ2eE7CodniOqze2uslWMFuexRClcwIWr6tq3BeWB6DKmE3PRJ0H8b4JULp1v1rzU3sktOvJPTF/WtVdCmgu/qI0V4Xxvk1paNvTl6J0fL8a4/1bsyUeix7p5LRSr/u2TNk4+wjpZsz9KnZUPqtEz9lxhR52/UiwbYT0E96jSnzH+QoPYSjbHOW62JWGdhJSZ+dOy/h6VJlP6SaV6WZXGtpKCOYR83PHt4rwzqSqfNREDzdrZrQrDe0mpN56ROnsZG5u7uRkNs95auKp3UzBaptDbm7BgX8yRQROz3nh1D4e8USvOvasK6hluQcX9j/z1jTIyNm541OwOduuSQa5+cYhVMQX6RfbrkiGudAl/b/1F2RogXOFmxoRd3Gu4aYmRCHONdBIiWi3kYyLc4Uc+EdhGsZQCxC6Bps4TNE8JXRizG8QgyClhF7JiX8nrSEMLciErt5mFVGQQgphqFkJUa9LIWxaEUlIJQw1ZybiFpdK6FpoxlGfhF06oSvThGMi6jISzjdfJsplRidsvtkpHeyLCF29zYVIRkJmQtdQMwWqQOZdJYSuweZBFEiXqwyha6hZApUYAIsIXcPNgUhG5l0VCF0tuAkmNygTclUkdHWNXPVkJOo4WIHQFepFV3p6g8NdruqEIGOYv6qMAiItJTylhC7XgwwiVzAfCZJ6Q6U05QhBxyHpikEShDILZfgqEUI+Dgy5MboSmIQgjDIt8xVIKhGCeecHeofCI+4Gt+zg8EJXWfUU+39UZ7UiSwmOSwAAAABJRU5ErkJggg==

 

Seigneur, donne-moi de savoir venir T’importuner, Te secouer ; 

Donne-moi d’oser venir Te confier mes moments de joie et ceux qui le sont moins, 

Donne-moi de venir Te présenter sans détour mes égarements, mes manques d’amour, 

Donne-moi de Te présenter sans jamais me lasser ceux qui se confient à ma prière et ceux dont j’ai la charge, 

Donne-moi la grâce d’intercéder pour notre monde et pour mes frères. 

 

Seigneur, augmente en moi le désir de la prière : 

Même et surtout les jours où je commence les laudes en bâillant, les vêpres ou autres prières en ronchonnant, sans envie, 

Ces jours-là où c’est l’obéissance qui me fait tenir un engagement, plus que l’amour de Ton Église et de Toi. 

 

Seigneur, donne-moi l’envie de venir T’embêter sans cesse, 

Donne-moi la grâce d’un cœur priant, sans arrêt, 

D’un cœur tellement tourné vers Toi qu’il sait se faire prière à chaque pas. 

 

Donne-moi de savoir venir auprès de Toi et être insistante, presque pénible ! 

Mais, dans le fond, je sais bien qu’avec Toi, 

Ce qui compte, ce n’est pas de Te secouer avec force : 

Il suffit de la limpidité d’un vrai cri de foi 

Pour venir toucher Ton cœur et en faire couler des torrents de miséricorde. 

Alors, Seigneur, augmente en moi la foi ! 

 

 

Une histoire de coeur et de partage

Dans le magazine Vocations de l'Oeuvre des vocations (voir le site : mavocation.org), ce mois-ci, un sujet qui me tient spécialement à coeur et auquel on n'est jamais suffisamment sensibilisé il me semble. Petit partage donc : 

 

 

 

 

 

mardi, octobre 8 2019

Traduction OR - Et vous madame, est-ce que vous croyez en moi ?

Aujourd'hui est paru dans L'Osservaro Romano, le journal du Vatican, un petit article de ma part témoignant de ma rentrée, pour toute une série de leur part sur l'école et l'éducation. On peut le trouver en italien donc ici sur le journal complet ou encore sur l'article spécifique.  

 

http://w2.vatican.va/content/dam/osservatore-romano/homepage/os_logo.png

 

            Encore une rentrée. Une rentrée ordinaire ? Oui et non car un enseignant ne peut jamais s’habituer à la rentrée : il y a de nouveaux visages à découvrir, d’autres élèves, c’est-à-dire d’autres êtres en croissance qu’il va falloir aider à grandir et c’est toujours neuf, comme un défi à relever. Le mélange d’excitation et de stress qui nous habite les jours précédant la rentrée est assez caractéristique : saurons-nous non pas continuer mais bien commencer à nouveau cette année ? Avec un regard si neuf qu’il porte l’espérance chez ceux sur qui il se pose ? Pour moi, professeur de Lettres dans l’enseignement public, cette rentrée marquait aussi le passage dans un nouvel établissement, du collège au lycée mais qui n’est pas un grand déménagement puisqu’il se trouve dans la même zone de cette banlieue dite pudiquement sensible dans laquelle j’enseigne depuis six ans. Je n’ai pas choisi d’y être envoyée mais, touchée par ce que j’y ai découvert, j’ai décidé d’y rester. 

 

            Ici, la pauvreté, matérielle ou humaine, est fréquemment présente, parfois de manière cachée : il faut simplement gratter les apparences pour la voir apparaître. Tel élève n’a pas de famille, cet autre vient arrive toujours en retard mais c’est parce qu’il vient de chez son parent qui habite loin, tel encore est en situation de souffrance. Et il faut faire cours dans ce contexte trop souvent lourd qu’ils apportent avec eux : si ces soucis viennent de dehors, on ne peut leur demander d’en faire totalement abstraction. Je crois qu’il s’agit pour chacun de nous, enseignants, de rester présents et de savoir donner généreusement de notre temps dans des relations interpersonnelles, à leur écoute. 

 

Un problème dramatique ici est la quasi-absence de mixité sociale, notamment sur le plan culturel : comment montrer autre chose aux élèves que ce qu’ils côtoient au quotidien ? C’est l’importance pour moi des sorties scolaires, grandes ouvertures sur le monde, mais, sans changement sociétal réfléchi, cela ne peut aller loin. Comment favoriser une culture de la rencontre et non la ghettoïsation actuelle, aggravée par l’individualisme moderne ? Selon que votre banlieue sera riche ou misérable, votre établissement aura une réputation favorable ou bien minable. Cela a aussi des conséquences très pratiques sur la manière de faire cours : mes évidences culturelles ont dû faire place à de longues périphrases pour expliquer certains textes. Et j’avoue ne jamais être aussi heureuse que lorsque mes élèves comprennent enfin une œuvre en se l’appropriant avec leurs mots, parfois fleuris : la barrière de la compréhension a été franchie, on peut alors avancer et faire savourer la beauté d’une langue. 

 

En banlieue française fortement marquée par la présence de jeunes issus de l’immigration, la place des filles se pose également de manière cruciale : beaucoup se sentent en effet limitées par le poids culturel dans le choix de leurs études alors qu’elles sont d’une grande intelligence. Comment leur laisser les mêmes chances, les mêmes ouvertures qu’à leurs collègues masculins ? Il y a tout un travail de sensibilisation, ne serait-ce que pour les aider à croire en elles et je me rappellerai toujours de cette élève qui, un jour, s’était effondrée en larmes devant moi en me questionnant : « et vous, madame ? Vous croyez en moi ? ». Enfin, de manière plus large, dans l’ensemble de la France, la réforme du bac et du lycée laisse aussi augurer de nouveaux défis dont il va falloir apprendre à se saisir : les filières ont été supprimées au profit de choix de spécialités pour permettre des parcours normalement plus personnalisés. Cela sera-t-il le cas ? Le temps seul le dira. 

 

            Mon travail est d’être professeur mais mon être profond est tout au Seigneur comme vierge consacrée. L’insistance du pape François sur la joie me marque beaucoup : « Là où il y a des consacrés, il doit y avoir de la joie » a-t-il martelé à plusieurs reprises. C’est très vrai. Alors, je crois qu’il s’agit également d’une part essentielle de ma mission : diffuser cette joie profonde que donne l’amour de Dieu parce que, je le crois, mes élèves sont aimés eux aussi. C’est l’humble fidélité du quotidien, les manches retroussées pour servir, et c’est ma joie. Et ce métier de professeur, qui est aussi vocation, en devient alors à chaque rentrée plus rayonnant : il s’agit d’aider, chez nous par notre prière, en classe par notre témoignage et par notre proximité à tous, à faire signe vers un Amour plus grand, qui précède chacun. 

- page 1 de 17