Zabou the terrible

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mes vacances à Arcueil – 1

 

            Désolée, ce blogue change de ton l’espace de trois billets car je passe trois supers jours de vacances à Arcueil (trois billets, trois jours : vous remarquerez combien c’est astucieux) et, après la superbe narration de Sophie pour raisons quasi-similaires, je ne puis qu’en parler.

 

            Café du coin, plein de gens avec des bouquins qui ne sont pas ceux que l’on peut voir dans les mains des gens le matin : tiens, une Princesse de Clèves ! Oooh, ici des Affinités électives, vous faites dans le select cher ami ! Retrouvailles entre copains sorbonnards : parler de tout, de rien, de ce stress qui, même quand on ne vient qu’en touriste voir ce qui se passe, vous étreint. Rire.

 

            D5. Arcueil me rappelle de sales souvenirs post-bac : j’y ai sué quelques heures et dans des conditions autrement plus stressantes. Aujourd’hui, tout est plus lumineux. Le directeur de salle affirme vous « agresser verbalement » et le fait, engueule une personne sur deux… charmant. Je suis prise d’un fou rire nerveux à chaque instant : tantôt c’est ma voisine de pas loin derrière que je vois compulser Barthes avidement (mais quelle idée !), tantôt c’est cette voix automatique qui résonne dans le haut-parleur pour vous donner quelques consignes (de sécurité… et la température extérieure, aussi). Amusement quand la surveillante passe, voit mon passeport fermé sur ma convocation, l’ouvre pour le mettre à la bonne page et tombe interloquée sur… des caractères cyrilliques. Du calme, je ne passe pas en fraude, c’est simplement un vieux visa ! Il y en a un marocain également, si vous préférez.

 

            Remplissage des codes divers. Comme d’habitude, mon nom a du mal à rentrer sur l’étiquette et je tire la langue à inscrire la totalité de mes prénoms. Huhu, on ne parlera jamais assez de la discrimination par nom de famille aux concours : comme si je ne passais pas 100 % de temps supplémentaire à remplir toute éventuelle nouvelle copie ! « Les portes seront fermées à 9h00 » : je me fais l’effet d’être future prisonnière d’un lieu étrange pendant un minimum de 2h30, et sans doute bien plus. On commencera à 9h07 : ainsi a parlé le chef de salle. Hugh. Il a pas une tête à être contrarié celui-là.

 

            Ouverture des enveloppes, distribution des sujets, retournement des feuilles : hop, c’est parti. Citation de Pierre Bayard sur la lecture. Je ris… C’est une blague ? Je veux bien, j’ai lu cet ouvrage, Comment parler des livres que l’on n’a pas lus ? mais n’avaient-ils pas mieux à proposer ? Littérature, littérature quoi ? Tant pis, je m’y lance, 6h et, c’est décidé, je me fais plaisir : à Dieu vat !

 

            Bon, j’ai pu citer Barbey, Bloy, Huysmans – ma chère triade capitoline ! – : j’en suis forcément contente. J’ai causé philologie et édition (… de brouillon !...), cité La Princesse (il fallait bien !), parlé de ce cher Calvino, de Phèdre et de Faust, de Rabelais et d’autres, encore… (dont certains livres que je n’avais pas lus : normal). Toutes ces choses qui viennent sous la plume quand on sait ne rien craindre puisque l’on vient les mains vides : je ne me serais jamais fait autant plaisir à citer qui je souhaite lors d’un concours ! Ma plaquette de Milka touche à sa fin, il est 15h07 : fin.

 

J’ai bien ri : ah quelle bonne journée les amis ! Bon, demain, on rigolera moins : y a ma bête noire le matin.

 

À plus tard.

Commentaires

1. Le lundi, mars 1 2010, 19:02 par Zabou

- Pour les fines bouches, le sujet in extenso :

S'appuyant sur une remarque de Paul Valéry, Pierre Bayard dans Comment parler des livres que l'on n'a pas lus ? déclare :

" Valéry incite à penser en termes de bibliothèque collective et non de livre seul. Pour un vrai lecteur, soucieux de réfléchir à la littérature, ce n'est pas tel livre qui compte, mais l'ensemble de tous les autres, et prêter une attention exclusive à un seul risque de faire perdre de vue cet ensemble et ce qui, en tout livre, participe à une organisation plus vaste qui permet de le comprendre en profondeur.

Mais Valéry nous permet aussi d'aller plus loin en nous invitant à adopter cette même attitude devant chaque livre et à en prendre une vue générale, laquelle a partie liée avec la vue sur l'ensemble des livres."

Vous analyserez et discuterez ces propos en vous appuyant sur des exemples variés et précis.

- Pour ceux qui ne me connaîtraient pas et ne comprendraient ma désinvolture apparente concernant un sacro-saint concours de l'enseignement : je passe cela "en touriste" cette année, pour voir... Un galop d'essai avant les choses sérieuses de l'an prochain ! Et honni soit qui mal y pense !

2. Le lundi, mars 1 2010, 19:25 par Baroque

Ne vous en faites pas, en écrivant une dissertation complète dans un français correct, vous faites déjà partie des admissibles... si vous comptez passer l'agreg l'année prochaine, en revanche, que Dieu vous vienne en aide !

3. Le lundi, mars 1 2010, 20:25 par TED

Et tu n'as pas cité le livre que je n'ai pas encore écrit ? ;-)

Plus sérieusement, je me souviens d'avoir passé 7h dans ce même lieu sur " Les pigments ".

Je te soutiens moralement.

4. Le lundi, mars 1 2010, 20:41 par Maggy

Mouhaha !! Ca faisait longtemps que je ne m'étais pas autant éclatée ! Ca doit remonter aux contrôles de maths de 1ère où ne sachant rien je n'avais qu'à m'appliquer à faire le peu que je savais en prenant tout mon temps (Oh joie ! J'ai eu 2/20 !) ou encore au bac philo mission suicide dissertation !
Cya tomorrow pour de nouvelles aventures ! ^^

5. Le lundi, mars 1 2010, 21:04 par Caroline

Ha oui tout de même, ça ne vaut même pas un sujet de prépa... j'ai bien fait de ne pas y aller et de réviser pour l'agrèg à la place, sans quoi il me semble que je l'aurais eue mauvaise...

6. Le mardi, mars 2 2010, 00:18 par Hervé

Je te soutiens totalement au sujet des noms de famille à rallonge qu'il faut recopier plusieurs fois dans un espace très réduit, alors que ça nous fait perdre plein de temps ! D'ailleurs, j'invite les lecteurs qui le souhaitent à rejoindre le groupe FB suivant : http://www.facebook.com/group.php?g...

Bonne continuation dans tes vacances à Arcueil, n'abuse pas trop des plaquettes Milka : c'est Carême, quand même ;-)

7. Le mardi, mars 2 2010, 15:56 par tanguy

Bonjour Zabou,
Vous avez l'air de savoir vous amuser, vous aussi. Amusez vous bien à Arcueil demain et après demain encore.

Le sujet est effrayant, je trouve, quoique j'en connaisse une qu'il amuserait sans doute - et qui je pardonne tout.

A votre bon plaisir pour la suite - la bête noire, c'est la stylistique je suppose?

tanguy

8. Le mardi, mars 2 2010, 19:44 par Isabelle

Merci pour l'intégrale du sujet. J'avais eu du Valéry, en direct, pas cité par un autre.
Bien contente que cette journée ait été un plaisir. Je maintiens mon opinion quant à l'issue du concours!
Et pour demain, plein, plein, plein de courage... Oh, oui, il en faut!!!

9. Le mardi, mars 2 2010, 21:36 par inci

Toi aussi tu passes le concours? Oh la la... je me sens loin de tout ça, maintenant. Pourtant, l'année dernière encore j'avais l'intention de le passer.
Je te soutiens donc moralement (ainsi que ceux qui passent l'agreg, il en faut pour tout le monde ^^). S'amuser avec un tel sujet me dépasse, mais pourquoi pas? À chacun sa folie ;-)

10. Le mardi, mars 2 2010, 21:47 par Zabou

@ Baroque : oh, je ne sais vraiment pas... on verra bien ! Vous savez, les matières "techniques", je les ai survolées simplement lors de mes quelques révisions, et, même si elles ont moins de poids que la dissert', l'admissibilité me semble peu probable. Ma priorité, c'est vraiment mon master 2 qui est assez chronophage. Mais sinon, oui, je suis suffisamment folle pour tenter l'agreg l'an prochain, argh ! (Vous la passez en histoire, vous, au fait ?)

@ TED : eh non, comme tu t'en doutes... merci !

@ Maggy : et à demain encore pour le dernier volet ! Qu'est-ce qu'on se marre quand même !

@ Caroline : n'est-ce pas ? Les agrégatifs présents en riaient aussi.

@ Hervé : mais passer le CAPES ne constitue-t-il pas un Carême en soi, déjà ? ;-)

@ Tanguy : Bonjour ! Merci de votre petit mot ! Comme exposé dans le billet du jour, c'est plutôt l'ancien français ma bête noire : la stylistique, j'ai toujours trouvé ça assez amusant sans savoir pourquoi. Oui, le sujet est effrayant dans le sens où je ne comprends toujours pas comment on a pu le poser à un CAPES de lettres. M'enfin bon.

@ Isabelle : et moi la mienne ;-) ! Merci !!! (pour votre mail aussi :-)) !

@ Incitatus : eh oui, mais en simple touriste et je dois dire que les lunettes de soleil font trouver les choses beaucoup plus drôles. C'est l'an prochain ma "vraie" année concours : CAPES + agreg, qu'est-ce que je vais m'amuser alors ;-) Merci du soutien en tout cas !

11. Le mercredi, mars 3 2010, 09:59 par TED

J'ai retrouvé le sujet exact, c'était 7 heures sur :

« Les pigments et leurs rôles biologiques aux niveaux cellulaire et moléculaire.

Le candidat devra construire son devoir à partir d'exemples, de donnes expérimentales et d'éventuelles applications empruntés aux règnes animal et végétal. »

Le pire, c'était tout de même 5 heures sur :
« Le bois ».

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.zabou-the-terrible.fr/trackback/931

Fil des commentaires de ce billet