Zabou the terrible

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Être chrétien dans le monde

Le temps me manque cruellement pour écrire un billet ces jours-ci mais j'ai vu un beau texte dans l'office des Lectures de ce jour. Un texte dont on cite souvent - avec raison - le début mais qui n'en est pas moins beau dans sa suite. Voici donc un court extrait de l'épître à Diognète, en guise d'écho à mon précédent billet :  

"En un mot, ce que l'âme est dans le corps, les chrétiens le sont dans le monde. L'âme est répandue dans tous les membres du corps comme les chrétiens habitent dans le monde, mais n'appartiennent pas au monde. L'âme invisible est retenue prisonnière dans le corps visible ; ainsi les chrétiens : on les voit vivre dans le monde, mais le culte qu'ils rendent à Dieu demeure invisible. [...] 

Le poste que Dieu a fixé [aux chrétiens] est si beau qu'il ne leur est pas permis de le déserter." 

Commentaires

1. Le jeudi, mai 26 2011, 00:18 par François

C'est une belle lettre, dont un autre passage (mon préféré) dit des chrétiens (2nd siècle) l'importance de leur témoignage au quotidien :

Ils habitent les cités grecques et les cités barbares suivant le destin de chacun; ils se conforment aux usages locaux pour les vêtements, la nourriture et le reste de l’existence, tout en manifestant les lois extraordinaires et vraiment paradoxales de leur manière de vivre. Ils résident chacun dans sa propre patrie, mais comme des étrangers domiciliés. Ils s’acquittent de tous leurs devoirs de citoyens, et supportent toutes les charges comme des étrangers. Toute terre étrangère leur est une patrie, et toute patrie leur est une terre étrangère. Ils se marient comme tout le monde, ils ont des enfants, mais ils n’abandonnent pas leurs nouveau-nés. Ils prennent place à une table commune, mais qui n’est pas une table ordinaire.

2. Le jeudi, mai 26 2011, 08:17 par Tigreek

Quelle coïncidence ! François, le passage que tu cites, je l'ai étudié en cours de grec l'an dernier... Avec tout une explication de notre prof sur le contexte, les coutumes de la vie dans le monde grec du premier siècle, etc...

Je m'étais alors dit, et je ressens la même chose aujourd'hui, à quel point ce texte est actuel !

Et un merci tout spécial pour la dernière phrase, Zabou :)

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.zabou-the-terrible.fr/trackback/1117

Fil des commentaires de ce billet