Zabou the terrible

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Chrême solaire

 

Je suis une vraie gamine du diocèse.

Quand je dis une gamine du diocèse, de « mon » diocèse, ce n’est pas pour de faux, c’est pour de vrai, je lui suis profondément attachée : j’y suis née, j’y ai grandi et ma vie va profondément de pair avec la naissance et la croissance de ma foi, au service d’une des paroisses de celui-ci.

 

Prenant de l’âge, j’ai participé aux événements diocésains proposés, un peu, puis toujours plus, découvrant la beauté de cette dimension qui pourrait sembler géographiquement purement arbitraire et qui, pourtant, nous apprend à élargir un peu plus l’horizon de notre foi aux « juste proches » que, autrement nous ne verrions pas forcément.

 

Donc, j’ai participé, j’ai donné quelques humbles coups de mains ici ou là, j’ai découvert des gens formidables avec lesquels j’ai vécu de non moins formidables événements de ma vie de foi : beaucoup m’ont apporté au-delà de ce qu’ils peuvent imaginer et restent pour moi, qu’ils soient prêtres ou laïcs, des exemples de foi pleinement vécue.

 

Bien sûr, aujourd’hui, jeune adulte, je connais plein de gens du diocèse, de mon diocèse. Alors, réussir à venir pour la première fois de ma vie à la messe chrismale (car oui, honte à moi, je fus toujours empêchée d’y aller jusque là !), c’était être sûre par avance que je croiserais des visages connus à chaque pilier, à chaque rang ou presque, dans les rangs des laïcs, comme dans ceux des diacres et des prêtres.

Oh, pendant la procession d’entrée – et même avant, en saluant les uns et les autres croisés – , ça m’a un peu beaucoup fait l’effet dont parle le beau billet de David. Beaucoup tout court, même. 

Se signer en guise d’accueil.

Puis, prier, ensemble, dans la joie.

Dans et par la joie de ces prêtres jubilaires notamment : vies données qui se célèbrent en années mais qu'on se doute être "oui" de chaque instant. 

Et plus tard encore, c’était beau, c’était très beau, d’entendre tous ces prêtres dire, ou plutôt redire, leurs « je le veux » ; c’était émouvant même…

 

Et c’était magnifique aussi, à côté mais pas du tout en marge, de sentir que nous étions un dans ce (trop) petit vaisseau de pierre(s) qu’est la cathédrale.

 

Hier, dans la cathédrale de Nanterre, il y avait un seul peuple qui priait dans toute sa diversité d’états de vie, de sensibilités, de niveau social et que sais-je encore. Un peuple dont certains membres seraient marqués prochainement d’ailleurs de ces huiles bénies (ou consacrée) ; un peuple aux membres différents, des plus bien-portants aux plus souffrants, mais un. 

C’était un peuple se réjouissant ensemble, à côté de ses pasteurs qu’il remerciait ; 

Se réjouissant, mais profondément, intensément, non pas à côté mais avec eux : d’une manière qui m’a semblé plus profondément unie encore que lors des ordinations tant il y avait là un peu de tout le diocèse de présent. 

Ca peut sembler bête mais il y a des jours comme ça où je suis fière et où j’aime, au plus profond de moi, être de ce beau diocèse. 


... Et je suis pourtant sûre que, dans les vôtres, c'est tout pareil ! :-) 


Commentaires

1. Le mercredi, avril 4 2012, 20:19 par David

pareil.

2. Le mercredi, avril 4 2012, 20:36 par Vianney +

Merci Isabelle ! C'est beau.
(J'aimais bien aussi le premier titre, celui qui est encore dans l'URL ;) )

3. Le mercredi, avril 4 2012, 21:42 par Henri

Comme tu as raison Isabelle et de plus si bien exprimé, je m'y colle pour le lavement des pieds, volontaire désigné -;)
Bon Triduum en U d P

4. Le mercredi, avril 4 2012, 23:01 par Hervé

Quand tu écris "prenant de l'âge", c'est assez amusant car il te reste encore de longues décennies avant que l'on puisse te qualifier de "vieille" !

C'est chouette que tu aies pu participer à la Messe Chrismale de ton diocèse, même si je suis étonné que ce soit la 1ère fois pour toi !
J'y vais quasiment chaque année, depuis bien longtemps. Je me souviens d'une célébration à la Cathédrale de Perpignan, quand j'étais encore au lycée, vers 1993-94, avec mon père. Puis j'y suis retourné plusieurs fois étudiant et depuis que je suis à Paris, je suis à chaque fois impressionné par le nombre de prêtres et de fidèles. Ce soir, même en arrivant 1H à l'avance, j'ai dû m'asseoir par terre sur un bas-côté car toutes les chaises étaient prises ! C'est le signe de la vitalité du diocèse et de l'importance que nous donnons à cette Messe Chrismale en début de Semaine Sainte.

Bon Triduum Pascal !

5. Le jeudi, avril 5 2012, 22:32 par Zabou

:-)

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.zabou-the-terrible.fr/trackback/1253

Fil des commentaires de ce billet