Zabou the terrible

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Flambée furtive en mon cœur

  

Que de bruit soudain ! Elle était en retard. Et moi qui tentais de me recueillir ! De prier au milieu d’une journée pleine de cours et de stress en venant vivre cette messe de semaine, cette messe de midi, dans le calme. Elle arriva en boitant un peu, s’assit à côté de moi, juste à côté même, et je dois dire que cela m’agaça: il y avait pourtant de la place ! 

 

La messe avait déjà commencé et nous approchions de l’Evangile, de cette Parole de Dieu qui, quand on y prête attention « de l’intérieur », a toujours une petite chose à nous dire. Surtout quand on ne s’y attend guère. Et, comme toujours, ce fut le cas tandis que ma voisine se mit à renifler assez bruyamment. (Ne pas s’énerver, ne pas s’énerver… méditer la Parole, prier, dans le calme). Intriguée tout de même, je jetai un rapide regard à gauche pour voir de qui il s’agissait et je fus un peu surprise de son âge : les rides marquaient son visage avec une profondeur douce, telle que seul sait donner le grand âge. Je me calmai un peu.

 

Offertoire : s’y associer par son être. Se laisser porter par la prière eucharistique. Sanctus : prier par sa voix, avec ceux ici présents, y compris ceux qui ne sont pas visibles. Epiclèse et consécration : prier avec son corps et se mettre à genoux, devant un si grand Sacrement.

 

Ma voisine restait assise. C’est alors que son téléphone portable sonna. Encore du bruit… Bon, c’est vrai, cela arrive à tout le monde mais elle, elle ne l’arrêtait pas. Je détournai mes yeux de ce qui se passait à l’autel tant le téléphone continuait à sonner : en réalité, c’est tout simplement qu’elle n’entendait pas. Et c’est là que je la vis, elle qui était assise, faire un effort pour se lever. Un effort difficile, qui lui coûtait visiblement mais qu’elle tenait à faire. Elle s’y prit à deux reprises et, une fois levée, inclina la tête pour retomber sur sa chaise. Elle recommença la même manœuvre pour l’élévation du calice alors qu’elle ne devait pas entendre les paroles de la Consécration. De mon côté, je n’entendais plus le portable : j’étais dans l’admiration d’un Amour que je devinais à ses quelques gestes.

 

Son pas incertain pour aller communier n’avait alors plus la même saveur : il était non pas celui quelconque d’une qui suivrait simplement un flot, mais bien la marche d’une aimée, aimante. Elle partit dès la bénédiction finale, effacée, regagnant sans doute un chez-soi pas trop lointain mais qu’elle avait fait l’effort de quitter juste le temps d’une messe.

 

Quand le Christ viendra, trouvera-t-il la Foi sur la terre ? Je ne sais pas… mais chez cette femme, certainement, oui, et malgré tout, je le crois.

 

Commentaires

1. Le vendredi, octobre 22 2010, 23:21 par Tigreek

Ton histoire me fait penser à la parabole de la veuve et ses deux piécettes...

2. Le vendredi, octobre 22 2010, 23:58 par TED

Et toi, Zabou, quand tu sera devenue bancale et sourde, penseras-tu à éteindre ton téléphone ?

Ou peut-être a-t-elle retenu les paroles de notre évêque, s'adressant aux jeunes (et on est toujours jeune) lors de son installation en notre ineffable cathédrale :

"J'ai une recommandation à vous faire : ayez toujours avec vous le portable. Oui le portable. Non, non, pas le portable : on appelle, on le ferme, on ne veut pas écouter, on ne veut pas répondre, on met un répondeur... Non ! Mais le portable sur lequel il y a toujours un message ! D'ailleurs le mien est en train de... (il met sa main à sa poche à travers son aube et sa chasuble et en sort un "portable")... Voilà ! C'est la marque "Bible : Nouveau Testament - Psaume" ! Vous voyez : vous avez le message quand vous voulez ! Par exemple (il ouvre son "portable" et lit) : "Tout homme qui vient à moi, qui écoute mes paroles, les met en pratique, ressemble à un homme qui bâtit une maison : il a creusé très profond, il a posé les fondations sur le roc. Quand est venue l'inondation, le torrent s'est précipité sur cette maison mais il ne l'a pas ébranlée parce qu'elle était bien bâtie." Ce qui compte, c'est d'écouter les appels et de répondre ! Car il s'agit de faire du Christ à la fois le Seigneur et votre frère !"

3. Le samedi, octobre 23 2010, 09:19 par Nitt

Très joli billet, merci Zabou.

4. Le samedi, octobre 23 2010, 09:40 par Vianney

Une belle leçon, joliment (d)écrite ! Merci infiniment !
Je tâcherai de m'en souvenir la prochaine fois que l'Ancienne se présentera à la messe du mardi soir... à peu près tout comme tu décris, sauf que je l'ai en face de moi. Admirable.

5. Le samedi, octobre 23 2010, 09:50 par Firenze

Comme la Foi est belle quand elle est à l'unisson de celle des boîteux et des sourds.
Billet qui me rappelle le sourire de mes plus "anciens" patients qui savent chaque semaine m'offrir un regard d'éternité.
Merci pour ce beau billet

6. Le samedi, octobre 23 2010, 09:56 par Nitt

Oups, désolée, problème de connection !

7. Le samedi, octobre 23 2010, 17:39 par Anne-Claire

Beau billet, être saisi par l'Autre, cueilli au plus profond de son âme par la rencontre avec un Dieu Tout-Puissant en Amour, à tout âge, à tout moment...

8. Le lundi, octobre 25 2010, 00:05 par inci

C'est un très beau portrait que tu peins ici. Très touchant.
(Je ne commente pas souvent, mais je viens te lire régulièrement. Malheureusement, je n'ai jamais grand chose à dire sur tes posts "religieux" - si je puis dire. Désolée.)

9. Le mercredi, octobre 27 2010, 00:42 par Zabou

@ Tigreek : le rapprochement me semble tout à fait opportun ! 

@ TED : j'imagine bien que non et je sais bien que cette attitude était assez "idiote" de ma part. Mais je n'allais pas "lisser" mon témoignage pour me faire apparaître parfaite... ce que je ne suis certainement pas ! 

@ Vianney : et tu lui fais un p'tit clin d'oeil en sus ? ;-) 

@ Nitt : pas de soucis, c'est corrigé ! ;-) 

@ Anne-Claire : et je t'imagine actuellement saisie par l'Autre, à Taizé... Ah, veinarde !!!! :-) 

@ Inci : pas de soucis... Je crois que mes billets se centrent, du fait de mon manque de temps disponible sur les deux choses qui me tiennent le plus à coeur cette année, sur des plans très différents : la Foi et l'agrégation. Mais.... qu'est-ce que cela donnerait si je me mettais exclusivement à parler d'agrégation ??? Ouille, je n'ose imaginer le résultat ;-) 

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.zabou-the-terrible.fr/trackback/1031

Fil des commentaires de ce billet