Zabou the terrible

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Je suis une émanation...

 

Je viens de l’apprendre, je suis une émanation : une effluve, un miasme, une radiation, un remugle ou un relent, au gré du dictionnaire des synonymes.

 

Je suis une émanation : je vis dangereusement.

 

Vous le savez peut-être, aujourd’hui, les Anonymous ont attaqué le site du Vatican : bof, si cela peut leur faire plaisir… mais s’ils sont forts en informatique, je crains qu’ils n’aient quelques problèmes de vue – c’est vrai, cela n’aurait rien d’amoindrissant, on a souvent la vue qui baisse à trop avoir le nez devant un écran. En tout cas, c’est la conclusion que je tire de leur communiqué.

 

Je cite : « Cette attaque N'EST PAS dirigée contre la religion chrétienne ou les fidèles du monde entier mais contre l'Eglise apostolique romaine corrompue et toutes ses émanations ».

 

Aussi terrible que cela puisse paraître, je vous l’avoue, je suis une émanation.

Attaquer l’Eglise sans que l’attaque soit dirigée contre les fidèles, c’est un peu curieux et même impossible, en fait.

Parce que l’Eglise, c’est moi.

Pas que moi, oui, mais c’est tout de même moi aussi.

 

Alors, voilà, je suis donc une émanation et ça me fait tout drôle.

Je veux bien si cela peut vous faire plaisir, je ne suis pas du genre contrariante.

 

Mais ce qui est bizarre, c’est ce que vous dites et je crains qu’outre quelques problèmes de vue, vous n’ayez quelques problèmes pour percevoir le monde actuel, je cite encore : « doctrines, liturgies, concepts absurdes et anachroniques que votre organisation à but lucratif diffuse »[1]

 

A vous lire, cela et les phrases qui suivent sur les indulgences, on a vraiment l’impression d’être revenus aux heures les plus sombres de notre histoire, pardon, au temps de Luther & co, avant celles-ci que vous n’hésitez pas à invoquer également. Une histoire qui s’appelle déjà « passé », non plus « présent », et pour laquelle l’Eglise a demandé pardon de ses égarements… et encore faudrait-il que tout ce que vous lui reprochez, à cette vieille Eglise si vivante, soit vrai : Anonymous, vous manquez de sérieux !

 

Une émanation, ça part d’une source : laquelle pour vous qui n’en êtes pas une ?

 

Vous savez, l’Eglise catholique (apostolique romaine puisque vous lui donnez ses titres), elle est fondée tout simplement sur le Christ, qu’elle suit comme elle peut à travers les cahots du chemin…

Je crains que vous n’ayez perçu que sa plus grande force, elle est dans son immense faiblesse.

L’Eglise, elle est constituée de gens comme moi mais aussi comme vous, très certainement.

La différence, c’est peut-être justement que ces personnes avancent à visage découvert, non pas en s’appelant Anonymous, parce qu’ils savent que Dieu les aime et les appelle par leur nom : chacun d’entre eux, oui, et pas une entité lointaine, bizarre et rigide. 

 

En réalité, vous savez, ça me fait plaisir d’être une émanation… pas vraiment en vue d’une quelconque odeur de sainteté mais parce que, dans ce mot, il y a cette idée d’être reliés : 

 

Tous, Juifs ou païens, esclaves ou hommes libres, nous avons été baptisés dans l'unique Esprit pour former un seul corps. Tous nous avons été désaltérés par l'unique Esprit. Le corps humain se compose de plusieurs membres, et non pas d'un seul. Le pied aura beau dire : « Je ne suis pas la main, donc je ne fais pas partie du corps », il fait toujours partie du corps. L'oreille aura beau dire : « Je ne suis pas l'oeil, donc je ne fais pas partie du corps », elle fait toujours partie du corps. Si, dans le corps, il n'y avait que les yeux, comment pourrait-on entendre ? S'il n'y avait que les oreilles, comment pourrait-on sentir les odeurs ? Mais, dans le corps, Dieu a disposé les différents membres comme il l'a voulu. S'il n'y en avait qu'un seul, comment cela ferait-il un corps ?

Il y a donc à la fois plusieurs membres, et un seul corps. L'oeil ne peut pas dire à la main : « Je n'ai pas besoin de toi » ; la tête ne peut pas dire aux pieds : « Je n'ai pas besoin de vous ». Bien plus, les parties du corps qui paraissent les plus délicates sont indispensables. Et celles qui passent pour moins respectables, c'est elles que nous traitons avec plus de respect ; celles qui sont moins décentes, nous les traitons plus décemment ; pour celles qui sont décentes, ce n'est pas nécessaire. Dieu a organisé le corps de telle façon qu'on porte plus de respect à ce qui en est le plus dépourvu : il a voulu qu'il n'y ait pas de division dans le corps, mais que les différents membres aient tous le souci les uns des autres. Si un membre souffre, tous les membres partagent sa souffrance ; si un membre est à l'honneur, tous partagent sa joie.

Or, vous êtes le corps du Christ et, chacun pour votre part, vous êtes les membres de ce corps. (I Cor, 13-27)

 

Et que cela me rappelle profondément que c’est seulement en lien avec les autres, avec mes frères, que je saurai l’atteindre, cette sainteté… merci Anonymous.

 

P.S. : Ah oui, enfin… vous saviez qu’une relique, c’est quelque chose de précieux ? Qu’on vénère ? ;-)

 



[1]#lol ? 

Commentaires

1. Le jeudi, mars 8 2012, 18:39 par Nitt

Anonymous, les Indignés (ceux qu'on a vus aux JMJ surtout), finalement, ce sont tous un peu des Don Quichotte des temps modernes...

2. Le samedi, mars 10 2012, 08:27 par Klod

Belle ecclésiologie en tout cas...
Nous sommes église et pour paraphraser Perrot, l'eucharistie nous engendre en communion et réciproquement...

3. Le mardi, mars 13 2012, 18:55 par Zabou

@ Klod : merci pour la citation en écho ! :-) 

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.zabou-the-terrible.fr/trackback/1241

Fil des commentaires de ce billet