Zabou the terrible

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

JSFS, vous avez dit ?

 

Hier et aujourd’hui se tenaient à Annecy les « Journées saint François de Sales », organisées par la Fédération française de la Presse catholique.

 

 

Occupée par autre chose[1], je ne les ai suivies que d’un œil grâce à Facebook et twitter. Mais je les ai tout de même suivies d’un œil, car, bien que je ne sois pas journaliste, je me sentais concernée en tant que catholique, et encore plus comme blogueuse catholique.

 

Je demeure sceptique quant aux retombées directement concrètes de ces journées[2] mais je pense les interventions intéressantes pour nourrir notre réflexion. Et a fortiori parce qu’elles portaient sur ce thème : « le défi du numérique ». L’Eglise, si souvent visée quant à sa mauvaise comm’, s’intéresse de plus en plus à celle-ci notamment en investissant cette révolution toujours en marche du numérique. Changement des habitudes, bouleversement des mentalités : véritable défi pour dire l’Evangile !

 

Il y aurait plein de choses à en dire : je laisse ce soin à de meilleurs spécialistes ou à des blogueurs plus importants que moi[3]. Mais, en tant que petite blogueuse catholique, j’ai tout de même mon mot à dire[4] et j’ai beaucoup apprécié la citation de St François de Sales faite par Mgr Podvin :

 

« Le monde devient si délicat, il est important de lui dire qu’il est aimé ».

 

Rappel du simple essentiel : pour la presse catholique, comme pour nous blogueurs catholiques ; blogosphère aux contours encore indéterminés mais devant toujours être mue par ce même désir premier, par cette même urgence première. Cet Amour de Dieu qui nous devance, toujours : Bonne Nouvelle à dire à tous !

 

Alors qu’un débat récent enflammait la blogosphère quant à la question de « l’encadrement » des blogueurs cathos, cela me semble encore et toujours un critère de choix. Et Mgr Chelli, président du Conseil Pontifical pour les Communications sociales, dans son intervention vidéo donnée pour l’occasion (à aller voir et surtout écouter par ici), a parlé de Diaconie. Alors, oui, l’on peut ironiser sur le caractère jargonnant du terme, il n’en demeure pas moins que Mgr Podvin a résumé clairement les enjeux de ce terme :

 

« Diaconie numérique : servir, être présent et savoir s’effacer. »

 

Servir,

Être présent

Savoir s’effacer :

Juste scansion, non ?

 

Servir : parce que c’est la mission du chrétien, à l’exemple du Christ. Si l’on tient un blogue, c’est sans doute, certes, parce que l’on aime écrire – du moins, dans mon cas ! -  et parce qu’on a envie de partager quelque chose, ou Quelqu’un. Mais ne jamais oublier cette dimension de service… qui ne se fait pourtant pas toujours de manière consciente, dans nos multiples « délires » et bêtises potaches : mais j’aime à croire que, même là, quelque chose d’un peu différent y transparaît. Nous sommes au service d’une Parole que nous tâchons d’incarner et de dire par les multiples facettes de nos vies et de nos blogues… qu’elle excède tellement ! Sans jamais oublier que ce service, il commence à côté de moi, avant, bien avant, d’être celui sur internet. Si je venais à l'oublier, il y aurait alors une faille dans ma vie... Et « Celui qui n’aime pas ne connaît pas Dieu, car Dieu est Amour » me rappelle sans cesse la Bible. 

 

Être présent : « être du monde sans être du monde »… et tout est dit, non ? Chrétien, chrétien blogueur, homme vivant l’extraordinaire dans l’ordinaire !

 

Savoir s’effacer : parce que nous n’en restons pas moins un pauvre petit homme – enfin, une pauvre petite femme dans mon cas, mais vous aurez compris – pécheur et pardonné. Nous ne sommes pas là pour dire une joie qui ne mènerait qu’à nous. Mais pour dire une joie qui déborde et s’effacer une fois que la Rencontre a eu lieu : des prophètes de la Joie, des prophètes à la St Jean-Baptiste.

 

La diaconie numérique ou servir, être présent et savoir s’effacer…

Une charte pour nous tous ou, tout au moins, une note de service pour la blogosphère catho ? 

 



[1] L’élevage de lamas au fin fond de la Bretagne, comme vous le savez tous. Mais j'envisage aussi prochainement un exil aux Galapagos avec deux lectrices de ce blogue. 

[2] Oui, même croyante, faut bien que je doute un peu, non ? ;-)

[3] Et, tout, simplement, qui ont plus de temps que moi !

[4] D’abord ! 

Commentaires

1. Le samedi, janvier 28 2012, 12:41 par C.S. Indhal

"Servir, être présent, et savoir s'effacer" ?
Mais ça sonne très bien et très juste, ça ! Adopté !
Merci pour ce rappel à l'essentiel ! =)

2. Le mardi, janvier 31 2012, 15:01 par Nitt

Jolie maxime oui, qui me renvoie à une certaine promesse scoute prononcée il y a longtemps...

3. Le vendredi, février 3 2012, 00:39 par Zabou
P'têt parce qu'un blogueur doit être toujours prêt... à rendre compte de l'Espérance qui est en lui ? ;-) 

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.zabou-the-terrible.fr/trackback/1217

Fil des commentaires de ce billet