Zabou the terrible

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Qu’est-ce que je dis ?

 


« Il répète trop : la foi, la foi, il s’accroche au mot comme à une bouée.

Quand on veut parler d’une chose, il faudrait ne pas la nommer trop vite. Les mots ne sont pas des objets.

La poésie seule pourrait faire deviner que le sens est au-delà et ne peut surgir que d’une rencontre, la rencontre de l’esprit chrétien et du Saint Esprit prisonnier dans la lettre. »

 

in Jean Sulivan, Consolation de la nuit

 

 

A lire, je me demande : qu’est-ce que je dis, quand je dis « Dieu » ?

Qu’est-ce que je dis, quand, témérairement, j’ose dire que je prie… 

 

 

Donne-nous et trouve en chacun de nous des poètes épris de Toi,

Te remettant, jetant en Toi d’un élan quotidien, écrits et cris,

Tentant de chanter et ne sachant, et ne faisant, que balbutier ;

Mais gracieux jusque dans leurs balbutiements porteurs de fragments étincelants,

Parce qu’échos, parce qu’éclats, dans leur vie, d'une rencontre impossible à contenir. 

 

 

Commentaires

1. Le jeudi, juin 21 2012, 11:56 par Nitt

Amen.

2. Le samedi, juin 23 2012, 22:16 par fanfan

OUI !
lu approche telle chez Maurice Zundel aussi : " je ne parle jamais de Dieu, jamais, sinon à ceux qui sont capables de l'entendre... parce que c'est trop sacré parce qu'on abîme ce mot de Dieu..."
(souffrance de causeries, de réunions, d'homélies bavardes !!! pas vous ?)
alors bon été, Zabou, plein de murmures et de lumineux balbutiements...

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.zabou-the-terrible.fr/trackback/1289

Fil des commentaires de ce billet