Zabou the terrible

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi, mars 2 2015

10 ans ??? 10 ans !!!

 

http://magazine.zankyou.com/fr/wp-content/uploads/2011/07/gateau-geek-patisserie-cupcake-iphone1.jpg

 

2 mars 2005 – 2 mars 2015

10 ans de blogue… qui l’eût cru ?

 

[ton officiel] Je remercie le Seigneur sans qui rien n’aurait été possible…

Et euh, bon, je ne suis pas trop douée pour les discours officiels, je préfère les blagues (pas) drôles et les dialogues amicaux pétillants… [/off]

 

10 ans de blogue,

10 ans de vie,

10 ans à grandir,

10 ans de marche dans tous les sens du terme…

 

Ce fut vraiment bien, dans les hauteurs comme dans les gouffres,

avec vous tous et avec le Seigneur !

 

Comme dix années de vie à regarder, à contempler avec gratitude en priant ce soir… un peu pour vous et avec vous aussi, chers lecteurs, voire, pour certains devenus tels notamment à force de se croiser par ici, chers amis ! :-) 

 

vendredi, février 27 2015

Le Carême, c'est comme.... (2015#1)

http://img15.hostingpics.net/pics/741550IMG8458.jpg

... Retrouver, par la conversion, les couleurs originelles, plus vives, de notre Foi !

(N.B : Non, je n'ai pas d'actions chez Converses mais leurs chaussures m'inspirent irrémédiablement !!!)

samedi, février 21 2015

Lumière intérieure

 

https://fbcdn-sphotos-b-a.akamaihd.net/hphotos-ak-xpa1/v/t1.0-9/1477956_10152120255736133_1923493129_n.jpg?oh=3fbd04a84b6fd88c693b19bd3bdec21b&oe=5596E39A&__gda__=1434586181_00fc9986c29639664af3a7bafcdced7f

Et, l’espace de deux jours, retrouver cette fameuse abbaye, ce fameux petit oratoire de l'hôtellerie, cette fameuse communauté…

Se retrouver comme chez soi : coutumes et visages si connus, silence si apprécié ! 

Douceur de l’air et esprit se perdant dans les voûtes romanes avant de revenir se concentrer sur l’essentiel.

 

J’avais oublié qu’en Carême, après la messe comme après les Vêpres, il y a un temps de silence, un grand temps de silence dans la crypte, autour des reliques de saint Benoît.

Silence… Prière…

Rien à voir, rien à entendre.

Juste laisser l’âme s’ouvrir, s’exposer un peu plus à la Parole de Dieu.

 

C’est le but de toute retraite,

C’est le but de tout carême.

Ouvrir, chaque jour un peu plus, notre être à la Rencontre du Seigneur.

 

mercredi, février 18 2015

Comme un trésor inconnu

 

- Bonjour mes sœurs !

Elles sont quatre, chacune portant le poids de l’âge inscrit sur leur visage mais avec de beaux regards clairs, francs et pétillants.

Il faut passer par la buanderie où traîne une table à repasser pour découvrir le trésor pour qui elles ont tout quitté, leur trésor : un petit oratoire soigneusement entretenu, une lampe brillant devant un tabernacle.

Rien d’ostensible, tout d’essentiel.

 

Elles, ce sont les sœurs qui nous ont accueillis pour un soir lors d’une journée de marche impromptue sur la via Francigena entre Clairvaux et Châteauvillain.

Des religieuses ayant un apostolat bien particulier : l’accueil des familles des prisonniers de la centrale d’en face. Car elles ont la particularité d’avoir un curieux voisinage : la magnifique abbaye fondée par saint Bernard, la terrible prison qui y existe depuis plus de deux siècles.

En face, il y a des murs et des hommes ayant commis des actes atroces.

Chez elles, il y a des familles, les familles de ces hommes, rudement touchées… alors qu’on y pense si peu.

 

Elles, ce sont les sœurs qui ont raconté à deux petits pèlerins chrétiens des anecdotes de vie pleines d’humanité.

Elles, ce sont les sœurs qui ont partagé avec simplicité ce qu’elles côtoient, chaque jour : horreur, détresse et espérance.

Elles, ce sont des sœurs qui nous ont touchés par ce que leurs actes et leurs vies disent de la grâce de Dieu :

Rien d’ostensible, tout d’essentiel.

 

C’est en partageant avec elles le repas, le pain et puis la prière, surtout la prière, en frère et sœur du jour, bréviaires en main et croix autour du cou, aux Complies puis aux Laudes, que nous pouvions reconnaître leur trésor, ce – ou plutôt Celui - qui fait la force et l’unité de leur vie.

 

Sur leur tabernacle, il y avait écrit : Ecce agnus Dei.  

Dans leur tabernacle, Lui. 

Comme pour Le reconnaître, en tous ;

Comme pour Le désigner, à tous.

 

https://fbcdn-sphotos-a-a.akamaihd.net/hphotos-ak-xpa1/v/t1.0-9/s720x720/11001822_10153123982441133_1762089690067549007_n.jpg?oh=22da6db4a03522588344e49d9e361762&oe=554F8DDD&__gda__=1434982434_f53e2a5b5bebd854a73b41420903fbfd

Icône de leur salle à manger

 

samedi, février 14 2015

Les Ignorants, récit d’une initiation croisée

 

http://www.1098.fr/wp-content/uploads/2012/12/davodeau-les-ignorants-1.jpg

 

En ce début de vacances, quelques mots sur une autre B.D. lue récemment : Les Ignorants, récit d’une initiation croisée par Étienne Davodeau.

 

Là encore, l’histoire est simple : d’un côté, le monde de l'auteur, celui de la bande dessinée ; de l’autre celui du vin… « artisanal », d’un amoureux de la vigne. Étienne et Richard se rencontrent, rencontrent leurs vies, leurs univers dans une vraie plongée réciproque et croisée : l’histoire est efficace, tout autant que le dessin, très sobre, qui la double.

 

Ce sont deux univers qui m’attirent sans que je m’y connaisse vraiment et, de manière plus générale, j’aime les passionnés, ceux qui sont capables de se donner à fond : c’est le cas de ces deux-là et c’est vraiment appréciable. Le rythme est lent, comme pour nous faire sentir la nécessité des saisons et de leur succession pour les plus belles maturations. On a presque envie de le lire en dégustant un bon vin ! 

 

C’est un bel album, réussi, vraiment, sur une magnifique idée ! Seulement… je reste tout de même un peu sur ma faim – ou peut-être devrais-je dire sur ma soif ? –. Dès le début, on se doute des chemins empruntés par cette « initiation croisée » : pas de chemins de traverse, des parallèles prévisibles et, moi, j’aime qu’on me surprenne… Peut-être Étienne Davodeau pèche-t-il donc par excès dans sa volonté de nous faire comprendre toute la force de sa découverte : quelques petits éléments auraient pu gagner à n’être qu’esquissés… Mais cela reste un ouvrage charpenté et gouleyant !

 

jeudi, février 12 2015

L'enseignant est sorti ou est resté pour semer ?

http://media.paperblog.fr/i/466/4668047/dernier-heros-republique-prof-pffeuh-L-IaTbIz.jpeg

Il est 20h30 quand le professeur rentre, un peu harassé(e) de sa journée. 

Avoir enseigné,
avoir corrigé des copies,
avoir parlé,
avoir crié,
avoir puni,
avoir écouté,
avoir partagé,
avoir échangé,
avoir rencontré (ou pas) les parents des élèves sa classe. 

Des heures, les bêtes et simples heures de travail d'une journée...
Des heures parfois en apparence arides, malgré ici ou là, ces petites lueurs d'espoir...
Que bâtit-on ? Bâtit-on ? 

Bâtir ? Semer, plus probablement. 

Des heures à semer, à travers nous, malgré nous parfois,
Il est difficile d'évaluer le résultat :
En fait, c'est carrément impossible.
Mais semer, inlassablement, sempiternellement,
Dans l'espérance, dans la confiance,
Cette inextinguible confiance du semeur en ce qu'il ne maîtrise pas,
Sous et dans le doux regard du Semeur divin. 

mardi, février 10 2015

La seule motivation de l’obéissance et de l'action

 

« ‘En passant, Jésus vit Lévi, fils d’Alphée, assis au bureau des péages. Il lui dit : Suis-moi. Lévi se leva et le suivit’ (Mc 2, 14). L’appel est lancé, sans autre intermédiaire : l’acte d’obéissance suit de la part de celui qui a été appelé. La réponse du disciple ne consiste pas dans une confession de foi en Jésus, mais dans un acte d’obéissance. […] On pose la question stupide de savoir si, par hasard, le péager ne connaissait pas déjà Jésus, ce qui expliquerait qu’il ait été prêt à le suivre à son appel. Mais sur ce point même le texte s’obstine à ne pas répondre, tout ce qui lui importe, précisément, c’est ce vis-à-vis, sans aucun intermédiaire, d’appel et d’action. Peu lui importent les motivations psychologiques des décisions pieuses d’un homme. Et pourquoi ? Parce qu’il est une seule motivation valable à ce vis-à-vis d’appel et d’action : Jésus Christ lui-même. »

 

Dietrich Bonhoeffer, « L’appel à l’obeissance », Le Prix de la grâce, Cerf, coll. Labor et fides, 1985, p. 32.

 

jeudi, février 5 2015

Du séchage, de la justesse, de la politique de la main tendue et de l’éducation façon JC

http://tun-tirage.e-monsite.com/medias/album/smiley-question.jpg

 

Hier matin, j’ai été confrontée à mon premier cas de sèche collective : un cours de rattrapage de 8h30 à 9h30, annoncé comme tel dans le carnet depuis plusieurs jours ;

Hier matin, au lieu d’une classe à peu près complète, j’ai eu des élèves en nombre tel que les doigts d’une seule main étaient déjà trop nombreux par rapport à ceux nécessaires pour les compter ;

Hier matin, j’ai été, je l’avoue, très en colère.

 

Mais très vite aussi je me suis demandée pourquoi étais-je donc en colère ?

En fait, j’ai été surprise devant cette violence soudaine qui m’habitait… Pourquoi suis-je en colère ?

Ce sont eux qui jouent avec leur scolarité, leurs bêtises diverses partout, la suite d’un début d’année plus que pas terrible… pas moi.

 

Il y avait certainement la colère d’avoir perdu une heure de sommeil, point un peu délicat et presque douloureux quand on n’est pas du matin et que c’est la période des conseils de classe et de diverses réunions ;

Il y avait aussi très certainement le fait de l’avoir pris pour moi… c’est un peu débile, je sais bien qu’il faut distinguer son « rôle » - dans le sens tant de fonction que de théâtre – de professeur de sa vraie vie. Mais il n’empêche… On passe tant de temps à préparer des cours qu’on y met un peu, beaucoup de soi. Et qu’un séchage, on a beau savoir que c’est plus un acte de paresse et de révolte adolescente, qui ne nous est pas directement destiné, c’est vrai qu’on le vit un peu comme un gros crachat dans la figure de notre investissement. C’est bête.

 

J’ai réfléchi en me tournant vers Celui qui est pour moi mon modèle d’éducateur, le Christ.

Lui qui s’est pris de vrais gros crachats dans la figure, pas de manière figurée ;

Lui qui a toujours appliqué à la politique de la main tendue…

Tu ferais quoi, Toi, Seigneur, à ma place ?

 

Les élèves furent repris et punis de leur acte… oui.

Et maintenant ?

Toi, Tu pardonnes toujours,

Toi, Tu tends la main, toujours.

 

Tu sais bien qu’on ne peut pas être de gros bisounours lançant des cœurs <3 à qui mieux mieux… surtout avec ces jeunes-là ;

Tu sais qu’il nous faut être droits, fermes et nous-mêmes le plus exemplaires,

Mais Toi Tu regardes,

Mais Toi Tu aimes à plein, à fond, vraiment…

 

Tu sais, j’ai beau m’interroger,

Je n’arrive pas franchement à savoir ce que Tu aurais fait,

Mais Toi Tu n’aurais certainement pas eu cette colère en Toi,

Tu aurais repris avec des mots justes, sans doute, qui pointaient pile sur leur cœur… mais Toi, Tu sais faire.

 

Il reste à espérer, il reste à prier :

Pour que la punition porte du fruit,

Pour qu’ils grandissent, comme de belles pousses,

Pour que vraiment mon cœur soit plein d’un juste et non naïf « je vous pardonne » comme Toi, Tu le fais si souvent avec mes merdouilles à moi,

Donne-moi Seigneur de les aimer, ces élèves pas faciles, comme Toi Tu les aimes.

lundi, février 2 2015

Fête de la Présentation de Jésus au Temple

Laudes en solitaire, un café brûlant sur le bureau, en contemplant le jour doucement se lever ; 

Sortie éreintante mais si belle au Louvre avec mes piou-piou de 6èmes si "inhabitués", si émerveillés ; 

Vêpres de la fête, priées dans la simplicité avec un grand ami prêtre ; 

Messe lumineuse, dans tous les sens du terme ; 

Soirée crêpes à dimension inhabituelle avec des amis. 

 

http://www.lexilogos.com/images/cierges.jpg

 

Est-il besoin d'autre chose pour chanter avec Syméon : 

"Car mes yeux ont vu le Salut

Que tu préparais à la face des peuples ; 

Lumière qui se révèle aux nations...

Aux nations, à chacun de nous, en fait, 

Y compris dans l'ordinaire des jours mais où, l'esprit peut-être rendu plus aux aguets par la fête liturgique, nous chercons à mieux capter la Lumière... 

Lumière que Tu nous offres, 

Pour que nous l'offrions  à notre tour ; 

Merci Seigneur. 

dimanche, février 1 2015

Le Grand Méchant Renard

https://dcomixologyssl.sslcs.cdngc.net/c/DIG050865_1.jpg?h=3db41be5ea7bc80c2feb563f71ae7e6e&width=180

 

Détente un peu hors-sujet du week-end, j’ai lu l’excellent Le Grand Méchant Renard, B.D. de Benjamin Renner. Achetée simplement parce qu’elle m’a attiré l’œil sur l’étalage et qu’en la feuilletant, j’ai goûté le dessin et les personnages qui semblaient venus tout droit du Roman de Renart (ça, c’est un truc pour faire acheter une B.D. à une littéraire !)

 

Je l’ai ouverte en rentrant et ne l’ai plus lâchée : pas tout à fait ce à quoi je m’attendais. Bien sûr, il y a des poules (surtout une !), un Chien, un Loup et un Renart parmi les personnages principaux, des personnages typiques venus de l’univers médiéval, mais l’auteur joue surtout avec finesse sur le détournement des « types ». Les situations improbables s’enchaînent les unes avec les autres et l’on sourit sans cesse, se demandant où l’auteur va encore nous mener.

 

Ni conte de fées, ni réelle récriture médiévale, Benjamin Renner construit avec pertinence un univers où un renard cherche sa place de Grand Méchant Renard parce qu’il est trop gentil : …dire que ce sont des poussins qui l’aideront à la trouver vous dira à quel point c’est improbable ! Bref, une excellente B.D. de détente !

http://s-www.estrepublicain.fr/images/E50A6429-65BA-4E1C-9AEE-A95FB715DE06/LER_15/trop-drole-le-grand-mechant-renard.jpg

vendredi, janvier 30 2015

Apophtegme vécu de Miséricorde

http://saint-benoit-des-nations.paroisse.net/rubriques/gauche/celebrer/reconciliation/reconciliation-2.jpg/image_preview

Après une confession... 

- Merci, père ! 

- [Tendant le bras vers le tabernacle] C'est Lui qu'il faut remercier ! 

:'-) 

 

mercredi, janvier 28 2015

Silence et justesse de ton

http://www.liturgiecatholique.fr/local/cache-vignettes/L162xH135/arton876-78f16.jpg

 

Enterrement ce jour,

Deuxième en une semaine :

Il est des temps plus joyeux…

Mais cette fois d’un voisin.

 

Temps des témoignages au début,

Temps privilégié aussi pour connaître, pour prier,

Pour celui qu’on ne connaissait que par des discussions – certes parfois longues et belles – dans l’escalier.

Beaux témoignages justes, nombreux et touchants de la famille, profondément remuée par ce décès brusque, soudain, l’ayant laissée désemparée.

Et puis, à la fin, un témoignage d’un collègue du défunt…

D’un collègue peu habituel dans une église :

Athée, anticlérical, politisé et autres choses ayant de l’affinité.

 

Il ne s’agit pas de critiquer les athées, les anticléricaux, ni les francs-maçons ;

Comme tant d’autres, j’en fréquente au quotidien, j’en ai jusque dans ma propre famille et, en fait, j’ai beau ne partager aucunement leurs opinions, je les aime bien, je les aime tout court même, car je crois foncièrement que la différence est richesse ;

Mais il est question ici d’opportunité, de lieu, de temps.

 

Quand un témoignage se transforme en tribune politique,

Quand un témoignage se transforme en critique virulente de la religion,

Quelque chose de l’ordre d’un malaise s’installe.

Quand un témoignage, lu à l’ambon, clame notamment « ne laissons pas les religions prendre le pouvoir », alors qu’il est ici, devant, le corps d’un homme et devant une famille ayant choisi des funérailles chrétiennes pour l’un des leurs,

Il y a quelque chose qui ne résonne pas juste :

Maladresse ?

Malaise, mal-être.

 

Dans ce discours, le mot « laïcité » cachait un anticléricalisme crasse : c’était le droit de cet homme…

… Mais ce n’était pas le lieu, ni le temps de clamer ceci.

Et à l’heure où la « laïcité » a tendance à être mise à toutes les sauces, il serait bon dans le fond, elle qui dit si souvent aux religions de rester chez elles (c’est un autre débat !), qu’elle apprenne à respecter ces lieux, ces espaces, ces temps qui leur sont propres.

 

Pourquoi vouloir créer du conflit un jour où il est seulement question de prière ?

Pourquoi dire sa haine à peine masquée de la religion chrétienne par des mots que nous entendons déjà si souvent ailleurs dans nos vies ?

Convaincre des adeptes ? Laissez-moi rire !

 

A ce même ambon, ensuite, j’ai proclamé la Parole de Dieu qui parlait d’Espérance ;

Et puis, le prêtre qui célébrait a fait de même avec l’Évangile.

En proclamant ces mots auxquels je crois et que je voulais dire de la part du Seigneur notamment à la pauvre mère du disparu, j’avais le cœur encore plein de ce malaise.

 

Mais je suis restée sur ce mot d’Espérance, sur ce doux mot-là ;

Ce doux mot qui allait plus loin que les silences figés, pétrifiants, glacés d’une assemblée peu habituée à prier,

Ce doux mot qui allait surtout plus loin que la mort,

Ce doux mot qui porte, en germe, tout un monde pacifié en lui. 

En Lui. 

lundi, janvier 26 2015

Ciels hivernaux contemplatifs

 

J’éprouve une fascination sans réserve pour les couchers de soleil hivernaux :

Lumineux et pleins de contraste, ils sont toujours porte ouverte à la contemplation.

 

http://img15.hostingpics.net/pics/564117IMG8328.jpg

 

De ces branches dénudées par le froid,

Ce même froid qui transit notre être,

Qui donne l’impression de mordre…

Et qui pourrait bien ne laisser plus que l’essentiel ?

 

Quand l’hiver casse et dépouille,

La tentation est grande de se racornir,

De se replier sur soi pour protéger ce qui reste.

 

Les grands arbres tendus vers le ciel restent invitation à l'inverse :

Rester debout dans l’hiver, pour affronter la nuit qui vient ;

Tendre, mêmes nues, nos mains vers le ciel pour la louange ;

S’étendre au maximum de ce qui nous est donné, sève des jours ;

Être heureux d’être planté en cette terre, puisque c’est Dieu Lui-même qui nous y invite !

 

Et, comme la lanterne du réverbère,

Apprendre à briller,

Apprendre à rayonner d’une lueur qui ne nous appartient pas et nous traverse avec une permanente douceur. 

 

jeudi, janvier 22 2015

Un grain de sel

Lu sur Facebook ce matin... 

http://img15.hostingpics.net/pics/922068FullSizeRender6.jpg

Parce qu'il est des fautes de frappe qui tombent... si bien ! :) 

 

mardi, janvier 20 2015

Une semaine pas si inutile, pas si dérisoire

 


 

Semaine de prière pour l’unité des chrétiens,

Elle semble peut-être dérisoire au vu des récents événements.

L’unité entre chrétiens, combat secondaire tant il semble dépassé et bien pacifique, portant sur des éléments que d’aucuns qualifieraient de points de détail ?

Non, parce que ce sont des points importants pour les uns comme pour les autres,

Non parce que la division des chrétiens est et demeure un scandale,

Non, parce que prier pour l’unité des chrétiens est un vibrant appel à prier pour l’unité, à agir pour que l’unité se fasse, en tout et en tous.

 

Mais l’unité reste un vœu pieu, certes beau, si elle ne nous touche pas.

Voir la violence du monde,

Remarquer les divisions,

Déplorer les désunions…

…. Et, dans un unique mouvement de lamentation, oublier de se regarder soi-même comme ferment de violence, de division, de désunion ?

 

Comme chrétienne, l’unité est à bâtir d’abord dans ma vie personnelle.

Autour de quoi ? Ou surtout autour de Qui ?

La réponse est évidente, la réalisation l’est moins :

Ma vie est-elle cohérente avec ma foi, toujours et partout ?

Suis-je vraiment « une » ?

Et est-ce que je cherche à bâtir à partir de là avec mes frères chrétiens et/ou humains fraternité et unité ?

 

L’« unité des chrétiens », elle commence là, dans cette unité intérieure que Lui seul saurait donner ;

Là, où, seuls, nous ne saurions rien faire.

 

Une semaine donc, où, particulièrement  

Demander au Seigneur la grâce de la conversion,

Celle de la cohérence de vie,

Et Lui demander de l’instiller dans tous les cœurs,

Afin qu’ensemble, nous soyons vraiment artisans d’unité, promoteurs de paix par des vies qui respirent et transpirent de Lui.

 

lundi, janvier 12 2015

Si facile ? Charlie vu d’un coin de ZEP

 

 

 

Jeudi midi, dans l’établissement où j’étais en stage, une belle minute de silence, bien dense.

Ce soir, à Malkah, spectacle chrétien où j’étais invitée, une belle minute de silence priant, de la même densité. 

La première devant le drapeau français et la charte de la laïcité ;

La seconde dans une salle de spectacle emplie de croyants avec au fond un décor déjà biblique ;

Contradiction ? Que nenni : consonance, résonnance.

 

Entre les deux, beaucoup de lectures, beaucoup de discussions,

Beaucoup de prière, beaucoup de réflexions,

Comme des mélanges de bruits et de silences,

Et aujourd’hui, la beauté d’un pays, voire d’un monde, uni :

Rare et si beau !

 

Entre les deux, beaucoup de jugements, de préjugés…

Comme si c’était si facile !

Entre les deux, beaucoup de signalements de réactions d’élèves…

Comme si c’était si facile !

Certains se concentrent sur les réactions extrêmes, d’autres sur la profondeur des discussions entre professeurs et élèves à ce sujet…

… comme si c’était si facile !

 

Je l’ai vécu et j’ai vu et entendu les deux, et tout plein d’autres choses…

Car ce n’est pas si facile !

 

Un « ils n’avaient qu’à pas caricaturer Mahomet ! », un « mais on s’en fout madame ! »,

Ces réactions qui te font te sentir mal tant elles sont à l’exact opposé de ce que tu crois, de tout ce que tu tentes, jour après jour, de leur transmettre… Comme un bon gros coup de poing dans l’estomac et qui augmente peut-être encore humainement parlant quand ce sont deux élèves plutôt choupis qui te disent cela. Ouch, tu as beau t’y préparer, le KO n’est pas loin.

Pourtant, ne pas leur en vouloir, savoir que c’est sans doute ce qu’ils ont entendu chez eux, ou qu’ils n’ont pas les éléments nécessaires pour penser : et, patiemment, expliquer, réexpliquer, tant qu’il faudra, le temps qu’il faudra ;

Car ce n’est pas si facile.

 

Un « les musulmans ne sont pas les islamistes », répété tant de fois par une petite musulmane que j’ai eu envie d’en chialer tant cela transpirait sa peur profonde et, en même temps, sa conviction tout aussi profonde. Lui dire que oui, elle a parfaitement raison, que c’est très important, le répéter à la classe : essayer de rassurer, au mieux.

Car ce n’est pas si facile.

 

Des tonnes de questions, de réflexions intéressantes,

Surprenantes presque de la part de nos élèves et en même temps si normales vu le choc de l’événement passé…

J’ai trouvé cela très juste,

J’ai beaucoup écouté, j’ai cherché à leur donner quelques éléments de réflexion,

Car ce n’est pas si facile.

 

Laisser sa place, toute sa place, à la complexité,

Car ce n’est pas si facile.

 

Et surtout, se rendre vraiment compte aussi, dans ce genre d’affaires, que nous ne sommes pas de quelconques chargeurs de clés USB sur les cerveaux de nos élèves,

Mais qu’il y a de jeunes consciences qui ont besoin de nous pour se construire : en composition ou en opposition, mais, dans le fond, peu importe,

Si le crayon est l’arme de l’expression ;

L’arme anti-extrémisme par excellence est l’éducation ;

Et il est bon, particulièrement bon en ces temps, d’y contribuer.

 

mercredi, janvier 7 2015

Je ne suis pas mais suis avec

 

 

 

Ce matin, étudiant le vocabulaire du rire avec mes 5èmes à partir d’un fabliau, je tentais d’élargir l’étude en demandant quels étaient les moyens que nous avions de rire des puissants aujourd’hui. Je ne pensais pas si bien tomber. Mes élèves ne maîtrisaient certes pas tous l’usage du mot « caricaturiste » mais ils voyaient de quoi il s’agissait.

 

 

En rentrant, l’horrible nouvelle.

En rentrant, le choc.

Pas de mots.

 

 

J’ai partagé quelques réactions, ici ou là, abasourdie.

 

 

Que cela soit clair : je ne suis pas Charlie, a contrario du hashtag d’hommage qui fleurit sur twitter. J’ai moi-même en horreur l’outrance et la moquerie de l’autre : je cherche à le respecter, dans son altérité, infiniment ; à l’aimer, comme le Christ en qui je crois m’y invite. Bon, que cela soit clair aussi : j’y échoue bien souvent et c’est peut-être là que je suis le plus « Charlie ».

 

En revanche, je suis infiniment attachée à la possibilité d’être (de) Charlie. Pour la liberté d’expression, d’abord, même si cela semble grandiloquent : avoir cette possibilité de tout dire, sans rien craindre…

J’y suis doublement attachée en fait : parce que c’est dans cette possibilité aussi que moi, j’espérais, je l’avoue, un jour, ta prise de conscience, ô rédaction de Charlie, de ce qui est dit dans la Bible, un livre qui m’est cher et que tu as choisi parfois de conspuer : « Tout (m’)est permis mais tout n’est pas profitable ».

Découvrir, en grandissant ( ?), le sens de cette belle et juste phrase.

Découvrir qu’on peut dénoncer, critiquer, sans manquer au digne respect des uns ou des croyances des autres.

Ceci étant dit, je l’admets, l’outrance, parfois, en grossissant les traits, peut aussi nous aider à prendre conscience de nos propres ridicules, de notre mauvaise communication, de nos travers et nous pousser à nous améliorer.

Et, de plus, j’aime le talent, le panache chez mes « adversaires de pensée », et certains de tes dessinateurs n’en manquaient pas sous leur apparente grossièreté.

 

Enfin, las. De toute façon, ce n’est plus le temps des débats.

Ce n’est plus le temps des mots non plus d’ailleurs.

 

Il n’y a plus qu’un seul mot à dire, en réalité, celui d’une condamnation ferme.

De l’acte.

Et de toute tentative de récupération : présente, comme future.

Les hommes de Charlie hebdo se voulaient libres, quoi qu’ils aient choisi une autre voie que la mienne : leur rendre hommage, c’est continuer à grandir en humanité, un point, où, certainement, eux et nous, chrétiens, nous retrouvions.

 

Pour moi, chrétienne, c’est aussi et avant tout le temps du silence et de la prière.

Pour vous, vos familles, vos proches… temps d’horreur absurde.  

Pour vos agresseurs : hommes, eux aussi,

Hommes à l’humanité comme à retrouver, sous l’horrible écorce d’un acte, d’un endoctrinement.

Temps de silence et de prière pour choisir, sciemment, au plus noir de l’horreur et de la déchéance de l’homme, de laisser poindre l’espérance, même violée, même voilée.

 

mardi, janvier 6 2015

De bon matin, j’ai rencontré le train ?

 

 

Mosaïque de Rupnik, sanctuaire St Jean-Paul II, Cracovie

 

Au lendemain « des » fêtes, j’ai toujours l’impression d’une gueule de bois généralisée. Non pas que tout le monde ait commis des excès alcoolisés, non pas que Noël soit sur le même plan que le 1er janvier mais il semble que tout le côté magiquement doux qui point à l’approche de Noël se soit estompé. Les gens paraissent fatigués, sans envie et avec si peu de joie. Bonne année ? Vraiment ? Et dire qu’il va falloir s’empiffrer ces galettes dont la première réjouit et qui, passée la quatrième, étouffent leur chrétien…

 

Pourtant, chrétiens, nous sommes dans le temps de Noël jusqu’à la fête liturgique du Baptême du Seigneur.

Pourtant, chrétiens, nous devrions vivre de Noël l’ensemble de notre temps afin de toujours chercher à accueillir et à mettre Dieu au centre pour qu’Il soit notre vie.

 

J’y songeais en ce jour qui rappelle l’Épiphanie, cette manifestation de Dieu à tous les hommes, quoique nous l’ayons fêtée en France le week-end dernier.

J’y songeais dans le métro, en fait. Le métro, ce grand lieu de passage où l’humain semble si peu important pourtant.

 

J’ai regardé.

J’ai vu ce doux et tendre abandon d’une jeune femme sur l’épaule de son bien-aimé.

J’ai vu cette étudiante qui lisait, concentrée, un ouvrage à l’aspect abscons.

J’ai vu cet asiatique en train de manger des abricots secs, le nez en l’air, la musique dans les oreilles.

J’ai vu cet homme déjà âgé en train d’expliquer à une femme plus jeune des bribes sur le Paris historique.

J’ai vu ces jeunes gens en train de rire ensemble.

J’ai vu cette femme à l’air si triste, regardant un texto qui la rendait encore plus mélancolique.

J’ai humé la poésie ordinaire de la vie…

J’ai pris le temps de regarder et j’ai vu de l’humanité.

Des hommes et des femmes pour qui le Seigneur est venu,

Des hommes et des femmes infiniment aimés…

Regard qui réchauffe le cœur à la lueur de la Foi !

 

L’Épiphanie, finalement, elle passe peut-être avant tout par la vue, par le regard, le nôtre.

Après tout, les mages « ont vu se lever Son étoile » pour « venir L’adorer » ;

L’Épiphanie, comme un appel à ne pas rester de bois,

L’Epiphanie, comme un appel à lever la tête,

L’Épiphanie, comme un appel à voir ces étincelles de vie où Dieu se dit.

 

vendredi, janvier 2 2015

Pour commencer 2015 sur de bonnes bases...

Un premier voeu à tous, sous forme de prière ! 

"Seigneur, donne-moi une bonne digestion et, naturellement aussi, quelque chose à digérer... Donne-moi une âme qui ne connaisse pas l'ennui, pas les murmures, les soupirs, les lamentations. 

Ne permets pas que je me soucie trop de cette chose envahissante qui s'appelle 'moi'. 

Donne-moi le don de savoir rire d'une plaisanterie, afin que je sache tirer un peu de joie de la vie et que je puisse en faire part aussi aux autres. Seigneur, donne-moi le sens de l'humour." 


St Thomas More

vendredi, décembre 26 2014

Tendre Noël !

 

« Dieu qui nous regarde avec des yeux pleins d’affection, qui accepte notre misère, Dieu amoureux de notre petitesse. En cette sainte nuit, tandis que nous contemplons l’Enfant Jésus qui vient de naître et d’être déposé dans une mangeoire, nous sommes invités à réfléchir. Comment accueillons-nous la tendresse de Dieu ? Est-ce que je me laisse rejoindre par lui, est-ce que je me laisse embrasser, ou bien est-ce que je l’empêche de s’approcher ? ‘‘Mais je cherche le Seigneur’’ – pourrions-nous rétorquer. Toutefois, la chose la plus importante n’est pas de le chercher, mais plutôt de faire en sorte que ce soit lui qui me trouve et qui me caresse avec amour. Voici la question que nous pose l’Enfant par sa seule présence : est-ce que je permets à Dieu de m’aimer ? »

Pape François, homélie de la messe de la Nuit de Noël 2014

 

Comment accueillons-nous la tendresse de Dieu ?

… Très belle, très juste question… !

Quand on regarde des scènes de Nativité, des tableaux, des crèches, on est souvent pris de tendresse : c’est mignon, c’est beau et c’est pour le Christ qu’on ressent cette tendresse.

 

 

 

Mais comment accueillons-nous la tendresse de Dieu ? La question du pape me reste dans le cœur :

Quand je pense à tout ce qu’il y a à préparer avant Noël au lieu de me tourner vers l’immense don que Dieu nous fait,

Quand je me fais ma petite vision personnelle de Dieu, que je l’enferme dans mes limites,

Quand je pense à « moi » en y mettant plein de majuscules, emplie de mes préoccupations,

Quand je regarde les autres, leurs manières de faire ceci et cela en jugeant sans aimer…

… La liste est infinie :

Comment accueillir la tendresse de Dieu si mon cœur est plein de lui-même ?
Comment accueillir la tendresse de Dieu si je ne reconnais pas mon propre péché, ma propre fragilité ?

Comment accueillir la tendresse de Dieu si je ne laisse pas ma vie tout entière s’emplir de simplicité ?

 

Devant la fragilité de l’enfant de la crèche, les beaux propos ne peuvent que se taire, inutiles,

Les mensonges, les remparts bien bâtis pour protéger nos blessures, également : qu’en a à faire un nouveau-né ?

A genoux : non comme posture à se donner mais comme un appel à l’ouverture du cœur, à sa simplicité ;

A genoux : c’est se mettre à la hauteur du Nouveau Né et donc, si curieusement, accepter de se mettre à la hauteur d’un Dieu qui s’abaisse en s’abaissant devant Lui ;

A genoux : c’est, justement, laisser la possibilité de se laisser très tendrement toucher par la petite main de l’être tout fragile, qui vient juste pour te dire « je t’aime »,

Caresse de l’enfant qui ne sait encore que babiller.

 

A vous tous, chers lecteurs, un tendre Noël :

que la venue du Seigneur en notre chair illumine vos jours de Sa clarté !

 

- page 1 de 77